La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’épilepsie ou les épilepsies Sandra FELIX Janvier 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’épilepsie ou les épilepsies Sandra FELIX Janvier 2009."— Transcription de la présentation:

1 L’épilepsie ou les épilepsies Sandra FELIX Janvier 2009

2 Epidémiologie Crise épileptique : 1personne / 20 : crise d’épilepsie Épilepsie : 1 personne / 200 : épilepsie Maladie neurologique chronique fréquente épileptiques en France Prévalence : 0,5% incidence : 2 pics dans l’enfance > 60 ans

3 Crise épileptique

4 Définition Manifestation clinique de l’hyperactivité paroxystique d’un groupe plus ou moins étendu de neurones cérébraux et de son éventuelle propagation. C’est un SYMPTOME.

5 Facteurs favorisants Manque de sommeil +++ Ivresse aigue Ethylisme chronique et sevrage Prise de toxiques Sevrage médicamenteux brutal (benzodiazépines) Prise de certains médicaments Fièvre (enfants)

6 Classification Généralisées : décharge paroxystique d’emblée propagée aux 2 hémisphères: Absences Crises myocloniques, atoniques, toniques,cloniques Crises tonicocloniques généralisées Partielles : décharge paroxystique intéressant un secteur cortical limité Simples sans altération de la conscience Complexes avec altération de la conscience

7 Crises généralisées

8 La Crise épileptique tonicoclonique généralisée ou « grand mal » Phase tonique : contraction généralisée avec cyanose et morsure de langue Phase clonique : mouvements synchrones des quatre membres Phase résolutive : Coma post-critique, stertor

9 absences Enfant Typique : Rupture de contact Début et fin brusque Qq secondes à 1min +/- des myoclonies +/- automatismes

10 Autres crises Toniques : Élévation membre supérieur, révulsion oculaire, extension de la tête apnée Cloniques : secousses Atoniques : Résolution brutale du tonus musculaire …avec perte de connaissance,symptômes bilatéraux et symétriques

11 Crises partielles

12 Différents types Motrices : Tonique ou clonique d’un hémicorps ou progressive (marche Brava Jacksonienne) Versive phonatoire Sensitives Sensorielles : Hallucinations visuelles, auditives, gustatives Végétatives : Nausées/ tachycardie, salivation, déglutition, sueurs, pâleur Psychiques : « dreamy state », dysmnésie, crises gélastiques ou dacryocystiques…

13 Face à la crise…

14 CAT Appel Protéger +++ Phase tonico-clonique:  Ne pas toucher à la bouche  Éviter les chocs Phase post-critique:  PLS  Dégager les voies aériennes  Si agitation : protéger, pas de traitement+++

15 En même temps… observer+++ Symptômes inauguraux+++ Déficit focalisé pendant ou après la crise? …décrire la séquence

16 Perfuser (sérum physiologique) Oxygénothérapie au masque SI CRISE PROLONGEE : > 5min Rivotril* ou Valium* IV, IM APPEL MEDICAL Constantes, dextro et saturation

17 RECUEILLIR : Antécédents : épilepsie ? Contexte OH ou toxiques Constantes : température? Bilan biologique : dosage des anti épileptiques++ Toxique Bilan standard avec CPK Parage des plaies éventuelles Surveillance

18 état de mal épileptique crise >5 minutes ou survenue d’une nouvelle crise avant récupération d’une conscience normale ou du déficit fonctionnel. Danger car survenue rapide de troubles végétatifs, avec hyperthermie, dépression respiratoire et circulatoire, voire mort dans 1/3 des cas.

19 CAT - Perfuser : - BZD : Rivotril 1amp = 1mg en IV en 3 min ou 10 mg de diazépam Renouveler 1 fois si besoin - Si échec : REA+++  scope  anti-comitial d’action prolongée : Pro Dilantin 20 mg/kg ds sérum phy, en 15 minutes. Agit en minutes.  si échec : mettre Gardenal + Dilantin  si échec, Hypnovel, Diprivan, Thiopental

20 épilepsie

21 L’épilepsie Elle est définie par la répétition de crises C’est une maladie. Reconnaître les syndromes++

22 classification Généralisées Symptomatiques Cryptogéniques idiopathiques Partielles Symptomatiques Cryptogéniques Idiopathiques

23 Classification étiologique Idiopathique. Symptomatique : Tumorale/malformation Vasculaire Traumatique Infectieuse toxique Cryptogénique : cause occulte qui échappe aux investigations

24 Syndrome À reconnaître pour : Optimisation thérapeutique Pronostic Clinique + EEG ou VEEG ou SEEG

25 La place de l’EEG Intérêt diagnostique Crise Type syndromique Suivi Épilepsie déséquilibrée Exploration avant chirurgie SEEG VEEG

26

27 Pourquoi traiter l’épilepsie? éviter les récidives : micro-lésions cérébrales Prévenir des traumatismes graves Diminuer la surmortalité : traumatismes, suicide, EDME Principe : diminuer le niveau d’excitabilité du cerveau.

28 Traitements médicamenteux.

29 Instauration du traitement Quand ? Diagnostic certain Situation particulière :après intervention neurochirurgicale, lésion à fort risque épileptogène, sd épileptique Comment ? Monothérapie Augmentation progressive Prise en fin de repas Information du patient : observance+++, conseils hygiéno diététiques

30 3 générations… 1 ère : barbituriques ( ALEPSAL*, GARDENAL*) Phénytoïne ( Di HYDAN*, Pro DILANTIN*) 2 nd : Carbamazépine ( TEGRETOL*) Valproate de sodium (DEPAKINE*) Benzodiazépines (RIVOTRIL,URBANYL) 3 ème : Oxcarbazépine ( TRILEPTAL*) Gabapentine ( NEURONTIN*) Lamotrigine ( LAMICTAL*) Lévétiracétam ( KEPPRA*)

31 Critères de choix Type d’épilepsie Contre indications Effets indésirables Inducteur/inhibiteur : intéraction+++ Perturbations hépatiques, NFS Atteinte cutanée sévère

32 En pratique EPILEPSIE GENERALISEE EPILEPSIE PARTIELLE Homme jeuneDépakine, LamictalTégrétol, Trileptal Femme jeuneLamictal+++, Dépakine< 1000mg, Epitomax <200mg Neurontin, lamictal Sujets âgésLamictal.

33 surveillance Dosages : PB, phénytoïne, CBZ, VPA, BZD, LTG Si épilepsie déséquilibrée Modification thérapeutique Prise de poids grossesse EEG : uniquement si patient non équilibré BH et NFS : CBZ et VPA

34 Autres traitements non médicamenteux

35 Traitement non médicamenteux Chirurgie de l’épilepsie : Crises partielles, pharmacorésistantes zone cérébrale identifiée et opérable ( VEEG, SEEG) La stimulation du nerf vague réduit le nombre de crises. Épilepsie partielle pharmacorésistante Non opérable

36 Épilepsie et vie quotidienne

37 Règles de vie des épileptiques Hygiène de vie Observance du traitement Éviction des situations « dangereuses » Commission du permis de conduire Grossesse

38 Aux urgences

39 Crise inaugurale Crise chez un épileptique connu Etat de mal épileptique

40 Crise inaugurale Hospitalisation Rechercher facteurs favorisants et description de la crise par témoin+++ : Exam neuro : anormal : +/- fièvre ou signe méningé,+/- céphalées: urgence normal : bio + EEG et IRM traitement: pas de ttt en urgence mais discuter ttt préventif au long cours

41 Chez un épileptique connu Recherche facteurs favorisants : mauvaise observance, manque de sommeil, alcool, toxique… crise « habituelle » (mm symptômes)? Si oui : hospitalisation non nécessaire Si non : hospitalisation ou avis neuro Bilan bio + dosage Anti-épileptiques

42 Etat de mal Savoir le reconnaître+++ LA véritable urgence!!

43 Conclusion Crises = symptôme Épilepsie = maladie En cas de crise : protéger+++ Etat de mal : LA véritable urgence Traitement : observance


Télécharger ppt "L’épilepsie ou les épilepsies Sandra FELIX Janvier 2009."

Présentations similaires


Annonces Google