La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Déclaration et gestion dun cas dInfection Invasive à Méningocoque (IIM) Rôle de la Cellule de Veille et de Gestion Sanitaire Dr Audrey JOLY - ARS de Picardie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Déclaration et gestion dun cas dInfection Invasive à Méningocoque (IIM) Rôle de la Cellule de Veille et de Gestion Sanitaire Dr Audrey JOLY - ARS de Picardie."— Transcription de la présentation:

1

2 Déclaration et gestion dun cas dInfection Invasive à Méningocoque (IIM) Rôle de la Cellule de Veille et de Gestion Sanitaire Dr Audrey JOLY - ARS de Picardie

3 Déroulé de la présentation Histoire naturelle de lIIM Réception du signalement Validation du signalement Gestion autour dun cas Clôture du signalement

4 Histoire naturelle de lIIM Méningocoque : Bactérie exclusivement humaine, commensale du rhinopharynx, très fragile Transmission par voie aérogène Acquisition au niveau du rhinopharynx Portage asymptomatique Rarement suivi dune IIM (taux dincidence en 2011 : 0,97/ habitants) Période de contagiosité de 10 jours Maladie transmissible, touchant essentiellement les sujets jeunes avec un taux de létalité 10 % et un taux de séquelles 7 %

5 Réception du signalement

6 Validation du cas Présence dau moins 1 des 4 critères suivant : Isolement bactériologique de méningocoque ou PCR positive à partir d'un site normalement stérile OU d'une lésion cutanée purpurique Présence de diplocoque Gram négatif à l'examen direct du L.C.R. L.C.R. évocateur de méningite bactérienne purulente ET Soit éléments purpuriques cutanés Soit antigène soluble méningococcique dans le L.C.R., le sang ou les urines Présence d'un purpura fulminans

7 Mise en place de lantibioprophylaxie +/- de la vaccination Transmission de la DO à lInVS Sassurer de lenvoi de la souche au CNR pour la surveillance Remontée au ministère et au préfet en fonction du cas Gestion autour dun cas

8 Modalités de la chimioprophylaxie Pourquoi ? Empêcher lapparition de la maladie et éradiquer le portage de la souche chez les sujets contacts Prévenir la diffusion de la souche dans la population Par qui ? Recommandation par le médecin et/ou lIDESP de la CVGS en partenariat avec les PS (éducation nationale, médecin traitant, médecin hospitalier, médecin du travail…) Prescription par le médecin hospitalier pour la famille proche et par les médecins traitants Quand ? Dans les plus brefs délais 24 à 48 heures et inutile au-delà de 10 jours A qui est-elle recommandée ? « Sujet contacts » pour lantibiothérapie

9 Définition dun sujet contact « Personne ayant été exposée directement aux sécrétions rhinopharyngées dun cas dans les 10 jours précédents son hospitalisation » moins dun mètre en face à face et dune durée de plus dune heure Principalement des personnes qui vivent ou sont gardées sous le même toit Lors dun contact « bouche à bouche », le temps importe peu Pour les professionnels de santé : uniquement si manœuvres à risque

10 Intérêt de bien cibler les « sujets contact » Cibler tous les cas contacts pour éviter lapparition dun cas secondaire Ne traiter que les cas contact afin de ne pas prescrire de façon abusive les antibiotiques risque dentraîner une sélection de souches résistantes

11 Les antibiotiques utilisés Antibiotique de référence : Rifampicine Posologie par voie orale, pendant deux jours Adaptée en fonction de lâge du patient Utilisation possible chez la femme enceinte Effets secondaires : diminution de lefficacité de contraceptifs oraux coloration rouge des sécrétions: urines, liquide lacrymal Ceftriaxone ou Ciprofloxacine en cas de CI ou de résistance documentée et confirmée à la rifampicine

12 La vaccination : relai de lantibiothérapie Pourquoi ? Risque de réintroduction de la souche pathogène Modalités : de façon systématique pour les sérogroupes A/C/Y/W135 pas de vaccination pour le sérogroupe B de manière générale sauf dans certaines conditions pour le méningocoque B14 : P1-7,16 pour les personnes de la communauté de vie délai : le plus précocement possible dès la connaissance du sérogroupe avec des recommandations différentes

13 Les vaccins utilisés Sérogroupe W135 et Y : Vaccin conjugué tétravalent A/C/Y/W135 Nimenrix® à partir de 1 an : attente disponibilité dans les officines Menveo®à partir de deux ans (depuis lavis HCSP du 12 juillet 2012) Sérogroupe A : Vaccin non conjugué bivalent (A+C) de 6 mois à 1 an Vaccin conjugué tétravalent A/C/Y/W135 à partir dun an Nimenrix® à partir de 2 ans, Menveo® Sérogroupe C : Vaccin conjugué C à partir de 2 mois Schéma vaccinal : 2 injections de 2 mois à 12 mois puis 1 injection Méningitec®, Neisvac®, Menjugate kit®

14 Prophylaxie autour dun cas confirmé dIIM B : 14 : P1-7,16 dans la Somme Dans les cantons Ault, Friville-Escarbotin, Gamaches : Selon un schéma à quatre doses, pour les sujets contacts âgés de 2 mois à 24 ans révolus et demeurant dans l'entourage du cas Selon un schéma à deux doses espacées de six semaines, pour les sujets contacts âgés de 25 ans au moins Dans le reste du département de la Somme : Selon un schéma à deux doses espacées de six semaines, pour les sujets contacts d'un cas, tous âges confondus à partir de l'âge de 2 mois

15 Quelques réponses aux questions les plus fréquentes Il est inutile de faire une désinfection rhino-pharyngée Il est inutile de faire un prélèvement rhino-pharyngé chez les sujets contacts Les sujets contacts peuvent poursuivre leurs activités (scolaire, sport…) Létablissement continue de fonctionner normalement sans désinfection particulière

16 Clôture des dossiers de façon collégiale par la plateforme de veille et durgence sanitaire Envoi de la DO complétée à lInVS Retour au signalant sur les résultats de linvestigation Clôture du dossier

17 MERCI DE VOTRE ATTENTION !


Télécharger ppt "Déclaration et gestion dun cas dInfection Invasive à Méningocoque (IIM) Rôle de la Cellule de Veille et de Gestion Sanitaire Dr Audrey JOLY - ARS de Picardie."

Présentations similaires


Annonces Google