La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Causes respiratoires des échecs de sevrage DESC Réanimation Médicale le 06/02/2008 – LIONS C.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Causes respiratoires des échecs de sevrage DESC Réanimation Médicale le 06/02/2008 – LIONS C."— Transcription de la présentation:

1 Causes respiratoires des échecs de sevrage DESC Réanimation Médicale le 06/02/2008 – LIONS C.

2 Définition - Sevrage Processus global de sevrage : 1 - Sevrage de la ventilation mécanique: passage de la ventilation mécanique à la ventilation autonome. 2 - Extubation. Le déroulement du sevrage dépend largement de la stratégie de prise en charge

3 Le processus de sevrage (1) – Les pré requis (1)Ely EW et al. : Effect on Duration of Mechanical Ventilation of Identifying Patients Capable of Breathng Spontaneously. NEJM 1996;335: Une évaluation quotidienne (1) ! Quand puis je débuter le sevrage ? Comment vais-je sevrer mon malade ?

4 Le processus de sevrage (2) quand ? 1- Lépisode aigu qui a justifié la ventilation mécanique est corrigé ; 2- il ny a pas daltération majeure de la commande ventilatoire (absence de coma, pas de drogue sédative) ; 3- loxygénation est «suffisante» avec un rapport PaO2/FiO2 > 200 mmHg avec une PEP < 5 cmH2O ; 4- il ny a pas de désordre extra-respiratoire majeur et non contrôlé (pas de drogue vasoactive, température 8 g / dl, pas de désordre métabolique majeur, traitement dune insuffisance cardiaque, etc …). Critères généraux : - amélioration / guérison de laffection causale; - absence de fièvre ; - fonction rénale satisfaisante ; - état neuropsychique satisfaisant (dont sédation) ; - absence dagents cardiovasculaires ; - pas danémie, de trouble hydroélectrolytique ; - état nutritionnel satisfaisant ; Critères respiratoires : - PEEP < 5 cm H2O, FiO2 < 50%. 21° conférence de consensus en réanimation sur le sevrage de la ventilation mécanique (Oct 2001)

5 Le processus de sevrage (3) comment ? Epreuve de VS, tube en T ou AI, 30 à 120 min. - Augmentation de la FR de plus de 50 % ou FR > 35 cycles/min de manière prolongée ; - PaO2 < 50 mmHg, acidose ; - augmentation de la FC de plus de 20 % ou FC > 140 battements / minute de manière prolongée ; - instabilité hémodynamique (PAS 160 mmHg) ; - agitation, sueurs ou altération du niveau de conscience ; - index f /Vt > 105, sensibilité 97 %,( spécificité 64 % : risque dextubation à tort). Extubation de 75 % des patients au 1° essai (1, 2, 3, n =1115) (1) Ely EW et al. : Effect on Duration of Mechanical Ventilation of Identifying Patients Capable of Breathng Spontaneously. NEJM 1996;335: (2) Brochard et al. : Comparison of three methods of gradual withdrawal from ventilatory support during weaning from mechanical ventilation. AJRCCM 1994;150: (3) Esteban et al. : A Comparison of Four Methods of Weaning Patients From Mechanical Ventilation. NEJM 1995;332: Mauvaise tolérance

6 Le processus de sevrage (3) - durée de la VM ; - IGS II élevé ; - BPCO ; - maladie neuromusculaire ; - insuffisance cardiaque ; - anxiété ; - sexe et âge. (1) SRLF : Sevrage de la Ventilation Mécanique (à lexclusion du nouveau-né et du réveil danesthésie). Réanimation 2001;10: Critères prédictifs de sevrage difficile (1) : ! Ne dispense pas de la recherche quotidienne des pré requis ! 25 % : échec de sevrage Causes respiratoires des échecs de sevrage?

7 Défaillance de la pompe ventilatoire CapacitéContraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique

8 Troubles neurologiques centraux Commande ventilatoire - Contrôle bulbo protubérentiel commande automatique - Contrôle diencéphalique commande volontaire - Transmission motoneurones spinaux Nerfs phréniques (C3-C5) Nerfs trijumeaux (V), faciaux (VII), grands hypoglosses (XII) (+muscles intercostaux et abdominaux) Commande ventilatoire diminuée : - coma ; - lésion du tronc cérébral ; - sédation. Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique

9 Troubles neurologiques périphériques Atteinte des nerfs phréniques : - Lésion cervicale haute (C3-C5) : traumatisme, SLA; - démyélinisation aigue (Guillain Barré); - neuromyopathie de réanimation – Cf infra - chirurgie cardiaque, chirurgie médiastinale, de laorte thoracique; - plaque motrice : botulisme, myasthénie. Altération iatrogène : - Curares (Ins. Rénale et pancuronium, vécuronium, monitorage +++); - cathéter veineux centraux (lésion directe, hématomes). Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique

10 Muscles respiratoires (1) Dysfonctionnement des muscles respiratoires - BPCO : Conséquence de la PEEPi : mauvaise conformation diaphragmatique (horizontalisation, raccourcissement).Tension-longueur défavorable. Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique -Chirurgie : Dysfonction diaphragmatique incision chirugicale Laparotomie sous mésocolique < laparotomie sus mésocolique < chirurgie thoracique sans résection pulmonaire < chirurgie thoracique avec résection pulmonaire; 2- produits anesthésiques; 3- douleur post opératoire. Baisse de la CV (60 % sus méso, 7 à 15 jours), de la CRF (40 % sus méso, 8 à 10 jours) : augmentation du volume de fermeture : atélectasie.

11 Muscles respiratoires (2) Faiblesse musculaire = capacité à générer une force réduite par rapport à un muscle normal dès le repos -myopathie (préexistante ou acquise en réanimation) – Cf infra; -involution musculaire (hypothyroidie, corticoïdes); -dénutrition; -anomalie ionique (P, Mg, K). Fatigue musculaire = capacité à générer une force réduite par rapport à un muscle normal après mise en charge du muscle - dysfonction diaphragmatique induite par la ventilation - DDIV– Cf infra. Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique

12 DDIV = dysfonction diaphragmatique induite par la ventilation - Baisse de la force diaphragnatique de survenue précoce sous VM ; nombreuses études animales : atrophie musculaire et altération diaphragmatique structurale une des principales causes sous estimées des échecs de sevrage de la VM ? - Pas détude in vivo humaine. 1 étude post mortem ; études indirectes par stimulation magnétique (SMC) : mesure de la force diaphragmatique Diminution par 2 à 3 de la force diaphragmatique des patients sous VM (1, 2) mais des facteurs confondants : sepsis, nutrition et corticoïdes ; (1) Watson A. et al. Measurement of twitch transdiaphragmatic, esophageal, and endotracheal tube pressure with bilateral anterolateral magnetic phrenic nerve stimulation in patients in the intensive care unit. Crit. Care Med.,2001 ; 29 : (2) Laghi F. et al. Is weaning failurecaused by low-frequency fatigue of the diaphragm? Am. J. Respir. Crit. Care Med., 2003 ; 167 :

13 Rôle des neuromyopathies de réanimation (= NMRM) (1) - Axonopathie et myopathie; - atteinte neuromusculaire des membres et…; Déficit moteur des 4 membres, proximal, épargnant la face Déficit sensitif Hyporéflexie Amyotrophie Relation avec atteinte respiratoire ? Fréquent : 1/4 des patients après une semaine de ventilation mécanique ont un déficit neuromusculaire des membres si diagnostic clinique (MRC score) Très fréquent : 80 à 100 % des patients après une semaine de ventilation mécanique ont un déficit neuromusculaire des membres si diagnostic EMG (diminution du potentiel daction moteur et de lactivité électrique spontanée)

14 Rôle des neuromyopathies de réanimation (2) 80 % des malades porteur dune NMRM périphérique (diagnostic clinique par MRC) ont une atteinte respiratoire (dépistage EMG) (1) (1) Zifko et al. J Neurol Sciences 1998 (2) De Jonghe B. et al. Respiratory weakness is associated with limb weakness and delayed weaning in critical illness, Crit Care Med 2007 Vol. 35, No. 9 Très bonne corrélation atteinte périphérique (MRC) et atteinte respiratoire (dépistage spirométrique, Pi max, Pe max et CV) (2) Prolongation de la ventilation mécanique ?

15 Rôle des neuromyopathies de réanimation (3) Analyse multivariée : présence dune BPCO à ladmission et déficit moteur au réveil Résultats identiques si dépistage EMG Haut risque de re IOT différée (surveillance +++) De Jonghe B. et al. Respiratory weakness is associated with limb weakness and delayed weaning in critical illness, Crit Care Med 2007 Vol. 35, No. 9

16 Augmentation de la charge (demande) ventilatoire Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique Augmentation de lespace mort : SDRA ; EP ; PEEP ; instrumental. Commande ventilatoire augmentée : psy ; acidose ; hypoxie ; sepsis.

17 Augmentation de la charge mécanique Capacité Contraintes Centres respiratoires Nerfs Muscles respiratoires Charge ventilatoire Charge mécanique Diminution de la compliance : - Pulmonaire Œdème cardiogénique, lésionnel ; pneumopathie. - Thoracique Obésité ; syndrome compartimental abdominal ; iléus post opératoire. Elévation des résistances des VA : BPCO ; bronchospasme ; iatrogéne (prothèse et circuit).

18 Echec dextubation Nécessité précoce ( h) dune réintubation dans les suites dune extubation programmée. Incidence variable : 2 à 25 % (fonction des populations étudiées et des pratiques) ; surmorbidité faible si échec lié à une atteinte des VAS ou réintubation précoce surmorbidité et surmortalité importante si échec lié à dautres facteurs ou réintubation tardive.

19 Causes – Voies aériennes Diminution du calibre glottique ou sus glottique (30 à 60 % des échecs) Dyspnée laryngée Les causes des échecs de sevrage +….

20 Prédiction de léchec dextubation Capacité des patients à protéger leur VAS et /ou éliminer ses sécrétions ? Force de toux ? aspiration trachéale PE max Perméabilité des VAS ? - test de fuite (Vt inspi ballonnet gonflé – Vt expi ballonnet dégonglé): attention < 110 ml - (Vt expiré ballonnet gonflé – Vt expiré dégonflé) / Vt expiré ballonnet gonflé : attention < 12 % Critères prédictifs dextubation difficile (la précision des indices prédictifs de sevrage est faible concernant la prédiction de lextubation) - intubation traumatique ; - ATCD dauto extubation accidentelle ; - pression excessive du ballonnet ; - durée dIOT prolongée ; - infection trachéo bronchique ; - sexe féminin.

21 Conclusion (1) Quel que soit le terrain, le déroulement du sevrage est identique et doit débuter au plus tôt Lutilisation de protocole de sevrage simple, rigoureux et reproductible a diminué la durée totale de ventilation et la morbi- mortalité Mais échec de sevrage chez 25 % des patients et reIOT de 15 % des patients

22 Conclusion (2) Des causes simples : Iatrogénie (diamètre de la sonde, conditions dIOT ?), obstruction de sonde, bronchospasme. Des causes + complexes : Fatigue diaphragmatique (DDIV - favoriser les modes spontanés), NMRM (rôle des antioxydants).


Télécharger ppt "Causes respiratoires des échecs de sevrage DESC Réanimation Médicale le 06/02/2008 – LIONS C."

Présentations similaires


Annonces Google