La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La course dorientation à lécole,un moyen dévaluation et dévolution des stéréotypes de genre Colloque Femmes et hommes en Montagne Au – delà des différences.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La course dorientation à lécole,un moyen dévaluation et dévolution des stéréotypes de genre Colloque Femmes et hommes en Montagne Au – delà des différences."— Transcription de la présentation:

1 La course dorientation à lécole,un moyen dévaluation et dévolution des stéréotypes de genre Colloque Femmes et hommes en Montagne Au – delà des différences 29,30 Mai 2008 Fabienne Gillonnier PRAG dEPS Université de Savoie STAPS ERT-GEC puis UMR ADEF

2 Les normes du genre, la course dorientation, les contenus denseignement en EPS «Durant leur éducation, les élèves intériorisent des normes socioculturelles, qui structurent leur comportement, leur attitude, leur valeur et leur représentation » « Construites et variables selon les époques elles définissent la masculinité et la féminité et pérennisent un rapport de pouvoir au profit de la domination du masculin sur le féminin » C.Ottogalli, Dossier EPS N°67 Les conduites Observées des élèves en EPS Pratique sociale de référence Rappeler laffirmation institutionnelle, « dune volonté dégalité entre les sexes » et de« promouvoir une éducation fondée sur le respect mutuel des deux sexes » Convention interministérielle de Contenus denseignement en EPS

3 Le plan de lexposé 1- la course dorientation et la norme de genre, un paradoxe du genre. - Les pratiques dorientation véhiculent-elles des stéréotypes de genre? - Là où lhistoire nous renseigne sur lébranlement progressif de lordre du genre. -Aujourdhui, la course dorientation dun drôle de genre. 2- Le recueil des données, les conduites typiques des élèves et le genre. Comment croiser des conduites délèves et les problématiques du genre? Quelles données à recueillir, quelles conclusions en tirer? 3- La démarche proposée Lanalyse du genre dans la conduite typique des élèves permet des contenus denseignement dun nouveau « genre ».

4 A lécole,la course dorientation,est peu connotée à laune du genre, cest une pratique dite «mixte »(Dossier DEP 2007-Image du sport scolaire et pratiques denseignement). Les groupements délèves souvent sont affinitaires (Bordes- Revue EPS) Lenseignant se concentre sur laspect sécuritaire et de contrôle. -«ne pas perdre les élève » et « contrôler leur passage aux balises (observation sur le terrain) Randonnée pour les filles, cueillette, exploration pour les garçons

5 Définition de la course dorientation La course dorientation est une course individuelle contre la montre, en terrain varié généralement, sur un parcours matérialisé par des postes que le concurrent doit découvrir dans un ordre imposé à laide dune carte. (définition fédérale) Carte des Cheires dAYDA Exploration des espaces Au moyen dune carte Quelles normes de genre véhiculent la pratique de la course dorientation?

6 DORA,lexploratrice Des conduites exploratoires, porteuses de stéréotypes de genre. Les ancrages symboliques passent par des images, des personnages mythiques. Déjà, sinstalle une coloration genrée des conduites dexploration dans l imaginaire enfantin. Indiana Jones, lexplorateur en play mobil

7 La lecture de carte, un savoir faire masculin. Les femmes ont de sérieux problèmes dorientation et de lecture de carte Une réalité très présente… Souvent, jentends dire : « Je suis vraiment nulle en orientation » « je vais me perdre », « cest langoisse de partir seule »

8 Des injonctions parentales précoces

9 Publicité pour lachat dune boussole

10 1-2 Lhistoire dun paradoxe: Là où lhistoire nous renseigne sur lébranlement progressif de lordre du genre. Quelques exemples…

11 1-2 Aujourdhui assez neutre, la course dorientation sinscrit, dans lhistoire dune conquête par les femmes dun espace qui préserve et construit lhégémonie masculine. Une expérience masculine UneUne pratique transgressive aux assignations genrées Un durcissement du stéréotype de genre UneUne pratique innovante dans les rapports au norme du genre Le temps de « lorientation exploratoire et de conquête ou de défense du territoire » Sociétés topographiques Le mouvement des Guides de France(1936) Le touring club de France Les « Raiders scouts » (1953) Le cross orientation Création de la FFCO 1970

12 Les femmes accèdent aux pratiques dorientation grâce au mouvement des guides de France Badge de « topographie » et de « guide » en 1936.) «Le chanoine Cornette rappelle dans son discours que « le scout est fait pour lextérieur, la guide pour lintérieur » Les guides France (janvier 1939),P.12

13 Pratique de la course dorientation en Suéde en 1953 La pratique est directement importée des pays scandinaves dans lesquels la pratique féminine est plus présente.

14 1-3 Aujourdhui, une pratique sociale de référence, un curieux mélange des genres

15 1-Espace public Conquête de territoire Orientation spatiale 2-Compétitivité Puissance perfomance Courage 4-Ligne droite 3-Demande pour des pratiques de performances physiques de forces, vitesse, prise de risque (APPN) Énergie 1-Espace privé, espace du foyer 2-Écoute Douceur Empathie Entraide 4- La courbe Verbalisation 3-Demande forte vers des pratiques physiques dentretien et desthétisation Masculin Féminin Spectre du genre, un continuum

16 Espaces de pratique Des espaces de pratique -la végétation -Le relief - la nature des sols Du masculin féminin -Espaces boisés et avec du relief et des pierriers de la végétation basse inconnus et difficilement pénétrables -zones de friches, -Terrains semis ouverts avec la visibilité et présence de lhomme - prairies -Centre ville (CityO), -Stades -Parcs -Cours de lécole -Gymnase -Espaces clos et connus Abandons des « féminines » sur des courses

17 Espace plus accessibles Course au score en ville, La vieille ville de Nice

18 Forêt Suédoise, des paysages boisés et marécageux Du masculin

19 Nature de lépreuve +masculin +féminin Des motifs Raid OBIWAK Marche, promenade Contemplation de la nature Ensemble, à lécoute Course contre la montre, performance, classement

20

21 1-3 Les enjeux de cette étude. Pourquoi la notion de genre permet-elle de nourrir mon activité professionnelle de formatrice? -Outil exploratoire qui permet de dépasser le clivage filles /garçons. -Penser la construction et la réalité identitaire sexuée des élèves dans les contenus denseignement proposés. -Questionner la mixité dans la perspective de légalité des sexes à lécole.

22 2- Le recueil des données sur le terrain Constat, les publics,les modes dinvestigation, et synthèse des données.

23 2-1Constat Un recueil de données est compliqué car: 1- La motricité directement observable (course,marche, arrêt pour la lecture de carte, habileté à franchir les obstacles) renseigne sur un seul aspect de la conduite motrice. 2- Lactivité cognitive de décodage des symboles, encodage des éléments perçus, stratégie de litinéraire ne sont pas directement observables et déductibles du rapport par exemple entre le temps de course et le temps de marche. 3-Les élèves disparaissent du champ visuel de lenseignant. Et un seul binôme peut être observé à la fois pendant la durée de la séance si lon souhaite observer les interactions sociales. Les observations réalisées sont de nature exploratoire. Des séquences vidéo ont été réalisé sur

24 2-2 Croiser les normes du genre et les conduites typiques des élèves observés pendant la course dorientation Peut-on affirmer que la lecture de carte est genrée? Peut-on affirmer que les choix ditinéraire sont inhérents au genre? Les filles se perdent –elles plus que les garçons en course dorientation ? Les filles ont-elles plus peur que les garçons?

25 2-3 Les publics observés et les modes dinvestigation Classes de lécole primaire: - CP et CE1 (6 séances) - CM1 (6 séances) - CM2 (6 séances) Classes de collège: 3ème (4 séances) Classe de lycée: - terminale S (4séances et - évaluation de fin de cycle) - terminale STG (4 séances) Étudiants STAPS 1-Les dessins, les topos, la narration par écrit de litinéraire. 2-La description oral de litinéraire réalisé. 3-Observation filmée et directe des déplacements des élèves 3-Interview sur la motivation

26 1- Des relevés topographiques et des narrations du chemin à réaliser Afin didentifier: -Ce qui est perçu de la réalité et ce quil est possible de représenter de la réalité. 1- A partir dune photo aérienne 2- A partir du chemin à réaliser pour aller jusquà la balise

27 Dessin dAdrien (CP) de lécole à partir dune vue aérienne Terrain de foot Photo aérienne de groupe scolaire de Grésy sur AIx

28 Dessin dAuriane(CP) de lécole à partir dune vue aérienne Dessin De lucie(CP) de lécole à partir dune vue aérienne

29 Etudes de Galéa et Kimura, 1993; « Sex diferences in route learning », Pers Ind.diff, N°14, PP.53-6 Des différences entre les garçons et les filles? -Les écoliers garçons établissent une représentation de la réalité dune façon plus précise que les filles. Les filles font des erreurs de localisation plus sérieuses. -Les garçons insistent sur les routes et les parcours, les filles sur des repères spécifiques (boutiques).

30 2-Faire verbaliser litinéraire réalisé Afin didentifier : -Quels sont les symboles de la carte connus et utilisés? -Comment les élèves organisent- ils leur déplacement et pourquoi?

31 3-Observer les élèves pendant leur déplacement Afin didentifier: -La motricité engagée(marche ou course, franchissement des obstacles). -La fréquence des arrêts -Les regroupements. -La nature des échanges entre les élèves (entraide, verbalisation, comparaison)

32 4-Questionner les élèves Afin didentifier: -Leur motivation pour lactivité « On sort du lycée », « cest un sport de vieux, cest pas fun », « jaime pas quand cest glissant et boueux » « on se défoule »

33 2-3 Synthèse des observations Lespace dévolution est un catalyseur. Cest un curseur qui renforce ou minimise lexpression dune conduite genrée. Production de réponses aux polarités masculines ou féminines dans un milieu naturel Lhabileté à lire la carte nest ni masculine, ni féminine (passage du symbole au réel), les choix ditinéraire et les motricités produites, le deviennent dans un espace dit plus « masculin » Ce qui est renforcé en fonction des origines sociales des élèves

34 Plaisir à : -Sauter au dessus des obstacles. -Traverser la boue, les ronces, course dans les éboulis. -Se déplacer seul dans la nature. -A se perdre et se retrouver. La motricité- engagement Cherche à : -Contourner lobstacle, passer dessous. -Eviter la boue, les éboulis. -Ne pas se salir. -Être accompagnée, de lenseignant, dune copine. - Peur de se perdre et de ne pas se retrouver. Une organisation motrice, gestuelle de déplacement + les garçons +les filles

35 Une stratégie dorientation Choix ditinéraire- gestion de lerreur - Aller tout droit, sous le trait prendre la ligne la plus directe, couper à travers au risque de perdre le contact avec la carte « je taille » -Impulsif, cours vite et même lorsquil se perd. - « Mouiller le maillot ». - Ne pas renoncer, nier son erreur. -Prendre des chemins pour assurer. -Revenir sur ses pas, « bétonner son déplacement ». -Assurer sa sécurité en faisant des détours.

36 Hypothèses Une relation à la nature différente, plus de «peur» de « se perdre » et dappréhension pour les polarités féminines que pour les masculines. En conséquence, nous faisons lhypothèse que: -Les temporalités dapprentissage sont différentes. Dans un cas il faut construire et agir, dans lautre il faut agir puis construire. -Les raisons dapprendre sont différentes. Dans un cas il faut apprendre pour oser explorer, vaincre sa peur du être seule et de linconnu, des mauvaises rencontres… Dans lautre cas, il faut apprendre pour se recaler lorsque lon est perdu, accepter lerreur et gérer son impulsivité

37 Des propositions au plus proche de la réalité pour : 1- Exposer tous les élèves à lensemble du spectre du féminin et du masculin inhérente à la pratique de la course dorientation. 2- Proposer des contenus denseignements qui font des différences une richesse et non une pénalisation. 3- Poursuivre le processus dégalité entre les hommes et les femmes, et contribuer à la prise en compte de laltérité.

38 3-1 Deux axes forts, faire cohabiter des expériences … Oser sorienter seul par lacquisition de compétences, oser diriger le groupe. - Oser être ensemble à lécoute pour acquérir des connaissances. Accepter de se perdre et de se retrouver Mieux se retrouver, se recaler en acceptant de sêtre perdu. Pour les masculins Pour les féminins

39 3-2 La démarche- Les variables didactiques au service des différences … Gestion de lespace: Alterner les espaces de pratiques ( du gymnase à la forêt, et de la forêt à la ville) Conception du groupe: Alterner les rôles sociaux, être guide et se faire guider par une fille, par un garçon. Gestion de la nature de lépreuve: Alterner des épreuves avec peu de charge émotionnelle communes dapprentissage, des épreuves chargées démotion,en rupture avec le quotidien, plus compétitives. Diversifier les modes de traduction de la réalité en engageant des mémoires visuelles et auditives ( verbalisation, dessin)

40 Pour conclure sur les contenus denseignement en EPS. Grâce au jeu des transparences, jai pu envisager une autre lisibilité des conduites typiques des élèves en course dorientation. Si construction identitaire est un véritable enjeux de formation alors impliquer les élèves dans un déplacement seul dans un espace inconnu, naturel cest: - pour les féminines, sortir dune incapacité dite « biologique » à lire la carte et séprouver dans le plaisir de lexploration. - pour les masculins, pouvoir assumer pleinement leur rôle mais aussi construire dautres chemins dans la relation à la féminité. La leur et celle des autres. (contemplation, écoute)

41 Pour conclure La course dorientation est un savoir prometteur dune plus grande « liberté » au sens daffranchissement, individuelle, car elle engage lacquisition dun « savoir sorienter » dans son quotidien. La course dorientation, est un moyen dévolution des stéréotypes de genre si les contenus proposés en EPS prennent en compte dans le projet de formation la construction de lidentité sexuée des élèves. Enfin dans une démarche plus globale, la course dorientation peut faciliter laccès à un espace plus sensible, dun corps cette fois inscrit dans lévocation artistique. Partir de la narration dun déplacement réel dans la nature, chargé démotions et de sensations pour aller vers une évocation symbolique forte.

42 Merci à Cécile,à Daniel aux collègues dEPS.

43 Annexes

44 3-2 Les étapes Niveau 1 Niveau 2Niveau 3 Compétences à construire -Conduire le groupe entre deux éléments remarquables sur un cheminement de niveau 1. - Réaliser un circuit de 3 balises seul en un temps limité -Faire réaliser un circuit à un camarade en expliquant verbalement le chemin pour sy rendre. - Réaliser un circuit de 3 balises de niveau 2 -Organiser un déplacement collectif lors dune randonnée en milieu inconnu. - Réaliser un circuit de 4 balises avec un contrat

45 Espaces de pratique Stade et école Espace naturel boisé Critères dobservation Élèves de lécole primaire Élèves de collège Élèves du lycée Étudiants STAPS Description de litinéraire réalisé Temps de cours/tps de marche Motricité de franchissement Entraide et relation dans les binômes Représentation de la réalité

46 Publicité pour lachat dune boussole


Télécharger ppt "La course dorientation à lécole,un moyen dévaluation et dévolution des stéréotypes de genre Colloque Femmes et hommes en Montagne Au – delà des différences."

Présentations similaires


Annonces Google