La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Animation Pédagogique Education Physique et langage au cycle 2 La Ferté Macé, le 3 mars 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Animation Pédagogique Education Physique et langage au cycle 2 La Ferté Macé, le 3 mars 2010."— Transcription de la présentation:

1 Animation Pédagogique Education Physique et langage au cycle 2 La Ferté Macé, le 3 mars 2010

2 SOMMAIRE Introduction Parallèle entre E.P.S. et maîtrise de la langue –Dimension sociale –Dimension cognitive –Dimension culturelle Les compétences en maîtrise de la langue –Langage de communication –Langage en situation –Langage d'évocation –Langage écrit Quelques exemples

3 INTRODUCTION À LA MATERNELLE

4 INTRODUCTION….. Ce que disent les textes concernant lacquisition du langage à la maternelle Lécole maternelle a pour finalité daider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à sapproprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux. Lobjectif essentiel de lécole maternelle est lacquisition dun langage oral riche, organisé et compréhensible par lautre. À lécole maternelle, lenfant établit des relations avec dautres enfants et avec des adultes. Il exerce ses capacités motrices, sensorielles, affectives, relationnelles et intellectuelles ; il devient progressivement un élève. Il découvre lunivers de lécrit. À lécole maternelle, lenfant établit des relations avec dautres enfants et avec des adultes. Il exerce ses capacités motrices, sensorielles, affectives, relationnelles et intellectuelles ; il devient progressivement un élève. Il découvre lunivers de lécrit.

5 INTRODUCTION….. SAPPROPRIER LE LANGAGE Le langage oral est le pivot des apprentissages de lécole maternelle. Lenfant sexprime et se fait comprendre par le langage. Il apprend à être attentif aux messages quon lui adresse, à les comprendre et à y répondre. Dans les échanges avec lenseignant et avec ses camarades, dans lensemble des activités et, plus tard, dans des séances dapprentissage spécifiques, il acquiert quotidiennement de nouveaux mots dont le sens est précisé, il sapproprie progressivement la syntaxe de la langue française (lordre des mots dans la phrase). La pratique du langage associée à lensemble des activités contribue à enrichir son vocabulaire et lintroduit à des usages variés et riches de la langue (questionner, raconter, expliquer, penser).

6 INTRODUCTION….. SAPPROPRIER LE LANGAGE Échanger, sexprimer Les enfants apprennent à échanger, dabord par lintermédiaire de ladulte, dans des situations qui les concernent directement : ils font part de leurs besoins, de leurs découvertes, de leurs questions ; ils écoutent et répondent aux sollicitations. Ils nomment avec exactitude les objets qui les entourent et les actions accomplies.

7 SAPPROPRIER LE LANGAGE Échanger, sexprimer Ils apprennent peu à peu à communiquer sur des réalités de moins en moins immédiates ; ils rendent compte de ce quils ont observé ou vécu, évoquent des événements à venir, racontent des histoires inventées, reformulent lessentiel dun énoncé entendu. Ils acquièrent progressivement les éléments de la langue nécessaires pour se faire comprendre, cest-à-dire pour : désigner correctement les protagonistes concernés, marquer les liens entre les faits, exprimer les relations temporelles par le temps adéquat des verbes et les mots ou expressions pertinents, situer les objets ou les scènes et décrire les déplacements de manière pertinente. Ils apprennent peu à peu à communiquer sur des réalités de moins en moins immédiates ; ils rendent compte de ce quils ont observé ou vécu, évoquent des événements à venir, racontent des histoires inventées, reformulent lessentiel dun énoncé entendu. Ils acquièrent progressivement les éléments de la langue nécessaires pour se faire comprendre, cest-à-dire pour : désigner correctement les protagonistes concernés, marquer les liens entre les faits, exprimer les relations temporelles par le temps adéquat des verbes et les mots ou expressions pertinents, situer les objets ou les scènes et décrire les déplacements de manière pertinente. INTRODUCTION…..

8 INTRODUCTION….. SAPPROPRIER LE LANGAGE Comprendre Une attention particulière est portée à la compréhension qui, plus que lexpression, est à cet âge étroitement liée aux capacités générales de lenfant. Les enfants apprennent à distinguer une question, une promesse, un ordre, un refus, une explication, un récit. Ils distinguent la fonction particulière des consignes données par lenseignant et comprennent les termes usuels utilisés dans ce cadre. Une attention particulière est portée à la compréhension qui, plus que lexpression, est à cet âge étroitement liée aux capacités générales de lenfant. Les enfants apprennent à distinguer une question, une promesse, un ordre, un refus, une explication, un récit. Ils distinguent la fonction particulière des consignes données par lenseignant et comprennent les termes usuels utilisés dans ce cadre.

9 SAPPROPRIER LE LANGAGE Comprendre Les enfants sont amenés à comprendre un camarade qui parle de choses quils ne connaissent pas, un interlocuteur adulte, familier ou non, qui apporte des informations nouvelles. Grâce à la répétition dhistoires ou de contes adaptés à leur âge, classiques et modernes, ils parviennent à comprendre des récits de plus en plus complexes ou longs, et peuvent les raconter à leur tour. Les enfants sont amenés à comprendre un camarade qui parle de choses quils ne connaissent pas, un interlocuteur adulte, familier ou non, qui apporte des informations nouvelles. Grâce à la répétition dhistoires ou de contes adaptés à leur âge, classiques et modernes, ils parviennent à comprendre des récits de plus en plus complexes ou longs, et peuvent les raconter à leur tour. INTRODUCTION…..

10 INTRODUCTION….. SAPPROPRIER LE LANGAGE Progresser vers la maîtrise de la langue française Chaque jour, dans les divers domaines dactivité, et grâce aux histoires que lenseignant raconte ou lit, les enfants entendent des mots nouveaux, mais cette simple exposition ne suffit pas pour quils les mémorisent. Lacquisition du vocabulaire exige des séquences spécifiques, des activités régulières de classification, de mémorisation de mots, de réutilisation du vocabulaire acquis, dinterprétation de termes inconnus à partir de leur contexte. Chaque jour, dans les divers domaines dactivité, et grâce aux histoires que lenseignant raconte ou lit, les enfants entendent des mots nouveaux, mais cette simple exposition ne suffit pas pour quils les mémorisent. Lacquisition du vocabulaire exige des séquences spécifiques, des activités régulières de classification, de mémorisation de mots, de réutilisation du vocabulaire acquis, dinterprétation de termes inconnus à partir de leur contexte.

11 INTRODUCTION….. SAPPROPRIER LE LANGAGE Progresser vers la maîtrise de la langue française En relation avec les activités et les lectures, lenseignant veille à introduire chaque semaine des mots nouveaux (en nombre croissant au fil de lannée et dannée en année) pour enrichir le vocabulaire sur lequel sexercent ces activités. Les enfants apprennent ainsi le vocabulaire (noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions) qui leur permet non seulement de comprendre ce quils entendent (qui fait quoi ? à qui ? où ? quand ? comment ?), mais aussi déchanger en situation scolaire, avec efficacité, et dexprimer leur pensée au plus juste…. En relation avec les activités et les lectures, lenseignant veille à introduire chaque semaine des mots nouveaux (en nombre croissant au fil de lannée et dannée en année) pour enrichir le vocabulaire sur lequel sexercent ces activités. Les enfants apprennent ainsi le vocabulaire (noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions) qui leur permet non seulement de comprendre ce quils entendent (qui fait quoi ? à qui ? où ? quand ? comment ?), mais aussi déchanger en situation scolaire, avec efficacité, et dexprimer leur pensée au plus juste….

12 INTRODUCTION….. À la fin de lécole maternelle lenfant est capable de : - comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente ; - nommer avec exactitude un objet, une personne ou une action ressortissant à la vie quotidienne ; - formuler, en se faisant comprendre, une description ou une question ; - raconter, en se faisant comprendre, un épisode vécu inconnu de son interlocuteur, ou une histoire inventée ; - prendre linitiative de poser des questions ou dexprimer son point de vue.

13 INTRODUCTION… Se familiariser avec lécrit Découvrir les supports de lécrit Les enfants découvrent les usages sociaux de lécrit en comparant les supports les plus fréquents dans et hors de lécole (affiches, livres, journaux, revues, écrans, enseignes...). Ils apprennent à les nommer de manière exacte et en comprennent les fonctions. Ils observent et manipulent des livres, commencent à se repérer dans une page, sur une couverture. Ils apprennent à les nommer de manière exacte et en comprennent les fonctions. Ils observent et manipulent des livres, commencent à se repérer dans une page, sur une couverture.

14 INTRODUCTION….. Et en Education Physique…. AGIR ET SEXPRIMER AVEC SON CORPS Lactivité physique et les expériences corporelles contribuent au développement moteur, sensoriel, affectif et intellectuel de lenfant. Elles sont loccasion dexplorer, de sexprimer, dagir dans des environnements familiers, puis, progressivement, plus inhabituels. Elles permettent de se situer dans lespace. Lenfant découvre les possibilités de son corps ; il apprend à agir en toute sécurité tout en acceptant de prendre des risques mesurés, et à fournir des efforts tout en modulant son énergie. Il exprime ce quil ressent, nomme les activités et les objets manipulés ou utilisés, dit ce quil a envie de faire. Lactivité physique et les expériences corporelles contribuent au développement moteur, sensoriel, affectif et intellectuel de lenfant. Elles sont loccasion dexplorer, de sexprimer, dagir dans des environnements familiers, puis, progressivement, plus inhabituels. Elles permettent de se situer dans lespace. Lenfant découvre les possibilités de son corps ; il apprend à agir en toute sécurité tout en acceptant de prendre des risques mesurés, et à fournir des efforts tout en modulant son énergie. Il exprime ce quil ressent, nomme les activités et les objets manipulés ou utilisés, dit ce quil a envie de faire.

15 INTRODUCTION….. Et en Education Physique…. AGIR ET SEXPRIMER AVEC SON CORPS Les enseignants veillent à proposer des situations et des activités renouvelées dannée en année, de complexité progressive ; ils sattachent à ce que les enfants aient assez de pratique pour progresser et leur font prendre conscience des nouvelles possibilités acquises. Les enseignants veillent à proposer des situations et des activités renouvelées dannée en année, de complexité progressive ; ils sattachent à ce que les enfants aient assez de pratique pour progresser et leur font prendre conscience des nouvelles possibilités acquises. –Par la pratique dactivités physiques libres ou guidées –Par la pratique dactivités qui comportent des règles –Par les activités dexpression à visée artistique Les enfants acquièrent une image orientée de leur propre corps. Les enfants acquièrent une image orientée de leur propre corps.

16 INTRODUCTION AU CYCLE 2

17 INTRODUCTION….. Ce qui disent les textes concernant lacquisition du langage au cycle 2 Le cycle des apprentissages fondamentaux commence au cours de la grande section de lécole maternelle et, à ce niveau, lui emprunte sa pédagogie. Il se poursuit dans les deux premières années de lécole élémentaire, au cours préparatoire et au cours élémentaire 1ère année. Lapprentissage de la lecture, de lécriture et de la langue française, la connaissance et la compréhension des nombres, de leur écriture chiffrée (numération décimale) et le calcul sur de petites quantités constituent les objectifs prioritaires du CP et du CE1. Les acquisitions en cours dans ces domaines font lobjet dune attention permanente quelle que soit lactivité conduite. Léducation physique et sportive occupe une place importante dans les activités scolaires de ce cycle. Le cycle des apprentissages fondamentaux commence au cours de la grande section de lécole maternelle et, à ce niveau, lui emprunte sa pédagogie. Il se poursuit dans les deux premières années de lécole élémentaire, au cours préparatoire et au cours élémentaire 1ère année. Lapprentissage de la lecture, de lécriture et de la langue française, la connaissance et la compréhension des nombres, de leur écriture chiffrée (numération décimale) et le calcul sur de petites quantités constituent les objectifs prioritaires du CP et du CE1. Les acquisitions en cours dans ces domaines font lobjet dune attention permanente quelle que soit lactivité conduite. Léducation physique et sportive occupe une place importante dans les activités scolaires de ce cycle.

18 INTRODUCTION….. Langage oral Au cycle des apprentissages fondamentaux, les élèves continuent leur apprentissage du langage oral : respect de lorganisation de la phrase, expression des relations de causalité et des circonstances temporelles et spatiales (pourquoi ? quand ? où ?) ; utilisation plus adéquate de la conjugaison, emploi dun vocabulaire de plus en plus diversifié ; prises de parole de plus en plus longues et mieux organisées, dans le respect des sujets traités et des règles de la communication. Ils sentraînent à écouter et comprendre les textes que lit le maître, à en restituer lessentiel et à poser des questions. La pratique de la récitation sert dabord la maîtrise du langage oral, puis elle favorise lacquisition du langage écrit et la formation dune culture et dune sensibilité littéraires. Les élèves sexercent à dire de mémoire, sans erreur, sur un rythme ou avec une intonation appropriés, des comptines, des textes en prose et des poèmes. Au cycle des apprentissages fondamentaux, les élèves continuent leur apprentissage du langage oral : respect de lorganisation de la phrase, expression des relations de causalité et des circonstances temporelles et spatiales (pourquoi ? quand ? où ?) ; utilisation plus adéquate de la conjugaison, emploi dun vocabulaire de plus en plus diversifié ; prises de parole de plus en plus longues et mieux organisées, dans le respect des sujets traités et des règles de la communication. Ils sentraînent à écouter et comprendre les textes que lit le maître, à en restituer lessentiel et à poser des questions. La pratique de la récitation sert dabord la maîtrise du langage oral, puis elle favorise lacquisition du langage écrit et la formation dune culture et dune sensibilité littéraires. Les élèves sexercent à dire de mémoire, sans erreur, sur un rythme ou avec une intonation appropriés, des comptines, des textes en prose et des poèmes.

19 INTRODUCTION….. Vocabulaire Par des activités spécifiques en classe, mais aussi dans tous les enseignements, lélève acquiert quotidiennement des mots nouveaux. En étendant son vocabulaire, il accroît sa capacité à se repérer dans le monde qui lentoure, à mettre des mots sur ses expériences, ses opinions et ses sentiments, à comprendre ce quil écoute et ce quil lit, et à sexprimer de façon précise à loral comme à lécrit. La compréhension, la mémorisation et lemploi des mots lui sont facilités par des activités de classement qui recourent à des termes génériques, par une initiation à lusage des synonymes et des antonymes, par la découverte des familles de mots et par une première familiarisation avec le dictionnaire. Par des activités spécifiques en classe, mais aussi dans tous les enseignements, lélève acquiert quotidiennement des mots nouveaux. En étendant son vocabulaire, il accroît sa capacité à se repérer dans le monde qui lentoure, à mettre des mots sur ses expériences, ses opinions et ses sentiments, à comprendre ce quil écoute et ce quil lit, et à sexprimer de façon précise à loral comme à lécrit. La compréhension, la mémorisation et lemploi des mots lui sont facilités par des activités de classement qui recourent à des termes génériques, par une initiation à lusage des synonymes et des antonymes, par la découverte des familles de mots et par une première familiarisation avec le dictionnaire.

20 PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE

21 Il convient de distinguer ce qui est du domaine de la langue en tant qu'outil de ce qui est du domaine de la langue en tant qu'objet d'apprentissage : La langue outil concerne les compétences que l'élève utilise, réinvestit dans une séance d'E.P.S. ( temps de verbalisation, de synthèse pendant lesquels il restitue, argumente, s'exprime, écoute, répond, sollicite…).

22 PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE La langue en tant qu'objet d'apprentissage concerne les compétences que l'élève va acquérir lors de séances ou d'ateliers décrochés de la séance d'E.P.S. ( apprendre à restituer, à rappeler un événement, à argumenter…) C'est au maître de les programmer en établissant les liens nécessaires, en s'appuyant sur le vécu qu'apporte l'E.P.S.

23 PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE

24 1 ) Dimension sociale En E.P.S. Agir avec d'autres Agir en opposition, en coopération Confronter ses performances Se produire devant les autres, être spectateur En langue orale Etre actif dans les échanges verbaux, adapter son discours à l'interlocuteur : bavarder, confronter, évoquer, négocier, se faire entendre, se taire, écouter, dialoguer, demander, déclarer…. En langue écrite Agir avec des partenaires qui savent lire et écrire Se donner des bonnes raisons de lire, continuité de l'école à la maison, il y a des lieux pour lire et des personnes avec qui lire. PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE

25 2 ) Dimension cognitive En E.P.S. Réaliser un ensemble d'actions motrices organisées en quatre compétences générales : Réaliser une performance Adapter ses déplacements à différents types d'environnements S'opposer individuellement ou collectivement Réaliser des actions à visée esthétique, artistique ou expressive En langue orale Exercer les différentes fonctions du langage, s'entraîner à produire des discours variés, acquérir un langage plus riche (lexique) et plus structuré (syntaxe ) Débattre, discourir, évoquer, exposer, questionner, raconter, résumer, argumenter… En langue écrite Comprendre notre système écrit et la nature de l'acte de lire Aspects phonologiques, syntaxique, sémantique, gestion textuelle. PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE

26 3 ) Dimension culturelle En E.P.S. Pratiquer des APS qui ont une référence dans notre société ( comme les grands, comme ce que l'on voit à la télévision, aux jeux olympiques ) Rencontrer d'autres élèves, d'autres maîtres Découvrir ou s'approprier d'autres lieux que l'école: le stade, le gymnase, la forêt… En langue orale Penser le langage comme outil de communication pour confronter avec les autres, réfléchir à la langue, jouer avec les sonorités, le rythme, les expressions. En langue écrite Développer des pratiques de l'écrit, multiplier les expériences d'écriture ou de lecture S'approprier une culture de l'écrit car le lecteur n'a pas devant lui que de la langue écrite et des mots mais également des textes et des types de textes. PARALLÈLE ENTRE E.P.S. ET MAÎTRISE DE LA LANGUE

27 LES COMPÉTENCES EN MAÎTRISE DE LA LANGUE UTILISÉES EN E.P.S

28 Compétences de la Maîtrise de la Langue utilisées en EPS 1) Langage de communication Répondre aux sollicitations de l'adulte lors de la verbalisation, de l'analyse d'un jeu, d'un atelier… Prendre l'initiative d'un échange lors d'un jeu en équipe, lors de l'explication au groupe d'une règle… Participer à un échange collectif en acceptant d'écouter autrui lors de la phase de verbalisation, lors de la modification d'une règle d'un jeu, d'un fonctionnement d'atelier, lors des rappels de début de séance, de bilans ( rappeler, expliquer…)

29 2) Langage en situation Comprendre les consignes ordinaires de la classe dans les ateliers, les jeux, les activités… Dire ce que l'on fait ou ce que fait un camarade pour décrire une action motrice ( " je lance …" ), expliquer ses procédures de réussite dans un jeu, une action Compétences de la Maîtrise de la Langue utilisées en EPS

30 3) Langage d'évocation Rappeler ce qui a été vécu en se faisant comprendre lors d'une rencontre sportive, d'une séance précédente (évocation lointaine )…ou lors du retour en classe après la séance ( évocation proche ) Dire ou chanter des comptines ( rondes et jeux dansés ou danses traditionnelles ) Compétences de la Maîtrise de la Langue utilisées en EPS

31 4) Compétences concernant le langage écrit 4.1 Fonctions de l'écrit Reconnaissance et lecture collective ou individuelle de tous types de textes en lien avec l'E.P.S. ( règles de jeux, albums, affiches de manifestation sportive, liste de matériel, fiches d'évaluation, lettre à une classe que l'on va affronter, aux parents…) 4.2 Familiarisation avec la langue de l'écrit et la littérature Productions de textes divers, règles de jeux, listes de matériel, de verbes d'actions dans un dictionnaire de classe, passer de la représentation à la dictée de l'adulte, à la production autonome. Proposer une amélioration de la cohésion du texte en vue d'une meilleure efficacité du jeu, de l'atelier … 4.3 Découverte des réalités sonores du langage Rythmer un texte en scandant les syllabes orales lors des jeux dansés, jeux chantés… Compétences de la Maîtrise de la Langue utilisées en EPS

32 4) Compétences concernant le langage écrit 4.4 Activités graphiques et écriture Ecrire son prénom en lettres cursives sur sa fiche d'évaluation, pour s'inscrire dans une équipe Copier des mots en cursives avec ou sans l'aide de l'enseignant pour expliquer un jeu, un atelier à d'autres classes, à des correspondants, pour se souvenir…. Reproduire un motif graphique tiré d'une réalisation en gymnastique rythmique… Représenter un objet, un personnage dans le livre du gymnase, lors de danses etc… 4.5 Découverte du principe alphabétique Reconnaître son prénom dans une liste d'élèves d'une équipe, d'un atelier… Pouvoir dire où sont les mots successifs d'une phrase écrite après lecture par l'adulte d'une règle de jeu, d'une liste de matériel, d'une affiche de rencontre sportive… Compétences de la Maîtrise de la Langue utilisées en EPS

33 Quelques exemples

34 Un projet déducation physique Une unité dapprentissage en EPS repose sur lalternance entre lactivité physique prioritaire et le travail sur la maîtrise de la langue. Le tout se construisant autour dune démarche dinvestigation. Cf. compétence 7 du socle commun.compétence 7 du socle commun

35 Avant, pendant, après la séance A toutes les étapes de la séquence, il ya transversalité (omniprésence) du langage oral et écrit.

36 Les textes et l'E.P.S. Des textes pour raconter : TEXTES NARRATIFS Tous les albums en relation avec une A.P.S. Exemple : Albert et Cachou vont au Cirque de Lionel Koechlin Des textes pour informer : TEXTES INFORMATIFS Des articles de journaux Des affiches de manifestation sportive Des extraits d'encyclopédie ( sports sociaux de référence ) Des documentaires Des textes pour prescrire : TEXTES PRESCRIPTIFS Règle de jeu Listes de matériel Consignes d'ateliers dans une APS Des textes pour rêver : TEXTES POETIQUES Comptines pour les danses traditionnelles, les jeux corporels Exemple : Bonjour Guillaume, Tous les légumes, Je mets mon pied devant…etc.

37 Des traces écrites personnelles Au cycle 2, dans un classeur, un cahier dEPS ou le cahier de vie, lélève peut conserver des documents variés qui prennent sens pour lui. L'enfant y programme son apprentissage : il sait ce qu'il va construire, pourquoi et comment. Il peut mesurer ses progrès. EXEMPLES DE FICHES POSSIBLES : EXEMPLES DE FICHES POSSIBLES : Fiche Consigne de sécurité. Elle est explicitée en classe ; en l'inscrivant dans son cahier, lenfant se l'approprie et la mémorise. Ex.: les règles d'or en lutte, lutilisation des agrès en gymnastique, les règles de conduite en vélo, en patins à roulettes. Fiche de matériel. Cette fiche sert de lien avec la famille ou explicite l'équipement avant la séance. Ex.: Matériel pour la patinoire, pour la rencontre USEP, comment chausser les patins à roulettes, etc. Fiche de contrat. Pour chaque séance, le contrat est explicité en classe et concourt à la préparation de la leçon d'EPS. L'enfant sait précisément ce qu'il va devoir réaliser pour évoluer. Ex.: Contrat de lancer, de saut, de course en athlétisme… Contrat tactique en jeu collectif, d'apprentissage en rollers, en technique du ruban en GRS… Fiche d'évaluation. L'enfant peut noter ses réussites sous forme écrite ou sous forme de dessin. Ex.: Les bonhommes de réussite dans une APS, une liste de compétences en patins ( j'arrive à chausser mes patins seul, je me déplace seul, je glisse…) Fiche de vocabulaire. Je m'approprie le lexique spécifique à une activité sportive. Ex.: les verbes d'action ( rouler, sauter, se balancer, grimper..), les noms des agrès ( poutre, cheval d'arçon, barre haute..) en gymnastique, etc.

38 La règle du jeu écrite Les balles brûlantes Où ? : Dans une salle fermée et séparée par une ligne médiane. Matériel : petites balles en mousse. Qui ? : deux équipes de six joueurs, une équipe de chaque côté de la ligne. But du jeu : renvoyer toutes les balles de son camp vers le camp adverse. Déroulement : au signal, les deux équipes qui s'opposent renvoient les balles dans le camp adverse. Durée : 5 minutes. Décompte : chaque balle ramassée dans son camp à la fin du jeu rapporte un point à l'équipe adverse. On compare les scores de chaque équipe pour savoir qui a gagné.

39 La règle du jeu orale Lesquive-ballon Pour les plus jeunes, la règle est verbalisée et écrite en dictée à ladulte en classe (affichage). Une trace plus simple que la règle écrite pourra être conservée par lélève dans son cahier. Par exemple : le titre du jeu et une image.

40 Avant la séance Nous jouerons… Un exemple dentrée socioculturelle dans une unité dapprentissage en éducation physique (la compréhension orale). handball-est-championne-d-europe-elle-a-battu-la-croatie-hier.php handball-est-championne-d-europe-elle-a-battu-la-croatie-hier.phphttp://www.monjtquotidien.com/video.3383.l-equipe-de-france-de- handball-est-championne-d-europe-elle-a-battu-la-croatie-hier.phphttp://www.monjtquotidien.com/video.3383.l-equipe-de-france-de- handball-est-championne-d-europe-elle-a-battu-la-croatie-hier.php Offrant dautres ouvertures en français. Exemple : comprendre une règle de jeu officielle USEP (compréhension écrite).

41 Sengager dans un projet avec un objectif concret motive les élèves et finalise lunité dapprentissage. Il peut sagir de se fixer un projet individuel contractuel pour un événement précis (ex.: les foulées scolaires) ou de sengager dans un projet collectif en se préparant, par exemple, à participer au tournoi de mini-hand USEP et en en rendant compte régulièrement dans le journal scolaire. Il peut sagir de se fixer un projet individuel contractuel pour un événement précis (ex.: les foulées scolaires) ou de sengager dans un projet collectif en se préparant, par exemple, à participer au tournoi de mini-hand USEP et en en rendant compte régulièrement dans le journal scolaire. Avant la séance Nous jouerons…

42 Avant la séance Lengagement dans un projet suppose aussi une approche interdisciplinaire sollicitant les compétences disciplinaires et langagières des autres disciplines. Exemple : comment tracer dans notre cour un terrain de mini hand à léchelle de ce plan ? Compétences relatives au cycle des apprentissages fondamentaux

43 Pendant la séance Nous jouons… Le vécu corporel est signifiant pour l'enfant et nécessite d'être structuré par la parole. Il est le lieu de référence concrète pour l'élève. La maîtrise de la langue orale participe à l'organisation et à la structuration de la pensée. BRUNER Il donne du sens aux activités proposées (aux 2 sens du terme): - orientation pour savoir où l'on va. - compréhension de utilité de ce que l'on apprend. Ex.: pour lacquisition de vocabulaire (« se démarquer »), de formulations mathématiques (« les rouges ont autant de points que… »), de largumentation (« il a perdu parce quil na pas… »), de connecteurs et autres termes darticulation de la langue (pour, donc, et, mais, comme, avec, demain, hier…), etc.

44 Attention ! Pendant la séance, cest lactivité physique qui prévaut. Les temps de langage en situation sont limités, efficaces et courts. Les temps dobservation ( rôle de spectateur ) doivent être anticipés et ciblés. On préférera aiguiller a priori lobservation (ex.: « regardez bien son bras au moment du lancer ») plutôt que de se contenter, a posteriori, de questions trop ouvertes (« quest-ce que vous en pensez ? »). On évite de sexposer à des réponses de type: « cétait bien ». A ce titre, le meilleur observateur reste lenseignant et lusage de lappareil photo numérique en situation permettra de revenir en classe (« à tête reposée ») sur des événement isolés et pertinents. Pendant la séance Nous jouons…

45 Pendant / après la séance Nous jouons… La trace sélabore autour de ces étapes. Elle est construite, c'est à dire mémorisée, conscientisée donc verbalisable, dans une optique de ré-exploitation future. Elle prend la forme dune représentation par lécrit, le collage, le dessin, le schéma pour : Coder le matériel, les actions, les itinéraires. Dessiner ce que jai fait ou à faire, un jeu un déplacement. Etablir la liste du matériel, la composition des équipes. Etablir un tableau des résultats. Décrire une séance dans le cahier du jour / EPS. Fixer par écrit un projet, une tactique envisagée.

46 Après la séance Nous avons joué… Au-delà doffrir un support de langage sur un événement pertinent (ici le choix du camarade le mieux placé)… … la photographie est une première étape vers la symbolisation.

47 Après la séance Nous avons joué… Le commentaire sur limage arrêtée dune vidéo permet de contextualiser laction grâce aux images précédentes et de valider ou dinfirmer une hypothèse grâce aux images suivantes. Sur cette photo, les élèves pourraient penser que le 7 bleu lance le ballon au 5 bleu (alors quil le reçoit). Le visionnage de la vidéo en amont de cette image arrêtée permet déviter les problèmes dinterprétation.

48 Les élèves mettront leurs propres mots sur des notions essentielles de lactivité physique (ex.: « on sapproche tous du porteur de balle pour le gêner ou pour lui prendre le ballon. Donc il ny a plus personne pour surveiller les autres joueurs » pour la défense en grappe). Lenseignant habituera ses élèves à se questionner et trouver des solutions sur le modèle de la démarche dinvestigation : élaborer une nouvelle hypothèse, une nouvelle proposition dévolution de la situation de référence, qui sera testée à la prochaine séance. Après la séance Nous avons joué…

49 Selon les comportements et les critères de progression repérés par les élèves, plusieurs adaptations sont envisageables. Avant la prochaine séance Nous jouerons…

50 Avant la séance Nous jouerons… Si la situation de référence pose un problème, on* proposera un aménagement à lactivité qui neutralisera la difficulté. Exemples pour la situation de hand : Les élèves ne parviennent pas à passer du rôle dattaquant à celui de défenseur selon le porteur de balle : le jeu proposé à la séance suivante mettra les élèves dans lune OU lautre des postures (une équipe offensive et une équipe défensive pendant 2 min, puis une seconde manche avec interversion des rôles). Les élèves ne font pas de passe, certains ne perçoivent pas lintérêt de la passe (faire circuler le ballon plus vite). Dautres situations qui vont faire émerger cette nécessité seront proposées: Jeux de chasseurs,Ballon capitaine, Joueurs relais, Zones de passe, etc. Jeux de chasseursBallon capitainerelais,Jeux de chasseursBallon capitainerelais, * Sil sagira du maître dans un premier temps, progressivement et avec lhabitude, ce seront les élèves qui sauront isoler la variable didactique et proposer des aménagements de la situation de référence.

51 Exemples : Dans notre situation de référence « hand-ball », le ballon est lobjet de toutes les convoitises et les élèves sagglutinent « en grappe » autour du porteur de balle. Autre problème observé : certains élèves manipulent très bien le ballon et dautres moins. Les premiers ont donc tendance à jouer seuls ou entre eux, même si les seconds sont stratégiquement bien placés et démarqués sur le terrain. Puisque le problème est le ballon, nous jouerons sur cette variable : -En le changeant : ballon non rebondissant, ovale, frisbee… Cela met tous les élèves au même niveau quant à la manipulation de lobjet. -En le supprimant (hand sans balle) : le porteur de balle est celui dont le prénom a été prononcé par le porteur précédent. Sil est touché par un membre de léquipe adverse, celui qui a touché devient le porteur de balle. Le porteur doit entrer dans le but pour marquer. Cette variante renvoie aux fondamentaux du jeu collectif en terme de placement et « lève le regard » du porteur de balle. Les joueurs sans ballon séloignent du porteur en se plaçant pertinemment sur le terrain pour être choisis. Avant la séance Nous jouerons…

52 Les concertations débouchent sur la modification de la trace initiale ou la réalisation dune nouvelle trace : - Un schéma tactique, - Un schéma tactique, - Une fiche de projet daction, - Une fiche de projet daction, - Du matériel supplémentaire, - Du matériel supplémentaire, etc. etc. Avant la séance Nous jouerons…

53 EN EPS, la lecture peut-être évaluée en mesurant le décalage entre ce qui est demandé (fiches / cahier quotidien / règle du jeu…) et ce qui est réalisé (actions). Lenseignant ne doit pas fonctionner systématiquement sur le mode ORAL, il doit aussi proposer des ECRITS* pour engager lenfant dans laction. R. Michaud * Liste du matériel à emporter au gymnase, plan dinstallation du matériel, règle du jeu lue par un élève au début de la séance, contrat tactique, compte-rendu dobservation de la vidéo, etc. Pendant la séance Nous jouons…

54 Ce sont les élèves qui réinvestissent rapidement en début de séance les difficultés rencontrées, les hypothèses formulées et nouvelles consignes élaborées en sappuyant sur le support écrit. Le maître se contente de reformuler.

55 Après la séance Une nouvelle problématique émerge qui débouchera sur une nouvelle trace, une nouvelle analyse, un nouveau projet daction, etc.

56 En fin de séquence Lévaluation sera encore une occasion de confronter lélève à la langue orale et écrite. Attention : lévaluation doit être objective. « Un peu » doit correspondre à un indicateur chiffré (ex.: 3 / 5 réussis). Fiche dauto-évaluation Mon nom : ______________ Jeu de : _________________ Je suis capable de… Passer le ballon avec précision Rattraper le ballon Tirer avec précision Me déplacer efficacement et me démarquer Occuper des postes variés et respecter les zones correspondantes Respecter les règles du jeu et les décisions de larbitre Mon avis oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu Lavis du maître oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu oui non un peu

57 Les temps de conjugaison au cycle des apprentissages fondamentaux Au cours des trois temps de la séquence déducation physique, les élèves auront loccasion de sexprimer aux temps de conjugaison du cycle des apprentissages fondamentaux. temps de conjugaison du cycle des apprentissages fondamentauxtemps de conjugaison du cycle des apprentissages fondamentaux Nous avons joué… Nous jouons… Nous jouerons… NB pour le futur : à loral, lemploi du futur simple nest pas naturel (lélève exprimera ses projets daction au futur proche : verbe aller au présent + infinitif). Au-delà du fait que le niveau de langage oral ne soit pas qualitativement adapté à lécrit (Ex.: « la prochaine fois, on __ va pas se placer comme ça »), lenseignant doit aussi faire en sorte que lemploi du futur simple soit régulier dans les pratiques de classe. Pour passer à lécrit donc, une reformulation appropriée à un niveau de langage plus soigné est nécessaire. Cette transformation doit aboutir à lemploi du futur simple. Ex.: « Nous nous placerons sur toute la largeur du terrain. Chaque membre de notre équipe surveillera un membre de léquipe adverse ». Le futur simple est donc utilisé à loral dans le cadre précis de la dictée à ladulte. NB pour le futur : à loral, lemploi du futur simple nest pas naturel (lélève exprimera ses projets daction au futur proche : verbe aller au présent + infinitif). Au-delà du fait que le niveau de langage oral ne soit pas qualitativement adapté à lécrit (Ex.: « la prochaine fois, on __ va pas se placer comme ça »), lenseignant doit aussi faire en sorte que lemploi du futur simple soit régulier dans les pratiques de classe. Pour passer à lécrit donc, une reformulation appropriée à un niveau de langage plus soigné est nécessaire. Cette transformation doit aboutir à lemploi du futur simple. Ex.: « Nous nous placerons sur toute la largeur du terrain. Chaque membre de notre équipe surveillera un membre de léquipe adverse ». Le futur simple est donc utilisé à loral dans le cadre précis de la dictée à ladulte.

58 Spécificité langagière de chaque activité physique Orientation La symbolisation (flèches, limites…); Le vocabulaire spatial (à côté, à gauche, au- dessous, à lextérieur…); Les formulations spécifiques (la deuxième à droite, à langle de la 1 ère rue, tout droit, faire laller-retour, revenir sur ses pas…); Les lieux (la cour, la classe, le quartier, le stade, les champs, la forêt, etc.).

59 Spécificité langagière de chaque activité physique Réaliser une performance Activités athlétiques Les mesures de lespace et du temps Natation La respiration Les lieux et le matériel associé

60 Spécificité langagière de chaque activité physique Actions à visée expressive Les sentiments et émotions La variété des gestes (inventaire des verbes daction); La musique (les instruments, le rythme, le volume, etc.).

61 Vocabulaire des activités physiques Voir les listes de fréquence de mots disponibles sur le site Eduscol. Eduscol naire:Liste_de_1750_mots_fran%C3 %A7ais_les_plus_courants naire:Liste_de_1750_mots_fran%C3 %A7ais_les_plus_courants

62 Transpositions de règles Un jeu de course de type béret ou épervier peut devenir un jeu de lutte, Une activité athlétique (relais) ou un jeu collectif en salle peut devenir un jeu aquatique, Et inversement... Il sagit alors de réécrire la règle en ladaptant au nouveau cadre de lactivité.

63 Au-delà de lactivité physique Si les séances en classe qui encadrent la séance dactivité physique ont bien des objectifs propres à lEPS, lenseignant peut aussi exploiter les savoirs acquis dans ces contextes pour construire des savoirs spécifiques de la maîtrise de la langue. Un exemple : la catégorisation Voir les vidéos sur

64 Au cours de la séquence dEPS, le langage œuvrait pour les objectifs dEPS. En retour, lEPS peut œuvrer pour des objectifs de français. Ex.: les verbes dactions vont aller dans les « boîtes à mots » et serviront doutils pour écrire des poèmes, des compte- rendu, des histoires, etc. Au-delà de lactivité physique

65 Conclusion Lobjet denseignement de la langue en EPS sont les conduites de discours La conduite argumentative La conduite narrative La conduite descriptive La conduite explicative La pratique de ces conduites de discours se vit « en situation » dans chacune des activités proposées au sein des différents domaines dactivités.

66 Compétence 7 : Lautonomie et linitiative Lélève est capable de : écouter pour comprendre, interroger, répéter, réaliser un travail ou une activité ; échanger, questionner, justifier un point de vue ; travailler en groupe, sengager dans un projet ; maîtriser quelques conduites motrices comme courir, sauter, lancer ; se représenter son environnement proche, sy repérer, sy déplacer de façon adaptée ; appliquer des règles élémentaires dhygiène.

67 CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX PROGRAMME DU CP ET DU CE1 1- Se repérer dans lespace et le temps Les élèves découvrent et commencent à élaborer des représentations simples de lespace familier (…). Ils découvrent des formes usuelles de représentation de lespace. 2 - Géométrie Les élèves enrichissent leurs connaissances en matière dorientation et de repérage. (…). Ils utilisent des instruments et des techniques pour reproduire ou tracer des figures planes. Ils utilisent un vocabulaire spécifique. 3 - Grandeurs et mesures Les élèves apprennent et comparent les unités usuelles de longueur (m et cm ; km et m) (…). Ils commencent à résoudre des problèmes portant sur des longueurs, des masses, des durées ou des prix.

68 Jeu de chasseur

69 Ballon capitaine

70 Joueurs relais

71 Les temps de conjugaison du cycle des apprentissages fondamentaux Les élèves distinguent le présent, du futur et du passé. Ils apprennent à conjuguer les verbes les plus fréquents, des verbes du 1er groupe, être, avoir, aux quatre temps les plus utilisés de lindicatif : présent, futur, imparfait, passé composé. Ils apprennent à conjuguer au présent de lindicatif les verbes faire, aller, dire, venir.


Télécharger ppt "Animation Pédagogique Education Physique et langage au cycle 2 La Ferté Macé, le 3 mars 2010."

Présentations similaires


Annonces Google