La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA DENUTRITION DE LA PERSONNE AGEE Michèle DeygasDiététicienneC-H Annonay.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA DENUTRITION DE LA PERSONNE AGEE Michèle DeygasDiététicienneC-H Annonay."— Transcription de la présentation:

1 LA DENUTRITION DE LA PERSONNE AGEE Michèle DeygasDiététicienneC-H Annonay

2 Définition État pathologique provoqué par linadéquation persistante entre les besoins métaboliques de lorganisme et les apports et/ou lutilisation de ces apports, en énergie et/ou protéines et/ou micronutriments. Elle peut être liée à une réduction des apports nutritionnels quel quen soit le mécanisme et/ou à une augmentation des besoins métaboliques. Elle se caractérise par une perte de masse maigre(amyotrophie) et souvent de masse grasse(amaigrissement). Elle induit des changements mesurables des fonctions corporelles physiologiques responsables du pronostic des patients. La dénutrition survient en quelques semaines, elle a de graves conséquences pour la santé. besoins apports

3 Causes de la dénutrition Insuffisance des apports nutritionnels Carence dapport liée à des problèmes sociaux: Pauvreté ou revenus faibles, prix des protéines,difficulté dapprovisionnement Isolement social et affectif Démence, dépression,deuil Carence dapport liée au vieillissement: Diminution du goût, de lodorat, de la sensation de soif Perte dautonomie

4 Causes de la dénutrition Carence dapport liée à la pathologie Perturbation de lingestion des aliments : anorexie, troubles de la déglutition,régurgitations,vomissements Troubles de la digestion et/ou de labsorption digestive : malabsorption,insuffisance pancréatique, diarrhée,intolérance digestive, constipation cancers Mauvaise dentition, mycoses Dépression, troubles du comportement alimentaire Médicaments: nombre supérieur à 3 Lhyperthyroïdie

5 Causes de la dénutrition Carence dapport liés à des modes alimentaires restrictifs Régimes excessifs (hyposodé, amaigrissant, diabétique,hypocholestérolémiant, sans résidu au long court….) Rites idéologiques(végétalisme) Idées reçues ou peur alimentaire Rites religieux Autres La douleur, lalitement ou diminution de lactivité physique, déficits visuels, sensoriels peuvent aussi être à lorigine dune inappétence

6 Causes de la dénutrition Augmentation des dépenses énergétiques Infections chroniques, états fébriles Maladies infectieuses et inflammatoires Cancers Stress chirurgical Insuffisance respiratoire Traumatisme et brûlures

7 Conséquences de la dénutrition Les évaluer Faiblesse générale, musculaire Fragilité osseuse avec chutes et fractures Asthénie psychique, dépression,troubles anxieux Sensibilité aux infections, altération du système immunitaire Fragilité cutanée : plaies et escarres Complications pulmonaires, urinaires

8 CONSEQUENCES DE LA DENUTRITION De la qualité de vie Augmentation de la perte dautonomie, de la durée dhospitalisation et de la charge en soins De lespérance de vie Morbilité et mortalité

9 DEPISTAGE DE LA DENUTRITION Ce dépistage est recommandé chez toute les personnes âgées de + 70 ans et au minimum 1 fois par an en ville La dépister tôt Évaluer le niveau de gravité Identifier le type de dénutrition Mettre en œuvre des outils simples et pratiques et peu onéreux

10 La dénutrition, elle se voit Visage émacié, côtes saillantes Fonte musculaire ( bras, mollets) Vêtements devenus trop grands Peau sèche, squameuse, gardant le pli

11 la dénutrition, elle se mesure PESER - Recueillir le poids habituel, interroger la personne ou son entourage. - Pesée systématique. - Perte de poids involontaire de 2 kg ou 5 % en 1mois ou 4 kg ou 10 % en 6 mois - Tenir compte doedèmes éventuels ou dune déshydratation

12 la dénutrition, elle se mesure MESURER - Interroger la personne ou son entourage. - Utiliser la taille sur les papiers didentité, une toise ou un mètre ruban - Mesure de lIMC = poids (taille)X2 si inférieur à 21 = dénutrition - Si MNA inférieur à 17

13

14

15 DOSER Albumine : variation lente des concentrations: ½ vie longue 21 jours Intérêt pronostic ++++, pas dintérêt à court terme. Si inférieur à 35g/l : dénutrition Un taux compris entre 30 et 35 g/l : dénutrition modérée Entre 25 et 30g/l : dénutrition sévère Un taux inférieur ou égal à 25g/l : dénutrition grave Pré albumine : variation plus rapide : ½ vie 2 jours Si inférieure à 200 mg/l dénutrition modérée Si inférieure à 150 mg/l dénutrition sévère Si inférieure à 100 mg/l dénutrition grave La CRP : augmenté en cas de syndrome inflammatoire, lhypoalbuminémie est alors indépendante de létat nutritionnel

16

17 QUANTIFIER LES APPORTS ALIMENTAIRES Si la personne est seule Rappel alimentaire des 24 h Si la personne est à domicile accompagnée ou dans une structure Observation de la consommation Fiche de suivi des ingesta

18 ESTIMATION SIMPLIFIEE DES INGESTA

19 Prise en charge de la dénutrition Évaluer lalimentation par un interrogatoire simple de la personne âgée ou de son entourage Insuffisance dapport énergétique global, moins de 1500 calories : anorexie ? pour quels aliments ? que reste t-il dans lassiette ? Insuffisance dapport daliments riches en protéines animales: viandes, poisson, œuf, charcuterie, lait et produits laitiers (laitages et fromages secs) nombre de portions par jour ? Insuffisance dapport en vitamines(B,C,D) et minéraux (calcium) Hydratation insuffisante

20 Prise en charge de la dénutrition Corriger les facteurs de risques identifiés : Aide technique ou humaine pour lalimentation Soins bucco-dentaires Réévaluation de la pertinence des médicaments et des régimes Prise en charge des pathologies sous jacentes Penser aux aides sociales pour laspect financier

21 Prévention et correction de la dénutrition Les besoins caloriques sont au moins équivalents à ceux de ladulte: environ 2000 calories pour lhomme et 1800 calories pour la femme Lapport protidique : constituant de la masse musculaire doit être maintenu,voire augmenté sinon risque de chutes ou fractures Apport calcique : 1200 mg/ jour (900mg/j pour ladulte) Fibres : pour lutter contre la constipation(penser aux légumes secs) Apport hydrique important:1.5 l soit 10 verres, quantité majorée en cas de fièvre et forte chaleur Besoins nutritionnels de la personne âgée non dénutrie

22 Protéines et équivalences 10 g de protéines = 50 g viande – poisson ou 1 tranche de jambon ou 2 œufs ou 30 g de fromage ou 2 petits suisses ou 1,5 pot fromage blanc ou ¼ l de lait Il faut au moins 50 g à 60 g de protéines par jour

23

24

25 LES FIBRES SONT DES SUBSTANCES VEGETALES INDISPENSABLES AU BON FONCTIONNEMENT DE LINTESTIN. -PRIVILEGIER LE PAIN COMPLET, AUX CEREALES, SEIGLE,LES BISCOTTES COMPLETES, LES FRUITS CRUS, CUITS, COMPOTE DE PRUNEAUX, LEGUMES, RIZ COMPLET ET LEGUMES SECS. LES FIBRES

26 HYDRATATION Conseiller de boire, encore et encore…. Jus de fruits, tisanes,thé, café,bouillons, eaux plates ou gazeuses fraîches En cas de troubles de la déglutition, les eaux gélifiées ont leur place ( les eaux gélifiées ne sont pas des concentrées deau )

27 EN PRATIQUE: 60g de protéines (non dénutrie ) 1900 calories Lait : 250 ml Yaourt : 1 Fromage: 30g = 1/8 de camembert Viande : 100g = 1 steak haché Pain :150g = ¾ de baguette Féculents : 200g = 4 pommes de terre de la taille d1oeuf Légumes à volonté Fruits à volonté Beurre : 30g Huile : 30g Sucre et produits sucrés : 50g

28 EN PRATIQUE: 78g de protéines( dénutrie ) 2100 calories Lait : 250 ml Yaourt : 1+1 Fromage: 30g = 1/8 de camembert Viande : 100g = 1 steak haché + 1 œuf (50g) Pain :150g = ¾ de baguette Féculents : 300g = 6 pommes de terre de la taille d1oeuf Légumes à volonté Fruits à volonté Beurre : 40g ou crème fraîche Huile : 30g Sucre et produits sucrés : 50g

29 Stratégie nutritionnelle Fractionner les repas: 4 ou 5 Repas à heures fixes et espacés dau moins 3 heures Petit déjeuner : heure : copieux Déjeuner correct: 12 à 13h : 4 ou 5 composantes Goûter :15h h : léger Dîner suffisant : 19h - 20h : 4 composantes Éviter une période de jeûne nocturne trop longue ( supérieure à 12h) ou prévoir une collation en soirée

30 Stratégie nutritionnelle Durée du repas : au minimum une 1/2 heure Sadapter aux envies du patient Densifier les apports : petit volume, beaucoup dénergie et de protéines, privilégier la viande ou équivalents et laccompagner dune petite quantité de légumes ou féculent. Attention: il ne sert à rien de donner des protéines si la ration calorique est insuffisante, les protéines ne seront pas métabolisées) Varier, stimuler, persévérer : il faut 3 fois plus de temps pour récupérer son poids que pour le perdre !!!! Insister sur laspect thérapeutique de lalimentation: cest un traitement au même titre que les médicaments.

31 Complémentation orale Complémentation naturelle ( produits de consommation courante ) Conseils pratiques Ajouter du lait en poudre au café ou au chocolat au lait, au fromage blanc ou aux petits suisses, à la béchamel, à la crème anglaise. Enrichir les potages avec des pâtes et la purée avec de lœuf, du lait en poudre,du fromage râpé, de la crème fraîche, fromage fondu,jambon mouliné. Enrichir les gratins de légumes avec de lœuf, du lait en poudre, de lemmental, de lœuf. Leurs conseiller des plats traditionnels tels que : le hachis Parmentier, légumes farcis, pot au feu, potée, soupe, pommes de terre au four, lasagnes, tomme en salade, Quenelles, soufflés,quiche…

32 Complémentation orale Compléter les crudités ou cuidités avec des œufs durs, des dés de jambon, des lardons, des dés de poulet, du thon, sardines, harengs,crevettes, surimi, cubes de fromages, croûtons, olives Varier avec du saucisson, des pâtés,des salades de pommes de terre ou de céréales, des entrées pâtissières… Penser à incorporer du beurre ou margarine crus, huile et crème fraîche.

33 Complémentation industrielle Si les besoins énergétiques ne sont pas couverts par lalimentation Prescription suffisante o Une grande diversité de produits sucrés ou salés, chauds, froids, glacés, des textures et des arômes variés: blédine adulte, potages, jus de fruits, desserts lactés gélifiés, boissons lactées: aromatisées ou neutres, poudre de protéines. o Ils ne doivent pas être donnés à la place dun repas mais en plus et à distance des repas dau moins 2h

34 ATTENTION STRATEGIE NUTRITIONNELLE Si perte de poids et albuminémie basse Apport nutritionnel énergétique et protidique Si il ny a pas de perte de poids et albumine basse Penser seulement à lapport protidique

35 ECHEC OU INSUFFISANCE DE LA NUTRITION ORALE Et en cas de troubles sévères de la dénutrition avec apports alimentaires supers faibles : Assistance nutritionnelle par voie entérale La parentérale ne sera utilisée que lorsque le tube digestif nest plus fonctionnel

36 SUIVI DE LEVOLUTION AUGMENTATION DU POIDS ALBUMINEMIE AU BOUT DE 1 MOIS REEVALUER LA PRISE ALIMENTAIRE

37


Télécharger ppt "LA DENUTRITION DE LA PERSONNE AGEE Michèle DeygasDiététicienneC-H Annonay."

Présentations similaires


Annonces Google