La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les différents publics. Du point de sociologique, psychologique, psychanalytique. AgeH. WallonJ. PiagetS. Freud Avant la naissance Symbiose ou « parasitisme.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les différents publics. Du point de sociologique, psychologique, psychanalytique. AgeH. WallonJ. PiagetS. Freud Avant la naissance Symbiose ou « parasitisme."— Transcription de la présentation:

1 Les différents publics

2 Du point de sociologique, psychologique, psychanalytique. AgeH. WallonJ. PiagetS. Freud Avant la naissance Symbiose ou « parasitisme Influence possible. Traumatisme de la naissance. NaissanceStade impulsif Période du nourrisson : réflexes, premières habitudes, intelligence sensori- motrice. Stade Oral 5-6 moisStade émotionnel Intelligence intuitive Stade anal mois Stade sensori-moteur et projectif 3 ans à 6 ans Stade de personnaliste ou égocentrique Stade phallique et complexe doedipe 10 ans Stade de lobjectivité de la pensée. « Age scolaire » Opération de lintelligence concrète Période de latence, résolution de loedipe Construction de la personnalité 12 ans à 14 ansAdolescence, Puberté Opération de lintelligence formelle Adolescence, Puberté psychologique 18 ansAdolescenceStade génital

3 Le développement des habiletés de Gallahue Période des mouvements réflexes ou archaïques Mouvements rudimentaires Habileté s motrices fondame ntales PERIODE SPORTIVE Naissance 1 An 2 Ans 7 Ans 14 Ans et plus Phase Initiale Phase Elémentaire Phase mature Phase Géniale Phase Spécifique Phase de spécialisatio n 2 – 3 ans 4 – 5 ans 6 – 7 ans 7 – 10 ans 11 – 13 ans 14 ans et +

4 Les différentes qualités physiques à travailler en fonction de lage du pratiquant selon G. Cometti.

5 AgeDifficultéEffort 2 à 4 ans Egocentrique Les probabilités subjectives de succès constituent la base permettant de juger la difficulté. Le niveau d'habileté est indiqué par les résultats obtenus. 4 à 5-6 ans Objective La perception de la difficulté repose sur ses propriétés (complexité) et le niveau d'habileté est indiqué par les résultats obtenus. L'effort ou le résultat témoigne de l'habileté. La réalisation exigeant plus d'effort témoigne d'une plus grande habileté. L'effort et les résultats ne sont pas perçus comme cause et effet. 6 à 7 ans Normative La difficulté de la tache et d'habileté sont perçues en relation avec la performance des autres. Les taches que trés peu réussissent sont difficiles et le succès dans ces taches indique un grand niveau d'habileté. 7 à 9 ans L'effort est la cause des résultats. Un effort égal est supposé conduire à des résultats égaux. 9 à 10 ans L'habileté est particulièrement différenciée de l'effort (comme cause des résultats) ans et plus Différenciation complète : l'habileté est conçue comme capacité qui limite l'effort sur la performance.

6 Les adolescents : la laborieuse construction de lidentité. Ladolescence est lage dune réorganisation personnelle face à la société et implique une réorganisation par rapport à la famille, une réorganisation de limage de soi. Face aux modèles sociaux. Face aux modèles sociaux. Les statuts masculins et féminins sont fortement différenciés. Les filles sont davantage confrontées au modèle familial. De plus, elles doivent bien se tenir et donner aux autres une image présentable. Les garçons sont plus libres, moins enchaînés à la norme. Ils disposent plus souvent de la rue comme espace de vie. Ils sont plus confrontés à la question de la transgression. Les filles et les garçons. Les filles et les garçons. Ils semblent que les filles vivent plus difficilement leur adolescence. Elles expriment davantage de préoccupations corporelles, plus de problèmes de sommeil et dalimentation, de santé. Les garçons consomment davantage de drogues, dalcool. Ils sont davantage en échec scolaire.

7 Les jeunes en détresse et les troubles de la conduite. Les jeunes en détresse et les troubles de la conduite. La détresse peut être à la fois affective : - affective : abandon affectif, maltraitance familiale, drame familial, etc… -économique : certains sont contraints à travailler les soirs et les week- end dès le lycée… -sociale : habitat misérable, dépendance à la famille à légard dorganismes sociaux, menace dexpulsion,… -culturelle et scolaire : illettrisme, échec scolaire. Ado et cultures communautaires. Ado et cultures communautaires. Face à toutes les agressions que reçoivent les adolescents sur leur estime de soi, ils ont tendance à se réfugier dans les groupes de pairs. Les jeunes qui traverseraient ladolescence au sein dune communauté de tout ordre, résisteraient mieux que les autres aux problèmes de ladolescence. Les adolescents : la laborieuse construction de lidentité.

8 Les jeunes « difficiles ». Léchec scolaire. La majorité des jeunes difficiles se retrouvent en échec scolaire. On peut expliquer cet échec par le phénomène très célèbre de Pierre Bourdieux. Nous disposons tous dun habitus social. Il est le reflet et lexpression de notre personnalité dans le monde social. Cet habitus est constitué de notre relation au travail, de notre relations à lordre, du langage, du physique,etc.. de tous ce qui fait que nous sommes nous-même. Lécole est elle aussi porteuse dun habitus : lhabitus scolaire ; celui-ci demande rigueur, sérieux, valorisation de lécrit sur loral, respect de la hiérarchie, langue française, valorisation de la pensée sur le corps.

9 Les jeunes issus des couches sociales populaires sont à lopposé de cet habitus scolaire. Leurs cultures valorisent loral sur lécrit, les langues nationales ou régionales de là où ils sont issus,…. Les conséquences sont simples, les jeunes sont plongés très tôt dans le monde scolaire pour lequel ils sont inadaptés ; Le temps nécessaires à leur adaptation leur fait prendre un retard quils narrivent pas toujours à combler. Cest la naissance dune carrière scolaire de plus en plus difficile où les efforts sont inutiles. Il peut sen suivre à lâge de ladolescence un rejet de ce système, des violences envers les représentants de ce système et souvent un arrêt à 16 ans sans diplôme. En 1992, 27,5 % des jeunes (soit plus de ) qui sont entrés dans la vie active lont fait sans diplôme. Par rapport aux jeunes diplômés, on trouvait dans la catégorie des « sans diplôme », plus de garçons, mais aussi plus de jeunes issus de milieu populaire et/ou de limmigration et/ou dune famille nombreuses. Les jeunes « difficiles ».

10 Le sport. Des relations difficiles aux efforts physiques. Des relations difficiles aux efforts physiques. La sédentarité précoce crée les conditions par lesquelles tout effort physique devient désagréable et pénible. Cette sensation a un effet dissuasif qui tend à réduire encore plus, le niveau physique objectif, à fausser la perception de leffort fourni, et à réduire le plaisir lié à l a pratique physique et à renforcer la sédentarité. Les jeunes « difficiles ».

11 Il nest pas rare de trouver des jeunes de 17 ans fumeurs et sédentaires qui aura un pouls de 180p/min dès 8 Km/h. De façon générale les jeunes en difficultés pratiquent moins souvent une activité physiques en dehors du cadre scolaire que les jeunes suivant un parcours classique. Cette différence est vrai chez les garçons (71% contre 60%) et encore plus chez les filles (27% contre 40%).

12 Les jeunes « difficiles ». Un rapport corps entraînant des conduites excessives. Un rapport corps entraînant des conduites excessives. « Le sport fait cracher les cigarettes ». Pour beaucoup, la dépendance au tabac, à lalcool nest pas vécue de manière contradictoire avec des pratiques sportives. De plus, on sait que sportifs ou non sportifs ont le même taux dalcoolisation. En revanche, on sait que les sportifs modérés (8 heures par semaines) ont une alcoolisation plus régulière, sont plus nombreux à avoir touchés à la drogue et à avoir connue des ivresses profondes.

13 Les rapports avec un entraîneur. Les attentent des filles. Les attentent des filles. Les filles attendent dun entraîneur : - Des encouragements quand cest difficile. - Du respect et de ne pas être chambrer. - De la bonne humeur, pas de crie. - De lécoute, de la discussion. On peut résumer les attentes des filles à in bon climat. Les attentes des garçons. Les attentes des garçons. Les garçons ont des attentent plus diversifiés. Ils attentent du coach : - La bonne humeur. - Une certaine liberté. - De lhumour. - Du respect. Des idées fausses. Des idées fausses. Les jeunes ne vous jugerons pas bon parce que vous : - leur laisser faire ceux quils veulent. - connaissez beaucoup dexercices. - êtes très strict. Les jeunes « difficiles ».

14 Les comportements de protection de leur estime de soi. La rébellion et le dénigrement. Ces phénomènes sont souvent observés dans des groupes où les jeunes sont compétitifs, agressifs. Ces comportements sobservent dans des activités auxquelles ils accordent une grande importance. Plus leur sentiment de compétence sera important plus ils vont avoir tendance à vous remettre en cause et à ne pas accepter de réaliser des exercices. Tout échec sera très mal vécu et doit être tempéré par le coach car ils naccepteront pas dêtre dévalué face au groupe. Ces phénomènes sont souvent observés dans des groupes où les jeunes sont compétitifs, agressifs. Ces comportements sobservent dans des activités auxquelles ils accordent une grande importance. Plus leur sentiment de compétence sera important plus ils vont avoir tendance à vous remettre en cause et à ne pas accepter de réaliser des exercices. Tout échec sera très mal vécu et doit être tempéré par le coach car ils naccepteront pas dêtre dévalué face au groupe. La résignation et lattentisme. Phénomène identique au public classique. Il faut alors rechercher des progrès par rapport à soi-même et éviter toute comparaison avec les autres. Phénomène identique au public classique. Il faut alors rechercher des progrès par rapport à soi-même et éviter toute comparaison avec les autres. Les jeunes « difficiles ».

15 Quelques pistes pour sen sortir. Respecter et faire respecter les personnes. Respecter et faire respecter les personnes. Etre exigeant sur quelques règles de sécurité, de civilité mais pas sur un mode agressif. Ne pas imposer un catalogue de règles de groupe, il faut en sélectionner certaines et être intransigeant dessus. Expliciter les règles. Expliciter les règles. - Expliquer et justifier les règles avant de sanctionner, de crier. Eviter de rajouter de la violence à de la violence. - Réaliser en concertation avec le groupe une charte de fonctionnement commun définissant les droits et aussi les devoirs de chacun. Il faut aussi clarifier le rôle du coach et celui du pratiquant. Qui fait quoi et dans quelles conditions ? - Ne rien laisser passer pour montrer que votre seuil de tolérance est bas. Sinon lampleur des infractions va être croissante. -Ne pas prendre à parti devant le groupe. Les jeunes « difficiles ».

16 Quelques pistes pour sen sortir. Quelques pistes pour sen sortir. Prévenir les conflits. Prévenir les conflits. - Voir et être de vu de tous tout le temps. - Commencer à lheure et finir à lheure. - Fermer les vestiaires. - Faire des pauses communes (tout le monde va boire en même temps). Etre présent pendant les pauses. - Compter le matériel prêté, donner lautorisation de le prendre, de sen servir. Etre toujours le maître du jeu. Responsabiliser les jeunes. Avoir sa raquette, en être responsable. - Prendre le temps daller au fond des discussions, ne pas rester sur une incompréhension. - Repérer les agressions le plus tôt possible. - Ne pas rentrer dans les comportements de provocation. Les jeunes « difficiles ».

17 Quelques pistes pour sen sortir. Quelques pistes pour sen sortir. Quand le conflit est là le gérer. Quand le conflit est là le gérer. - Séparer les combattants, au moins protéger le plus faible. - TOUJOURS garder le contrôle de ses émotions. Parler calmement, ne pas crier, garder une distance appropriée, respecter lespace interpersonnel, éviter toute tendance à lagressivité. - Mieux vaut être une femme quun homme : image moins agressive. - Se laisser du temps, laisser la colère retomber avant la discussion et la sanction. Ecouter, interroger sans prendre partie dans un premier temps. - Toujours se référer aux règles établies ou aux règles communes. - Faire comprendre la sanction. Elle doit proportionnée aux faits et aux responsabilités. - Rappeler que vous ne faîtes pas la loi mais que vous en êtes le garant. Les jeunes « difficiles ».

18 Instaurer dans la durée des liens positifs. Instaurer dans la durée des liens positifs. Favoriser les échanges afin dinstaurer progressivement une relation de confiance avec vos jeunes. Attention à ne pas confondre cette relation avec du copinage sinon vous perdez votre crédibilité. Laisser de la place à la négociation. Laisser de la place à la négociation. Les jeunes difficiles négocient tous. Il faut laisser une place à la négociation mais ils doivent savoir que certaines choses sont non négociables. Montrer clairement sa satisfaction. Montrer clairement sa satisfaction. Ne pas hésiter à montrer votre satisfaction quand votre entraînement sest bien déroulé. Les jeunes « difficiles ».

19 Les personnes âgées Chez les adultes, passé 40 ans, il est conseillé de passer une visite médicale approfondie. En effet, il faut vérifier que le corps soit encore prêt à supporter un effort soutenu. Après 60 ans (sauf exception), lintensité des exercices mis en place est faible à modérée.

20 Les adultes nont pas le même rapport au corps que les ados. Ils recherchent davantage : Lentretien physique. Lentretien physique. Le plaisir de la pratique. Le plaisir de la pratique. Un entraîneur qualifié (quasi-parfait). Attention aux séances non-préparées, brouillons. Un entraîneur qualifié (quasi-parfait). Attention aux séances non-préparées, brouillons. Ils sont souvent très motivé, demandeurs de conseils,... Ils sont souvent très motivé, demandeurs de conseils,... Les personnes âgées


Télécharger ppt "Les différents publics. Du point de sociologique, psychologique, psychanalytique. AgeH. WallonJ. PiagetS. Freud Avant la naissance Symbiose ou « parasitisme."

Présentations similaires


Annonces Google