La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

I. Pelc – Drogues et société - 2007 Prof. Isy Pelc - CHU Brugmann - U.L.B. Drogues et société Université de Mons Hainaut 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "I. Pelc – Drogues et société - 2007 Prof. Isy Pelc - CHU Brugmann - U.L.B. Drogues et société Université de Mons Hainaut 2007."— Transcription de la présentation:

1 I. Pelc – Drogues et société Prof. Isy Pelc - CHU Brugmann - U.L.B. Drogues et société Université de Mons Hainaut 2007

2 Approche bio-psycho-sociale des assuétudes Substances Individu Environnement I. Pelc Drogues et société 2007

3 Concernant les assuétudes … •Une assuétude n’est pas uniquement le résultat de l’usage d’une drogue, de son abus ou encore d’un état de dépendance. •Un comportement d’assuétude nous confronte à des problèmes tels que l’autonomie et la dépendance, le plaisir et l’auto-destruction, la complétude et le manque, le pouvoir et la misère et, finalement, la vie et la mort. … Isy Pelc in « Les Assuétudes: abus et états de dépendance – Alcool, Tabac, Médicaments, Drogues » Editions de l’Université de Bruxelles, 1983 I. Pelc – Drogues et société

4 Concernant les assuétudes … A côté des facteurs biologiques et génétiques conduisant à l’émergence et au maintien d’une assuétude, l’éducation personnelle, l’adaptabilité sociale et le développement précoce de la qualité de vie seront extrêmement importants pour l’évolution de la personne en ce qui concerne son comportement d’assuétude ultérieur. I. Pelc – Drogues et société

5 Concept de dépendance Assuétudes De l’habitude... Usage excessif Dépendance psychologique Dépendance physiologique... à l’esclavage !!! I. Pelc – Drogues et société

6 Facteurs de dangerosité des « drogues » Héroïne (opioïdes) CocaïneMDMA ("ecstasy") Psycho- stimulants AlcoolBenzodia- zépines Cannabi- noïdes Tabac Dépendance physique très fortefaibletrès faiblefaibletrès fortemoyennefaibleforte Dépendance psychique très forteforte mais intermit- tente ?moyennetrès fortefortefaibletrès forte Neurotoxicitéfaiblefortetrès forteforte 000 Toxicité généraleforte * forteéventuellement très forte forte très faible très forte (cancer) Dangerosité socialetrès forte faible (?)faible (exceptions possibles) fortefaible ** faible0 * Pas de toxicité pour la méthadone et la morphine en usage thérapeutique ** Sauf conduite automobile et utilisation dans des recherches de "soumission" ou d' "auto-soumission", où la dangerosité devient alors très forte. Source : B. Roques, La dangerosité des drogues, Odile Jacob, 1999, p. 298 I. Pelc – Drogues et société

7 Les renforcements psycho-sociaux (1) Gaetano Di Chiara & R. Alan North in : TIPS – May 1992 (Vol.13) I. Pelc – Drogues et société

8 Les renforcements psycho-sociaux (2) Questionnaire des habitudes de prise de boissons alcoolisées – I. Pelc 1.Lorsque je rencontre l’une ou l’autre personne 2.Lorsque j’ai des ennuis, pour les oublier 3.Par habitude 4.Pour le goût agréable 5.Par goût, qui est devenu une habitude 6.Ce sont des habitudes que l’on avait dans ma famille 7.Pour me stimuler 8.En compagnie de mon mari (femme) 9.Parce que j’aime bien boire un verre 10.Quand je me sens seul Il m’arrive de prendre un verre : I. Pelc – Drogues et société

9 Les renforcements psycho-sociaux (3) Drogues Exposition à des facteurs de stress Sensibilisation comportementale par stimulation des voies à CRF I. Pelc – Drogues et société

10 Les renforcements neuro-biologiques I. Pelc – Drogues et société

11 Cannabis: une escalade vers l’abus d’autres drogues ? •Relations entre récepteurs CB1 et opiacées •CB1 peut moduler certaines propriétés psycho actives –CB1 peut être impliqué dans la dépendance physique –CB1 n’est pas impliqué dans la modulation de la réponse à la douleur par les opiacées •Sensibilisation croisées avec d’autres drogues –La prise de cannabis peut accroître la réponse aux amphétamines ou à l’héroïne (seulement certaines souches de rats HR (“high-responder”) I. Pelc – Drogues et société

12 •Le cannabis serait-il un « modulateur » des autres neuro- transmetteurs concernant nos affects et nos cognitions ? •De même qu’en ce qui concerne les autres neuro- transmetteurs endogènes ( sérotonine, dopamine…), nous utilisons de façon physiologique des cannabinoïdes endogènes produits naturellement. •De même qu’en ce qui concerne les autres substances psychotropes, des problèmes apparaissent lors d’un usage de cannabis dépassant nos besoins personnels et naturels. Rôle hypothétique du cannabis et des substances cannabinoïdes endogènes I. Pelc – Drogues et société

13 In : Pelc et Ledoux, 1995 Usage de cannabis chez les élèves de 5è secondaire en Hainaut occidental - n = 529 Selon le type de parentalité vécue % I. Pelc – Drogues et société

14 Pourquoi la communication à propos du « risque » échoue ? évaluation « experts » du risque probabilité scientifique du risque acceptable connaissance en évolution du risque comparé évaluation « publique » et intuitive du risque oui / non sécurité oui / non conséquence personnelle I. Pelc – Drogues et société

15 •la volonté de gagner qui caractérise tout sportif de compétition se transforme en rage, à la fois constructive et destructrice •jamais le cerveau n’échappe aux messages incitants, cachés ou non, qui peuvent mener, par voie chimique, à un accroissement – minime mais essentiel – de la puissance physique... d’après Carline Taymans in « Le Vif L’Express » 17 octobre 2003, p 110 Forts en tête... I. Pelc – Drogues et société

16 grâce à leur caractère bien trempé, certaines personnalités n’ont besoin de personne pour se mettre en mesure de l’emporter I. Pelc Drogues et société 2007

17 D’autres, peut-être plus équilibrées, pour ne pas dire plus humaines, s’entourent de personnalités aptes à favoriser leur préparation mentale. Suivies de près, tout au long de leur préparation physique, par des professionnels de leur entourage, elles sont aussi très attachées à l’équilibre de leur vie privée. I. Pelc – Drogues et société

18 in Science et Avenir, septembre 2003 I. Pelc Drogues et société 2007

19 in Science et Avenir, septembre 2003 I. Pelc Drogues et société 2007

20 Drogues : usage dur, usage doux ?

21 Drogue douce : définitions •Par opposition à « drogue dure » •Désigne habituellement le cannabis et ses dérivés •Et en réalité ? I. Pelc – Drogues et société

22 Drogue douce •Peu d’effet renforçant dans des modèles animaux •Dépendance physique peu marquée •Peut être consommée longtemps sans induire d’assuétude •Peu toxique sur le long terme •Peu toxique en usage aigu I. Pelc – Drogues et société

23 Profils des substances psychoactives AlcoolOpiacésCannabisHallucin.Psychost.Tabac Modèles animaux 0 / / Syndrome de manque / ++0 / +0 / +++ / ++ Assuétude0 / / Toxicité usage répété Toxicité aiguë I. Pelc – Drogues et société

24

25 Le cannabis •Ensemble de substances : les cannabinoïdes •Action sur des récepteurs spécifiques dans le système nerveux central (CB1) et au niveau périphérique (CB2) •Ligands endogènes (anandamide, …) •Action comme les autres substances donnant lieu à assuétude sur le circuit de récompense •Sensibilisation croisée entre cannabinoïdes et autres drogues I. Pelc – Drogues et société

26 mémoire ataxie pas de problèmes vitaux Intoxication aiguë I. Pelc – Drogues et société

27 Influence du cannabis sur le risque de schizophrénie •Risque multiplié par un facteur 2 à 10 •Dose-dépendant •Âge-dépendant •Gène-dépendant I. Pelc – Drogues et société

28 Interaction prise de cannabis dans l’adolescence - génotype COMT dans le risque de schizophrénie à l’âge adulte Caspi et al., 2005

29 Circuit de récompense

30 Syndrome de manque caractéristique de la dépendance au cannabis Nervosisme, irritabilité Troubles du sommeil Appétit augmenté ou diminué Tremblements Sudation Diarrhée Nausées, vomissements I. Pelc – Drogues et société

31 Etude COGA Cohorte de 5611 personnes Aucune consommation230041% Cannabis < 21 fois / an % Usage fréquent % Jamais de manque % Manque % I. Pelc – Drogues et société

32 Syndrome de manque CravingConsommation I. Pelc – Drogues et société

33 « Cannabis clinic » I. Pelc – Drogues et société

34 Caractéristiques de l’échantillon •Age moyen : 23 ans - range : ans •88 % hommes - 12% femmes •Consommation moyenne : 6 joints / jour - range : joints / jour I. Pelc – Drogues et société

35 Schéma d’évaluation •Interview menant à une évaluation multiaxiale –Consommation –Problèmes psychiatriques associés –Problèmes somatiques associés –Adaptation psychosociale –Analyse de la demande •Évaluation somatique –Résistances pulmonaires (VEMS) –Examen sanguin •Evaluation neuropsychologique –Batterie de tests (mémoire, fonctions exécutives) –Potentiels évoqués cognitifs (P300, VCN, PES) I. Pelc – Drogues et société

36 Origine de la demande n = 42 I. Pelc – Drogues et société

37 Motifs de la consultation I. Pelc – Drogues et société

38 Seriez-vous prêt à arrêter ou diminuer votre consommation si : •Présence de problèmes physiques : 93% •Absence de problèmes physiques : 55% I. Pelc – Drogues et société

39 Anomalies dans les bilans, en % de l’effectif I. Pelc – Drogues et société

40 Consommation de cannabis et troubles endocriniens •41 patients sur 50 (82%) ont un cortisol élevé •16 hommes sur 34 (47%) ont une testostérone inférieure à la normale •Anomalies de la régulation centrale ou périphérique ? I. Pelc – Drogues et société

41 Débits sanguins cérébraux régionaux (en % de l’activité cérébrale moyenne par pixel ± écart à la moyenne) (Mampunza, Verbanck et Pelc, 1995)

42 Fonctions exécutives •Mémoire •Attention •Inhibition •Flexibilité •Planification •Raisonnement abstrait •Rapidité des performances I. Pelc – Drogues et société

43 Fonctions exécutives spécifiquement localisées au niveau frontal •Alpha span : –Doubles tâches –Substratum anatomique : région frontale dorsolatérale (BA 10 et BA 46) •Test de Hayling : –Inhibition –Substratum anatomique : partie moyenne du gyrus frontal moyen (BA 47) Noël, Van der Linden, Pelc et Verbanck, 2001

44 Alpha span Noël, Van der Linden, Pelc et Verbanck, 2001

45 Test de Hayling (penalty score) Noël, Van der Linden, Pelc et Verbanck, 2001

46 Fonctions exécutives et prédiction de la rechute Noël, Pelc et Verbanck, 2002

47 Sensibilisation comportementale •Augmentation progressive de la réponse motrice lors de l ’administration répétée de drogues •Augmentation parallèle de la libération de dopamine dans le « circuit de récompense » avec pour conséquence une augmentation de l ’effet renforçant des produits et une perte de contrôle de la consommation •De longue durée (irréversible ?) •Consécutive à une modification durable de l ’expression génétique et des mécanismes de neurorégulation •Croisée entre psychostimulants, alcool, opiacés, cannabinoïdes, etc.... •Rôle des facteurs de stress I. Pelc – Drogues et société

48 Impulsivité et prise de décision •Impulsivité liée à l’amygdale •Prise de décision liée au cortex orbito- frontal I. Pelc – Drogues et société

49 Apprentissage au bien-être •Guidance individuelle ou « Counselling » •Débats de morale et d’éthique •Invitation de personnalités, ressources humaines de la Communauté •Amélioration de l’environnement écologique de l’école •Participation des élèves et de l’école aux activités de la Communauté •Organisation de groupe d’entraide entre élèves •Discussions de groupe. Amélioration de l’assertivité des élèves •Guidance économique et occupationnelle. Création de mini entreprises •Voyages et excursions pédagogiques •Activités sportives I. Pelc – Médecine scolaire – 2006 Programme prévention de l’usage des drogues – Thaïlande, 1993


Télécharger ppt "I. Pelc – Drogues et société - 2007 Prof. Isy Pelc - CHU Brugmann - U.L.B. Drogues et société Université de Mons Hainaut 2007."

Présentations similaires


Annonces Google