La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Psycholinguistique 4 Lacquisition lexicale Lecture : De Boysson-Bardies (1996): A la découverte du sens des mots (9 à 17 mois). In : Comment la parole.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Psycholinguistique 4 Lacquisition lexicale Lecture : De Boysson-Bardies (1996): A la découverte du sens des mots (9 à 17 mois). In : Comment la parole."— Transcription de la présentation:

1

2 Psycholinguistique 4 Lacquisition lexicale Lecture : De Boysson-Bardies (1996): A la découverte du sens des mots (9 à 17 mois). In : Comment la parole vient aux enfants, Editions Odile Jacob, pp

3 Introduction Pour construire le lexique, il faut : –Extraire les unités de sens du discours entendu : or, la parole se présente comme une onde acoustique continue; pas de pauses systématiques et peu dindices acoustiques distincts signalent les frontières entre les mots : la question de la segmentation en phrases, syntagmes, mots sans connaissance préalable –Mémoriser les mots sous une forme qui permette de les reconnaître et de les utiliser : la question de la qualité (distinctness) des représentations phonologiques

4 « Chers enfants, est-ce que le dispositif acoustique programmé dont vous êtes pourvus à la naissance vous permet de relever les caractéristiques de lorganisation syllabique des mots ? Bien que, selon les langues, ces unités ne soient pas toujours coextensives aux mots adultes, pouvez-vous nous dire si les syllabes saillantes ou accentuées vous fournissent une base valable pour lextraction des mots ? Remarquez-vous si des syllabes sorganisent de façon plus ou moins systématique pour former des mots ? Comment repérez-vous cette organisation ? Nous savons dautre part que les indices phonotactiques (sur les séquences permises dans la langue) sont aussi impliqués dans la segmentation et le traitement des mots. Les régularités phonologiques des langues vous aident-elles à segmenter ce que vous entendez ? « (DBB, p. 127) Il ne restait quà formuler ces questions de façon à obtenir des réponses !

5 Stratégies multiples Absence de blancs entre les mots; la nature du signal acoustique correspondant à un mot varie selon le locuteur Le locuteur adulte active tous les mots pouvant se trouver dans la phrase; ensuite, ces mots qui se recouvrent sinhibent mutuellement

6 Target: word «CHAT» No prosodic boundary: Ambiguous: [d'un CHAT grincheux]...=> chagrin Non-Ambiguous: [d'un CHAT drogué]...=> *chad With prosodic boundary: Ambiguous: [le gros CHAT] [grimpait aux arbres]=> chagrin Non-Ambiguous: [le gros CHAT] [dressait loreille]=> *chad Word detection : phonological phrase boundaries block lexical activation (adults)

7 Word detection: influence of phonological phrase boundary Christophe et al. (2004). Journal of Memory and Language.

8 Les bébés, quant à eux, nont pas encore de lexique très fourni À partir de 6 mois, ils disposent de multiples stratégies leur permettant de découvrir les mots dans les phrases

9 Indices phonotactiques Certaines séquences de phonèmes ne sont possibles quà la frontière entre deux mots et sont donc des indices de segmentation; ex /els/ impossible à la fin dun mot en français (mais possible en allemand) –« elle sait voir » –« der fels ist gross » –En français : /rtf -> on sait quil doit y avoir frontière de mot entre /t/ et /f/ comme dans « une porte fermée » À 9 mois, les enfants connaissent déjà ces régularités dans leur langue et peuvent les exploiter pour inférer la position des frontières de mots (S. Mattys & P. Juczyk, 2001)

10 On donne à écouter à des bébés de 6 et de 9 mois des listes de mots abstraits (non familiers) anglais et des listes de mots hollandais : même prosodie, mais des suites /zw/ et /vl/ existant en hollandais, « zwesten », « vlakte » ne sont pas admises en anglais Le temps découte = mesure de « préférence » –à 6 mois, aucune préférence –à 9 mois, les bébés américains écoutent plus longtemps la liste de mots anglais (8.93 sec.) que la liste de mots hollandais (5.03 sec.); les enfants de 9 mois pourraient être sensibles aux indices phonotactiques de leur propre langue (Jusczyk et al. Infantssensitivity to the sound patterns of native language words, JML, 1993)

11 Apprentissage des régularités statistiques dans la séquence des sons pour définir les frontières de mots (Saffran, Aslin, Newport,1996) Contexte –Les probabilités transitionnelles dun son à lautre sont plus élevées pour des sons qui se suivent à lintérieur dun même mot que pour des sons qui se suivent en franchissant une frontière de mots Ex: pretty baby: pre-ty > ty-ba –Les bbs de 8 mois peuvent-ils extraire linformation sur les frontières des mots seulement sur base dindices statistiques? Méthode –Cf Jusczyk &Aslin : familiarisation avec matériel auditif; test avec deux types de stimuli items contenus dans le matériel de familiarisation Items très similaires mais non contenu dans matériel familiarisation –Les bbs contrôlent la durée de chaque essai test par la fixation de leur regard

12 Méthode –24 bbs de 8mois (environnement américain) familiarisés avec flux continu de parole de 2 minutes composé de 4 non-mots de 3 syllabes répétés dans ordre aléatoire : bidakupadotigolabubidaku –Seul indice : probabilités transitionnelles, plus élevées à lintérieur des mots (bida) quentre les mots (kupa) –Test : le bb reçoit des répétitions de 2 « vrais » mots et 2 « nonmots »:mêmes syllabes mais ordre différent Résultats –Les bbs discriminent, ils écoutent plus longtemps les « non-mots » (effet de déshabituation) que les « mots » –Ils prêtent davantage attention à des séquences de syllabes qui « franchissent » la frontière (ex: kupado) quaux « mots » (bidaku) Interprétation –Deux minutes dexposition à de la parole concaténée pour former des « mots » suffisent pour que bbs 8mois extraient information sur les régularités statistiques des syllabes

13 Exploiter des mots déjà connus pour en trouver de nouveaux (Bortfeld, Morgan, Golinkoff & Rathbun, 2005) Les bébés commencent à reconnaître le patron sonore de leurs propres noms dès lâge de 4.5 mois (Mandel, Jusczyk, & Pisoni, 1995), et à 6 mois ils peuvent isoler leur nom du flux de la parole (Mandel et al., 1995) Les bébés de 6 mois sont-ils déjà capables dexploiter leur propre prénom et le mot « maman » pour segmenter les mots qui viennent juste après ? Ils écoutent plus longtemps un mot nouveau lorsque celui-ci vient après leur prénom ou Mommy, Mama, que lorsquil vient après un autre nom (Tommy, Lola) CCL :Les bébés sont capables de « top-down processing »

14 Exploitation de lintonation e la parole, du rythme, de sa mélodie

15 Word detection in infants: in French. Same experimental procedure and design: –Sentences containing balcon (12): [La rangée de balcons] [fait face au cloître] [du monastère]. –Sentences containing both syllables of balcon (12): [La grande salle de bal] [confère un air solennel] [au château]. –distractor sentences (12).

16 Word detection: French 16-month- olds [La rangée de balcons] [fait face au cloître] [du monastère]. [La grande salle de bal] [confère un air solennel] [au château]. Millotte (2005) PhD thesis.

17 Phonological phrase boundaries constrain lexical access (French) adults do not suffer from a local ambiguity when it spans a phonological phrase boundary; (French and American) infants do not turn their heads when hearing both syllables of a word separated by a phonological phrase boundary. => phonological phrase boundaries are computed on-line and interpreted as word boundaries.

18 Word detection with infants: a variant of conditioned head-turning. Session 1: infants are trained to turn their head for paper Session 2: after warm-up trials, infants are tested on whole sentences: –containing paper (12): [The church] [with the most paper spires] [is heavenly]. –containing both syllables of paper (12): [The man] [with the least pay] [perspires constantly]. –distractor sentences (24).

19 Word detection: American 13-month-olds Gout, Christophe & Morgan (2004) Journal of Memory and Language [The church] [with the most paper spires] [is heavenly]. [The man] [with the least pay] [perspires constantly].

20 Pourquoi ce décalage entre enfants américains et français ? Les bébés américains parviennent à différencier les mots dès lâge de 10 mois, 6 mois avant les bébés francophones

21 Laccent tonique en anglais … Tombe sur les mots de contenu, et, dans ces mots, sur la racine et non sur les inflexions Corpus mots : 4% de mots polysyllabiques débutant par une syllabe faible La prédominance du rythme fort/faible peut être utilisée pour segmenter la chaîne parlée en mots par ladulte. Et par le bébé ?

22 Lutilisation du patron accentuel –en anglais, patron dominant des mots de contenu « strong/weak » (trochaic) : syllabe initiale accentuée + une ou plusieurs non accentuées (kingdom, hamlet) : chaque syllabe accentuée marque le début dun mot nouveau –Bbs anglophones de 9 mois écoutent plus longuement des listes de mots « strong/weak » (typiques de langlais) comme « kingdom », que des listes W/S (atypiques de langlais) comme « beret », »device » (à 6 mois pas de différence) –Pas de préférence généralisée pour le pattern S/W : les bbs exposés à l lhébreu préfèrent le schéma W/S, dominant en hébreu

23 Lenfant commence à comprendre les mots et les phrases de son entourage … M. Lewis, Infant Speech : a study of the beginning of language (1936) Avant 9 mois la plupart des gestes sont reliés à des situations précises et appris en réponse à des mots dits dans des contextes bien délimités –À 8-9 mois, le bébé agite la main quand on dit « goodbye » –À 7 mois, il bat les mains quand on dit « bravo » et se retient de toucher un objet quand on dit « chut » La plupart des enfants commencent à comprendre des mots seulement vers 9 mois, mais le ton de la voix de la mère et la situation restent des appoints nécessaires pour obtenir une réponse de lenfant –Ex: « non », lié par lenfant à une interdiction (mais cela pourrait être « oui » prononcé sur le même ton ?) –« on va se promener » : lenfant va vers la porte, aidé par la présence du bonnet ou de lanorak ! les bébés reconnaissent-ils des formes phonétiques stables ?

24 Le bb qui a appris à reconnaître le patron sonore de certains mots isolés va-t-il reconnaître ces mots dans un contexte de phrases ? (Jusczyk & Aslin, 1995) Méthode –Paradigme HTP pour familiariser les bbs à une paire de mots; ensuite on teste si les bbs écoutent plus longuement les passages des phrases qui incluent les mots familiers que les passages sans ces mots –4 mots monosyllabiques : « feet », « cup », « dog », «bike» –Au début exp., les bbs 7m ½ sont familiarisés avec deux des mots jusquà ce quils aient accumulé 30 sec découte pour chaque mot –Phase test : 4 passages différents (2 contenant les mots familiarisés et 2 contenant les deux autres mots), chacun consistant en 6 phrases, sont joués pour les bbs; le mot test apparaît dans les 6 phrases Résultats –Les bbs de 7m ½ écoutent plus longuement les passages contenant les mots familiers, alors que ces mots nétaient pas connus au préalable, et nétaient pas les plus proéminents dans les phrases –A 6 mois, pas dévidence de détection de mots familiers : les habiletés de segmentation en mots qui sont utilisées dans la perception de la parole se développent entre 6 et 7m1/2

25 Les bbs peuvent-ils extraire des mots nouveaux de contextes de phrases ? Contexte –Les mères ne présentent des mots nouveaux isolés que dans 20% des cas; les bbs doivent apprendre les mots nouveaux dans le contexte de phrase (plus difficile, car co-articulation) Méthode –Les bbs 7m1/2 sont dabord exposés aux passages de parole fluente contenant les deux mots cible, et ensuite testés à laide de mots isolés répétés Résultats –Idem exp. précédente. Les bbs écoutent plus longuement les listes de mots isolés quils les ont entendu au préalable dans des phrases Interprétation –Les bbs ont été capables dextraire les mots cibles (reconnaître les patrons sonores de mots nouveaux), qui étaient répétés dans des phrases différentes …

26 Détection dunités mot ou de syllabes fortes ? (Jusczyk, Houston, & Newsome, 1999) But –Sassurer que les bbs détectent des unités-mots, en utilisant des bisyllabes Méthode –Familiarisation avec mots accentués strong/weak: »doctor », « candle »; test avec 4 passages de 6 phrases chacun : 2 contenant les mots »familiers » et 2 contenant mots nouveaux « kingdom », »hamlet » Resultats –Préférence pour les passages contenant les mots « familiers « –mêmes résultats si les bbs sont dabord familiarisés avec les mots contenus dans les phrases Question –Les bbs répondent-ils seulement à la syllabe forte ?

27 Méthode –Familiarisation des bbs avec la première syllabe forte « can » (candle), « dock » (doctor) et présentation des phrases contenant les mots entiers (candle, doctor) Résultats –Les bbs ne témoignent pas dune tendance significative à écouter les passages contenant les mots strong/weak Interprétation& Questions –Ds lexpé précédente, les bbs apparient le mot entier (strong/weak) de la phase de familiarisation à lécoute des phrases, et non la seule syllabe initiale –Cohérent avec lidée selon laquelle la syllabe forte signale le début dun mot (Metrical Segmentation Strategy, Cutler &Norris, 1988); difficultés à détecter les mots avec patron weak/strong ?

28 Méthode –Familiarisation des bbs avec mots W/S :guitar, surprise (beret, device) Résultats –Les bbs de 7m1/2 nécoutent pas plus longtemps les passages contenant les mots W/S après avoir été familiarisés avec versions isolées de ces mots –Mais après avoir été familiarisés avec la syllabe forte de ces mots, « tar » « prize », ils ont tendance à écouter davantage les passages contenant les mots entiers W/S !!! Interprétation –les bbs semblent percevoir le « tar » de « guitar » comme commençant un mot nouveau quand il se produit dans le contexte dune phrase

29 Quelles représentations les bbs ont-ils des premiers mots ? A partir de 9 mois, le bébé prend conscience que les mots ont un sens et son but principal est alors de comprendre, de reconnaître des mots pour les relier à un sens Lenfant devient attentif au sens, il cherche à mémoriser et à représenter les formes auxquelles il peut attribuer une signification Cela entraîne une redistribution des capacités dattention et de représentation; intérêt pour la reconnaissance des mots familiers

30 les bbs utilisent-ils leurs capacités de discrimination des sons de la parole lors de la perception des mots ? Hallé & De Boysson-Bardies, 1994 Effet de la familiarité –Les bb de 11 mois (12 E/16) montrent une préférence (HTP) pour des mots très fréquents dans linput (biberon, chaussure,chapeau, gâteau, lapin, ballon) par rapport à des mots non familiers (caduc,bigot, volute, busard): les enfants ont stocké une représentation en mémoire à long terme Modification des mots familiers utilisés dans lexpérience –Condition voisement : piberon, kâteau, jepeau –Condition lieu : viberon, jateau, kapeau Résultat –Les bbs de 11 mois continuent à être plus intéressés par ces mots modifiés que par les mots rares,et ne font pas de différence par rapport aux mots familiers Interprétation –« la représentation perceptive des mots ne spécifie pas une séquence de phonèmes, mais des unités plus globales, moins analysées »

31 « dans les contextes de réception quotidienne de la parole, la représentation des mots serait codée sous une forme relativement plus « holistique » qui prendrait en compte principalement les supports des indices prosodiques aux dépens dune description segmentale fine. Cette hypothèse a été proposée par les psycholinguistes qui ont étudié les productions des enfants (Ferguson, 1986; Ferguson & Farwell, 1975; Menn, 1978; Macken, 1980). Pour eux, les premières représentations des mots chez les enfants ne comportent pas une description segmentale complète mais se feraient sous forme dun mot « prosodique », une structure globale, syllabique, sur laquelle sont repérés certains traits articulatoires » (DBB, p. 138)

32 Les bbs utilisent-ils différemment les habiletés de perception de la parole dans les situations qui nécessitent le lien avec la signification ? The Switch Task (Werker,Cohen, Lloyd, Casasola & Stager, 1998) Exp. 1. Les bbs sont habitués à deux appariements « mot-objet » (AA et BB). On compare ensuite leur temps de regard pour un essai « même » (AA ou BB) et un essai « switch » (AB). Les bbs de 14 mois ne font pas de différences entre les essais « même » et les essais « switch » Exp. 2. Les bbs napprennent quune seule paire. A 8 mois, ils regardent plus longtemps les essais « switch »; à 14 mois, pas de différence entre « même » et « switch » Exp. 3. Une paire, phonologiquement très contrastée : « lif-neem ». Les bbs de 14 mois regardent plus longuement les essais « switch » Exp. 4. Une paire très similaire « bih-dih », mais pas de signification (échiquier) : a 14 mois, réactions différentes aux essais « même » et « switch »

33 Interprétation –Les bbs de 14 mois ne font plus attention aux détails phonétiques (quils sont cependant capables de discriminer) lorsquils doivent lier les mots à la signification, car ceci requiert des ressources attentionnelles intenses (cf simplification des formes phonologiques quand les bébés passent du babillage aux premiers mots) –Lien avec taille du vocabulaire : les bbs de 14 mois avec vocabulaire élevé (production > 25 mots, compréhension > 200 mots) ont plus de chances de réussite que ceux avec vocabulaire peu élevé

34 Le changement dans lefficacité du traitement des mots parlés est lié à des changements dans les patrons dactivations neuronales 1. Données sur mots connus et inconnus (Mills et al., 1997) –Dès lâge de 13 mois, plus large amplitude dans les réponses PE (potentiels évoqués) aux mots connus vs inconnus à msec après le début du mot –De 13 à 17 mois, différence détectée dans les deux hémisphères, sur les sites frontaux, temporaux, pariétaux,et occipitaux –À 20 mois, la différence est observée seulement dans lHG sur les sites temporaux et pariétaux : émergence de systèmes de traitement cérébraux spécialisés pour le traitement des mots –Lien avec taille vocabulaire à 20 mois Enfants avec vocabulaire élevé(> 150 mots) : PE aux mots connus plus focalisés Enfants avec vocabulaire faible (50 mots): réponses plus distribuées

35 2. Détail phonétique de la représentation lexicale (Mills, Prat, Neville, & Werker, 2003) But –Examiner les changements développementaux dans le traitement neuronal (N200-N400) des mots et non-mots phonétiquement proches Méthode –10 mots connus : dog, cal,shoe, milk, bear –10 nonmots inconnus : neem, blick,zav, kobe –10 nonmots inconnus phonétiquement similaires aux mots connus : bog, gal, zue, nilk Prédictions ?? Résultats –À 14 mois Mots connus > nonmots Nonmots phonétiques > nonmots Motsconnus = nonmots phonétiques Les différences sont distribuées sur les régions antérieures et postérieures des deux hémisphères

36 –A 20 mois (fig.4) Gauche > Droite sur les sites temporaux et pariétaux (Droite > Gauche sur régions occipitales) Mots connus > nonmots : seulement sur sites temporal G, pariétal G etfrontal D Motsconnus > nonmots phonétiques:site temporal G et pariétal G Nonmots phonétiques = non mots

37 Conclusions À 14 mois, le traitement électrophysiologique des nonmots phonétiques ne peut être distingué de celui des mots connus, et diffère de celui des nonmots: tâche difficile de lier le mot au sens et moindre attention aux détails phonétiques (cf switch task) A 20 mois, la signature PE aux nonmots phonétiques diffère de celle aux mots connus, mais pas de celle aux nonmots: les enfants ne montrent la réponse de reconnaissance quaux mots connus phonologiquement corrects dans tous les détails : les différences phonétiques plus saillantes favorisent lapprentissage (lien avec lexplosion lexicale)

38 Résultats compatibles avec hypothèse limitation ressources attentionnelles –Lier un mot à un objet est difficile pour un novice, et une partie de linformation phonétique nest pas prise en compte –Courbe en U : à 7-8 mois, meilleure attention aux détails phonétiques quà 14 mois (essai de mémoriser le lien de sens) : changement dans le traitement que les enfants font des mots –Lorsque lenfant devient, de simple associationiste, un « referential word learner » plus mature, les différences phonétiques deviennent plus saillantes

39 Mais que se passe-t-il à 18 mois : le temps des développements liés ? (Nazzi & Bertoncini, 2003) Le changement dans la catégorisation dobjets précéderait lémergence de lhabileté à lier les patrons sonores aux catégories dobjets, qui précéderait lexplosion lexicale, qui précéderait lémergence de lusage de formes phonologiques bien spécifiées … Evidence dans le développement « normal » : à venir.. Dans le développement « déviant » –Syndrôme de Down développement langagier très retardé (à 3 ans beaucoup ne parlent pas encore) capacité de catégorisation (attacher un mot nouveau à un objet) et explosion lexicale émergent simultanément Les enfants SD natteignent jamais un « bon » niveau de développement lexical (problèmes de mémoire phonologique qui les empêche davoir des représentations phonologiques spécifiées ?)

40 –Syndrôme de Williams développement atypique; lexplosion lexicale a lieu avant la capacité à former des catégories, qui nest toujours pas développée à 4 ans le couplage des développements conceptuels et linguistique ne seffectue pas, empêchant le mécanisme dacquisition lexicale référentielle de se produire utilisation de bonnes capacités de mémorisation pour acquérir un « proto-lexique » large ?

41 La constitution du lexique précoce Lecture : D. Basano « La constitution du lexique : le « développement lexical précoce » in M. Kail & M. Fayol: Lacquisition du langage avant 3 ans

42 Le développement quantitatif du lexique La composition du lexique et le développement des classes de mots Linfluence de la langue en acquisition (Lacquisition du sens des mots et la formation des concepts)

43 Développement quantitatif du lexique Sur base de questionnaires, journaux remplis par les parents, tendances moyennes concernant le moment dapparition des premiers mots et le rythme daccroissement du vocabulaire Production : Les premiers mots conventionnels : mois (idem pour les signes de la LS ) Accroissement dabord très lent : il faut 4 à 5 mois pour atteindre un vocabulaire de 50 mots (1 à 2 mots nouveaux produits par semaine jusquà 50 mots) Vers 18 mois (16-20 mois) : explosion lexicale en production (vocabulary spurt): entre 4 et 10 mots nouveaux produits par jour ! (Benedict, 1979; Nelson, 1973) Mêmes changements en compréhension (Mills et al., 1997)

44 Etude de Bates et al. (94) sur base des rapports parentaux au CDI Dispositif –1803 bbs de 0;8 à 2;6 ans dont les parents participent au normage du MacArthur Communicative Development Inventories (CDI) (existe aussi en français !) –Checklist « infant » (0;8 à 1;4) de 396 mots parmi les premiers à apparaître dans le vocabulaire Le parent doit cocher les mots que lenfant a) reconnaît; b) produit 19 catégories sémantiques : onomatopées, noms danimaux, noms de véhicule, jouets, items de nourriture, vêtements, parties du corps, ameublement, objets ménagers, objets et lieux dextérieur, personnes, routines et jeux (peekaboo), verbes, mots pour le temps, adjectifs, pronoms, marques interrogatives, prépositions, quantificateurs

45 « Toddler » (1;4 à 2;6) –Toddler : le parent indique seulement si lenfant produit le mot (N= 680) (compréhension difficile à évaluer à cet âge) –22 catégories sémantiques –Grammaire précoce : début des combinaisons de mots (« pas encore », parfois, souvent) –Si lenfant produit des combinaisons de mots, questions sur la nature de ces combinaisons et formes grammaticales –Checklist des verbes dans formes fléchies régulières et irrégulières –Les parents doivent écrire les trois plus longs énoncés produits par lenfant durant les dernières semaines –Complexité grammaticale : paires minimales et le parent doit indiquer quel est lénoncé le plus proche de ce que dit lenfant: Kitty sleeping vs Kitty is sleeping –Les paires minimales portent sur des contrastes présence/absence de verbes copules, auxiliaires, possessifs, pluriels, marques du passé, prépositions, articles dans des contextes obligatoires –Léchelle est fortement corrélée avec MLU (Mean Length of Utterances)

46 Etude transversale à laide du MAcArthur Communicative Development Inventories (Fenson, Dale, Reznick, Thal, Bates, Hartung, Pethick & Reilly, 1993) –11 mois: moyenne: 6 mots (de 0 à 52) –12 mois: moyenne : 44 mots (de 3 à 357) –20 mois : moyenne : 311 mots (de 57 à 534) Variabilité importante, en particulier à partir de 13 mois –À 13 mois, les plus avancés sont au stade de 50 Mots –24 mois : moyenne : 311 mots 10% les plus avancés : 500 mots 10% les moins avancés : moins de 57 mots –2;6 : médiane : 574 ( ), avec p. 10 qui a démarré ( ) et p. 90 qui plafonne (654 à 675)

47 Production en retard par rapport compréhension; le décalage se maintient assez longtemps –8-10 mois: signes de compréhension des mots (4 à 5 mois avant lémergence de la production) : les enfants ont stocké des représentations de mots familiers –16 mois : compréhension: 200 mots; production : 60 mots

48 La composition du lexique et le développement des classes de mots Éléments « sociopragmatiques » : non, allo, au revoir, onomatopées, ça y est, y a plus noms : maman, oiseau, chaussure : termes à fonction référentielle, qui désignent des entités, individus animés ou inanimés ou classes dobjets verbes et adjectifs : vouloir, manger, partir, petit : termes à fonction prédicative qui désignent des actions, états, propriétés, qualités attribués aux entités Mots grammaticaux, classe fermée (closed class) : déterminants, pronoms, prépositions, conjonctions

49 Résultats de Bates et al. (1994) –Augmentation linéaire taille vocabulaire en fonction de lâge (r = 0.68; p <.001) –Variabilité importante dans le rythme de développement (cf supra) –Donc: toute analyse de la composition du vocabulaire doit être réalisée non en fonction de lâge (variabilité extrême) mais en fonction du niveau de développement lexical

50 De la référence à la prédication puis à la grammaire : enfants anglophones (Bates) –Expansion des noms : apogée lorsque les enfants possèdent entre 100 & 200 mots, puis forte diminution jusquà 41.9% du lexique –Expansion linéaire des prédicats, verbes et adjectifs : proportion initialement faible (moins de 15% avant le seuil des 100 mots), saccroît régulièrement avec laugmentation du vocabulaire à partir seuil mots –Mots classe fermée : proportion quasi inexistante au début (5%), saccroît brusquement à partir seuil vocabulaire = 400 mots : développement linéaire jusquà atteindre 15% à la fin période étudiée Développement mots de fonction requiert présence masse critique noms, verbes, … Implications pour enfants SLI, sourds, syndrôme de Down: développement grammatical retardé ou déviant Idem enfants italophones, hispanophones, francophones

51 Idem si on examine le nombre absolu de mots produits en fonction taille vocabulaire (Fig. 2) : les courbes de croissance diffèrent pour les 3 types ditems La tendance linéaire pour les Noms se manifeste déjà de 0 à 50 mots (0;8 à 1;4 ans), tandis que les Verbes et les Adjectifs se développent plus lentement, et ne « décollent » pas avant le seuil de 50 Mots (en anglais) Variation stylistique –Noms (style référentiel): variation énorme dans les stades précoces du développement (Fig. 6) Avant 50 Mots: médiane : 40 % (étendue : de 0 à 75%) –Prédicats : variations moindres que pour les Noms (Fig. 8)

52 –Mots de fonction accroissement linéaire après 400 mots De 1 à 400 mots : variation individuelle substantielle dans lusage des mots de fonction cf changement entre 1;8 et 2;4 ans dans les corrélations statistiques associées avec la proportion des mots de classe fermée –À 1;8 ans, ces scores sont associés avec des mesures de « répétition par cœur », mais non liées au développement général; corrélé NEGATIVEMENT avec les « mêmes » mesures 8 mois plus tard !! Lusage précoce des items de classe fermée dépend de la « rétention par cœur », un style lexical qui nest pas utile lorsque lenfant doit atteindre un contrôle productif sur la morphologie grammaticale ! –À 2;4, ces mêmes scores sont liés au MLU et au vocabulaire total

53 Le style référentiel est corrélé avec Lâge Lordre dans la fratrie : les aînés ont des scores référentiels plus élevés Niveau éducation de la mère, du père, lactivité professionnelle des parents …

54 Modèle en 4 stades Stades éléments socio pragmatiques & ludiques : les tout premiers mots Stade de la référence : commence avec lexplosion des 50 mots, se caractérise par usage prédominant noms communs Stade de la prédication : après le seuil des 100 mots : développement verbes et adjectifs qui servent à encoder significations relationnelles Stade grammaire : brusque expansion mots de fonction à partir seuil 400 mots (… débuts de la grammaire, de la production de phrases….)

55 Hypothèse de la « masse lexicale critique » Conception émergentiste du langage : le développement du lexique et lémergence de la grammaire sont en relation dinterdépendance et non le produit de règles innées spécifiques comme le proposent les théories modularistes et innéistes –Pas de dissociation entre lexique et grammaire chez les enfants normaux : on ne trouve pas denfant qui aurait un vocabulaire développé et aucune manifestation de grammaire –Relations forte entre taille vocabulaire à 20 mois et longueur moyenne des énoncés (indicateur de complexité syntaxique) à 28 mois

56 Sur-représentation des noms et sous-représentation des verbes et des mots de fonction : phénomène universel et/ou influence de la langue en acquisition ?

57 En français Bassano et al. (1998, 1999) Proportion de noms moins élevée quen anglais: 28% à 20 mois Proportion de prédicats, impératifs verbaux (tiens, donne, regarde…) + être, pouvoir, vouloir : un peu plus élevée quen anglais: 18% à 20 mois Développement de la catégorie des mots grammaticaux plus présent chez les francophones: 22% à 20 mois, et expansion forte à partir de 2 ans (36% du lexique des enfants de 30 mois): richesse du potentiel grammatical de la langue française en termes pronoms et déterminants

58 Relations temporelles entre développement lexical et grammaticalisation (Bassano, 2005) Processus de grammaticalisation : les mots identifiés comme « noms » ou « verbes » acquièrent, dans la production de lenfant les propriétés qui les caractérisent en tant que classe grammaticale –Noms : emploi du déterminant, antéposé, portant les marques de genre et de nombre –Verbes : emploi des flexions finales pour construire les formes simples (p. passé, infinitif, imparfait, futur) et emploi des auxiliaires et des modaux pour construire les formes composées (passé composé, futur proche, …)

59 La grammaticalisation des noms en français (Bassano, 2005) Indice de grammaticalisation mesure la capacité de lenfant à utiliser un déterminant dans les contextes où celui-ci est obligatoire –strict : utilisation de vrais déterminants « un chat », « le chien » : pas avant 18 mois, utilisation modérée jusquà 2 ans; 0.75 à 28 mois, 0.90 à 29 mois : explosion grammaticale typique, intégration brusque de la contrainte vers 27 mois –Accomodant : tient compte aussi des fillers pré-nominaux : «/e/ nez », « /a/chat » : le processus de grammaticalisation est plus précoce et plus progressif que la version stricte ne le laisse penser; lemploi du déterminant est préparé par des phénomènes précurseurs; accroissement nettement marqué à partir de 25 mois

60 Grammaticalisation des verbes en français (Bassano, 2005) Mesure de la capacité de lenfant à produire des formes composées complètes : « jai renversé », « je ne veux pas manger » (et non « pas fini », « pas mettre ça ») –Strict : pas avant 23 mois; à 29 mois lindice atteint 0.80, explosion grammaticale des verbes –Accomodant : « /lé/fini », « /a/sauter » : augmentation régulière à partir 18 mois, et plus brutale à partir 26 mois, en différé de qqs mois par rapport au moment dexplosion de la production lexicale de cette catégorie Conclusion : lexplosion de la grammaticalisation suit, avec un délai denviron 2 mois, lexpansion de la production lexicale

61 En coréen (Gopnik & Choi, 1990, 1995) et en chinois mandarin (Tardif et al., 1998) production plus précoce et plus fréquente des verbes et moindre usage de noms chez les petits coréens (Choi et al., 1995, 1996) et enfants chinois mandarin (20-22 mois) –9/10 enfants parlant le mandarin (1;10) produisent significativement plus de verbes que de noms communs (Tardif, 1996) –Proportion égale de verbes et de noms dans le lexique de 9 enfants coréens (autour de 50 mots), mais davantage de noms que de verbes chez enfants anglophones –7/9 enfants coréens témoignent dune « explosion des verbes » et dune explosion des noms à 1;6 ans

62 Propriétés structurelles de la langue et Habitudes des communautés linguistiques Prédominance des noms observée dans langues européennes à structure SVO, et cultures qui favorisent dénomination chez lenfant (GB, Etats-Unis, France, Italie)? Structure –Coréen: structure SOV, verbe en position finale (position plus saillante : mémoire, récence!), tandis quen anglais : nom en position finale –omission fréquente du S et de lO en coréen : le verbe (+ flexions morphologiques) est lélément saillant, souvent le seul dans les énoncés quentendent les enfants (cf limpératif en français) Langage adressé aux enfants –Coréen : les mères encouragent les actions pendant les sessions de jeux beaucoup plus que les mères anglophones : ordres : « put (it) in »; « push (it) »; description: « (the doll) is taking a bath » : 45% des énoncés des mères coréennes (contre 25% des énoncés des mères anglophones) (voir Tableaux 4 & 5) –Demander le nom dobjets : 9% des mères coréennes vs 24% mères anglophones

63 Controverse : prédominance universelle des noms (Kim, McGregor, Thompson, 2000; Bornstein, Cote, et al., 2004) Hypothèse –supériorité des noms dans toutes les langues Méthode –Comparaison 8 enfants coréens (1;6 à 1;9) et 8 enfants anglais (1;4 à 1;8) (Kim et al., 2000) –Enfants argentins (47), belges (28), français (30), israéliens (37), italiens (34), coréens (42), et américains (51) âgés de 20 mois (Bornstein et al., 2004) –questionnaires complétés par les mères à propos de la parole de leur enfant Résultats –Noms > Verbes autour de 50 mots –la proportion de verbes est plus importante chez les coréens que les anglais (Tables 2a & 2b)

64 Résultats (Kim et al; 2000) Explosion du vocabulaire –Critère : si lenfant a acquis 10 mots ou plus de la catégorie des noms ou des verbes en lespace de 15 jours –Anglais tous les enfants témoignent dune explosion nominale autour de 50 mots 2 enfants: explosion des verbes, mais après la période 50 mots –Coréen 2 enfants montrent explosion nominale autour 50 mots (et 2 après 50 mots) 2 enfants montrent explosion des verbes (1 après 50 mots) –La moyenne dâge pour lexplosion nominale est anglais : 1;7 (8 enfants) proche du seuil 50 mots (1;7.8) coréens : 1;10 ans (4 enfants), plus tardif que seuil 50 mots (1;8.8)

65 Langage adressé aux enfants (Kim et al., 2000) On fournit des jouets, et on enregistre les énoncés des mères anglais: les mères produisent davantage de noms Coréen : les mères produisent davantage de verbes daction (Tab. 4) En position initiale –mères coréennes produisent davantage de noms concrets –mères anglophones davantage de verbes En position finale –mères anglophones davantage de noms concrets –mères coréennes davantage de verbes daction (structure SOV) (Tab. 5) Enoncés isolés (Fig. 1) –Les deux groupes de mères produisent un nombre similaire « nom isolé » (Baby !, A table !), pour fournir des noms aux objets –les mères coréennes produisent plus de « verbes isolés » que les mères anglophones (e.g. Taca: Ta- (stem) + -ca finale : « Lets hop in ») Enoncés orientés –Les deux groupes produisent une proportion similaire dénoncés orientés vers la nomination –les mères coréennes produisent davantage dénoncés orientés vers lactivité (voir Fig. 2)

66 Conclusions : patrons généraux et spécifiques Patrons généraux –Au stade 50 mots, les enfants coréens et anglais acquièrent plus de noms que de verbes, et les deux groupes acquièrent nombre similaire de noms –Apprentissage précoce du mot avec une pré-disposition pour lassociation noms-objets Patrons spécifiques –Plus grande proportion de verbes dans le lexique des coréens au stade 50 mots –Explosion nominale autour 50 mots chez bbs anglophones, mais pas chez 6/8 bbs coréens; différence liée à la saillance et la fréquence des verbes dans linput ? –Plus grande transparence sémantique pour le verbe en coréen; la structure aide lenfant à découvrir les mots et à leur assigner une signification Ex: lenfant est engagé dans un jeu de « turn-taking » avec la mère, qui donne la balle à lenfant, puis la lui réclame en disant Cwu-e : give (me), avec un geste de requête, main tendue

67 Trois hypothèses pour expliquer le « noun advantage » Conséquence dun avantage conceptuel ou perceptif dans lidentification des objets dans le monde sur les relations entre les objets; concepts relationnels plus difficile à identifier, même pour actions observables, concrètes; termes relationnels appris plus tard, et plus variables inter-langues Facteurs culturels (en relation avec acoustiques, prosodiques ou syntaxiques) rendent les noms plus saillants que les autres formes grammaticales Adjectifs et verbes = prédicats qui requièrent des « arguments » pour leur signification, lacquisition de ces formes grammaticales et leurs liens avec la signification doit être basée sur lacquisition antérieure des noms

68


Télécharger ppt "Psycholinguistique 4 Lacquisition lexicale Lecture : De Boysson-Bardies (1996): A la découverte du sens des mots (9 à 17 mois). In : Comment la parole."

Présentations similaires


Annonces Google