La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Compréhension au cycle 3

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Compréhension au cycle 3"— Transcription de la présentation:

1 Compréhension au cycle 3
Concevoir l’enseignement dans un souci de différenciation VILLEURBANNE SUD 2011/2012

2 Compréhension cycle 3 Le temps 1 en 6 points
 La compréhension est plus souvent évaluée qu’enseignée  Lire est une activité duale entre traiter le code (traitement local) et traiter le contenu (traitement global).  Comprendre est une activité dynamique en équilibre entre analyser et synthétiser  Interpréter appartient à l’implicite du texte et de l’univers de référence  En situation d’apprentissage/enseignement j’entraîne à la compréhension en rendant visible les stratégies à stabiliser.  J’enseigne ce que je veux évaluer (cf socle commun et programmes)

3 Lector & Lectrix

4 Les compétences spécifiques de la compréhension
compétences de décodage compétences linguistiques compétences textuelles compétences référentielles compétences stratégiques

5 S'il veut comprendre un texte le lecteur doit mobiliser simultanément toutes ces compétences pour opérer deux grands types de traitement Des traitements locaux qui lui permettent d'accéder à la signification des groupes de mots et de phrases Des traitements plus globaux qui l'amènent à construire une représentation mentale cohérente de l'ensemble

6 Les principes didactiques
Rendre les élèves actifs et capables de réguler leur lecture Inciter à construire une représentation mentale Inviter à suppléer aux blancs du texte Conduire à s'interroger sur les pensées des personnages Faire rappeler et reformuler pour apprendre à mémoriser Réduire la complexité Apprendre à ajuster les stratégies aux buts fixés Faire du lexique un objectif permanent Planifier un enseignement explicite

7 La planification didactique prévoit sept modules qui s'organisent selon un parcours ordonné
Apprendre à construire une représentation mentale Lire c'est traduire Accroître sa flexibilité Répondre à des questions : choisir une stratégie Répondre à des questions : justifier ses réponses Lire entre les lignes : causes et conséquences Lire entre les lignes : narrateur, personnages et dialogues

8 Les principes pédagogiques
Favoriser la clarté cognitive Assurer une attention conjointe Favoriser l'engagement des élèves dans les activités Stabiliser les formats Répéter sans lasser Enseigner les procédures requises par les tâches scolaires Concevoir une planification ajustée aux besoins des plus faibles lecteurs

9 Organisation Une tâche principale
Des tâches de transposition (réflexion + meta-cognition) Des tâches de transfert Une séquence d’enseignement = 3 séances de 45 minutes Une planification de 7 séquences soit 22 séances Une méthodologie didactive très progressive et très étudié

10 Stratégies pour lire au quotidien

11 Stratégies pour lire au quotidien
« Les inférences sont des interprétations qui ne sont pas littéralement accessibles, des mises en relation qui ne sont pas explicites. C’est le lecteur qui les introduit dans l’interprétation des mises en relation qui ne sont pas immédiatement accessibles. » Michel Fayol in « la lecture au cycle 3 : difficultés, prévention et remédiations Les choix des auteurs Exercices systématiques Catégorisation des inférences Différents niveaux

12 La programmation est composée d’une série de 10 séances.
CM1 CM2 Séance 1 Lieu Action Séance 2 Agent Instrument Séance 3 Temps Catégorie Séance 4 Cause Séance 5 Séance 6 Effet Séance 7 Séance 8 Objet Pb-Solution Séance 9 Séance 10 Sentiment

13 Chaque séance se décompose en 5 parties (la tâche de chacun est définie)
Enseignant Elèves 1er partie Qui met les indices en évidence ? X Qui effectue l’inférence ? Qui justifie l’inférence ? 2e partie 3e partie 4e partie 5e partie

14 Je lis, je comprends Elaboré par le Groupe Départemental de Prévention de l’Illettrisme -36 D’après les travaux de Sylvie Cèbe, Roland Goigoux et Serge Thomazet

15 Séances préparatoires Évaluation diagnostique
La démarche Séances préparatoires 2 séances pour mettre en lumière des stratégies en lecture Évaluation diagnostique L’évaluation diagnostique portant sur l’interprétation (séance 4) Unité d’entraînement 1 - évaluation diagnostique séance 1 - travail sur les connecteurs - travail sur les substituts - travail sur les inférences - travail sur les marques morphosyntaxiques - travail sur les idées essentielles - travail sur les hypothèses - réinvestissement Unité d’entraînement 2 - évaluation diagnostique séance 2 Unité d’entraînement 3 - évaluation diagnostique séance 3 Évaluations finales L’évaluation finale portant sur l’interprétation (séance 4bis) + Les évaluations diagnostiques des séances Septembre/octobre Novembre/mai juin Difficulté croissante

16 Les principes Moments d’entraînements systématiques avec une pratique régulière. Lieux d’échanges, de réflexion et de confrontation des idées ATTENTION Il faut vérifier s’il est pertinent de faire déchiffrer. Il faut lever les difficultés liées au lexique utilisé dans les exercices!

17 Les séances de préparation
Rendre lisibles les stratégies pour répondre aux questions Pour répondre à des questions on peut: A) Recopier un morceau du texte J’ai trouvé la réponse écrite dans le texte B) Reformuler des morceaux du texte C) Réunir des informations du texte J’ai trouvé la réponse à partir d’indices écrits dans le texte. D) Utiliser des connaissances que nous avions avant de lire le texte. J’ai utilisé des connaissances que j’avais déjà 1 2 3

18 Les connecteurs Il s’agit de se faire le « film de l’histoire » en s’appuyant sur les connecteurs chronologiques On peut imaginer une adaptation de la consigne ou de l’exercice: - alléger au niveau didactique  Supprimer une proposition dans la phrase qui en comporte 3  Compléter partiellement les lignes en surlignant la partie « rangée »  Traiter un corpus de phrases moins important  Lire avec les élèves les phrases au préalable - alléger au niveau pédagogique  Faire ranger les étiquettes plutôt que de compléter le tableau  Mettre les élèves en binôme  Faire légender au préalable les étiquettes  Faire mimer la scène en matérialisant un parcours Pour travailler en ateliers différenciés, certains peuvent travailler avec des fiches autocorrectives tandis que les autres travaillent sur le même exercice mais avec un accompagnement différent: enseignant ou pair(s).

19 Les marques morphosyntaxiques
Variables didactiques  Longueur du texte  Accords en genre qui s’entendent  Nombres d’indices supérieurs Variables pédagogiques  Donner la réponse et demander de retrouver les indices dans le texte  Surligner les indices dans le texte et demander la réponse Pour travailler en ateliers différenciés, certains peuvent travailler avec des fiches autocorrectives tandis que les autres travaillent sur le même exercice mais avec un accompagnement différent: enseignant ou pair(s).

20 Les idées essentielles
Variables didactiques  Difficultés proposées par le texte: obstacles de l’énonciation, des actants…  Nombres de facteurs discriminant pour les illustrations Variables pédagogiques  Mettre en gras dans le textes des mots clés  Donner la bonne réponse et demander de surligner des indices du texte Pour travailler en ateliers différenciés, certains peuvent travailler avec des fiches autocorrectives tandis que les autres travaillent sur le même exercices mais avec un accompagnement différent: enseignant ou pair(s).

21 Les idées essentielles
Varier la consigne  Faire rédiger le titre  Travailler sur le résumé: - retrouver le résumé parmi des textes qui n’en sont pas - retrouver le bon résumé parmi d’autres - rédiger le résumé

22 Et travailler aussi… Le décodage La fluence La littérature
Des activités extraites de « favoriser la réussite en lecture: les MACLE », Ouzoulias André, éditions RETZ La fluence Travail extrait de « Fluence », éditions La Cigale et aussi de « favoriser la réussite en lecture: les MACLE », Ouzoulias André, éditions RETZ Voir aussi « Lire et écrire au cycle 3 », document d’accompagnement 2002 La littérature « Une culture littéraire à l’école » Cf les travaux de Catherine Tauveron ainsi que les documents d’accompagnement des programmes 2002: la littérature au cycle 3

23 Travailler le décodage
Les difficultés tiennent en général d’une procédure trop séquentielle adossée à l’illusion de la régularité du système phonie-graphie. Travailler à la prise de conscience de la complexité des syllabes Travailler sur la reconnaissance immédiate des syllabes Travailler sur la segmentation des textes en syllabogrammes

24 1 semaine = 1 texte 1 année = 8 à 16 semaines
Travailler la fluence 1 semaine = 1 texte 1 année = 8 à 16 semaines 1 semaine = 1 texte Séance ’ Séance ’ Séance 3 (optionnelle) ’ Séance ’ Lecture par l’adulte Lecture individuelle Explicitation des erreurs Observation des progrès Les élèves suivent avec le doigt repérage collectif des mots difficiles et explication en contexte Travail qui ne doit pas trop s’éterniser Les lectures sont lues entièrement et chronométrées L’enseignante reporte sur sa fiche de suivi On revient collectivement sur les mots qui ont posé difficulté Si la lecture est suffisamment fluente, on peut s’attacher à la ponctuation et à l’intonation Rendre explicite les regroupements syntaxiques Observation des scores pour prendre conscience des progrès: nombre de mots correctement lus par minute Répéter ces 2 phases autant de fois qu’il y a d’élèves

25 Travailler la fluence « La condition sine qua non de toute compréhension est le « calcul syntaxique » qui vise au regroupement des mots en syntagmes, c’est-à-dire la constitution, au cours même de la lecture, de groupes de mots porteurs de sens. Lire c’est lier. » « Favoriser la réussite en lecture: les MACLE », Ouzoulias André, édition RETZ, p. 67 Rétablir la segmentation prosodique d’un texte après que l’adulte en a fait une segmentation absurde Suivre du doigt, sur un texte écrit, la lecture orale faite par l’adulte Préparer une lecture à haute voix d’un texte en faisant ressortir, par exemple par des traits verticaux, les groupes des mots qui seront « dits ensemble ».

26 Les outils utilisés pour construire l’animation
« Lector lectrix », de Sylvie Cèbe et Roland Goigoux, éditions RETZ « Stratégies pour lire au quotidien », CRDP de Bourgogne «Fluence », éditions La Cigale « Lectures pour le cycle 3 » « Je lis je comprends », Groupe départemental prévention de l’illettrisme 36: Cléo, éditions Retz Nature à lire, éditions SEDRAP


Télécharger ppt "Compréhension au cycle 3"

Présentations similaires


Annonces Google