La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Amiante, le prix du silence. «CA SENT LE REODO ! ». Cette odeur produite par la cuisson de l'amiante a plané pendant des années sur le gros bourg de Condé-sur-Noireau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Amiante, le prix du silence. «CA SENT LE REODO ! ». Cette odeur produite par la cuisson de l'amiante a plané pendant des années sur le gros bourg de Condé-sur-Noireau."— Transcription de la présentation:

1 Amiante, le prix du silence. «CA SENT LE REODO ! ». Cette odeur produite par la cuisson de l'amiante a plané pendant des années sur le gros bourg de Condé-sur-Noireau (Calvados), où, jusqu'à la fin du XIXe siècle, les entreprises Ferodo ont tissé et filé l'amiante. Travailler à Ferodo «c'était bien vu ». Mais cette médaille a un revers: l'amiante est nocif pour la santé, très nocif...Elle provoque une maladie: l'asbestose, identifiée depuis 1905, et un cancer incurable: le mésothéliome. Pourtant, dans l'entreprise, les ouvriers ont continué à ramasser l'amiante à pleines mains. L'amiante qu'ils inhalent à pleins poumons, qui s'infiltrent partout dans les cheveux, les vêtements...Presque tous les malades aujourd'hui, ces salariés sacrifiés sur l'autel du profit ont longtemps ignoré ce danger. Puis à l'âge de retraite, ils sont tombés malades, «une sorte de grippe dont on ne guérit pas ». Rares sont ceux qui ont atteint l'âge de 70 ans. Pourtant l'information existait, mais la vérité était cachée et les risques minimisés. Des jeunes médecins ont bien tenté de sonner le tocsin, mais peut-on risquer de perdre son emploi pour une maladie dont on ne sait rien ou presque? Sans scrupules, les lobbies de l'amiante ont assidûment pratiqué la désinformation. Il faudra attendre 1997 pour que l'amiante soit enfin interdit. Florent BELLOUARD, in Le Monde, 15 novembre 2003.

2 D é finition L amiante est une fibre min é rale naturelle utilis é e dans les produits à destination industrielle ou domestique Il existe plusieurs types de fibres dont deux vari é t é s sont exploit é es, la serpentine et les amphiboles elles subissent un ttt m é canique et sont utilis é es pour des productions tr è s vari é es.

3 Les produits contenant de lamiante se dégradent avec le temps et libèrent des fibres qui sont présentes dans latmosphère et peuvent être inhalées par lhomme. Leur aptitude a provoquer des lésions dépendra du type de fibre, de leur espèce et de leur dimension, de la concentration et de la durée de la période dexposition.

4 Physiopathologie. Essentiellement au niveau de lappareil respiratoire concernant les pathologies liées à lamiante. Les fibres indestructibles inhalées se déposent dans le tissu pulmonaire et migrent vers lenveloppe du poumon (plèvre) et vers le péritoine.

5 En pénétrant au fond de lappareil respiratoire jusquau x alvéoles, elles peuvent gêner les échanges gazeux. Les fibres entament ensuite un long parcours de destruction. Le poumon devient moins élastique « comme une éponge qui sèche » avant de satrophier jusquà provoquer une insuffisance respiratoire. Dans certains cas, installation dun cancer.

6 LEGISLATION EN VIGUEUR

7 Daprès le décret N° du 7 février 1996 modifié par le décret N° du 12 septembre 1997 Quels locaux sont concernés ? Tous les immeubles bâtis collectifs (pas les maisons individuelles) construits avant le 1er juillet Qui est responsable ? Les propriétaires (personnes privées ou publiques). Quelles sont les recherches à effectuer ? Présence de calorifugeages, de flocages et faux-plafonds contenant de lamiante. Ces applications concernent lutilisation de lamiante sous sa forme friable, la plus dangereuse, facilement dispersable par des vibrations, chocs, ou simples courants dair. Les décrets visent à protéger les occupants, le public ayant accès aux locaux ainsi que les personnels intervenant dans les locaux techniques contenant ce type de matériaux et produits. Si le propriétaire na pas fait réalisé une telle recherche, cest lemployeur du personnel impliqué qui doit sen charger.

8 Qui doit effectuer ces recherches ? Un technicien de la construction qualifié (indépendant du donneur dordres) ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. Il prélèvera des échantillons damiante qui seront analysés en laboratoire. Comment sont évalués les risques ? Le technicien de construction qualifié remplit une grille dévaluation strictement définie par la réglementation. En fonction du résultat de cette évaluation, le propriétaire doit éventuellement faire procéder à une mesure atmosphérique du niveau dempoussièrement par un laboratoire agréé en microscopie électronique à transmission. Quelles sont les mesures à prendre ? En fonction du résultat de lévaluation du risque, le propriétaire devra soit faire procéder à des travaux appropriés dans un délai de 12 mois, le désamiantage nétant pas obligatoire, ou bien faire procéder à un contrôle de létat de conservation dans un délai de 2 ou 3 ans.

9 Y a til des obligations dinformation des résultats ? Le diagnostic doit être tenu à la disposition des occupants. Il doit être communiqué à toute personne appelée à effectuer des travaux. Quelles sanctions en cas de non respect de la législation ? Les propriétaires contrevenants peuvent être déclarés civilement et pénalement responsables. NB : pour obtenir la liste des articles du code de la santé publique, les décrets, arrêtés et circulaires, consulter

10 Existe til un organisme dindemnisation des victimes ? Le FIVA (Fonds dIndemnisation des victimes de lamiante) est un établissement public national à caractère administratif placé sous la tutelle des ministres chargés de la sécurité sociale et du budget. Il est financé par une dotation annuelle de lEtat et de la branche accidents du travail et maladies professionnelles de la sécurité sociale. Les personnes victimes de pathologies liées à lexposition à lamiante et leurs ayants droit peuvent obtenir du FIVA la réparation intégrale de leurs préjudices. Cette indemnisation vient compléter celle réalisée par ailleurs, notamment par les régimes de sécurité sociale, pour assurer une réparation intégrale. Le FIVA permet déviter aux victimes une procédure contentieuse. Chaque victime reçoit une offre dindemnisation pour tous les postes de préjudice reconnus par les tribunaux. Des formulairesDes formulaires de demande dindemnisation ainsi que des notices dinformation sont mis à la disposition des victimes dans les caisses de sécurité sociale, les syndicats professionnels et les associations.des notices dinformation

11 Cons é quences Physiques Lamiante cause des pathologies pleuro- pulmonaires qui ont toutes une latence longue, pouvant attendre 20 ans. Elles sont: – La fibrose pulmonaire interstitielle diffuse ou asbestose – Les plaques pleurales – Épaississement pleural diffus ou fibrose pleurale – Atélectasie par enroulement ou atélectasie ronde – Mésothéliome malin de la plèvre

12 La fibrose pulmonaire interstitielle diffuse ou asbestose: – Est due à une rétention pulmonaire des fibres damiante. – Son diagnostic est surtout histologique, avec un œdème interstitiel et beaucoup de macrophages et fibroblastes au niveau des bronchioles. – Son incidence est de 5 à 15% dans les populations exposées. – Un exposition forte semble nécessaire pour développer une asbestose. – La maladie peut continuer à évoluer, pour elle même, après larrêt de lexposition – Le symptôme le plus précoce est la dyspnée deffort. Une toux, cyanose discrète, hippocratisme digital sont plus rares

13

14 Les plaques pleurales – Leur découverte est presque toujours radiologique – Concerne 10 à 50% des salariés atteints après exposition – La latence est de 20 ans – Il ny a pas de dose seuil – Plaques calcifiées ou non qui se situent sur le feuillet pariétal de la plèvre – Symptomatologie pauvre – Quand elles sont isolées, leur retentissement fonctionnel (EFR) est minime

15

16 Épaississement pleural diffus ou fibrose pleurale – Cest une symphyse pleurale que lon retrouve dans les séquelles dépanchement pleural séreux ou infectieux – Entraîne des douleurs importantes, altère la compliance pulmonaire – À lEFR met en évidence un syndrome restrictif

17

18 Atélectasie par enroulement ou atélectasie ronde – Collapsus pulmonaire associé à un épaississement pleural en regard – À la clinique: douleurs localisées – Sa découverte est radiologique – Nest pas spécifique à lexposition à lamiante.

19

20 Mésotheliome malin de la plèvre – Cancer au pronostic redoutable dont lamiante est le principal facteur de risque connu – Pas deffet tabac-dépendant – Sa latence est longue, 30 à 40 ans, pas de dose seuil – Son incidence augmente de 25% tous les 3 ans en France

21 Mésothéliome malin de la plèvre (suite) – Dans 25% des cas est asymptomatique au début – Toux, douleurs, dyspnée – Altération de létat général – Adénopathies homolatérales – Si extension: dysphagie, dysphonie, syndrome cave supérieur – Les examens radiologiques sont importants pour son diagnostic, mais les radiations pourraient avoir un rôle dans sa survenue.

22

23 Cons é quences psycho-socio- familiales Retentissements dans la vie courante – Asthénies liée à la maladie, au traitement, au retentissement psychologique – Fatigabilité qui persiste (due au traitement) – Douleur induite par la maladie ou les traitements – Modification de limage corporelle – Conséquences psychiques liées à lannonce de la maladie, à sa durée, au pronostic – Labsence de prévision sur lévolution est source dangoisse – Dautres conséquences sont possibles: troubles sexuels, digestifs, cardiologiques…

24 Retentissement social et familial – Le cancer conduit à un bouleversement des objectifs personnels – Les réactions des proches et de leur entourage sont liées à leur représentation du cancer – Un soutien (entourage proche, amical ou professionnel) est indispensable – Besoin daides pour la vie quotidienne (aides à domicile, gardes denfants) – Pathologie chronique évolutive qui nécessite un traitement lourd et coûteux, cela peut conduire rapidement à une précarisation avec une diminution des revenus et une perte demploi – Les couvertures sociales sont fonction de la situation professionnelle

25 Retentissement pour la personne en situation de travail: – Liés au stade de la maladie et aux traitements entrepris – La poursuite de lactivité professionnelle pendant le traitement expose à des difficultés de la gestion des arrêts de travail – Possibilité daménagement du temps de travail (temps partiel, intérimaire…) – La reprise après une arrêt de longue durée pourra être plus difficile si des changements sont survenus

26 É tat de la recherche sur l amiante et ses maladies.

27 Une fibre d'amiante est 400 à fois plus petite qu'un cheveu, ce qui lui permet de p é n é trer jusqu'aux alv é oles pulmonaires : lieu d' é change gazeux entre l'air et la circulation sanguine. Pi é g é es, ces fibres peuvent provoquer des inflammations non canc é reuses ou des anomalies chromosomiques, point de d é part de maladies b é nignes ou de cancers

28 Asbestoses Asbestoses Les fibres d'amiante p é n è trent dans le poumon et provoquent une inflammation, qui se transforme en fibrose ( é paississement du tissu pulmonaire). Il se passe g é n é ralement une dizaine d'ann é es entre l'inhalation et la survenue de la maladie. Essoufflement, toux s è che, sensation d'oppression sont les premiers symptômes qui peuvent é voluer vers une insuffisance respiratoire, qui peut être mortelle.

29 Le diagnostic repose sur la radiographie, le scanner et les explorations fonctionnelles et la d é tection de corps asbestosiques dans les s é cr é tions bronchiques. Il n'y a pas de traitement efficace de cette maladie en recul depuis la diminution des taux d'exposition à l'amiante.

30 Atteintes pleurales b é nignes Atteintes pleurales b é nignes Ces l é sions de la pl è vre ne constituent pas les pr é mices d'un cancer du poumon ou de la pl è vre (m é soth é liome). On distingue diff é rents types d'atteintes pleurales b é nignes : pleur é sie b é nigne ( é panchement de liquide), fibrose pleurale (scl é rose cons é cutive à une pleur é sie pouvant parfois entra î ner des calcifications), at é lectasie par enroulement (masse b é nigne se d é veloppant au contact de la pl è vre).

31 Ces atteintes peuvent parfois entra î ner une diminution de la capacit é respiratoire ou des douleurs.

32 M é soth é liomes M é soth é liomes Le m é soth é liome atteint la membrane de la pl è vre ou plus rarement le p é ritoine (membrane protectrice des intestins dans la cavit é abdominale) ou le p é ricarde (membrane qui entoure le c œ ur). Ce cancer de la pl è vre est quasi-exclusivement li é à une exposition à l'amiante. Le tabac n'est aucunement impliqu é dans le m é soth é liome. Cette maladie peut se d é velopper trente à quarante ans apr è s l'exposition à l'amiante

33 Le m é soth é liome se manifeste par des douleurs thoraciques, un essoufflement du à la pr é sence de liquide dans la pl è vre (pleur é sie), plus rarement par un amaigrissement et un é tat de fatigue g é n é ral. Le diagnostic repose sur une thoracoscopie (examen qui consiste à visualiser la pl è vre) et un pr é l è vement des cellules tumorales (biopsies).

34 Aucun traitement n'ayant fait la preuve de son efficacit é, ce cancer est de tr è s mauvais pronostic. Dans une majorit é de cas, le patient meurt dans l'ann é e qui suit le diagnostic. Le traitement se limite à diminuer la douleur et à traiter l' é panchement pleural par ponction ou m é thode chirurgicale.

35 Cancers du poumon Cancers du poumon Chaque ann é e, plus de cancers du poumon sont diagnostiqu é s en France. Parmi eux, 5 à 10 % seraient li é s à l'inhalation d'amiante, mais il est tr è s difficile de distinguer son influence de celle du tabac chez le fumeur notamment. Il appara î trait en moyenne 15 à 20 ans apr è s l'exposition à l'amiante. L'amiante multiplie par 5 le risque de d é velopper ce cancer.

36 Le pronostic de la maladie d é pend fortement de la pr é cocit é de son diagnostic, de la localisation des tumeurs et de l' é tat g é n é ral de sant é du patient. Le traitement repose principalement sur la chirurgie, la chimioth é rapie et la radioth é rapie. Les protocoles de traitements d é pendent entre autres choses du type de tumeur et de son é tendue.

37 Compte-tenu de la lente é volution de ces maladies, l'amiante fera encore de nombreux d é gâts parmi les professions les plus expos é es et le public ayant longuement s é journ é dans des lieux dangereux. Aujourd'hui, l'Institut national de recherche et de s é curit é (Inrs) reconna î t que 76 % des chantiers de d é samiantage ne respecteraient pas les r è gles de s é curit é et exposeraient la sant é des ouvriers et des personnes habitant à proximit é.

38 Les pr é visions les plus pessimistes en mati è re de sant é publique tablent sur morts d'ici En plus de ces chiffres, certaines é tudes relient l'amiante à d'autres localisations de cancers : larynx, côlon, appareil digestif, colon, rectum et appareil urog é nital … mais ces liens restent l'objet d'une controverse scientifique.

39 Amiante Possibilités de traitements ?

40 Rappels : Effets de l amiante sur la sant é Atteintes non-tumorales : – Asbestose, – Épanchements pleuraux, – Plaques de sclérose, … Atteintes tumorales : – Mésothéliomes (KR cavité pleurale), – Cancers broncho- pulmonaires, … Ce sont généralement des affections professionnelles (TMP30 & 30bis, TMP47 & 47bis).

41 Asbestose Période de latence : entre 10 et 20 ans ; Dépend de : – Durée, – Fréquence, – Concentration ; Sémiologie : asymptomatique puis progressive dyspnée, parfois toux, râles crépitants ; Δg : radiographie, EFR, scanner ; Complications : IR aiguë, IVD.

42 Traitements : Prévention essentiellement : – Éviter lasbestose en éliminant la poussière damiante sur les lieux de travail, bâtiments,… (réglementation de protection collective), – Protéger les professionnelles par des protections individuelles (masques, Ø ttt efficace depuis la diminution des taux exposition ; => but : éradication en France.

43 Dépistage et suivi médical : – Informer sur les risques liés à lamiante, – Inciter à larrêt du tabac (risque KR poumon x50), – Examen clinique, – Scanner thoracique proposé (Ø produit de contraste), – Si résultats bilan négatifs alors suivi tous les 2 ans, sinon certificat médical (dde indemnisation au FIVA) et déclaration de maladie professionnelle.

44 Si asbestose avérée : – Cesser toute exposition à lamiante, – Arrêt du tabac, – Ø Ttt spécifique, – Ttt classique pour syndrome respiratoire réductif : Bronchodilatateurs, Antibiothérapie lors dépisode infectieux, Kinésithérapie respiratoire, Oxygénothérapie.

45 M é soth é liome & autres cancers broncho-pulmonaires Période de latence : >20 ans souvent de lordre de 30 à 40 ans après 1 ère exposition à lamiante ; Dépend de : – Milieu professionnel (textile amiante++, mines, garnit. freins…), – Durée, – Fréquence, – Concentration, – Consommation tabac ; Sémiologie : pleurésie souvent hématique (90% des cas), douleurs thoraciques, toux, AEG, dyspnée ; Δg : ponction pleurale, thoracoscopie ; Mauvais pronostique : ~15mois après Δg.

46 Traitement : Variable, en fonction de : – Emplacement de la tumeur cancéreuse, – Du stade de la maladie, – Aptitude du patient à supporter le traitement. Chirurgie, Radiothérapie, Chimiothérapie. Lassociation des 3 Ttt est la solution la plus efficace.

47


Télécharger ppt "Amiante, le prix du silence. «CA SENT LE REODO ! ». Cette odeur produite par la cuisson de l'amiante a plané pendant des années sur le gros bourg de Condé-sur-Noireau."

Présentations similaires


Annonces Google