La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CANCER DU COL de LUTERUS EN 2007 Dr Detchev Romain Hôpital Saint Vincent – Lille FMC Tourcoing 15/03/2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CANCER DU COL de LUTERUS EN 2007 Dr Detchev Romain Hôpital Saint Vincent – Lille FMC Tourcoing 15/03/2007."— Transcription de la présentation:

1 CANCER DU COL de LUTERUS EN 2007 Dr Detchev Romain Hôpital Saint Vincent – Lille FMC Tourcoing 15/03/2007

2 Cancer du col Première cause de mortalité des femmes de 35 à 45 ans dans certains pays. Première cause de mortalité des femmes de 35 à 45 ans dans certains pays. En France, il y a 3400 cancers du col par an en En France, il y a 3400 cancers du col par an en Le pic dincidence se situe vers 40 ans. Le pic dincidence se situe vers 40 ans.

3 Au spéculum : Au spéculum : masse bourgeonnante, friable, saignant au contact, ou ulcérée à bords irréguliers, reposant sur une base indurée. masse bourgeonnante, friable, saignant au contact, ou ulcérée à bords irréguliers, reposant sur une base indurée. Si le cancer est infraclinique la découverte peut être systématique. Si le cancer est infraclinique la découverte peut être systématique.

4

5 CLASSIFICATION FIGO Stade 0 : cancer in-situ Stade 0 : cancer in-situ Stade I : cancer limité au col Stade I : cancer limité au col - Ia : cancer micro-invasif - Ib : cancer invasif Stade II : cancer dépassant le col Stade II : cancer dépassant le col - IIa : sans infiltration des paramètres - IIb : avec atteinte proximale des paramètres Stade III : extension à la paroi pelvienne ou 1/3 inférieur vagin Stade III : extension à la paroi pelvienne ou 1/3 inférieur vagin - IIIa : atteinte du 1/3 inférieur du vagin - IIIb : atteinte paroi pelvienne ou rein muet à lUIV Stade IV : extension vessie ou rectum ou étendu à des organes éloignés Stade IV : extension vessie ou rectum ou étendu à des organes éloignés

6 Mener le Bilan Initial - La clinique sous estime létendue. - La stratégie thérapeutique en dépendra. Si la lésion est clinique faire : - Frottis - IRM Pelvienne Rx Thx Orientation vers correspondant le + rapidement possible Orientation vers correspondant le + rapidement possible

7 Mener le Bilan Initial Si la lésion est découverte sur un frottis : - Orienter vers correspondant pour réaliser : - Colposcopie - Biopsies du col - +/- conisation diagnostique

8 Stratégie sur la prise en charge Pourquoi une stratégie ? Pourquoi une stratégie ? Evolutions récentes Evolutions récentes Quels sont les moyens ? Quels sont les moyens ?

9 CAS CLINIQUE 1 Patiente 40 ans, métrorragies post coïtales Patiente 40 ans, métrorragies post coïtales Au spéculum : lésion bourgeonnante et hémorragique limitée au col Au spéculum : lésion bourgeonnante et hémorragique limitée au col Biopsie confirme un carcinome épidermoïde Biopsie confirme un carcinome épidermoïde Quel bilan initial réaliser ? Quel bilan initial réaliser ?

10 CAS CLINIQUE 1 IRM pelvienne retrouve une lésion : IRM pelvienne retrouve une lésion : I B1, II A (II B prox) <= 4 cm I B1, II A (II B prox) <= 4 cm Que proposer à la patiente ? Que proposer à la patiente ?

11 CAS CLINIQUE 1 Il nexiste pas de standard Il nexiste pas de standard Mais plusieurs options: Mais plusieurs options: 1- Curage pelvien / coelio si N - wertheim (curie (+/- RT si T>2 cm) 6 sem avant). Si N + curage LBA RT + CT + curie et pas de chirurgie

12 CAS CLINIQUE 1 2 – curie première (si T entre 2 et 4 cm) puis wertheim + extempo pour curage Si N - +/- RT en fct résidu tumoral Si N + faire curage LBA RT + CT 3 – chir première + curage puis CAT idem (2) 4 – RT (+/- CT) si contre indication chirurgie

13 CAS CLINIQUE 2 Patiente 60 ans, métrorragies longtemps négligées + signes urinaires Patiente 60 ans, métrorragies longtemps négligées + signes urinaires Au spéculum : lésion bourgeonnante et hémorragique du col avec atteinte vaginale inférieure. Au spéculum : lésion bourgeonnante et hémorragique du col avec atteinte vaginale inférieure. Les paramètres sont infiltrés au toucher Les paramètres sont infiltrés au toucher Biopsie confirme un carcinome épidermoïde Biopsie confirme un carcinome épidermoïde Quel bilan initial réaliser ? Quel bilan initial réaliser ?

14 CAS CLINIQUE 2 IRM pelvienne retrouve une lésion : IRM pelvienne retrouve une lésion : II B distal, III, IV II B distal, III, IV Cystoscopie + biopsies Cystoscopie + biopsies Que proposer à la patiente ? Que proposer à la patiente ?

15 CAS CLINIQUE 2 Standard: RT pelvienne (+/- curie) étendue en LBA si N+ prouvé Standard: RT pelvienne (+/- curie) étendue en LBA si N+ prouvé Options: Options: RT LBA systématique si < 70 ans, RT LBA systématique si < 70 ans, Exentération pelvienne avec +/- RT CT pré op si atteinte vessie Exentération pelvienne avec +/- RT CT pré op si atteinte vessie Recommandations: pas de chirurgie pour stades avancés Recommandations: pas de chirurgie pour stades avancés

16 SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE 90 % des récidives surviennent dans les deux premières années 90 % des récidives surviennent dans les deux premières années 25 % des récidives sont découvertes par lexamen clinique 25 % des récidives sont découvertes par lexamen clinique Frottis peu dintérêt Frottis peu dintérêt Rythme : / 4 mois pdt 2 ans; puis / 6mois pdt 5 ans. Rythme : / 4 mois pdt 2 ans; puis / 6mois pdt 5 ans.

17 SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE Suspicion récidive sur: Suspicion récidive sur: Clinique, Clinique, SCC à 2 reprises SCC à 2 reprises Biopsies Biopsies IRM IRM Scanner Thorax abdo pelvis Scanner Thorax abdo pelvis PET scan +++ PET scan +++ Cystoscopie, rectoscopie Cystoscopie, rectoscopie

18 CONCLUSION Ne pas sous évaluer létendue grâce à: Ne pas sous évaluer létendue grâce à: IRM IRM Curage pelvien +/- LBA Curage pelvien +/- LBA Etablir une stratégie thérapeutique: Etablir une stratégie thérapeutique: Curage Curage Pas de chirurgie si métastatique; Curie pré op; RT +CT pré op Pas de chirurgie si métastatique; Curie pré op; RT +CT pré op Dépister les récidives : apport du PET scan Dépister les récidives : apport du PET scan


Télécharger ppt "CANCER DU COL de LUTERUS EN 2007 Dr Detchev Romain Hôpital Saint Vincent – Lille FMC Tourcoing 15/03/2007."

Présentations similaires


Annonces Google