La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CMH et Transplantation. Transplantation autogreffe : chez le même individu (dun endroit du corps vers un autre) isogreffe : entre des jumeaux homozygotes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CMH et Transplantation. Transplantation autogreffe : chez le même individu (dun endroit du corps vers un autre) isogreffe : entre des jumeaux homozygotes."— Transcription de la présentation:

1 CMH et Transplantation

2 Transplantation autogreffe : chez le même individu (dun endroit du corps vers un autre) isogreffe : entre des jumeaux homozygotes génétiquement identiques allogreffe : entre individus génétiquement distincts mais appartenant à la même espèce xénogreffe : entre individus despèces différentes

3 Alloantigènes molécules dont le polymorphisme interindividuel est responsable de réponses immunitaires allogéniques

4 plusieurs mécanismes responsables du polymorphisme –au niveau de séquences codantes du gène : protéines de séquences différentes d un individu à l autre (ex. CMH, Rhésus) –au niveau de lactivité denzymes impliquées dans la synthèse des épitopes antigéniques (ABH, Lewis) –au niveau de séquences régulatrices de lexpression du gène (selon les individus : expression ou pas dexpression de la protéine considérée). Alloantigènes

5 Les différents systèmes alloantigéniques groupes sanguins (ABO, Rh) et autres complexe majeur dhistocompatibilité antigènes mineurs dhistocompatibilité –5% des allogreffes rénales HLA identiques sont rejetées –tout ce qui nest pas MHC (ou ABO Rh) et qui peut provoquer un rejet. Ex : antigène H-Y

6 il existe beaucoup dautres protéines polymorphiques allotypiques qui interviennent pas ou peu dans l histocompatibilité (p. ex. allotypes des immunoglobulines, allotypie de certains antigènes de différenciation des lymphocytes T (CD…) Les différents systèmes alloantigéniques

7 Les deux types dalloreconnaissance

8 Afférences du rejet aigu : rôle des cellules dendritiques

9 Molécules du CMH Classe I et Classe II Molécules présentatrices de peptides Classe I - intracellulaires / Classe II - extracellulaires Chaque molécule du CMH peut se lier à 1000 peptides différents Ligands pour TCR (sélection thymique) Gènes les plus polymorphiques du génome

10 HLA : chromosome 6

11 Classe I Chaînes des molécules HLA-A, HLA-B, HLA-C La chaîne ( 2 -microglobuline) est codée sur le chromosome 15 (pas dans le HLA) Chaînes dautres molécules dites « non classiques » (HLA-E, HLA-F, HLA-G)

12 Classe II Chaînes et des molécules HLA-DR, DP et DQ Pour des DP et DQ, les chaînes et sont très polymorphiques et peuvent dimériser de quatre façons Pour DR, la chaîne nest pas polymorphique, tout le polymorphisme provient de la chaîne

13 HLA classe II

14 DRB1 toujours exprimé DRB 3, 4, 5 pas toujours exprimés et mutuellement exclusifs

15 HLA-DR Dans certains cas, présence de deux locus DRB –Soit seulement DRB1 –Soit DRB1 et DRB3 –Soit DRB1 et DRB4 –Soit DRB1 et DRB5

16 HLA-DR

17 Diversité des allèles HLA II HLA-DRB1 : 222 HLA-DRB3 : 19 HLA-DRB4 : 9 HLA-DRB5 : 14 HLA-DRA : 2 HLA-DPA : 17 HLA-DPB : 86 HLA-DQA : 20 HLA-DQB : 42

18 Typage HLA 1. Sérologie 2. Culture lymphocytaire mixte 3. Analyse génétique

19 Sérologie –Utilisation danticorps anti-HLA isolé du sérum de femmes multipares (anticorps dirigés contre les HLA dorigine paternelle) –Discrimination limitée : reconnaissance de déterminants antigéniques communs à plusieurs molécules HLA très proches –Exemple : plusieurs molécules HLA-DR différentes sont reconnues par le même anticorps anti-HLA-DR4

20 Typage lymphocytaire mixte Le pouvoir de discrimination des lymphocytes T est supérieur à celui des lymphocytes B –Puisque le rejet est surtout lié aux lymphocytes T, importance de faire mieux que la sérologie –Utiliser les lymphocytes T pour faire le typage HLA

21 Typage lymphocytaire mixte Utilisation de lymphocytes T de référence dirigés contre une seule spécificité HLA Grâce à ceux-ci, amélioration de la discrimination apportée par la sérologie Exemple –DR4 (en sérologie) est discriminé en DR4Dw4, DR4Dw10, DR4Dw14 (en typage lymphocytaire mixte)

22 Analyse génétique : DNA typing

23 DNA typing Le DNA typing améliore encore la discrimination par rapport au typage lymphocytaire mixte Exemple DR4Dw14 comprend au moins deux allèles distincts identifiés par DNA typing Cest le DNA typing qui détermine in fine le numéro de série allélique

24 HLA : nomenclature Sérologie et génotypage

25 HLA nomenclature

26 HLA-A : nomenclature

27 HLA-B : nomenclature

28 HLA-C : nomenclature

29 La fréquence des allèles varie selon les populations

30 Linfluence des différents alloantigènes HLA sur le rejet nest pas identique!

31 Linitiation des réponses allogéniques directes par les DC implique la participation des lymphocytes T CD4 Les molécules HLA de classe II sont les plus importantes et en particulier les molécules HLA-DR Rôle moindre mais non négligeable des molécules HLA de classe I (phase effectrice de la réponse) –HLA-B –HLA-A –(importance beaucoup moindre de HLA-C)

32 Mismatches HLA classe I et transplantation rénale Ne plus considérer HLA-A et HLA-B en transplantation rénale?

33 Typage HLA de routine HLA-DR (typage HLA-DRB1 de haute définition) HLA-B HLA-A 3 loci donc 6 allèles, donc de 0 à 6 mismatches possibles entre donneur et receveur

34 Donneurs apparentés vs. non apparentés Donneurs cadavériques –0, 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 mismatches Donneurs vivants apparentés –0, 3 ou 6 mismatches –Notion dhaplotype matching

35 Transmission haplotypique et donneurs familiaux « 1 haplotype-match » = 3 mismatches Car ces allèles ne sont pas transmis de façon indépendante

36

37 Différentes techniques pour mettre en évidence les anticorps anti-HLA Technique de référence : cytotoxicité avec complément de lapin ajouté CROSSMATCH –Sérum du receveur Lyse de lympho T et lympho B : anti-HLA-I Pas de lyse de lympho T et lyse de lympho B : anti-HLA-II Aucune lyse : pas danti-HLA Autres techniques (très sensibles mais moins spécifiques) –ELISA –Cytométrie en flux

38 Avantage des donneurs vivants par rapport aux donneurs cadavériques vivant avec 4 MM : 54% à 10 ans cadavre avec 1-2 MM : 45% à 10 ans influence fondamentale de la souffrance (ischémie, reperfusion etc.) de lorgane dans son immunogénicité

39 Autres facteurs qui influencent le risque de rejet En cas de donneur cadavérique, une ischémie du greffon de plus de 36h est associée à un risque accru de rejet quel que soit le nombre de mismatches Autres facteurs intrinsèques indépendants des mismatches HLA

40 Culture lymphocytaire mixte Si blastogenèse en 5-7 jours, réponse considérée comme positive Réponse positive reste prédictive du rejet Adaptation des schémas immunosuppresseurs Prend du temps, difficile à réaliser avec des donneurs cadavériques

41 Culture lymphocytaire mixte et pronostic du rejet aigu

42 Anticorps anti-HLA Les lymphocytes T jouent un rôle majeur dans le rejet Mais dans certains cas des anticorps peuvent induire des rejets très précoces Pourquoi certains patients ont-ils des anticorps anti-HLA –Transfusions –Grossesses –Transplantation préalable

43 Tous les anticorps anti-HLA ne sont pas égaux Les anticorps anti-HLA-A ou –B ou –C sont plus dangereux que les anticorps anti-HLA-DR Les IgG ont plus de signification clinique que les IgM Les anticorps fixant le complément sont plus pathogènes

44 Evaluer la présensibilisation aux antigènes HLA Deux approches –Présensibilisation « globale » contre un pannel dantigènes HLA (panel reactive antibodies : PRA) – avant sélection du donneur –Présensibilisation spécifique contre les antigènes HLA du donneur considéré (crossmatch) – après sélection du donneur, avant transplantation

45 PRA Le PRA peut être considéré comme un indice de la probabilité davoir un crossmatch positif –Aux EU, parmi les patients en liste dattente, 20% ont des PRA entre 10 et 79% et 14% sont au dessus de 80%

46 Recherche danticorps anti-HLA chez le receveur Transfusions répétées Grossesses Transplantation préalable

47 Un crossmatch anti-HLA-I est en principe une contre-indication à la transplantation Protocoles de désensibilisation –Immunoglobulines intraveineuses –Plasmaphérèse


Télécharger ppt "CMH et Transplantation. Transplantation autogreffe : chez le même individu (dun endroit du corps vers un autre) isogreffe : entre des jumeaux homozygotes."

Présentations similaires


Annonces Google