La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaines 6, 7 et 8 Lapproche cognitive de Beck Professeur André Samson, Ph.D., c.o.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaines 6, 7 et 8 Lapproche cognitive de Beck Professeur André Samson, Ph.D., c.o."— Transcription de la présentation:

1

2 Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaines 6, 7 et 8 Lapproche cognitive de Beck Professeur André Samson, Ph.D., c.o.

3 EDU Lapproche cognitive de Beck Plan de la présentation 1.1 Aaron T. Beck 1.2 Les débuts 1.3 De la psychanalyse à lapproche cognitive 1.4 Aaron T. Beck et Albert Ellis 2. Les concepts théoriques 2.1 Les schémas cognitifs ou croyances centrales 2.2 Les distorsions cognitives 2.3 Les pensées automatiques 2.4 Les différences entre une distorsion et une pensée automatique 1. Développement de lapproche cognitive

4 Plan de la présentation 3. Techniques dinterventions 3.1 La structure dune session en thérapie cognitive : première entrevue dévaluation 3.2 Entrevues subséquentes 3.3 Techniques pour identifier les schémas cognitifs 3.4 Techniques pour modifier les croyances 4. Les limites de lapproche Références EDU Lapproche cognitive de Beck

5 Aaron Beck: Fondateur de lapproche cognitive « Nos pensées colorent nos sentiments »

6 Les cognitions sont… …des pensées, des croyances, des images, des souvenirs qui nous permettent de percevoir le monde qui nous entoure, de lappréhender par la raison, de lui donner un sens, de le comprendre, den traiter les informations. EDU Lapproche cognitive de Beck

7 Introduction Lutilisation de lapproche cognitive sétend constamment depuis plus de 25 ans. Lapproche cognitive tire ses racines de la phénoménologie. La thérapie cognitive porte son attention sur les significations accordées aux expériences, et ce, à partir de systèmes de croyances. Selon les tenants de cette approche, lévaluation cognitive dune situation provoque des émotions spécifiques, des réactions physiologiques et différent types de comportement. En conséquence, cette approche vise à modifier la cognition ou les systèmes de croyances qui ne sont dysfonctionnels. Il sagit dune approche directive, structurée et rigoureuse qui vise à enseigner aux clients comment identifier, évaluer et modifier les dysfonctionnements cognitifs qui sont à la source de leur inconfort psychologique. EDU Lapproche cognitive de Beck

8 1. Développement de lapproche cognitive Lapproche cognitive en psychothérapie est associée aux travaux du psychiatre américain Aaron Beck. Né en 1921, Beck était le cinquième et dernier enfant de Harry Beck et Elizabeth Temkin Beck, tous deux des juifs russes immigrés aux États-Unis. Après avoir perdu deux de ses enfants, la mère de Beck sombra dans une profonde dépression. Aaron Beck percevait sa mère comme une personne presque toujours déprimée, imprédictible et surprotectrice. Contrairement à son père qui affichait un calme stoïcien. 1.1 Aaron T. Beck

9 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive Aaron Beck traversa de nombreuses difficultés durant son enfance. Il était souvent malade et absent de ses cours. Ses échecs scolaires le conduisirent à développer une perception négative de ses habiletés intellectuelles. De plus, son état maladif est à la source de beaucoup de ses peurs irrationnelles comme la crainte de perdre tout son sang en cas de blessure ou encore la peur de suffoquer sil lui fallait prendre la parole en public. En utilisant le raisonnement pour apaiser ses anxiétés, Beck réussit à compléter ses études de médecine de même quà donner de nombreuses présentations en public. 1.1 Aaron T. Beck

10 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive Aaron Beck obtient son doctorat en médecine à lUniversité Yale en De 1946 à 1948, il servit comme médecin stagiaire et résident en pathologie au Rhode Island Hospital de Providence. Puis, il oeuvra comme résident en neurologie et entra au département de psychiatrie du Cushing Veterans Administration Hospital à Framingham, Massachussetts. En 1953, il obtint son certificat de spécialiste en psychiatrie de lAmerican Board of Psychiatry and Neurology. 1.1 Aaron T. Beck

11 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive En 1956, Beck reçoit son diplôme de lInstitut Psychanalytique de Philadelphie. Il devint professeur au département de psychiatrie de lécole médicale (Medical School) de lUniversité de Pennsylvanie. Ses recherches sur la dépression (Beck, 1961, 1964) furent publiées en 1967 sous le titre de Depression Clinical, Experimental and Theoretical Aspects. 1.1 Aaron T. Beck

12 EDU Lapproche cognitive de Beck Il exposa dans cet ouvrage ses thèses principales concernant limportance de la cognition dans le traitement de la dépression. Beck a écrit plus de 400 articles et 15 livres portant sur la thérapie cognitive et les traitements des différents désordres émotionnels. Il est sans conteste le fondateur de lapproche cognitive. 1. Développement de lapproche cognitive 1.1 Aaron T. Beck

13 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive Selon Moss (1992), la thérapie cognitive tire ses racines théoriques chez les philosophes stoïciens grecs et romains. Epictète croyait que les gens étaient troublés non par les choses, mais par leurs manières de les percevoir. Déçu par lapproche psychanalytique, Beck commença à se concentrer sur les cognitions ou les constructions rationnelles de ses patients. Beck remarqua que ses clients expérimentaient des pensées quils ne rapportaient pas dans leurs libres associations. Ces pensées apparaissaient rapidement et automatiquement. De plus, elles échappaient au contrôle des patients. En invitant ses patients à parler de leurs pensées, Beck identifia des thèmes négatifs dans leur narration, comme le sentiment de défaite ou le malaise qui influençaient leur perception du passé, du présent et du futur. 1.2 Les débuts

14 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive 1.3 Les débuts Linconscient dynamique Beck comparait les pensées automatiques de ses clients au concept freudien de dialogue « préconscient ». Il sintéressait à ce que ses clients racontaient par rapport à eux- mêmes et à la manière dont ils géraient leur système de communication interne ou pensées automatiques. Il parvint ainsi à découvrir que les individus développent des systèmes de croyances à partir de leurs communications internes ou personnelles (dialogue interne). Cest à partir de leurs croyances que les individus formulent leurs règles ou leurs normes de vie, les schémas ou les patterns qui déterminent comment ils perçoivent et interprètent leurs diverses expériences.

15 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de lapproche cognitive 1.4 Aaron T. Beck et Albert Ellis Beck VS. Ellis Albert Ellis a aussi développé une approche pour confronter les croyances irrationnelles. Parfois, il peut être ardu de différencier lapproche de Beck de celle dEllis.. Lors de la conférence annuelle de lAPA en 2000, Frank Farley souleva cette question et ce, en présence dEllis et de Beck : «Frank Farley began by asking the two what the difference is between their theories. Ellis joked that people love to steal his ideas, and after the two of them noted some slight differences, it became clear that they basically are very close to each other's beliefs about beliefs, and differ mostly in technique and style, more than in perspective. »

16 EDU Lapproche cognitive de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive A. T. Beck et A. Ellis

17 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques Judith Beck et son père Selon Judith Beck (traduction libre de sa définition du modèle cognitif) : « En un mot, le modèle cognitif propose que les distorsions cognitives (qui influencent lhumeur et le comportement du patient) sont communes à tous les troubles psychologiques. » « Lévaluation réaliste et la modification de la pensée produisent un changement positif de lhumeur et du comportement » (Beck, J., 1995, p. 1).

18 EDU Lapproche cognitive de Beck Croyance centrale (schéma) « Je suis incompétent(e). » Croyance intermédiaire « Si je ne comprends pas parfaitement, je suis incompétent(e). » Pensée automatique « Cest trop difficile, je ny arriverai pas. » Effets Émotions Comportements Physiologiques 2. Les concepts théoriques Modèle cognitif

19 2. Les concepts théoriques Les schémas cognitifs sont des perceptions du monde, des croyances et des opinions par rapport à la réalité (autrui, événement ou environnement). Ces schémas constituent lunité de base de la cognition. Contenu des schémas Il y a deux types de schémas cognitifs : le type adaptatif (adaptive schemas) et le type mésadaptatif (maladaptive schemas) Un schéma peut être positif ou négatif selon les situations. Types de schémas EDU Lapproche cognitive de Beck 2.1 Les schémas cognitifs ou croyances centrales

20 EDU Lapproche cognitive de Beck Les événements ne sont ni positifs ou négatifs. Ils sont neutres. Le monde extérieur Les événements sont filtrés et interprétés par le système de croyances ou la pensée. Les pensées (cognitions) Les émotions tirent leur source de lactivité cognitive et non pas des événements à létat brut. À ces émotions sont associées des comportements. Émotions et comportements 2. Les concepts théoriques Le schéma cognitif

21 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques Source des schémas Ces structures se développent tôt dans la vie à partir des expériences personnelles. Distorsions cognitives Certains schémas peuvent prédisposer à la détresse psychologique. Par exemple, chez un déprimé : « Je ne suis pas du tout intelligent ». Un schéma négatif constitue un « cognitive shift » ou une distorsion cognitive. Identification des distorsions Le but de la thérapie cognitive est didentifier les distorsions cognitives. 2.1 Les schémas cognitifs ou croyances centrales

22 2. Les concepts théoriques Caractéristiques des distorsions Fonctionnement hors de lactivité volontaire Activées par certains stimuli Anticipent le futur Fonctions des distorsions Interprètent linformation en fonction dhypothèses irrationnelles Contiennent un ensemble de règles pour définir une situation Attribuent des significations standardisées aux événements Effets des distorsions Provoquent les émotions Causent les comportements À la source de réactions physiologiques EDU Lapproche cognitive de Beck 2.2 Les distorsions cognitives

23 2. Les concepts théoriques 2.2 Les distorsions cognitives Les huit catégories de distorsions identifiées par Beck Pour être heureux, il faut que tout le monde maime 1. AMOUR Ma valeur personnelle dépend de ce que les autres pensent de moi 2. APPROBATION Autrui doit être toujours honnête et aimable à mon égard 3. CONSIDÉRATION PAR AUTRUI Je dois tout faire parfaitement, sinon ma valeur personnelle est nulle 4. PERFECTIONNISME EDU Lapproche cognitive de Beck

24 2. Les concepts théoriques 2.2 Les distorsions cognitives Les huit catégories de distorsions identifiées par Beck Je dois réussir tout ce que je fais, sinon je suis stupide. 5. RÉUSSITE Je dois être toujours être aimable envers autrui sinon je suis une personne ignoble. 6. CODE MORAL Je dois tout savoir, tout comprendre, tout prévoir. 7. OMNIPOTENCE Je dois me débrouiller seul. Solliciter laide des autres est un signe de faiblesse. 8. AUTONOMIE EDU Lapproche cognitive de Beck

25 2. Les concepts théoriques Centrée sur un détail invraisemblable qui accorde à la réalité un aspect essentiellement irrationnel et négatif. 1. Labstraction sélective Conclusions non démontrées, ignorant les faits objectifs (ex : lectures de pensées dautrui ou prédictions pessimistes crues comme réelles et véridiques). 2. Les conclusions hâtives Ramener les événements à soi; se sentir responsable des situations, réactions des autres ou des événements négatifs : « Si le projet n'aboutit pas, ce sera de ma faute. » 3. La personnalisation EDU Lapproche cognitive de Beck 2.2 Les distorsions cognitives Certains types de distorsions

26 2. Les concepts théoriques Tendance à surestimer les échecs, à sous estimer les réussites. : « J'ai fait une erreur au travail, tout le monde va le savoir et je serai complètement ridicule aux yeux de tous ». 4. Exagération (dramatisation) et minimisation Perception dun échec lorsque les résultats ne correspondent pas aux attentes : «Cest 20 sur 20 à cet examen ou je suis nul ». 5. La pensée dichotomique : tout ou rien Application d'une conclusion négative à partir d'un événement à dautres événements non reliés (généralisation verticale : un échec particulier remet en question lensemble dun projet; la généralisation horizontale : un échec dans un domaine compromet les projets dans tous les domaines). 6. La généralisation EDU Lapproche cognitive de Beck 2.2 Les distorsions cognitives Certains types de distorsions

27 2. Les concepts théoriques Les émotions sont utilisées comme des arguments : « Je ne me sens pas de taille à affronter une situation, donc je suis un loser. » 7. Le raisonnement émotionnel Transformer une expérience neutre ou positive en expérience négative. 8 La disqualification du positif Jugements définitifs et émotionnels portés sur soi ou sur les autres : « Je suis complètement nul. » au lieu de dire « J'ai fait une erreur ». 9. Létiquetage Fixation arbitraire de buts à atteindre (je dois, je devrais…), mais aussi pour les autres (on me doit…). Peut provoquer un sentiment d'amertume, de ressentiment. 10. Les fausses obligations EDU Lapproche cognitive de Beck 2.2 Les distorsions cognitives Certains types de distorsions

28 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques 2.3 Les pensées automatiques Les pensées automatiques constituent un concept clé de la psychothérapie cognitive de Beck. Ces pensées surgissent spontanément, sans aucun effort de la part de lindividu. Ces pensées surgissent spontanément et sont généralement des phrases très courtes, mais très chargées sur le plan affectif. Les pensées automatiques sont souvent déformées, extrêmes ou inadéquates. Elles senracinent dans les croyances négatives de base.

29 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques 2.3 Les pensées automatiques Par exemple, Linda narrive pas à se décider dappliquer pour un emploi parce quelle croit que sa candidature ne sera pas retenue par la direction. La thérapie cognitive peut aider à comprendre que cette pensée automatique vient de ce que son père lui disait souvent: « Elle ne pourra rien faire de bon dans la vie. Une femme est faite pour rester à la maison. » Elles ne sont pas laboutissement dune réflexion logique et sont souvent difficiles à transformer.

30 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques 2.3 Les pensées automatiques Elles sont principalement provoquées par des « schémas cognitifs » qui déformes les impressions et les expériences de lindividu. Ce qui a pour résultat de provoquer des « distorsions cognitives ». Ces pensées peuvent également provenir de souffrances personnelles. Il importe donc de la pensé qui a précédé une émotion spécifique. La rationalité de ce type de pensées nest pas remis en question.

31 2. Les concepts théoriques EDU Lapproche cognitive de Beck 2.4 Les différences entre une distorsion et une pensée automatique Les pensées automatiques Les distorsions cognitives Sont conscientesSont concrètes Sont causées par les distorsions Sont inconscientesSont abstraites Sont une interprétation de la réalité

32 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques Modèle de développement cognitif Expérience s de la prime enfance Développeme nt des schémas et des distorsions cognitives Évènements de la vie Activation des distorsions cognitives Pensées automatiques Émotions – comportements – réponses physiologiques

33 2. Les concepts théoriques EDU Lapproche cognitive de Beck En arrivant au travail Situation activante « Jai trop de travail, je ne vais jamais y arriver. Déduction abusive Pensées automatiques Panique, découragement Comportement hyperactif Émotions -- comportements « Je peux demander de laide. » « Si je ny arrive pas, je peux tout à fait continuer demain. » Pensées alternatives Exemple

34 EDU Lapproche cognitive de Beck 2. Les concepts théoriques Dépression et approche cognitive La réussite est associée à une idéalisation de la réalité. Croyance fondamentale (distorsions) Dramatisation, jugement global négatif sur la valeur personnelle. Un échec est un précurseur dune catastrophe. Croyance intermédiaire Discours intérieurs : « Ma valeur personnelle est nulle, ma situation est désespérée, je ne men sortirai jamais. Quelle horreur ! Je serais mieux mort. » Pensées automatiques Émotions : anxiété, dévalorisation, désespoir. Comportements : apathie, retrait social. Symptômes physiologiques : asthénie, anorexie, insomnie. Réactions Exemple

35 EDU Lapproche cognitive de Beck Exploration Exploration de la problématique du client afin didentifier des distorsions cognitives. Explication De lapproche et description de la structure: le nombre et la fréquence des rencontres, la raison des tâches à faire. Plan de traitement Rédaction dun plan de la thérapie avec le client, classement des problèmes par ordre de priorité. Conclusion Terminer la scéance avec un exercice à faire. (i.e. lire quelques lignes dun article de journal). 3. Techniques dinterventions 3.1 La structure dune session en thérapie cognitive : Première entrevue dévaluation

36 3. Techniques dinterventions Revue générale de la problématique Explication de lapproche Énumération des enjeux et travailler sur celui qui est le plus pressant Élaborer la stratégie pour susciter lintérêt chez le client A. Préparer un agenda Chaque tâche proposée est discutée avec le client. Une tâche doit permettre déliminer une problématique (à long terme). Une tâche est choisie en fonction des problèmes cibles et exécutée avant la prochaine rencontre. B. Revue des tâches assignées 3.2 Entrevues subséquentes EDU Lapproche cognitive de Beck

37 3. Techniques dinterventions « Quest-ce qui est le plus urgent? » Le ménage de la maison. « Cela est trop général. Il faudrait peut-être mieux commencer par une pièce, quelle est la plus urgente ? » Le salon. Il y a des jouets, des journaux, des revues partout, des déchets et des poussières sur les meubles. Il faut passer laspirateur, épousseter, laver les vitres, etc. Il y en a beaucoup à faire. C. Choix dun problème cible Procéder par étape, peut-être même commencer par une visualisation. Le ménage du salon semble être une corvée. « Comment procéder sans que cela soit problématique ? » Ramasser les journaux et les revues. Ensuite, ramasser les jouets. « Il est aussi bon de prendre une pause et de regarder ce qui est fait, afin dencourager la personne à continuer son ménage lentement, quitte à ce que cela prenne deux jours. » D. Résolution du problème cible 3.2 Entrevues subséquentes EDU Lapproche cognitive de Beck

38 3. Techniques dinterventions « Comment puis-je réellement procéder afin que cela nentrave pas mon existence et ne me cause pas problème ? » « Comment ai-je réussi à faire le ménage du salon aussi adroitement et efficacement ? » E. Identifier les facteurs de la réalité La première tâche : lire sur la thérapie cognitive et de prendre des notes. Les tâches subséquentes doivent être des actions concrètes, limitées et spécifiques à chacun des problèmes cibles, aussi un peu plus ardues. Il est important de mettre lemphase sur leffort déployé à cette tâche ainsi quau succès récolté. F. Assignation de tâches Il est essentiel didentifier les réactions du client à chaque séance, afin quil ne développe aucune perception négative par rapport au thérapeute. Des questions comme« Je pourrais éclaircir quelque chose ? » ou « Ai-je dit quelque chose qui vous aurait froissé ? » sont essentielles car elles permettent au client dexprimer ses émotions et ses réactions tout en consolidant le rapport collaboratif. G. Feed-back réciproque 3.2 Entrevues subséquentes EDU Lapproche cognitive de Beck

39 3. Techniques dinterventions A. Questions directes Le client est inconscient de ses pensées. Il est important de demander : « Quest-ce qui vous passait à lesprit à ce moment-là ? » Ce qui permet au client de décrire une image mentale ou une pensée, B. Questions « inductives » ou «guidées» Exploration dune expérience dans son contexte. Ce qui amène le client à identifier ses pensées. Et à établir un lien entre ses pensées et son comportement. C. Moments de fortes émotions Le client éprouve des émotions : « Quest-ce qui habite votre esprit tout de suite? » Établir un lien entre la pensée et les émotions EDU Lapproche cognitive de Beck 3.3 Méthodes pour identifier les pensées automatiques

40 3. Techniques dinterventions Aide le client à se souvenir des événements qui précèdent la rencontre et à provoquer pendant la séance, les pensées automatiques. D. Imagerie mentale Peuvent aider à reproduire les pensées automatiques présentes dans des situations pénibles ; aident le client à accorder une signification aux événements. E. Jeux de rôle Le thérapeute peut demander au client décrire certains événements pénibles et noter les pensées automatiques qui accompagnent ces événements. Il sagit ici de porter une attention particulière aux jugements plutôt quaux événements. F. Prendre conscience de la signification des événements EDU Lapproche cognitive de Beck 3.3 Méthodes pour identifier les pensées automatiques

41 3. Techniques dinterventions A. Généralisation à partir dexemples spécifiques Identifier les généralisations « Je suis triste car personne ne maime ». Transformation en injonctions « Si je ne suis pas aimée de tout le monde, je ne peux pas être heureuse. Cest exact ? » B. Verbalisation du sens implicite Identifier la croyance sous-jacente « Voir un thérapeute est un signe de faiblesse. » Sens implicite « Il faut tout faire par soi-même, sinon on est faible ». C. Utiliser lÉchelle des attitudes dysfonctionnelles de Weissman et Beck (1978) Mesure dauto- évaluation des croyances dysfonctionnelles Utilisation simultanée avec dautres méthodes dinvestigation pour identifier les schémas, leur intensité et leur évolution. 3.4 Techniques pour identifier les schémas cognitifs EDU Lapproche cognitive de Beck

42 3. Techniques dinterventions EDU Lapproche cognitive de Beck 3.2 Techniques pour identifier les schémas cognitifs D. Flèche ascendante Vise à identifier une situation qui déclenche une émotion négative comme la culpabilité. Questionnement : « Quest ce que cette réaction mapprend sur le client? » La première réponse est généralement une pensée automatique négative. La poursuite du questionnement peut conduire à un énoncé plus absolu et globalisant. « Je nentrerai jamais à luniversité. » Comment est-ce que cette pensée automatique parle-t-elle de moi? « Jai encore déçu mes parents. » Comment la crainte de décevoir mes parents parle-t-elle de moi? « Chaque fois que jessaie de bien faire quelque chose, jéchoue. » Comment la crainte de léchec parle-t-elle de moi? Schéma cognitif « Je suis un raté. »

43 3. Techniques dinterventions A. Évaluer lutilité à court vs long terme Sert à évaluer lutilité de la croyance dysfonctionnelle. Surtout lorsque la croyance peut sembler utile à court terme. B. Questionner les engagements dysfonctionnels Utilisation de lénergie en fonction de ses possibilités. Engagement réaliste et ajusté. C. Épreuves de réalité Vérifier la justesse des croyances en désobéissant à la règle. Les tests servent à transgresser les interdits afin de développer de nouveaux comportements. EDU Lapproche cognitive de Beck 3.4 Techniques pour modifier les croyances

44 Semaine 1: Introduction générale Activités dintégration Questions à répondre 1.Décrivez, en utilisant vos propres termes, les éléments clés de lapproche développée par Aaron Beck: cest-à-dire quels sont les éléments essentiels qui constituent lapproche cognitive et qui guident les interventions thérapeutiques. Quel sont les rôles de laidant et de laidé dans le processus thérapeutique et quelles sont les conditions qui favorisent les changements chez laidé (deux à trois pages, 1,5 interligne). 2.Selon vous, quelles sont les qualités et les valeurs que lon doit généralement retrouver chez un conseiller qui utilise lapproche développée par Aaron Beck (une page, 1,5 interligne).

45 Semaine 1: Introduction générale Activités dintégration Questions à répondre 1.En vous référant à larticle suivant : 1.Butler, A. C., Chapman, J. E., Forman, E. M., Beck, A. T. (2006). The empirical status of cognitive behavioral therapy: A review of meta- analyses. Clinical Psychology Review, 26, The empirical status of cognitive behavioral therapy: A review of meta- analyses 2.Merrill, K.A., Tolbert, V.E., & Wade, W.A. (2003). Effectiveness of cognitive therapy for depression in a community mental health center: A benchmarking study. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 71, Ghahramanlou-Holloway, M., Wenzel, A., Lou, K., & Beck, A. T. (2007). Differentiating cognitive content between depressed and anxious outpatients. Cognitive Behaviour Therapy, 36(3), Differentiating cognitive content between depressed and anxious outpatients Et dautres articles que vous jugerez pertinent, expliquez comment lapproche cognitive peut être efficace et décrivez comment lapproche cognitive peut être utilisée auprès des personnes qui souffrent dune dépression clinique. (deux à trois pages, 1,5 interligne).

46 Tests, questionnaires et échelles Beck Depression Inventory (Beck, 1967) Questionnaire des pensées automatiques (Hollon et Kendall, 1980) qui vise à mesurer « le contenu du monologue intérieur qui caractérise la dépression » (Blackburn, & Cottraux, 2008) Léchelle de désespoir – Questionnaire H ou le Hopelessness Scale (Beck) Le test de la réponse négative (Watkins et Rush) Le questionnaire du biais négatif (Krantz et Hammen) Léchelle des attitudes dysfonctionnelles ou le Dysfunctional Attitude Scale (DAS ; Weissman et Beck, 1974) Questionnaire des conduites interpersonnelles (Scale for interpersonal Behavior) TAPIS : Test dauto-évaluation des pensées en interaction sociale Échelle de ralentissement Échelle de thérapie cognitive résivée (Cognitive Therapy Scale Revised (CTS-R)7) Questionnaire des schémas (Young) EDU Lapproche cognitive de Beck

47 Références Academy of Cognitive Therapy. (2008).Cognitive Behavioral Therapy (CBT) Outcome Studies. Retrieved August 21, Anonyme (2007). Approche cognitivo-comportementale : généralités. Récupéré le 31 octobre 2009, du site : Anonyme : Modifying Automatic Thoughts. Récupéré le 31 octobre 2009 du site : Beck, A., Freeman, A., & Associates. (1990). Cognitive therapy of personality disorders. New York: Guilford. Beck, A. T. (2010). La thérapie cognitive et les troubles émotionnels. Bruxelles : De Boeck. Beck, J.S. (1995). Cognitive therapy: Basics and beyond. New York: Guilford Blackburn, Y. M., & Cottraux, J. (2008). Psychothérapie cognitive de la dépression, 3e éd. Coll. Médecine et psychothérapie, Elsevier Masson, Paris. Bouvard, M., Cottraux, J. (2005). Protocoles et échelles dévaluation en psychiatrie et en psychologie. 4e éd., Masson, Paris. Bricker, D. C., & Young, J.E. (1993). A clients guide to schema-focused cognitive therapy. New York: Cognitive Therapy Center of New York. Burns, D. Se libérer de lanxiété sans médicaments. La Théorie cognitive : un autotraitement révolutionnaire de la dépression, coll. Lâme et le corps. JC Lattes éd., Genève, Suisse. Butler, A. C., Chapman, J. E., Forman, E. M., Beck, A. T. (2006). The empirical status of cognitive behavioral therapy: A review of meta-analyses. Clinical Psychology Review, 26,

48 Références Cariou-Rognant, A-M., Chaperon, A-F., & Duchesne, N. (2007). Laffirmation de soi par le jeu de rôle en thérapie comportementale et cognitive. Dunod, Paris. Chaloult, L. (2008). La thérapie cognitivo-comportementale : Théorie et pratique. Gaëtan Morin éditeur, Montréal. Ciarrochi, J., & Bilich, L. (2006). Acceptance and commitment therapy. Measures package. Process measures of potential relevance to ACT. School of Psychology, University of Wollongong, New South Whales, Australia, Récupéré le 7 novembre 2009 du site : Clark, D. A. (1995). Perceived limitations of standard cognitive therapy: A consideration of efforts to revise Beck's theory and therapy. Journal of Cognitive Psychotherapy, 9 (3), Docteur, A., Mirabel-Sarron, Ch., Urdapilleta, I.s, Siobud-Dorocant, E., Guelfi, J.D., & Rouillon, F. (2007). Évaluation clinique et cognitive dune thérapie comportementale et cognitive de groupe chez des patients bipolaires 1. Journal de thérapie comportementale et cognitive, 17 (2), Dunkley, D.M., & Kyparissi, A. (2008). What is DAS self-critical perfectionism really measuring ? Relations with the five-factor model of personality and depressive symptoms. Personality and individual differences, 44, Franceschi, P. (2007). Compléments pour une théorie des distorsions cognitives. Journal de thérapie comportementale et cognitive, 17 (2), Freeman, J. B., Garcia, A. M., Coyne, L., Ale, C., Przeworski, A., Himle, M., Compton, S., & Leonard, H. L. (2008). Early childhood OCD: Preliminary findings from a family-based cognitive-behavioral approach. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 47(5), EDU Lapproche cognitive de Beck

49 Ghahramanlou-Holloway, M., Wenzel, A., Lou, K., & Beck, A. T. (2007). Differentiating cognitive content between depressed and anxious outpatients. Cognitive Behaviour Therapy, 36(3), Goldberg, J. F., Gerstein, R. K., Wenze, S. J., Welker, T. M., & Beck, A. T. (2008). Dysfunctional attitudes and cognitive schemas in bipolar manic and unipolar depressed outpatients: Implications for cognitively based psychotherapeutics. Journal of Nervous and Mental Disease, 196(3), Joseph, A. (2009). Cognitive Behavioral Therapy; your route out of perfectionism, self-sabotage and other everyday habits. Capstone, Southern Gate, Chichester, UK. Leahy, R. L. (2003). Cognitive therapy techniques : a practitioners guide, Guilford Press, New York. Merrills Education Companion Website. Chapter 15: Aaron Beck and cognitive therapy. Récupéré le 31 octobre 2009 du site : Merrill, K.A., Tolbert, V.E., & Wade, W.A. (2003). Effectiveness of cognitive therapy for depression in a community mental health center: A benchmarking study. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 71, Mucchielli, R. (2004). Lentretien de face à face dans la relation daide. ESF éditeur, Paris. Oei, T.P.S., & Baranoff, J. (2007). Young Schema Questionnaire: Review of psychometric and measurement issues. Australian Journal of psychology, 59 (2), Oliver, J.M., & Baumgart, E.P. (1985). The Dysfunctional Attitude Scale: Psychometric properties and relation to depression in an unselected adult population. Cognitive therapy and research, 9(2), Palazzolo, J. (2007). Les thérapies comportementales et cognitives : Manuel pratique. Éd. In Press, Paris, France. Références EDU Lapproche cognitive de Beck

50 Références Rusinek, S., Graziani, P., Servant, D., Hautekeete, M., & Deregnaucourt, I. (2004). Thérapie cognitive et schémas cognitifs : un aspect du paradoxe. Revue européenne de psychologie appliquée, 54, Seligman, L. (2006). Theories of Counseling and Psychotherapy: Systems, Strategies and Skill. Pearson Prentice Hall. Stewart, W. (2005). An A-Z of Counselling Theory and Practice, 4th ed. Nelson Thornes Ltd, Cheltenham, UK. Stopa, L., & Waters, A. (2005). The effect of mood on responses to the Young Schema Questionnaire: Short form. Psychology and psychotherapy: Theory, Research, and practice, 78, The Royal College of Pyschiatrists. La thérapie cognitivo-comportementale. Récupéré le 31 octobre 2009 du site : Weissman, A. N., & Beck, A. T. (1978). Development and validation of the Dysfunctional Attitude Scale: A preliminary investigation. Paper presented at the Annual Meeting of the American Educational Research Association, Toronto, Ontario. Récupéré le 7 novembre 2009 du site : Wills, F. (2008). Becks CognitiveTherapy. Routledge, London, UK. Willson, R., & Branch, R. (2008). Les thérapies comportementales et cognitives pour les nuls. Éd First, Paris. Young, J., & Brown, G. (2003). Young Schema Questionnaire. Récupéré le 1er décembre 2009 du site : Test de pensées positives proposé aux étudiants EDU Lapproche cognitive de Beck


Télécharger ppt "Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaines 6, 7 et 8 Lapproche cognitive de Beck Professeur André Samson, Ph.D., c.o."

Présentations similaires


Annonces Google