La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Définition, Epidémiologie 1 25&26 septembre 2009 – MERIGNAC Diagnostic, traitement et suivi de lostéoporose par le médecin libéral.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Définition, Epidémiologie 1 25&26 septembre 2009 – MERIGNAC Diagnostic, traitement et suivi de lostéoporose par le médecin libéral."— Transcription de la présentation:

1 Définition, Epidémiologie 1 25&26 septembre 2009 – MERIGNAC Diagnostic, traitement et suivi de lostéoporose par le médecin libéral

2 OSTEOPOROSE-DEFINITION Maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse(DMO) et une altération de la microarchitecture du tissu osseux. Responsable dune augmentation de la fragilité osseuse et du risque de fracture. (1) Maladie osseuse métabolique la plus fréquente. (1) ANAES, LOstéoporose chez les femmes ménopausées et chez les sujets traités par corticoïdes: méthodes diagnostiques et indications, avril

3 OSTEOPOROSE-DEFINITION Os normal (2) Os ostéoporotique (2) (2) Dempster DW et al. A simple method for correlative light and scanning electron microscopy of human iliac crest bone biopsies : qualitative observations in normal and osteoporotic subjects J Bone Miner Res Feb;1(1) :

4 OSTEOPOROSE- EPIDEMIOLOGIE « Pandémie mondiale ». Fréquence augmente avec lâge. Perte osseuse post-ménopausique : 16% pour les fractures du poignet 16% pour les tassements vertébraux 17% pour les fractures ESF Problème majeur de santé publique 4

5 OSTEOPOROSE Les 3 fractures les plus fréquentes selon lâge: POIGNET : / an (60 ans) VERTEBRES : / an (69 ans) 30 % asymptomatiques COL FEMORAL : / an (80 ans) 5

6 Ostéoporose post- ménopausique Maladie fréquente, souvent négligée Maladie osseuse silencieuse Sa complication : la fracture Mais… le plus souvent ignorée ou négligée Seulement une femme ostéoporotique sur 5 est diagnostiquée A tout âge (dès 50 ans), les fracture périphériques ostéoporotiques sont les plus nombreuses (1,2) ANAES 2004 – Diagnostic de lostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées. Rapport délaboration de référentiel et évaluation des pratiques professionnelles, Juillet 2004, page 3 6

7 7

8 Fractures ostéoporotiques chez la femme Comparaison avec dautres maladies 8

9 1.Cooper et Melton. Epidemiology of Osteoporosis, Trends Endocrinol. Metab. 1992,3: Kanis et al. – Treatment of established osteoporosis : a systematic review and cost utility analysis, Health Technology Assessment 2002; Vol 6: No29, table 32 3.Schousboe J. et al. Association Between Self-Reported Prior Wrist Fractures and Risk of Subsequent Hip and Radiographic Vertebral Fractures in Older Women. A Prospective Study, J. Bone Miner Res 2005, Jan; 20(1): Incidence/100,000 personne-année Age (années) Col du fémur Vertèbre Poignet Incidence des fractures en fonction de lâge (1) Les fractures du poignet sont souvent les premières à apparaître (1,3) FRACTURES PERIPHERIQUES 9

10 EPIDEMIOLOGIE Augmentation exponentielle avec lâge des deux premiers types de fractures. 3 à 4,5 millions de femmes ostéoporotiques en France. FESF : , estimation à en Poignet : EPOS(2002) : incidence annuelle des fractures vertébrales 10,7/1000 femmes 5,7:1000 hommes 10

11 Complications à moyen terme Effet dune précédente fracture vertébrale sur le risque de nouvelle fractures vertébrales Lindsay R et al. JAMA 2001: 285:

12 Mortalité Effet des fractures vertébrales et de la hanche sur la survie Cooper C, et al. 1993: Am J Epidemiol 137(3):

13 EPIDEMIOLOGIE Coûts de soin deviennent exhorbitants. Retentissement important sur la mortalité et la morbidité 13

14 Physiopathologie Ménopause Vieillissement Fonction rénale 1,25 (OH)D 2 absorption intestinale du Ca Taux parathormone Carence oestrogénique OstéoclastesOstéoblastes Apports alimentaires et synthèse cutanée de vitamines D Vieillissement Balance osseuse négative Perte osseuse Ostéoporose Vieillissement D'après DE VERNEJOUL

15 Evaluation du risque fracturaire Relation étroite entre de la DMO et du risque fracturaire (+++) (concordance de toutes les études) : Toute diminution dun écart-type de la DMO multiplie le risque de fracture par 2 Quelque soit le site de mesure de la DMO et le siège de la fracture Mais prédiction meilleure quand site de la mesure = siège de la fracture Hanche: diminution dun écart-type de la DMO = risque fracture ESF x 2,6 15

16 Evaluation du risque fracturaire Comparaison ostéoporose et autres pathologies graves Relation entre de la DMO et du risque fracturaire : Plus forte que celle existant entre hypercholestérolémie et infarctus du myocarde Comparable à celle existant entre HTA et risque dAVC 16

17 SIGNES CLINIQUES Perte de taille, cyphose dorsale Fracture : trop tard! Tassements vertébraux Perte de taille > à 3 cm Dorso-lombalgie aigue Fracture de Pouteau-Colles Fracture ESF (> 80 ans) Autres:cotes, humérus 17

18 Mortalité Kado, et al. Arch Intern Med. 199:159: (3):

19 RISQUE ELEVE DE FRACTURE = OSTEODENSITOMETRIE ET ANAMNESE = à 50% Densité Minérale Osseuse (Siris ES, Arch Intern Med 2004;164: Étude transversale femmes avec fracture : % T SCORE <2.5) = à 50% Facteurs de risque fracturaires indépendants de la Densité Minérale Osseuse ( antécédent de fracture par faible traumatisme,antécédent familial,âge..)

20 FACTEURS DE RISQUE AFSAPPS 2006 Indépendants de la DMO Age Antécédent personnel de fracture Corticothérapie Antécédent de FESF chez un parent du 1 er degré Diminution de lacuité visuelle IMC<19kg/m 2 Troubles neuromusculaires ou orthopédiques Tabagisme 20

21 FACTEURS DE RISQUE AFSAPPS 2006 Liés à la DMO Ménopause précoce Aménorrhée I ou II re Immobilisation prolongée Carence vitamino-calcique 21

22 FACTEURS DE RISQUE LES PLUS UTILISES Age Tscore du rachis et ou de lESF Corticothérapie ancienne ou actuelle Atcd de fracture de lESF chez les parents du 1er degré Diminution de lacuité visuelle Insuffisance de masse corporelle Troubles neuromusculaires ou orthopédiques Tabagisme 22

23 Fracture périphérique ou tassement vertébral Facteur de risque de fracture ultérieure majeur et donc indication essentielle de ostéodensitométrie mais il faut les reconnaître et penser à en tirer les conséquences 1:3 des tassements vertébraux seulement reconnus par la clinique 10% fractures chez femmes de plus de 67 ans donnent lieu à ostéodensitométrie Cleveland clinic journal of medicine 76 Aout 2009

24 MESSAGES A RETENIR Suivi annuel de la taille Dépistage systématique des FR dOP chez la femme ménopausée Fracture du poignet = 1 er signe dOP Rechercher lexistence dautres FR Demander une densitométrie A priori à traiter 24

25 Différents types Fracture de grade 3 diminution de la hauteur vertébrale (antérieure, moyenne ou postérieure) de plus de 40% 25


Télécharger ppt "Définition, Epidémiologie 1 25&26 septembre 2009 – MERIGNAC Diagnostic, traitement et suivi de lostéoporose par le médecin libéral."

Présentations similaires


Annonces Google