La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CENTRE ANTIPOISON REPONSE TELEPHONIQUE D'URGENCE et Toxicovigilance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CENTRE ANTIPOISON REPONSE TELEPHONIQUE D'URGENCE et Toxicovigilance."— Transcription de la présentation:

1 CENTRE ANTIPOISON REPONSE TELEPHONIQUE D'URGENCE et Toxicovigilance

2 Organisation des Centres antipoison Français n En 1996 : 13 Centres Anti-Poisons n Nouveau décret : n° du 17 Septembre 1996 Ce décret défini les missions et moyens des centres antipoison (dossier de demande dagrément, décision ministérielle dans un délai dun an). n Missions des centres antipoison Ils sont chargés de répondre à toutes demande davis ou de conseil dévaluation des risques concernant le diagnostic, le pronostic et le traitement des intoxications humaines, accidentelles ou volontaires, individuelles ou collectives, aiguës ou non, provoquées par tout produit ou substance dorigine naturelle ou de synthèse, disponible sur le marché ou présent dans lenvironnement.

3 Organisation des Centres antipoison Français n Arrêté du 1° Juin 1998 relatif à la liste des centres hospitaliers régionaux comportant un centre antipoison n 10 Centres Hospitaliers régionaux sont autorisés à faire fonctionner un centre antipoison, certains pour un an seulement n Des zones géographiques dintervention sont définies en annexe de larrêté

4 Organisation des Centres antipoison Ils sont implantés dans des Centres Hospitaliers régionaux et organisés en services ou en département Ils doivent comporter au minimum 2 unités une unité de Réponse à l'urgence et une unité de Toxicovigilance ils peuvent en outre comporter une unité de soin pour intoxiqués une unité de consultation un laboratoire de toxicologie analytique et être associé à un CRPV agréé La réponse à l'urgence est assurée 24 heures sur 24 par un médecin ayant suivi une formation en toxicologie clinique et une formation à la réponse téléphonique et qui peut être assisté par …

5 n Evaluer la gravité n Mesures de première urgence (respecter les contre-indications) n Aider au choix du mode de prise en charge n Aider au choix dune thérapeutique spécifique n Aider à lévaluation du pronostic Rôle de lunité de réponse à l urgence dans la prise en charge de l intoxiqué

6 n Evaluer la gravité qui dépend : 2 du patient (poids, âge, antécédents) 2 du produit (nom exact et fabricant) 2 des quantités et/ou des dilutions et/ou des circonstances dexposition 2 de létat clinique du patient (aide au diagnostic différentiel) n Mesures de première urgence (respecter les contre-indications) qui dépend : 2 de lévaluation de la gravité 2 du délai 2 de la rapidité dinstallation des troubles 2 des possibilités locales Le CAP et LA PRISE EN CHARGE DE LINTOXIQUÉ (1)

7 n Faire respecter les contre-indications à lévacuation digestive : 2 coma 2 caustiques 2 solvants, 2 moussants à la prise de boisson : 2 coma 2 caustiques 2 solvants, 2 moussants n Aider au choix dune thérapeutique spécifique intoxication par : 2 médicament : benzodiazépines, colchicine, digitaliques, paracétamol... 2 produits chimiques : méthanol, éthylène glycol, acide fluorhydrique, métaux lourd… 2 champignons : amanite phalloïde Le CAP et LA PRISE EN CHARGE DE LINTOXIQUÉ (2)

8 les CAP français en appels n CAS DINTOXICATIONS intoxications accidentelles intoxications volontaires intoxications indéterminées n DEMANDES SANS INTOXIQUE 2 prévention, bibliographie, composition… QUELQUES CHIFFRES

9 le CAP de Lyon en appels (usuellement 12% DES CAS NATIONAUX) ( en 1999) ( en 1998) ( en 1997) n CAS DINTOXICATIONS intoxications accidentelles intoxications volontaires n DEMANDES SANS INTOXIQUE 2 prévention, bibliographie, composition… QUELQUES CHIFFRES (2)

10 Demandeurs

11 Circonstances d'intoxication

12 Produits en cause

13 Sexe

14 Classes dâge

15 Age des enfants

16 La toxicovigilance n Décret du 28/09/1999 portant organisation de la Toxicovigilance n Missions de la toxicovigilance La Toxicovigilance à pour objet la surveillance des effets toxiques pour l'homme d'un produit, substance ou pollution aux fins de mener des actions de: Alerte Prévention Formation Information

17 Organisation : Système national n Echelon central Commission nationale de Toxicovigilance Comité technique de Toxicovigilance n Echelon local Centre Antipoison Pilote interrégional Centres de Toxicovigilance Correspondants départementaux

18 Echelon central n Missions de la commission (31 membres) Avis ministre Information Conseil Supérieur d'Hygiène Coopération IVS Formation en Toxicologie clinique n Missions du Comité technique Cellule permanente d'experts en toxicologie Centralisation et analyse des données Transmission autres structures (PV)

19 Echelon local n Centre antipoison pilote interrégionaux : information, coordination, alerte n Centre de Toxicovigilance crée dans : un établissement de santé ne comportant pas de CAP des Services de pathologie professionnelle public ou privé n Correspondants départementaux : information

20 La toxicovigilance comporte n Signalement par les Professionnelles de Santé n Expertise - enregistrement - exploitation des données n Réalisation et suivi d'études permettant la surveillance de situations à risque n Publications servant à Alerte Prévention Formation Information

21 La toxicovigilance à Lyon n Toxicovigilance extensive = aide au diagnostic pour toute patho- logie pour laquelle une origine toxique est suspectée. n tératovigilance toxiques non médicamenteux pendant la grossesse. n surveillances des intoxications graves ayant entraînées un décès ou une hospitalisation prolongée. n Pollution des milieux, aide à la décision auprès des pouvoirs publics lors daccidents chimiques et information du grand public et des professionnels de santé en cas de pollution atmosphérique en milieu urbain, dalerte sanitaire... n suivis particuliers et participation ou réalisation d'enquêtes n participation à des actions prioritaires définies par la Direction Générale de la Santé (plomb, CO…). n information en retour des professions de santé, publication dans des journaux médicaux, d'observations ou de revues de littérature, mais aussi par la publication de VigiTox n mise en place des réseaux de correspondants

22 Toxicovigilance extensive (1) n 143 demandes d'aide au diagnostic en rapport avec un cas pathologique identifié

23 Toxicovigilance extensive (2)

24 Toxicovigilance extensive (2) demandeurs Demandeurs médicaux : 79%

25 Toxicovigilance extensive (3) Circonstances d'intoxications

26 Toxicovigilance extensive (4) Produits en cause

27 Surveillance des intoxications fatales 13 cas en 2001 n 1 accident indéterminé : antécédent neuro- psychiatrique, ingestion d1 boite de sel n 3 suicides : Isoptine, Tranxène (4,5g), strychnine n 2 accidents de travail : trichloréthylène, fréon n 2 intoxications alimentaires : phalloïde, salmonelle n 3 accidents thérapeutiques : digoxine, BCG, Glucophage n 1 erreur thérapeutique ? : paracétamol n 1 intoxication accidentelle : CO

28 Suivis particuliers (1) Intoxications dans les établissements scolaires

29 Suivis particuliers (2) erreurs thérapeutiques 2137 cas en 2001

30 Actions de santé publique Saturnisme infantile (1) n Problème de santé public récemment redécouvert aux USA puis en France en 1985 risque environnemental lié à lhabitat n Gravité liée aux effets toxiques cumulatifs du plomb, absorbé par voie digestive ou respiratoire chez lenfant, cest le système nerveux en plein développement qui est l organe cible

31 Actions de santé publique Saturnisme infantile (2) n dépistage et surveillance recueil de données clinique et biologique (fiche) saisie informatique bilan : nationaux et inter-régionaux Nombre de dépistage en : prélèvements supérieurs à 450µg/l 12 prélèvements supérieurs à 250µg/l 67 prélèvements supérieurs à 150µg/l 110 prélèvements supérieurs à 100µg/l

32 Actions de santé publique Saturnisme infantile (3) n Nombre de prélèvements en 2000 : prélèvements supérieurs à 450µg/l 15 prélèvements supérieurs à 250µg/l 32 prélèvements supérieurs à 150µg/l 51 prélèvements supérieurs à 100µg/l n Nombre de prélèvements en 2001 : prélèvements supérieurs à 450µg/l 13 prélèvements supérieurs à 250µg/l 21 prélèvements supérieurs à 150µg/l 29 prélèvements supérieurs à 100µg/l

33 Actions de santé publique Surveillance des intoxications oxycarbonées Mise en place et suivie de laction effectuée par le centre de toxicovigilance de Grenoble

34 Actions de santé publique Pollution des milieux (1) n aide à la décision auprès des pouvoirs publics lors daccidents chimiques (train, raticides...) n information du grand public et des professionnels de santé en cas de pollution atmosphérique en milieu urbain n information du grand public et des professionnels de santé en cas d alerte sanitaire (listeria, anthrax…)

35 Actions de santé publique exemple du bébisol (1) n mise en évidence dun accident nouveau n information du fabricant (pré-retrait) n validation des données n enquête et quantification n retrait du produit n information du grand public et des professionnels de santé

36 Mise en place et suivi dun réseau de correspondant (1) n Besoins Optimiser le recueil en privilégiant les contacts Etendre les actions sur la totalité du Territoire dintervention Améliorer les relations extérieures n Notion de correspondants Professionnels de santé dans une situation privilégiée coordination des déclarations de leur entourage professionnel immédiat diffusion de linformation auprès de leurs collaborateurs

37 Mise en place et suivi dun réseau de correspondant (2) n Attentes Optimisation qualitative et quantitative des déclarations Actions transversales, polyvalentes intéressant plusieurs vigilances n Propositions fiche de déclaration simplifiée programmes de formation continue associations publications réunions de veille bibliographique alertes... n Conventions


Télécharger ppt "CENTRE ANTIPOISON REPONSE TELEPHONIQUE D'URGENCE et Toxicovigilance."

Présentations similaires


Annonces Google