La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le choc toxique staphylococcique Sophie RAGEY DESC réanimation médicale Grenoble, février 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le choc toxique staphylococcique Sophie RAGEY DESC réanimation médicale Grenoble, février 2011."— Transcription de la présentation:

1 Le choc toxique staphylococcique Sophie RAGEY DESC réanimation médicale Grenoble, février 2011

2 Physiopathologie Sécrétion de toxines par Staphylocoque Aureus : Toxine TSST 1 « star » mais multiplicité des toxines : entérotoxines (A, B …) Adhésines Lowy, NEJM 1998 Exotoxines

3 Physiopathologie : les super antigènes ! Activation lymphocytaire polyclonale : CYTOKINES Liaison directe du CMH 2 à la fraction VB du lymphocyte T Protéines thermostables, non internalisées, non dégradées 24 VB différents Activation non spécifique (5 à 30% de ly T versus 0.01 à 0.1%) avec « consommation » initiale Production de cytokines (IL1, TNF, IFN…) McCormick et al. Annu Rev Microbiol 2001;55:77-104

4 Etiologies Causes menstruelles Souvent liée à des tampons (oxygénation du milieu vaginal) mais aussi en post partum et post opératoire. Portage de SA potentiellement producteurs de SAg. Absence danticorps anti exotoxines. Favorisé par les « super absorbants ». Décès, hémocultures, signes neurologiques, toxines, âge, comorbidités. E. Descloux et al. EJMCID 2008; 27:37-43 Causes non menstruelles : porte dentrée souvent minime (angine, pharyngite, empyème, absès, sinusite, ostéomyélite…)

5 Epidémiologie : Première description évoquant la cause toxique par TODD en 1978 (Toxic-shock syndrome associated with phage group I staphylococci. Lancet ii: ) Epidémie américaine (Shands K.N. - Toxic-shock syndrome in menstruating women. NEJM 1980; 303) Hajjeh et al. Emerg Infect Dis 1999;5:807-10

6 2008 : 26 TSS 8 menstruels - 7 TSST SAMR 18 non menstruels - 8 TSST entérotoxines - 5 SAMR - SR = 9/18 Epidémiologie : Rapport INVS, CNR staphylocoques 2008

7 Clinique : critères diagnostiques du cdc 1. Fièvre > 38.8°C 2. Eruption maculaire diffuse 3. Desquamation cutanée 4. Hypotension (TAs < 90mmHg) 5. Atteinte multisystémique (+ si 3/7) -Digestive -Musculaire -Hyperhémie muqueuse -Rénale -Hépatique -Hématologique (Pq) - Neurologique RETARD 10% 50% à lentrée

8 Biologie : critères diagnostiques du cdc Absence de séroconversion : –Rougeole –Leptospirose –Rickettsiose Cultures négatives –Gorge –LCR –Sang SAUF SA OBLIGATOIR E

9 Critères biologiques + Critères cliniques : - 4/5 = probable -5/5 = certain

10 Signe tardif

11 100 fois plus fréquent 70 à 80% des isolats possèdent au moins 1 gène de SAg. Ceux-ci produisent des SAg in vitro. Angus et al Crit Care 2001;29: Ferry et al Clin Microbiol Infect 2008;14: Choc septique (hémocs +) TSS

12 Early diagnosis of staphylococcal toxic shock syndrome by detection of the TSST-1 Vbeta signature in peripheral blood of a 12-year-old boy. T. Ferry et al, The Pediatric Infectious Disease Journal 2008;27: patients présentant un choc septique à S. aureus (dont 4 MRSA) Production dexotoxine superantigénique in vitro Aucune signature Vbeta chez ces 9 patients. T. Ferry et al, Clin Microbiol Infect 2008;14: Mise en évidence de lactivité SAg in vitro

13 Analysis of superantigenic toxin Vb T-cell signatures produced during cases of staphylococcal toxic shock syndrome and septic shock. T. Ferry et al CMI 2008; 14:

14 Traitement : ATB conventionnels Réduction innoculum ATB antitoxiniques Ig polyvalentes + Traitement symptomatique du choc Cf conférence de consensus SRLF 2005

15 Immunoglobulines polyvalentes : Forte dose (2g/Kg), courte durée (2 à 3 jours) Etude de cohorte canadienne sur TSS streptococciques. Essai multicentrique, randomisé, en double aveugle, IVIG vs placebo sur les TSS streptococciques. Inclusion prévue de 120 patients, réelle de 21 patients en 2 ans ! (Ttt par clindamycine associé) Etude de la mortalité à 28 jours (p=0.3) J. Darenberg et al CID 2003; 37 : Inhibition totale in vitro par IVIG sur des souches de SA issues de sepsis sévères. Doses plus importantes J. Darenberg et al CID 2004; 38 :

16 ATB anti-toxiniques Clindamycine : (Shlievert et al JID 1987, Herbert et al Inf and Imm 2001; 69: ) Résistance MLSb inducible (erm genes) G. Siberry et al CID 2003; 37 : Linézolide (Bernardo et al, AAC 2004; 48: ) Quinupristine / dalfopristine (Carmen K., J antimicrob Chemo 2006; 58: ) Action « anti-ribosomale »

17 AVENIR? Y PENSER +++ Un biomarqueur ? Traitement précoce Evaluation des thérapeutiques anti- toxiniques grâce aux chocs septiques? Amélioration de la survie dans le choc septique? Case report 2010


Télécharger ppt "Le choc toxique staphylococcique Sophie RAGEY DESC réanimation médicale Grenoble, février 2011."

Présentations similaires


Annonces Google