La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La psychologie de lenvironnement : une discipline récente Valérie Rozec Laboratoire de psychologie de lenvironnement : attitudes et conduites en milieu.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La psychologie de lenvironnement : une discipline récente Valérie Rozec Laboratoire de psychologie de lenvironnement : attitudes et conduites en milieu."— Transcription de la présentation:

1 La psychologie de lenvironnement : une discipline récente Valérie Rozec Laboratoire de psychologie de lenvironnement : attitudes et conduites en milieu urbain ParisX-Nanterre

2 I-la psychologie de lenvironnement Repères historiques Repères historiques - Née aux USA après la première guerre dans une période marquée par la concentration urbaine et laccroissement des modes de production. Les recherches US se sont développées à partir de préoccupations concrètes dans le but daméliorer les modes de fonctionnement et daménagement de lespace. Les recherches US se sont développées à partir de préoccupations concrètes dans le but daméliorer les modes de fonctionnement et daménagement de lespace.

3 Lenvironnement urbain est une notion apparue dans les années à Chicago : explosion urbaine (5000 hab fin 19ème siècle – 3,5 M Hab dans les années 40.) Lenvironnement urbain est une notion apparue dans les années à Chicago : explosion urbaine (5000 hab fin 19ème siècle – 3,5 M Hab dans les années 40.) liens entre les caractéristiques de lespace urbain et les problèmes sociaux (bandes; prostitution, vols…) I-la psychologie de lenvironnement

4 Lien entre le fonctionnement du système urbain et ses conséquences sur les conmportements des individus : école de chicago et naissance de lécologie urbaine Lien entre le fonctionnement du système urbain et ses conséquences sur les conmportements des individus : école de chicago et naissance de lécologie urbaine Essor du concept décologie urbaine en France dans les années 70. Essor du concept décologie urbaine en France dans les années 70. La psychologie de lenvironnement sest ensuite developpée en Grande Bretagne et en Europe du Nord : sensibilité forte aux problèmes de lenvironnement La psychologie de lenvironnement sest ensuite developpée en Grande Bretagne et en Europe du Nord : sensibilité forte aux problèmes de lenvironnement

5 I-la psychologie de lenvironnement Lewin a mis en évidence linterdépendance entre la personne et son environnement en montrant le rôle structurant de lespace comme champ de valeurs Lewin a mis en évidence linterdépendance entre la personne et son environnement en montrant le rôle structurant de lespace comme champ de valeurs Merleau-Ponty (1976): espace vécu et espace perçu Merleau-Ponty (1976): espace vécu et espace perçu Ittelson (1978) définit la psychologie de lenvironnement comme « létude du comportement humain en relation à lenvironnement défini et ordonné par lhomme » Ittelson (1978) définit la psychologie de lenvironnement comme « létude du comportement humain en relation à lenvironnement défini et ordonné par lhomme »

6 I-la psychologie de lenvironnement Souci dopérationnalité en parallèle à une réflexion théorique Souci dopérationnalité en parallèle à une réflexion théorique Vision dynamique de lenvironnement Vision dynamique de lenvironnement Jamais neutre toujours lexpression dun système social mais aussi de motivations individuelles et du système de valeurs du sujet. Répondre à un questionnement sur la perception de lespace : comment les caractéristiques physiques de lenvironnement influent sur les conduites ? Quels sont les besoins des individus en matières denvironnement? Quels rapports lhomme entretient avec son environnement?

7 I-Définition de la psychologie de lenvironnement Létude des interrelations entre lhomme et son environnement physique, interrelations dans lesquelles les dimensions sociales et culturelles sont toujours présentes et médiatisent la perception, lévaluation, les attitudes de lhomme en rapport avec son milieu physique, mais également les effets de cet environnement physique sur ses comportements et conduites. » ( Moch, A. & Moser, G. (1997). Psychologie environnementale : Perspectives actuelles. Psychologie Française, 42-2 )

8 II ATTITUDES ET CONDUITES EN MILIEU URBAIN

9 Définitions Définitions Lattitude peut être définie comme un " état mental prédisposant à agir dune certaine manière quand la situation implique la présence réelle ou symbolique de " lobjet " sur lequel porte cette attitude. Attitudes et conduites en milieu urbain

10 II- Attitudes et conduites en milieu urbain Deux thématiques principales : Lanalyse des ambiances urbaines à travers la perception, lévaluation et les représentations des dimensions sensibles (bruit, lumière, odeurs et pollution de lair…) Lanalyse des ambiances urbaines à travers la perception, lévaluation et les représentations des dimensions sensibles (bruit, lumière, odeurs et pollution de lair…) Lanalyse du processus dappropriation des espaces publics et/ou privés Lanalyse du processus dappropriation des espaces publics et/ou privés

11 Analyse des ambiances urbaines Lécart peut être grand entre le monde physique tel quil existe avec ses caractéristiques physico-chimiques et la manière dot lhomme lappréhende subjectivement : Lécart peut être grand entre le monde physique tel quil existe avec ses caractéristiques physico-chimiques et la manière dot lhomme lappréhende subjectivement : Notre personnalité, nos attentes, notre investissement affectif, le contexte social et culturel dans lequel nous évoluons apportent une dimension très personnelle dans la façon dont chacun de nous perçoit et évalue son cadre de vie. Notre personnalité, nos attentes, notre investissement affectif, le contexte social et culturel dans lequel nous évoluons apportent une dimension très personnelle dans la façon dont chacun de nous perçoit et évalue son cadre de vie.

12 Facteurs individuels - limage de la source : prestige, utilité, peur des accidents, effets nocifs sur la santé… - limage de la source : prestige, utilité, peur des accidents, effets nocifs sur la santé… - - Lhistoire : vécu antérieur - - lâge - - le sexe - - la CSP - - linvestissement affectif : propriétaire/locataire, salarié de lentreprise, attachement au lieu… - - la satisfaction vis-à-vis du cadre de vie

13 Facteurs contextuels - - le contexte socio-économique - - lévolution socioculturelle - - le sentiment dun manque de moyen, de contrôle, daction - - la qualité de linformation donnée

14 De la perception au stress de lenvironnement FACTEURS INDIVIDUELS FACTEURS DE SITUATION FACTEURS INDIVIDUELS FACTEURS DE SITUATION attentes contexte attentes contexte représentations climat social représentations climat social age, sexe, csp age, sexe, csp PERCEPTION EVALUATIONREACTION PERCEPTION EVALUATIONREACTION DE STRESS Propriétés physiques Synthèse Comparaison Perturbation au niveau : Propriétés physiques Synthèse Comparaison Perturbation au niveau : De lenvironnement de lanalyse cognitive : - psychologique De lenvironnement de lanalyse cognitive : - psychologique par données Désaccord entre - physiologique par données Désaccord entre - physiologique Analyse par - besoins - du comportement concepts - attentes - de lactivité en cours Analyse par - besoins - du comportement concepts - attentes - de lactivité en cours Risque de menaces Risque de menaces de danger. de danger.

15 Aspects négatifs des ambiances urbaines Les recherches sur les nuisances environnementales se situent dans le contexte théorique de lapproche cognitive des facteurs de stress (cf. Lazarus) Les recherches sur les nuisances environnementales se situent dans le contexte théorique de lapproche cognitive des facteurs de stress (cf. Lazarus) Moch, A. Bonnefoy, B, Maramotti (2000). La perception et lévaluation de la pollution atmosphérique dans la région de Dunkerque, financée par le programme Primequal (Programme de recherche Interorganisme pour une meilleure qualité de lair à léchelle locale) en collaboration avec lAPPA. Moch, A. Bonnefoy, B, Maramotti (2000). La perception et lévaluation de la pollution atmosphérique dans la région de Dunkerque, financée par le programme Primequal (Programme de recherche Interorganisme pour une meilleure qualité de lair à léchelle locale) en collaboration avec lAPPA. Elle a permis de mettre en évidence limportance des représentations liées a la pollution atmosphérique et le décalage entre la réalité objective et la manière dont elle est reconstruite par la population exposée.

16 Aspects négatifs des ambiances urbaines lexamen du contenu des plaintes environnementales des Parisiens (Rozec, Dubois, 2OO2, 2003). Cette recherche a été financée par la Mairie de Paris. lexamen du contenu des plaintes environnementales des Parisiens (Rozec, Dubois, 2OO2, 2003). Cette recherche a été financée par la Mairie de Paris. Son objectif était danalyser un corpus de plaintes (1260) déposées à la Direction de la Protection du Public concernant les nuisances environnementales suivantes : bruits, odeurs, pollution de lair, pollution visuelle ce travail a permis de mettre en évidence les nombreux facteurs tant individuels que contextuels qui médiatisent les perceptions des nuisances ainsi que leur impact sur lhomme.

17 Aspects positifs des ambiances urbaines Rozec (2001) Perception et évaluation du confort sonore en « zones 30 ». Thèse Rozec (2001) Perception et évaluation du confort sonore en « zones 30 ». Thèse Elle a mis en évidence la profonde amélioration que ces aménagements procurent aux citadins tant dans la qualité du paysage sonore perçu que dans la reconquête de la convivialité des espaces urbains. Elle a mis en évidence la profonde amélioration que ces aménagements procurent aux citadins tant dans la qualité du paysage sonore perçu que dans la reconquête de la convivialité des espaces urbains. Elle a permis également de mieux appréhender le concept de confort peu étudié par les psychologues Elle a permis également de mieux appréhender le concept de confort peu étudié par les psychologues

18 Lappropriation des espaces Lappropriation est une notion clef en psychologie de lenvironnement. Il sagit dun processus psychologique fondamental daction et dintervention sur un espace dans le but de le transformer et le personnaliser. Lappropriation renvoie ainsi au processus par lequel les lieux deviennent signifiants en raison des activités qui sy déroulent et des éléments dattachement quils contiennent. Lappropriation est une notion clef en psychologie de lenvironnement. Il sagit dun processus psychologique fondamental daction et dintervention sur un espace dans le but de le transformer et le personnaliser. Lappropriation renvoie ainsi au processus par lequel les lieux deviennent signifiants en raison des activités qui sy déroulent et des éléments dattachement quils contiennent. Elle concerne divers lieux urbains comme lespace privé du logement ou de la voiture ou des espaces semi publics comme lespace de travail ou celui des campus universitaires… Elle concerne divers lieux urbains comme lespace privé du logement ou de la voiture ou des espaces semi publics comme lespace de travail ou celui des campus universitaires…

19 Lappropriation des espaces Les trois fonctions assurées par le chez-soi sont : - Le refuge - Le support identitaire - Le contexte de socialisation

20 Le Refuge : Labri : renvoie à la protection de soi associée à lidée de clôture (murs, portes, fenêtres). Labri : renvoie à la protection de soi associée à lidée de clôture (murs, portes, fenêtres). Lintimité : le chez-soi assure une protection de notre intimité en nous permettant de filtrer notre disponibilité à autrui et en nous offrant la liberté dêtre nous-mêmes, de nous affranchir de certains rôles sociaux. Lintimité : le chez-soi assure une protection de notre intimité en nous permettant de filtrer notre disponibilité à autrui et en nous offrant la liberté dêtre nous-mêmes, de nous affranchir de certains rôles sociaux. La centralité : un point de pivot autour duquel sorganisent les activités quotidiennes, lieu de départ et de retour, de retraite et de replis reconstituant. Cest également le lieu primaire dexpériences importantes et significatives. La centralité : un point de pivot autour duquel sorganisent les activités quotidiennes, lieu de départ et de retour, de retraite et de replis reconstituant. Cest également le lieu primaire dexpériences importantes et significatives. Le caractère de refuge sassocie donc au sentiment de contrôle et de familiarité que les individus éprouvent dans un environnement où ils sont censés ressentir le plus fort degré demprise.

21 Le support identitaire au niveau corporel : siège dactivités liées au corps qui donnent une impression daise, de liberté, dêtre soi-même. au niveau corporel : siège dactivités liées au corps qui donnent une impression daise, de liberté, dêtre soi-même. au niveau individuel : support de différenciation entre soi et autrui et dexpression de soi. au niveau individuel : support de différenciation entre soi et autrui et dexpression de soi. au niveau social : support dune image que lon veut ou ne veut pas communiquer de soi, de ce que lon est ou voudrait être, de notre mode de vie. au niveau social : support dune image que lon veut ou ne veut pas communiquer de soi, de ce que lon est ou voudrait être, de notre mode de vie.

22 Le contexte de socialisation lieu déchange et de résonance affective avec des proches où chacun à sa place. lieu déchange et de résonance affective avec des proches où chacun à sa place. vecteur de transmission et dintégration des valeurs, normes et codes sociaux. vecteur de transmission et dintégration des valeurs, normes et codes sociaux. lieu dinteraction avec le monde extérieur par la médiation de ceux que lon accueille. lieu dinteraction avec le monde extérieur par la médiation de ceux que lon accueille.

23 Lappropriation des espaces Dubois, N (2004). Lautomobile un espace vécu comme un autre chez soi. Thèse de doctorat Dubois, N (2004). Lautomobile un espace vécu comme un autre chez soi. Thèse de doctorat Cette thèse analyse la manière dont est vécu lespace automobile par les utilisateurs et la manière dont celui peut être assimilé à un refuge, à une coquille protectrice... Cette thèse analyse la manière dont est vécu lespace automobile par les utilisateurs et la manière dont celui peut être assimilé à un refuge, à une coquille protectrice... Les principaux résultats soulignent queffectivement tant par des comportements particuliers qui sont le signe dune forte appropriation que par des marquages de lespace automobile,celui-ci peut être considéré par certains comme un second chez soi Les principaux résultats soulignent queffectivement tant par des comportements particuliers qui sont le signe dune forte appropriation que par des marquages de lespace automobile,celui-ci peut être considéré par certains comme un second chez soi Les résultats laissent apparaître que le sentiment dêtre chez soi dans sa voiture sappuie sur les mêmes fonctions de refuge, de support identitaire et de socialisation que pour le logement Les résultats laissent apparaître que le sentiment dêtre chez soi dans sa voiture sappuie sur les mêmes fonctions de refuge, de support identitaire et de socialisation que pour le logement La voiture espace de représentation et dappropriation peut être ainsi vécue pour certains sur le mode de lintimité et de la familiarité caractéristique dun chez soi. La voiture espace de représentation et dappropriation peut être ainsi vécue pour certains sur le mode de lintimité et de la familiarité caractéristique dun chez soi.

24 Lappropriation des espaces Bordas, F. (1999). Les aspects cognitifs et affectifs de la densité humaine : le cas de lhabitat collectif. Bordas, F. (1999). Les aspects cognitifs et affectifs de la densité humaine : le cas de lhabitat collectif. Cette thèse analyse la perception de la densité et plus particulièrement le sentiment dentassement en habitat collectif selon diverses formes architecturales. Cette recherche a mis en évidence le fait que ce nest pas tant la densité physique réelle que de ne pouvoir éviter autrui, davoir peu de contrôle sur les interactions sociales qui semble influencer le sentiment dentassement. Cette thèse analyse la perception de la densité et plus particulièrement le sentiment dentassement en habitat collectif selon diverses formes architecturales. Cette recherche a mis en évidence le fait que ce nest pas tant la densité physique réelle que de ne pouvoir éviter autrui, davoir peu de contrôle sur les interactions sociales qui semble influencer le sentiment dentassement. Nous avons également repéré les prédicteurs du sentiment dentassement parmi lesquels lévaluation de la qualité des relations sociales joue un rôle très important. Nous avons également repéré les prédicteurs du sentiment dentassement parmi lesquels lévaluation de la qualité des relations sociales joue un rôle très important.

25 Lappropriation des espaces Les travaux sur lappropriation de lespace des maisons de retraite (Rioux, 2003,2004) et de sites universitaires (Rioux, 2004) Les travaux sur lappropriation de lespace des maisons de retraite (Rioux, 2003,2004) et de sites universitaires (Rioux, 2004)

26 III PARTIE LES MECANISMES PSYCHOLOGIQUES DE MODIFICATION DU COMPORTEMENT EN MATIERE DENVIRONNEMENT

27 Constats Certaines études sintéressent aux comportements, aux attitudes et aux représentations des individus face aux problèmes écologiques dans une démarche de développement durable ( préservation des ressources naturelles, pollution, recyclage des déchets…) Certaines études sintéressent aux comportements, aux attitudes et aux représentations des individus face aux problèmes écologiques dans une démarche de développement durable ( préservation des ressources naturelles, pollution, recyclage des déchets…) Décalage existant entre attitudes et comportements Décalage existant entre attitudes et comportements La connaissance des effets sur la santé ne va pas toujours dans le sens dun comportement favorable à la santé de lindividu : ex : le tabac La connaissance des effets sur la santé ne va pas toujours dans le sens dun comportement favorable à la santé de lindividu : ex : le tabac

28 Constats Difficulté à promouvoir et à faire perdurer les comportements pro-environnementaux dans le temps Difficulté à promouvoir et à faire perdurer les comportements pro-environnementaux dans le temps Phénomène NIMBY (Not In My Back Yard) : (accord pour construire une usine dépuration pour dépolluer leau mais ne pas être daccord pour la construire près de chez soi) Phénomène NIMBY (Not In My Back Yard) : (accord pour construire une usine dépuration pour dépolluer leau mais ne pas être daccord pour la construire près de chez soi) Baisse des préoccupations environnementales dès lors que lenvironnement de lindividu nest pas directement concerné. Baisse des préoccupations environnementales dès lors que lenvironnement de lindividu nest pas directement concerné.

29 LES MODELES THEORIQUES LA THEORIE DE LENGAGEMENT (BEAUVOIS & JOULE) LA THEORIE DE LENGAGEMENT (BEAUVOIS & JOULE) LA THEORIE DU COMPORTEMENT PLANIFIE (AJZEN, 1985, 1991) LA THEORIE DU COMPORTEMENT PLANIFIE (AJZEN, 1985, 1991) LE HEALTH BELIEF MODEL (Becker & Rosentock, 1984) LE HEALTH BELIEF MODEL (Becker & Rosentock, 1984) LE MODELE DE ALTRUISME (Schwartz, 1968, 1977) LE MODELE DE ALTRUISME (Schwartz, 1968, 1977)

30 LA THEORIE DE L ENGAGEMENT Beauvois & Joulé,1981. Ce ne sont pas nos idées, nos convictions ou nos croyances qui nous engagent mais bien plus nos actes. Ce ne sont pas nos idées, nos convictions ou nos croyances qui nous engagent mais bien plus nos actes. Lengagement est ce qui lie une personne à ses actes. Lengagement est ce qui lie une personne à ses actes. Ce sont les caractéristiques objectives dune situation qui engagent Ce sont les caractéristiques objectives dune situation qui engagent

31 LA THEORIE DE L ENGAGEMENT Pour produire de lengagement : Visibilité et importance de lacte : Visibilité et importance de lacte : - le caractère public de lacte (VS anonyme) - le caractère explicite de lacte (VS ambigu) - lirrévocabilité (ne peut revenir sur son acte) - la répétition de lacte - les conséquences de lacte - les coûts de lacte

32 LA THEORIE DE L ENGAGEMENT Pour produire de lengagement : Les raisons de lacte et le contexte de liberté : Les raisons de lacte et le contexte de liberté : - Les raisons externes désengagent - Les raisons internes engagent - Le sentiment de liberté associé à lacte

33 LA THEORIE DE L ENGAGEMENT Changements comportementaux Effets sur le plan cognitif : Effets sur le plan cognitif : - acte non problématique : consolidation des attitudes - acte problématique : changement dattitudes Effets sur le plan comportemental : Effets sur le plan comportemental : - dans les deux situations : émission et généralisation dactes

34 ATTITUDES NORMES SUBJECTIVES CONTRÔLE PERÇU INTENTION DAGIR COMPORTEMENT THEORIE DU COMPORTEMENT PLANIFIE Ajzen, 1985, 1991

35 HEALTH BELIEF MODEL (Becker & Rosentock, 1984) Les variables Sociodémograhpiques Vulnérabilité perçue (Age, sexe…) Gravité perçue Probabilité dadopter Gravité perçue Probabilité dadopter un comportement sain un comportement sain Attitudes vis-à-vis de la santé en général la santé en général Bénéfices perçus associé au comportement Signaux déclencheurs Caractéristiques psychosociales individuelles Coût perçus associé au comportement

36 LE MODELE DE LALTRUISME Il est possible de traduire une norme personnelle en comportement en activant chez les individus, dune part la conscience des conséquences que le comportement ou le non comportement est susceptible dengendrer et dautre part, lattribution à soi même de la responsabilité des conséquences. Il est possible de traduire une norme personnelle en comportement en activant chez les individus, dune part la conscience des conséquences que le comportement ou le non comportement est susceptible dengendrer et dautre part, lattribution à soi même de la responsabilité des conséquences. Le modèle suppose quen activant une seule de ces variables à la fois (soit la conscience des conséquences, soit lattribution à soi même de la responsabilité) on observe pas de modifications des comportements : cest seulement en activant les 2 variables en même temps quon assiste à une augmentation du comportement de tri des déchets ménagers. Le modèle suppose quen activant une seule de ces variables à la fois (soit la conscience des conséquences, soit lattribution à soi même de la responsabilité) on observe pas de modifications des comportements : cest seulement en activant les 2 variables en même temps quon assiste à une augmentation du comportement de tri des déchets ménagers.

37 IV partie ENQUETE SUR LES PLAINTES LIEES A LA QUALITE DE LHABITAT A NANCY (Etude en cours réalisée par lAPPA)

38 INTRODUCTION Par NUISANCE, il faut entendre tous les facteurs de la vie urbaine ou industrielle qui constituent une gêne, un préjudice, un danger pour la santé et lenvironnement. Par NUISANCE, il faut entendre tous les facteurs de la vie urbaine ou industrielle qui constituent une gêne, un préjudice, un danger pour la santé et lenvironnement. Au niveau individuel, la nuisance se présente alors comme une limitation du bien-être, la présence imaginaire ou réelle dun risque, lexpérience vécue dun inconfort associé à une ou plusieurs composante(s) environnementale(s) physiquement identifiable(s) : bruit, odeurs, pollution de lair...

39 LA PLAINTE La plainte va alors être le moyen de témoigner de sa gêne, dun malaise, dun mécontentement face à un environnement devenu hostile au bien-être de lindividu. Cependant, toutes les personnes gênées ne portent pas plainte. La plainte va alors être le moyen de témoigner de sa gêne, dun malaise, dun mécontentement face à un environnement devenu hostile au bien-être de lindividu. Cependant, toutes les personnes gênées ne portent pas plainte.

40 la sensibilité croissante de la population la sensibilité croissante de la population Le logement peut être perméable aux nuisances, Et face à la surcharge sensorielle que les individus accumulent au quotidien dans les transports et le travail, ils aspirent au bien-être à leur domicile. Le logement semble alors devoir posséder cette fonction à savoir de pouvoir régénérer les ressources sensorielles de lindividu. (Moles & Rohmer, 1998, Fischer, 1997).

41 Méthodologie Cette étude a repris la méthodologie de létude parisienne « Etude de la psychologie des parisiens liée aux nuisances environnementales » Cette étude a repris la méthodologie de létude parisienne « Etude de la psychologie des parisiens liée aux nuisances environnementales » ROZEC V, DUBOIS N, MOCH A, novembre ROZEC V, DUBOIS N, MOCH A, novembre Etude financée par la Mairie de Paris Etude financée par la Mairie de Paris En collaboration étroite avec la Préfecture de Police de Paris, Direction de la Protection du Public (DPP) 6ème bureau des nuisances. En collaboration étroite avec la Préfecture de Police de Paris, Direction de la Protection du Public (DPP) 6ème bureau des nuisances.

42 Etudes sur les plaintes Volonté de mieux comprendre la demande sous-jacente aux plaintes : diverses études (Paris, Nancy…) Volonté de mieux comprendre la demande sous-jacente aux plaintes : diverses études (Paris, Nancy…) Problématique connue sous les termes «plaintes Habitat » Problématique connue sous les termes «plaintes Habitat »

43 Méthodologie 1260 plaintes de parisiens concernant le bruit, les vibrations, les odeurs, la pollution de lair et les pollutions visuelles arrivées à la DPP entre juin 2001 et juillet plaintes de parisiens concernant le bruit, les vibrations, les odeurs, la pollution de lair et les pollutions visuelles arrivées à la DPP entre juin 2001 et juillet Elaboration dune grille danalyse permettant de saisir la richesse du discours contenue dans les différentes lettres des plaignants. Elaboration dune grille danalyse permettant de saisir la richesse du discours contenue dans les différentes lettres des plaignants. Plusieurs parties relatives à la caractérisation des nuisances, à la description des plaignants, aux représentations inhérentes à la plainte et aux effets ressentis des nuisances ont pu être décrites. Plusieurs parties relatives à la caractérisation des nuisances, à la description des plaignants, aux représentations inhérentes à la plainte et aux effets ressentis des nuisances ont pu être décrites.

44 Méthodologie Méthodologie Objectif : est danalyser les plaintes écrites des Nancéiens pour mieux comprendre leurs demandes. Objectif : est danalyser les plaintes écrites des Nancéiens pour mieux comprendre leurs demandes. Hypothèse : il existe un impact réel des facteurs individuels et contextuels sur la plainte exprimée et les effets ressentis sur la santé. Hypothèse : il existe un impact réel des facteurs individuels et contextuels sur la plainte exprimée et les effets ressentis sur la santé. 576 plaintes écrites de Nancéiens concernant lhabitat reçues entre 2000 et plaintes écrites de Nancéiens concernant lhabitat reçues entre 2000 et 2004

45 Méthodologie 1) une approche quantitative : comptabiliser les différentes sources de nuisances, les principaux effets ressentis et les solutions demandées. 1) une approche quantitative : comptabiliser les différentes sources de nuisances, les principaux effets ressentis et les solutions demandées. 2) une analyse qualitative des plaintes : décrire les différents termes employés pour caractériser leur gêne. 2) une analyse qualitative des plaintes : décrire les différents termes employés pour caractériser leur gêne.

46 ETUDE EN COURS PREMIERS RESULTATS


Télécharger ppt "La psychologie de lenvironnement : une discipline récente Valérie Rozec Laboratoire de psychologie de lenvironnement : attitudes et conduites en milieu."

Présentations similaires


Annonces Google