La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CM Psychologie et Pratiques éducatives Jean-Pierre Durif-Varembont Maître de conférences en psychologie Institut de psychologie. SIMEF.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CM Psychologie et Pratiques éducatives Jean-Pierre Durif-Varembont Maître de conférences en psychologie Institut de psychologie. SIMEF."— Transcription de la présentation:

1 CM Psychologie et Pratiques éducatives Jean-Pierre Durif-Varembont Maître de conférences en psychologie Institut de psychologie. SIMEF

2 Psychanalyse et éducation Deux métiers impossibles: Eduquer: accompagner au jour le jour lenfant dépendant physiquement et symboliquement dans sa maturation neurophysiologique, le « mettre au monde » Psychanalyser: écouter dans laprès-coup ce qui na pas été entendu et qui fait symptôme, inhibition ou angoisse, en parlant avec lui et ses parents

3 La construction de lidentité et de limage inconsciente du corps La pratique éducative change au fur et à mesure du développement neurophysiologique de lenfant (schéma corporel) La satisfaction des besoins met en jeu laffectif, linterprétation (le sens) des sensations, perceptions et émotions dans une relation qui permet à lenfant dhabiter son corps dans toutes ses dimensions et dadvenir dans son identité (image inconsciente du corps)

4 La construction de lidentité et de limage inconsciente du corps Ladulte « tutélaire » accompagne la maturation neurophysiologique dans une relation qui construit le haut/le bas, le devant/le derrière, ce qui rentre/ce qui sort, Le corps parle avec des langages (gestes, regard, voix, posture, contact) Fonction maternelle: donner sens aux sensations et perceptions dans une parole adressée

5 Les trois types dobjet et de manque RegistreObjetType de manque Besoin Unique, non substituable même pour tous Privation Pulsion Multiple, substituable, propre à chacun Frustration Désir inconscient Pas dobjet, car vise lAutre Castration

6 La construction de lidentité et de limage inconsciente du corps On parle parce quon nous parle: Je sadresse à Tu qui devient je à son tour Je et tu adviennent ensemble comme « nous » # « on » (lindifférenciation) La mêmeté dêtre = Je = la continuité du sentiment dexistence le nom et le visage (# de la face) représente ce quest quelquun au-delà de toute image et représentation

7 La séparation/différenciation La coupure placentaire et la clôture ombilicale, première différenciation La frustration, lattente dans la présence et lexpérience de lhallucination de lobjet perdu et de la satisfaction: la représentation primaire et le début de la pensée Lexpérience concrète de la séparation et des retrouvailles

8 Le langage et lenfant Rôle fondamental du sevrage symbolique ou « castration orale », porte sur la pulsion orale (téter, sucer, dévorer), non sur le lait: Satisfaction orale alternant le plein et le vide, le plaisir de succion, la présence et labsence de lAutre oralisé. Puis interdit du « Tété » réciproque, cannibalisme amoureux, pour changer de mode de relation, vers la voix qui parle et détourne de la bouche vers loreille pour se parler (lallations) Conditions pour changer de registre, de mode de relation: Satisfaction nécessaire dans un premier temps pour donner la présence, interdit de continuer ce mode, proposer un autre mode de plaisir partagé médiateur de la rencontre plus satisfaisant. Sinon, cest lobjet de la pulsion qui se déplace sur le même registre (ce qui mis en bouche permet la chute de la tension dans la zone bucco-orale)

9 Motricité et analité Cest le destin du « faire » avec les muscles: linterdit de la violence pour une manipulation valorisée Différence entre dire, penser et faire Prise de risque et premières expériences de la limite vivante Lapprentissage de la propreté, un conditionnement ou une éducation (ne pas faire nimporte où nimporte comment, quel sens cette demande a pour lenfant sil ne sent pas et ne peut commander le sphincter?)

10 Motricité et verticalité La verticalité propre à lhumain libère la vision à distance (au lieu de lodorat) et les membres vifs pour devenir des mains et non des pattes La main, métaphore e la parole: recevoir et donner au lieu de prendre comme une « bouche de main » La main est libérée par le fait davoir une bouche humanisée par linterdit du cannibalisme et par linterdit du rapport violent et merdique à autrui

11 La motricité change: La maitrise musculaire et la motricité volontaire change: le rapport aux monde (exploration, vision différente du fait dêtre debout et de marcher) et aux objets (détachables ou non) Le rapport à soi (autonomie et différenciation des psychés et des corps, lintimité, sopposer) Le rapport aux autres (séparations et retrouvailles, demander au lieu de prendre)

12 Motricité et pratique éducative Prise de risques et premières expériences de la limite vivante: exemple de lenfant qui grimpe sur un toboggan, de lexploration des limites et de leur dépassement. Autonomie avec apprentissage de la technologie …ou ladulte fait à sa place et renforce sa dépendance, ou le culpabilise et linhibe

13 Enjeux de la castration anale Ne pas faire de lautre un objet ou le traiter comme une merde Limmédiateté de la prise dun objet (jouet) suscitée par lenvie et lidentification (doit être reconnue) est interdite au profit du long circuit de la demande et de léchange Reconnaissance du pouvoir de dire non/oui dans une parole non magique

14 Trois registres de linterdit La nature: lois du monde physico- chimiques (technologie) Le vivant : lois des organismes pour vivre (besoins du corps: manger, déféquer) Lhumain: Lois symboliques anthropologiques des interdits structurants (Meurtre et Inceste) Linterdit relève dune relation de confiance, est pout tous et réciproque

15 Lidentité sexuelle Vient avec la découverte de lautre sexe et de son sexe: sentir là où on voit/voit pas (présence/absence du pénis) Lenfant pose la question sexuelle de façon muette par le « pipi » (faire debout ou assise), par le regard et le toucher et non pas avec des questions verbales. Ladulte a à entendre et parler sinon des zones du corps restent blanches, nexistent pas Le prénom, représentant de lidentité corporelle sexuelle, en conformité avec le parent de même sexe et différence avec le parent (ou les proches) de l'autre sexe Lenfant sait ce quil va devenir plus tard, une femme ou un homme

16 Le complexe dOedipe Vient avec la découverte de la différence des sexes et est lié au destin de la confusion de la tendresse et du sexuel entre enfants et parents Jeu des sentiments, pulsions, identifications croisées entre enfant et parent (et parents entre eux et avec leurs propres parents) du même sexe et du sexe opposé Lentrée dans la limite différenciatrice de la place de chacun: sexe, génération, lignée. Elle nest possible quappuyée sur linterdit de linceste (sinon, confusions comme dans les situations dites « incestuelles »)

17 Caractéristiques communes des interdits Se transmet par lexpérience auprès dun témoin qui fait suffisamment ce quil dit (fiable) Même pour tous (universalité) Réciprocité mais non symétrie (asymétrie entre parents et enfants Obéissance libre et responsable # soumission névrotique à lautorité (par peur de perdre lamour ou dêtre puni) Limite à la pulsion et dimension de promesse (cest pour vivre)

18 le désir de ça-voir le désir de ça- voir. lœdipe résolu (être référé par rapport à la sexuation/filiation, renoncer à la toute- puissance, à être à toutes les places pour avoir la sienne) Linterdit et les « sublimations »: la curiosité sexuelle déplacée pour le savoir ailleurs Les pré requis symboliques des apprentissages de base (lier, écrire, compter): Mise en jeu dun ordre des signes et des mots (loi), de la conjugaison, du masculin et du féminin, du singulier et du pluriel, du plus et du moins…

19 Conditions pour bénéficier de lécole et des apprentissages « Sautomaterner »: lenfant soccupe de son corps lui-même de manière suffisamment autonome. Il mange, se lave, shabille, se torche seul. « Sautopaterner »: il sait son nom, est référé clairement à la généalogie, à la différence des sexes (identité sexuelle et devenir) et des générations (sa place)

20 Bibliographie Ariès P., Lenfant et la vie familiale sous lancien régime, Seuil, 1973 (lire la préface) Baruk S., Fabrice ou lécole des mathématiques, Seuil, 1977 Freud S., Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris Gallimard, édition 1989 Bettelheim B., la lecture et lenfant, Laffont, 1984 Dolto F, Léchec scolaire : essais sur léducation, Presse-Pocket, 1990 Dolto F, Les étapes majeures de lenfance, Folio-Essais, 1994 Dolto F., La cause des enfants, Livre de poche Durif-Varembont J.P, « Lenfant, la loi, lécriture », Journal des Psychologues, n°86, avril 1991 Ginet D., « Du sujet du savoir au sujet du désir », Bulletin de lAPEC, avril 1992 Mannoni M., Le premier rendez-vous avec le psychanalyste, Denoël-Gonthier Muel A. et Dolto F., Léveil de lesprit de lenfant, Aubier, 1977 Piaget J, Six études de psychologie, Denoël, 1971 Vasse D. et al., Se tenir debout et marcher, Gallimard, Winnicott D.W., Processus de maturation chez lenfant, Payot, 1974 Spirale (revue), n°3, Naissance et séparation (articles de J. Clerget, JP Durif-Varembont, O. Journet), Eres, mars 1997.


Télécharger ppt "CM Psychologie et Pratiques éducatives Jean-Pierre Durif-Varembont Maître de conférences en psychologie Institut de psychologie. SIMEF."

Présentations similaires


Annonces Google