La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Infections associées aux soins en hospitalisation à domicile Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Infections associées aux soins en hospitalisation à domicile Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de."— Transcription de la présentation:

1 Infections associées aux soins en hospitalisation à domicile Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de Lyon

2 HAD Contexte

3 HAD LHAD permet dassurer au domicile du patient (…) des soins médicaux et paramédicaux continus et nécessairement coordonnés. Ces soins se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile par la complexité et la fréquence des actes. Elle concerne les malades atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables qui, en labsence dun tel service, seraient hospitalisés en établissement de santé Loi hospitalière du 31 décembre Décret n° du 02 octobre 1992 Circulaire ministérielle du 30 mai 2000 Circulaire du 04 février 2004 Circulaires 4 février 2004 et 1er décembre 2006 Loi HPST

4 HAD en chiffres Au 31 décembre 2009, 271 établissements installés (+17%) 96% activité sur territoire métropolitain lits journées en 2009 (+18.7%°) Grande hétérogénéité : taille, statut, organisation Source

5 Cadre juridique Structures dHAD au sein dun établissement de santé publique (27%) ou dun établissement privé participant au service publique hospitalier (9%) Structures autonomes, dédiées à lHAD et essentiellement gérées par des associations privées à but non lucratif (44%)

6 HAD = Etablissement de santé Alternative hospitalisation classique Sans hébergement; prise en charge dans lenvironnement de vie quotidienne Mêmes obligations en termes de sécurité et qualité des soins Soumis à prescription médicale et à laccord du patient Généraliste et polyvalent (mais devpt possible de compétences propres) Tarification à lactivité

7 Organisation et acteurs Patient Famille Médecin traitant Intervenants libéraux Services sociaux Fournisseurs matériels HAD Amont Aval Locaux Personnels PUI Logistique Système dinformation Acteurs hospitaliers Médecin traitant Patient Famille Professionnels HAD Médecin traitant Intervenants libéraux Services sociaux Fournisseurs matériels

8 HAD Infections associées aux soins

9 Infection associée aux soins en HAD «Linfection survenant en hospitalisation à domicile (HAD) est un cas particulier des infections nosocomiales…..Pour une infection en rapport avec un acte de soins ou une transmission véhiculée par le personnel de santé, on se situe dans le concept dIAS défini par lexistence dune prise en charge. … Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins. Actualisation de la définition des infections nosocomiales, 2007

10 Infection associée aux soins (2007) Infection survenant en HAD …En rapport avec le lieu de vie (qui est aussi le lieu de soins), la survenue dune grippe transmise par exemple par un membre de la famille devrait être considérée comme IAS, car sa prévention relève de lactivité déducation et de prévention mises en œuvre dans le cadre de la prise en charge globale du patient » Pas de définitions spécifiques HAD Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins. Actualisation de la définition des infections nosocomiales, 2007

11 Risque infectieux en HAD Modalités de diagnostic au domicile Dispersion géographique Multiplicité prescripteurs et laboratoires Définitions nationales des infections par site peu adaptées au contexte de lHAD et peu connues des médecins libéraux Peu de données publiées, comparaison difficile entre les études Surveillances centrées sur les dispositifs médicaux invasifs

12 Prévalence des infections Prévalence AP-HP 2007 (Ittah- Desmeulles et al, 2008) 5,2 % Infections urinaires et infections cutanées

13 HAD APHP* 2007 N=613 Santé Service Puteaux 2007 N=367 Prévalence 2006 N= %% Immunodépression Mac Cabe 1 et Présence cathéter vasculaire ou sous cutané Présence dune sonde urinaire Intubation/trachéotomie Lésions cutanées 36.7 Prévalence globale des infections [4.1 – 9.3] 5.4 Prévalence des infections acquises en HAD [2.5 – 77]4.3

14 Risque infectieux en HAD - Incidence Bactériémies –0.99/1000 jours de VVC ( Tokars, 1999 ) –0.5 pour 1000 VVC ( Seveignes, 2003 ) –0.22/1000 jours VVC ( Weber, 2009 ) infections urinaires sur sondes –2 à 6 /1000 jours de sondage ( Rosenheimer 1994 ) –1.68/1000 j ( Seveignes, 2003 ) –1.24/1000 j ( Weber, 2009 )

15 HAD : Ecologie microbienne Entérobactéries (29%) S aureus (29%) Enterococcus (17%) BMR* –Prévalence porteur entrée 12.7% (N=1501) –Prévalence transmission entourage 19% (facteurs risque = participation aux soins et âge) *Nicolas Chanoine et al, 2002

16 Chaîne épidémiologique des infections 1- Réservoir microorganismes 2- Mode de transmission 3- Porte dentrée 4- Hôte réceptif

17 1- Sources et réservoirs de micro-organismes Réservoir humain –Flores commensales des patients (réservoir endogène), professionnels, prestataires, familles, … –Différents statuts Indemne de toute infection Colonisé temporairement ou de manière chronique par des agents pathogènes En période dinfection active En période dincubation dune infection Réservoir environnemental

18 Variable selon type microorganisme Spores Exemples –Staphylococcus aureus : plusieurs semaines sur des surfaces sèches –P. aeruginosa : 1 semaine sur surface humide –Rotavirus : 1 à 10 jours sur les surfaces plusieurs jours sur les mains –Virus respiratoire syncytial jusquà 6 heures sur surfaces et linge, 30 mn à 1 heure sur mains Maitrise au domicile?

19 2- Mécanismes et voies de transmission infection dorigine endogène –Elle se développe à partir d'un micro- organisme appartenant à la flore du patient. –Souvent suite à des actes invasifs : ponction, accès vasculaire, accès urinaire, Elle peut être prévenue par le strict respect de lasepsie lors des soins invasifs. infection dorigine exogène –Germe nappartenant pas au patient et transmis secondairement

20 Infection dorigine exogène Mode de transmission Origine Exogène – Contact direct ou indirect – Gouttelettes – Voie aérienne – Véhicule commun : eau, alimentation, dispositifs, médicaments – Vecteurs vivants Transmission interhumaine AIR GOUTTELETTES CONTACT

21 3- principales portes dentrées Tractus respiratoire Conjonctive Peau lésée Dispositifs invasifs Chirurgie

22 4- sujet réceptif Facteurs extrinsèques liés aux soins diagnostiques et thérapeutique – Chirurgie – Actes invasifs – Traitements – Non respect des bonnes pratiques Facteurs intrinsèques liés au patient – Pathologies chroniques – Pathologies aiguës – Etat nutritionnel – Age

23 Facteurs risque Patients Pour certains porteurs de pathologies lourdes Près de 30 % des journées en 2009 concernaient des patients sévèrement dépendants* (indice de Karnofsky 30 %) Prévalence (AP/HP, 2007) –30 % de patients immuno-déprimés –43,5 % présentant une pathologie sévère (Indice de Mac Cabe égal à 1 ou 2). *source FNEHAD

24 Facteurs risque liés aux soins Soins palliatifs = mode de prise en charge principal le plus fréquent en terme de journées (25,3 % en 2009*) Soins de pansements complexes 18,3 % Soins de nursing lourd (9,6 % des journées) Exposition à un dispositif invasif ** –50 % dabord veineux central –20 % de porteurs dune sonde urinaire à demeure. * source FNEHAD ** Enquêtes de prévalence publiées

25 Transmission croisée en HAD Réservoir de microorganismes = professionnels, famille, prestataires Mode de transmission essentiellement contact et gouttelettes Porte dentrée = dispositifs invasifs+++ Etat immunitaire et fragilité des patients

26 Conclusion Réalité du risque infectieux en HAD Risque moindre quen hospitalisation classique? Nécessité de développer la surveillance Obligation de gestion du risque infectieux et sécurité des patients Contraintes spécifiques Cohérence globale de prise en charge


Télécharger ppt "Infections associées aux soins en hospitalisation à domicile Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de."

Présentations similaires


Annonces Google