La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de loral Pratique de loral en Langues Vivantes : le rôle des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de loral Pratique de loral en Langues Vivantes : le rôle des."— Transcription de la présentation:

1 Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de loral Pratique de loral en Langues Vivantes : le rôle des TICE novembre 2009 André Tricot et Stéphanie Roussel Université Toulouse 2 - Université Bordeaux 4

2 Introduction Les avantages supposés de la baladodiffusion : augmentation du temps dexposition à la langue cible, possibilité denregistrer des productions orales individuelles, pédagogie différenciée On saperçoit, comme avec tous les outils TICE, que la baladodiffusion maintient le fossé entre les élèves selon leur niveau initial Pour utiliser efficacement la baladodiffusion à des fins dapprentissage, le concept incontournable est celui de « stratégies » Lintérêt est dabord méthodologique : analyse des stratégies, de la compréhension et les liens entre les deux

3 Problématique Stratégies/ Autorégulation très étudiée en lecture. Oral ? Observation et analyse du comportement des apprenants pendant la tâche découte. Quels sont les facteurs qui influencent la réécoute et la compréhension? (niveau initial, type de document sonore, stratégies, difficultés linguistiques) Quels sont les liens entre ces facteurs ? Lautorégulation améliore-t-elle la compréhension pour tous les apprenants ? Quelles sont les implications pédagogiques de cette étude ?

4 Cadre Théorique -Stratégies découte Comportement délibéré adopté dans un but précis (Rost, 1990) pour surmonter une difficulté linguistique ou mémorielle Nous nous situons en premier lieu dans lobservation de comportements effectifs et non dans une analyse de lactivité déclarée Contexte Les meilleurs auditeurs seraient aussi les meilleurs régulateurs de l'écoute, parce quils utiliseraient « plus de stratégies métacognitives » (Vandergrift, 2003) Contrairement à la situation en L1, en L2, lautomatisation des processus de bas niveau est insuffisante => saturation de la mémoire de travail => déficit de la compréhension en L2 (Gaonach, 2003 ; Paradis, 2004)

5 Les processus de compréhension Bas niveau par exemple : reconnaissance des mots, analyse syntaxique Haut niveau par exemple : les inférences Lorsque ces processus de bas niveau sont automatiques, le sujet dispose de davantage de ressources pour des processus de haut niveau Et réciproquement !

6 Les difficultés de compréhension (Goh, 2000) Phase de perception (segmenter et reconnaître les phonèmes) les apprenants disent ne pas reconnaître les mots, négliger ce qui suit à cause de la rapidité du débit, ne pas arriver à découper le flux continu de la parole, manquer le début du discours et avoir des problèmes de concentration. Phase d'analyse syntaxique (segmentation des mots et construction du sens) les apprenants disent oublier rapidement ce qu'ils viennent d'entendre, être incapables de former une représentation mentale des mots entendus et ne pas comprendre d'importantes parties du discours à cause de ce qu'ils ont manqué juste avant. Phase dutilisation (interpréter le sens) les apprenants affirment comprendre le mot mais pas le message et faire des confusions à cause des incohérences qui leur semblent présentes dans le discours.

7 Les stratégies découte L'auditeur utiliserait des stratégies pour atteindre le but qu'il poursuit en écoutant un discours particulier (Rost, 1990) pour établir la cohérence locale ou globale d'un texte qu'il souhaite comprendre, pour expliquer des actions, des événements ou des phénomènes du discours entendu. établir des liens de cause à effet, élucider les anaphores, éclaircir le thème éclaircir les rôles des différents acteurs dont il est question

8 Deux niveaux de stratégies Les stratégies cognitives manipulation directe ou une transformation du support d'apprentissage ; pour stocker et rappeler les nouvelles informations (ex. inférer le sens de mots difficiles à partir du contexte) des activités mentales de manipulation du langage pour accomplir une tâche (Vandergrift, 2003) Les stratégies métacognitives prise de conscience et contrôle par lapprenant de son propre processus d'apprentissage

9 Stratégies cognitives L'inférence & l'élaboration La prédiction La contextualisation La traduction Fixation Visualisation Reconstruction

10 Stratégies métacognitives La préparation avant l'écoute L'attention sélective L'attention dirigée Lautocontrôle de la compréhension L'évaluation en temps réel L'évaluation de la compréhension a posteriori

11 Stratégies et apprentissages Il est généralement admis que : Les stratégies sapprennent Elles senseignent Elles sont efficaces Elles interagissent très fortement avec les autres connaissances

12 Hypothèse générale Connaissances antérieures en L2 Stratégies découte efficaces Bonne compréhension auditive Conditions découte (Exp. 1, 2, 3) & Caractéristiques linguistiques (Exp. 4, 5 ) facilitent permettent ou non facilitent

13 Événement 1 : lindividu écoute un texte de 251 du début jusquà la fin E1 = {0 ; 251 ; 251} Événement 2 : lindividu revient au début et écoute 6 du texte E2 = {0 ; 6 ; 6} Événement 3 : lindividu fait une pause de 17 E3 = {6 ; 6 ; 17} Événement 4 : lindividu revient au début et fait une pause de 1 E4 = {6 ; 0 ; 1} Traitement des données vidéo

14 Expérimentations 1, 2, 3: méthode 30 apprenants A2-B2 (CECR). Rappel en français du contenu du document sonore « dites tout ce que vous avez compris de ce texte » / analyse propositionnelle / analyse des vidéos par repérage des time codes Document 1 / 121 propositions / 681 mots Document 2 / 91 propositions / 481 mots Document 3 63 propositions / 445 mots Groupe AImposée 1 foisAutoréguléeImposée 2 fois Groupe BImposée 2 foisImposée 1 foisAutorégulée Groupe CAutoréguléeImposée 2 foisImposée 1 fois Groupe 1Écoute deux fois Groupe 2Écoute en écoute autorégulée Tous les participants écoutent le même texte en écoute autorégulée Le niveau initial est contrôlé : A Bon niveau B Niveau intermédiaire C Niveau faible

15 Résultats Expérimentations 1, 2, 3 1 fois 2 fois autorégulée 2 fois autorégulée Groupe A Groupe B Groupe C

16 Type 2: (m=27% ; E=16) Typologies des stratégies découte pour les trois expérimentations : Type 3: (m=25% ; E=16)Type 4: (m=18% ; E=22) Type 1: (m=33% ; E=22)

17 Expérimentation 4 : Hypothèse Connaissances antérieures en L2 Stratégies découte Compréhension auditive Difficultés linguistiques Statut des mots composés

18 Méthode - Analyse des données : fichiers vidéo de lécoute des apprenants / analyse par repérages des time codes : 40 - Participants : 40 apprenants A2-B2 - Matériel : o 1er discours : les mots composés ont un statut non saillant Hypothèse : les apprenants mettront en œuvre des stratégies de type 1 o 2ième discours : les mots composés ont un statut saillant Hypothèse : les apprenants mettront en œuvre des stratégies de type 2 o Carnet Évaluation de la compréhension et la mémorisation (littérale) Rappel en français du contenu du document sonore questions ciblées sur les mots cibles, analyse du modèle de situation, reconnaissance. - Protocole expérimental : écoute les deux discours en écoute autorégulée

19 Résultats RappelModèle de situation Mots ciblesQuestionsReconnaissance

20 Analyse a posteriori Hypothèses précédentes non-vérifiées MAIS Stratégies ont bien une influence sur la compréhension (sous-type de stratégies à déterminer grâce aux nombres dévénements) D1 : Plus il y a dévénements : moins le rappel est bon (r = -0,36), moins le modèle de situation est bon (r = -0,21) D2 : plus il y a dévénements, plus le rappel est bon (r = 0,28), pas de corrélation avec le modèle de situation (r = 0,06) Prise en compte de la durée des documents sonores

21 Exemples de parcours découte D1: Jean stratégie minutieuse, sarrête sur les mots cibles, Marion stratégie adaptée ne sarrête pas, très bon score en compréhension D2: Justine stratégie adaptée, sarrête sur les mots cibles, Aurélien inadaptée ne sarrête pas, score faible en compréhension

22 Conclusion partielle Autorégulation permet daméliorer la compréhension, mais le niveau initial garde un rôle fort (Expérimentation 1, 2, 3) 4 grands types de stratégies: oType 1 : planification efficace de la tâche découte (niveau initial élevé) oType 2 : réécoute dans la globalité après une écoute analytique oType 3 : très bons ou très faibles, pas de mouvement dautorégulation oType 4 : très analytique mais correspond manifestement à une absence de planification, signe de saturation de la mémoire de travail Statut de difficultés lexicales en L2 Saturation de la mémoire de travail/ nécessité dune stratégie adaptée (Expérimentation 4) Structure, nature et longueur du discours jouent un rôle dans lutilisation des stratégies (pauses ou retour en arrière peuvent témoigner dune reconnaissance de la structure) (doù une 5ième manipulation)

23 Expérimentation 5 : Hypothèse Connaissances antérieures en L2 Stratégies découte Compréhension auditive Position finale du verbe dans les subordonnées

24 Méthode et résultat Matériel: -2 documents sonores sens et lexique identique/ T1: aucune subordonnée structure parataxique/ T2: subordonnées: structures hypotaxique T1: Das Bundesverfassungsgericht schützt die Verfassung. Es steht über allen Gerichten. Es entscheidet in manchen Fragen. Diese betreffen das Grundgesetz oder die Kompatibilität von Gesetzen mit den Grundrechten. T2: Das Bundesverfassungsgericht, das über allen Gerichten steht, schützt die Verfassung. Es entscheidet in manchen Fragen, die das Grundgesetz oder die Kompatibilität von Gesetzen mit den Grundrechten betreffen. Participants: 68 participants A2-B2 Protocole expérimental : écoute les deux discours en écoute autorégulée Analyse des données : fichiers vidéo de lécoute des apprenants / analyse par repérages des time codes 1iers Résultats: aucun effet de la position finale du groupe sur la compréhension mais les apprenants repèrent la structure du texte nombreuses pause en fin dunité de sens. Ici, selon le modèle de Goh, lautorégulation porterait plus sur la phase perceptive (phono et prosodie) que sur les phases danalyse syntaxique et dutilisation (sémantique et pragmatique)

25 Portée et limites de ce travail Une méthodologie danalyse de lactivité découte et de ses effets sur la compréhension MAIS Même groupe dapprenants et même enseignant / Stratégie de type 1 identique à la pratique denseignement Evaluation discutable de la compréhension (analyse propositionnelle) Choix des documents sonores, contrôle des difficultés linguistiques, structures et longueurs des documents Protocole expérimental ne permet pas véritablement de déterminer la cause de chaque mouvement dautorégulation

26 Ouverture scientifique l Etude de limpact dautres faits de langue sur lactivité découte : l Intonation, Mots composés (adj, verbes…), Syntaxe lÉtude de linfluence de lautorégulation et du guidage sur la progression en compréhension de loral complétée par le questionnaire métacognitif (Vandergrif, 2006) lÉtude de linfluence de lélaboration préalable dhypothèses sur la compréhension de loral lParvenir à distinguer ce qui relève de la stratégie dans lactivité découte dune régulation non délibérée ou automatisée lOuverture didactique lNécessité denseigner lécoute et daider les apprenants à réduire le coût cognitif lié à lautorégulation l Enseignement de la méthodologie découte permet dacquérir des compétences transversales

27 Merci pour votre attention !


Télécharger ppt "Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de loral Pratique de loral en Langues Vivantes : le rôle des."

Présentations similaires


Annonces Google