La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INFECTION DES PROTHESES TOTALES DE GENOU. Infection : la principale complication de larthroplastie Infection : la principale complication de larthroplastie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INFECTION DES PROTHESES TOTALES DE GENOU. Infection : la principale complication de larthroplastie Infection : la principale complication de larthroplastie."— Transcription de la présentation:

1 INFECTION DES PROTHESES TOTALES DE GENOU

2 Infection : la principale complication de larthroplastie Infection : la principale complication de larthroplastie - Diagnostic pas toujours aisé - Traitement toujours difficile - Pronostic fonctionnel incertain +++ Importance de la prévention de linfection : antibioprophylaxie, intervention minutieuse, atraumatique.

3 I. Incidences Dans les séries publiées dans la littérature : taux dinfections variable allant de 1,3 à 5 % (moyenne de 1,7 %)

4 II. Différents tableaux a) Infection aiguë précoce : Dans les suites opératoires immédiates avant le 3 ème mois dans un tableau infectieux bruyant évocateur - Due à une contamination opératoire massive ou à un germe virulent Diagnostic souvent évident devant un tableau associant : - Une courbe thermique élevée en plateau ou oscillante

5 - Une douleur locale spontanée empêchant toute mobilisation - Un genou oedématié avec des téguments luisants et tendus - Lexistence de gg inguinaux satellites. +++ Cicatrisation défectueuse +++ Souffrance ou nécrose cutanée de lune des berges de lincision

6 b) Infection subaiguë : Dans les deux années suivant larthroplastie Soit dans les suites opératoires immédiates : Soit dans les suites opératoires immédiates : diagnostic plus difficile car tableau clinique parfois dissocié et peu évocateur diagnostic plus difficile car tableau clinique parfois dissocié et peu évocateur contamination opératoire par un germe peu agressif mais qui peut être très résistant aux antibiotiques contamination opératoire par un germe peu agressif mais qui peut être très résistant aux antibiotiques

7 Signes :. Douleur modérée mais continue. Petite fébricule ou absence de T°. Articulation chaude et parfois liquidienne Soit à distance dune intervention dont les suites ont été rassurantes : Soit à distance dune intervention dont les suites ont été rassurantes : Linfection se déclare après un intervalle libre de plusieurs mois ++ Apparition de signes cliniques inquiétants :

8 . Douleur. Diminution des amplitudes articulaires. Limitation de la fonction A lexamen : genou chaud, oedématié, empâté, souvent liquidien A ce stade, les signes rx sont inconstants et les paramètres biologiques sont perturbés de façon modérée.

9 Soit un tableau bâtard : Soit un tableau bâtard : Seul un élément clinique pathologique réapparait : Douleur restant sans explication évidente Douleur restant sans explication évidente Apparition dun épanchement modéré alors que le genou était auparavant sec Apparition dun épanchement modéré alors que le genou était auparavant sec Cas dinfections subaiguës chroniques où se développent des lésions cutanées, fistules et descellements avec destruction osseuse Cas dinfections subaiguës chroniques où se développent des lésions cutanées, fistules et descellements avec destruction osseuse

10 c) Infection tardive : A distance, parfois plusieurs années après la prothèse. > Contamination de larticulation soit par voie lymphatique à partir dun foyer infectieux sous-jacent à la prothèse parfois facile à identifier (phlegmon du pied, mal perforant plantaire, ulcère cutané, soins de pédicure mal conduits), soit par voie hématogène à partir dun foyer infectieux primitif (bactérienne ou septicémie)

11 Deux tableaux de cette infection tardive : Soit celui dune arthrite aiguë (tableau de linfection aiguë précoce) Soit celui dune arthrite aiguë (tableau de linfection aiguë précoce) Soit celui dune infection subaiguë avec évolution chronique si un tt antibiotique a été institué. Soit celui dune infection subaiguë avec évolution chronique si un tt antibiotique a été institué.

12 III. Eléments du diagnostic A. Examens biologiques sanguins NFS, VS (franchement élevée (80 à 100 à la 1 ère heure), CRP (plus spécifique de linfection, + précoce) B. Examen radiographique Rx standard : Rx standard :

13 > Apparition dun liseré précoce > Ostéolyse périprothétique > Appositions périostés (signes tardifs) Scintigraphie au Technicium peu fiable Scintigraphie au Technicium peu fiable Scintigraphie au Gallium plus spécifique Scintigraphie au Gallium plus spécifique Scintigraphie à lIndium aux leucocytes marqués plus performante Scintigraphie à lIndium aux leucocytes marqués plus performante

14 C. Ponction de larticulation et étude du liquide articulaire Examen cytologique Examen cytologique Analyse chimique : dosage des protéines, dosage du glucose Analyse chimique : dosage des protéines, dosage du glucose La biopsie : sous arthroscopie (Examen bactério. et ana-path) La biopsie : sous arthroscopie (Examen bactério. et ana-path)

15 D. Germes en cause Gram + : les plus fréquents (Staphylocoque aureus, Staphylocoque Epidermidis, Entérocoque) Gram + : les plus fréquents (Staphylocoque aureus, Staphylocoque Epidermidis, Entérocoque) Gram - : Enterobacters, pseudomonas Gram - : Enterobacters, pseudomonas Autres germes : Candida albicans, hémophilus, mycoplasme. Autres germes : Candida albicans, hémophilus, mycoplasme.

16 IV. Traitement But il est double 1. Guérir linfection 2. Essayer de conserver une articulation mobile et stable Il associe lintervention chirurgicale et lantibiothérapie Antibiothérapie : Pas de tt antibiothérapique aveugle. Elle doit être documentée Cas exceptionnels : malades fragiles où lintervention chirurgicale est impossible

17 Nettoyage précoce associé au traitement antibiotique - Nettoyage avant le 20 ème jour sur arthrites aiguës à Gram + - Nettoyage vigoureux et agressif - Antibiothérapie IV pdt 3 semaines puis per os pdt 3 mois : CRP et VS normalisés Résection arthroplastique + ATB - Exérèse de tout tissu infecté, ablation implants, ciment, plâtre ou genouillère articulée, ou cale en ciment

18 Arthrodèse Traitement définitif, permet davoir un genou solide (fixateur externe ou clou) Réimplantation de la prothèse - En 1 temps rare, - En 2 temps après utilisation du spacer en ciment (6-10 semaines) Amputation - Exceptionnelle, dernière solution lorsque tout autre traitement a échoué

19 FIN


Télécharger ppt "INFECTION DES PROTHESES TOTALES DE GENOU. Infection : la principale complication de larthroplastie Infection : la principale complication de larthroplastie."

Présentations similaires


Annonces Google