La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PORCHER, L. (org). Lévaluation en didactique des langues et des cultures. Revue ELA : Paris. Oct-déc. 1990 Discipline: Évaluation des apprentissages en.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PORCHER, L. (org). Lévaluation en didactique des langues et des cultures. Revue ELA : Paris. Oct-déc. 1990 Discipline: Évaluation des apprentissages en."— Transcription de la présentation:

1 PORCHER, L. (org). Lévaluation en didactique des langues et des cultures. Revue ELA : Paris. Oct-déc Discipline: Évaluation des apprentissages en didactiques des langues Professeur: Patrick CHARDENET Étudiante: Suélen Maria ROCHA Mai 2012

2 Etudes de linguistique appliquée : revue de didactologie des langues-cultures (ELA) Créée par Bernard Quemada en 1961, la revue ELA a vocation durable à publier des travaux de recherche, de formation, d'information visant à promouvoir et développer l'accès aux langues-cultures, étrangères et maternelles. Trimestriel

3 ÉLA – numéro 80 Lévaluation en didactique des langues et des cultures 8 articles et 1 entretien Même sil sagit dune publication des années 90, les questions sont aujourdhui encore posées chez la didactique des langues. La problématique mentionnée y revient toujours

4 Les rapports entre enseignants, apprenants et institution est en train de se réorganiser.

5 Lapprenant Nouveau rôle de lapprenant : indépendance par rapport au systhème éducatif ; affranchissement de rapports hiérarchiques de type scolaire ; changements fondamentaux des nouvelles générations (ils se servent de la technologie, ils sont autonomes et pragmatiques)

6 Lenseignant il doit développer des stratégies visant former lapprenant à lautoévaluation ; attentif et observateur pour guider lapprenant selon son rythme vers lautonomie. Cela exige un savoir-faire du prof et aussi une formation psychologique ; bien sélectionner les matériels

7 Lévaluation des apprentissages en langue étrangère. Par Louis PORCHER Évaluer ce qui a été enseigné au détriment de ce qui doit être su. Les modes dévaluation plus utilisés: vérification dune compétence académique Problématique : la forme de lévaluation

8 Les transformations externes de lapprentissage des langues Les voyages et les déplacements

9 Les transformations externes de lapprentissage des langues Les médias: transport dinformation

10 Transformation des apprenants Domestication des médias par lindividualisation de leur usage, chacun trace librement le chemin quil veut suivre. Ils sont un instrument dautonomisation

11 Transformation des apprenants Les apprenants sont: Usagers Pragmatiques Pressés Ils veulent se faire tester Pour apprendre à conduire il faut vite se mettre au volant »

12 Le surgissement des auto-apprentissages Cet apprenant vise à une compétence déterminé et limitée pour un usage précis qui ne commande nullement quil aboutisse à une maîtrise achevée de la langue, Il est pressé, il veut rentabiliser son temps dapprentissage, Il privilégie le simple, communication de survie, Prêt-à-porter, Forte orientation vers le vocabulaire (appui), phrases à mémoriser, Tests, un moyen de vérifier lapprentissage. Exercices auto- correctifs, Ils ne vont pas à la classe, Cours par téléphone, télé, radio, Lune des difficutés de lauto-apprentissage cest lévaluation

13 Un nouvel enjeux : les apprentissages précoces Internationalisation croissante des professions et loisirs. Tendance à enseigner les langues dès lécole primaire. Multiplication des marchands de langue. Problème de formation : qui va les enseigner ? le prof de lécole secondaire ou lenseignant spécialisé ? Les éditeurs nont rien préparé. Lévaluation revient avec toute sa force : compétence sociale

14 Des habits neufs pour lévaluation Lévaluation, elle reste beaucoup moins développé que les aspects de méthodologie pédagogique. Et pourtant, cest le processus véritablement régulateur de lenseignement. Linstitution fixe elle-même ce quelle prétendait contrôler et la manière dont elle prétendait le faire. Vous pouviez être un excellent élève, avec des bonnes notes tout en étant strictement incapable de pratiquer la langue. On évalue beaucoup plus lenseignement que lapprentissage: la conformité au détriment de la compétence ; lacadémique que le savoir-faire. Si linstituition perd son monopole de certification, elle perd la dernière pierre de sa couronne. Voilà sa position socialement stratégique

15 Lévaluation, selon Porcher… 1.Outil dapprentissage 2.Outil denseigement 3.Repérage sur la trajectoire, un diagnostic 4. Moyen de réduire la distance entre un apprentissage académique et lusage concret Il faut donc multiplier les évaluations qui sont des sortes dentraînement où les apprenants testent leur force.

16 Apprendre à lapprenant à sévaluer quelques pistes à suivre. Par Henri HOLEC Donner des moyens pour que lapprenant réalise son auto-évaluation Evaluation de lacquis : produit et qualité de lapprentissage Evaluation de lapprentissage : processus dapprentissage – lautodidacte a besoin plus de ça que lautre Evaluation formative : cela informe lapprenant de chaque étape de son apprentissage, cela assure le guidage de son apprentissage. – gestion de lacquis Evaluation sommative : cela informe lapprenant sur lensemble de lapprentissage, cest lévaluation de bilan menant à un constat de succès ou déchec, total ou partiel Evaluation interne : dans lécole, auto-évaluation Evaluation externe : delf, dalf, etc. Certifications Autoévaluation : lévaluateur est lapprenant lui-même. Cest lui qui détermine ce qui est évalué, comment ceci est évalué, quand, où

17 Autoévaluation Cest lapprenant qui va décrire sa performance selon la grille de critère quil considère comme pertinants à tel phase de son apprentissage. Sélectionner lui-même la performance quil va juger, Etablir qualités et défauts de son acquisition

18 Ce que représente pour lui cette évaluation ? Activité sociale Activité culturelle Activité psychologique

19 Formation à lautoévaluation: quelques signes de piste... Le vrai problème pédagogique est celui de faire en sorte que lapprenant sache ce quil fait lorsquil sévalue. Il faut développer cette connaissance, celle de prendre conscience de la signification des évaluations (formative et sommative). Pour lautoévaluation : il faudrait avoir une prise de conscience des paramètres personnels qui interviennent dans ses évaluations Questions : 1) lapprenant sait-il les critères quil utilise pour décrire la performance, ses représentations de ce qui est une langue et son fonctionnement? 2) il sait que, quand il apprécie les qualités et défauts de ses performances, ses prises de position sont directement fondées sur ses motivations sociales, ses valeurs culturelles et ses traits de personnalité ? Elle nest quune technique, elle favorise la découverte de soi en tant que sujet social, culturel et psychologique

20 Limersion en contexte étranger : dispositifs de formation et dévaluation. Par Geneviève ZARATE Lévaluation de la compétence culturelle: Comment évaluer qualitativement les savoir-faire nécessaires à limmersion dans une autre culture ?

21 Evaluation qualitative et représentations de lautre Evaluer la pertinence qualitative de leurs réponses. Exemples de critères : lévolution historique ce ce trait culturel est-elle abordée avec précision ? Le système de valeur de linterlocuteur est-il pris en compte dans le développement explicatif ?

22 Questionnaire sur les représentations initiales des apprenants est toujours utile. Par exemple, pour un public japonais, étudiant le français, le questionnaire suivant permet de lister les représentations stéréotypées: p. 57, ELA

23 Cest bien de cerner, montrer les objectifs du cours – il peut être un outil même dévaluation. Les objectifs fixés qui vont determiner les critères dévaluation.

24 Métamorphoses de lévaluation : lévaluation dans les systèmes dauto-apprentissage. Par Marie-José BARDOT Donne-t-on de limportance à la production de lapprenant ou aus processus dapprentissage ? Lapprenant a-t-il accès à toutes informations permettant délucider le rôle des éléments en jeu : objectifs, ressources, contraintes. Comment peut-on à partir des erreurs trouver des rémediations adéquates ? peut-on développer chez lapprenant une compétence à sauto-évaluer ?

25 Nouvel apprenant, nouveau professeur Publics non captifs : - utilisation de matériel authentique, antennes paraboliques, émissions télévisées ou radioffusées, consomateurs de produits pédagogisés, acheteurs en librairie, revue avec une cassette, ceux qui suivent le cours par correspondance Public captif : apprenants qui bénéficient de lappui dune institution

26 Élargissement des représentations sur lévaluation Modifier dans les mentalités sa connotation négative. Voir lévaluation comme un outil. Lerreur comme un symptôme qui permettra arriver à bonne performance.

27 Justification de lautoévaluation Cest un objectif déducation, clé de tout lapprentissage ; La prise en charge par lapprenant des responsabilités le concernant est indispensable Ce procédé est rentable puisquil laisse plus de temps au tuteur ou au professeur qui ne peut jamais se consacrer à tous les élèves. Métier détudiant

28 Quelques résistences… Privilégier lenseignement personnalisé ? destiné à une élite ? confusion entre : enseignement individualisé, cours particulier et recherche dautonomie. Ils craignent des élèves trop critiques, ils craignent de perdre leur pouvoir avec ces nouvelles formules dévaluation, grande partie de lanxiété provient du manque de formation des enseignants, précisement en ce qui concerne les innovations et les nouvelles technologies.

29 Parcours dobstacles sur les sentiers de la formation Les représentations socio-affectives

30 Dimensions oubliées de lévaluation elle peut être considérée comme un comportement inhérent à tout processus de changement, de transformation affectant lindividu sans sa personne, ou les objets quil produit. Lindividu en tant que sujet social, structure et oriente ses comportements en fonction des normes sociales qui définissent les groupes dappartenance et de référence

31 La forme et le fond on peut se demander si la forme na pas fini par faire oublier le fond. Cest pas par hasard si actuellement, la demande doutils précède le plus souvent la demande de formation.

32 Théories & pratiques Décalage entre la théorie et la pratique provoque une onde de choc qui déplace, modifie ou occulte les composantes de lévaluation et en dénature ainsi la pratique.

33 Revoir les concepts… Il faut changer la notion du terme « évaluation » - renouvellement de sa définition : avoir de références théoriques de ce qui est le langage, son usage et son apprentissage. Retour à la notion dobjectif, notion dont la banalisation a parfois masqué la complexité Elle doit comporter la notion de système de références, notion de besoins langagiers Notion dobjectif Notion de comparaison qui implique acte de référence : adéquation des indicateurs, des critères. Acte de décision, orientation, régulation, certification Système évaluative : Il faut articuler le contrôle et lévaluation

34

35

36 Descripteurs, barème

37 Besoin de formation Se former à lévaluation cest se former par lévaluation De que vale um professor formado numa instituição que se distanciou das discussões teóricas atuais sobre a didática das línguas?

38 MERCI !!! Suélen Maria Rocha


Télécharger ppt "PORCHER, L. (org). Lévaluation en didactique des langues et des cultures. Revue ELA : Paris. Oct-déc. 1990 Discipline: Évaluation des apprentissages en."

Présentations similaires


Annonces Google