La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rythmes, résonance, hiérarchies : le travail de crise auprès des adolescents reclus Dr Julien Fousson Dr Nicolas Pastour Service ERIC, C.H. Charcot, Plaisir.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rythmes, résonance, hiérarchies : le travail de crise auprès des adolescents reclus Dr Julien Fousson Dr Nicolas Pastour Service ERIC, C.H. Charcot, Plaisir."— Transcription de la présentation:

1 Rythmes, résonance, hiérarchies : le travail de crise auprès des adolescents reclus Dr Julien Fousson Dr Nicolas Pastour Service ERIC, C.H. Charcot, Plaisir (78) 7 ème congrès de lEFTA, 31 octobre 2010

2 Introduction

3 1. Lintervention de crise

4 Le service ERIC : organisation Service psychiatrique durgence et de post-urgence Ouvert 24h/24; 7j/7 Binômes pluri-professionnels : infirmier, médecin ou psychologue

5 Le service ERIC : la prise en charge Entretien durgence : possibilité dintervention sur le lieu démergence de la crise (ou de la demande) : domicile, lieu de travail, cabinet médical, institution (école, foyer,services sociaux…) Peut déboucher sur une prise en charge : entretiens de post urgence et VAD infirmières Limité de durée : 1 mois

6 Le service ERIC : les principes Modèle psychiatrique dalternative à lhospitalisation, construit à partir de la question de la chronicité en psychiatrie Référence commune : intervention systémique de crise –Mobilisation du réseau – soutien et valorisation des compétences des familles (Ausloos)

7 Intervention avec les adolescents Poser un cadre « Organiser limprévisible sans figer une évolution possible » A. Andréoli Mobiliser : –Amplification, dramatisation –Redéfinition (lecture relationnelle)

8 Intervention avec les adolescents Travail sur les hiérarchies et les frontières intergénérationnelles (S. Minuchin) –Restaurer des frontières intergénérationnelles claires –Position cadrante des parents : fonction pare-excitatoire ou anxiolytique –Soutenir chacun dans son rôle : droits et obligations Importance de lexpérience vécue pendant le temps de lintervention de crise

9 Situation clinique Frédéric, 15 ans : Éléments biographiques : –Élève en 3 ème, –Deuxième dune fratrie de 4 –Mère ingénieur –Père technicien : travaille à 80 %, gère le quotidien

10 2008 : 1 ère intervention –Crise clastique –Refus scolaire –Orientation rapide 2008 – 2010 : appels (lors de départs en vacances) Situation clinique

11 2010 : 2 ème intervention Motif de recours –Déscolarisé de nouveau depuis plusieurs semaines –Échec scolaire plus prononcé –désinvestissement des activités périscolaires –Isolement dans sa chambre Dynamique relationnelle Déroulement de la prise en charge –5 entretiens –Pas de visites à domicile –Arrêt brutal Situation clinique

12 Pourquoi cet arrêt ? Résonance –À un niveau existentiel (pas de thématisation) –Vécu des thérapeutes : un temps figé –Contagion par le temps de la famille ? Difficulté à explorer le passé (évocation opératoire) pose la question du temps Situation clinique

13 2. La question du temps

14 Le temps objectif Bergson : lintelligence ne peut se représenter le temps que spatialisé

15 Le temps vécu Bergson : cest lintuition qui nous donne ce qui relève de la durée « Lintuition est le mouvement par lequel nous sortons de notre propre durée, par lequel nous nous servons de notre durée pour affirmer et reconnaître immédiatement lexistence dautres durées. » G. Deleuze, Le bergsonisme

16 Présent et passé Bergson : le passé nest pas stocké quelque part mais est toujours présent Le présent est seulement le niveau le plus contracté du passé

17 Temps & dispositifs psychiatriques Les dispositifs psychiatriques tendent à neutraliser la question du temps leur but : créer un espace thérapeutique

18 Temps & crise La crise ouvre la question du temps : « État dun système au moment où le changement est imminent.. » D.G. Langsley « cest un point de déséquilibre dune continuité et un instrument de réorganisation » A. Andréoli

19 Temps & crise Crise = « espace potentiel » Espace potentiel : « espace dentre deux, entre le moi et le non moi, entre le dedans (…) et le dehors (…), entre le passé et lavenir » R. Kaës

20 Crise & situations de réclusion Absence de crise ou explosion aiguë Pas de demande ou demande excessive Difficulté pour lintervention de crise : –Amplification => rejet de la prise en charge –Simple accompagnement : rien ne se passe question du rythme de la prise en charge question de la nature de la « résonance » qui se joue

21 3. Rythmes et résonance

22 La notion de rythme Rythme : cadence régulière Ce sens date de Platon

23 La notion de rythme Originairement, rhuthmos désigne la forme assumée par ce qui est mouvant, la manière particulière de fluer

24 La notion de rythme Importance de la notion de rythme dans la recherche actuelle : Chronobiologie –Le « rythme du quotidien » résulte de la synchronisation des différents rythmes biologiques; –il assure laccrochage corporel à lenvironnement.

25 La notion de rythme Importance de la notion de rythme dans la recherche actuelle : Psychologie du développement « Le rythme constituerait pour le bébé son premier outil pour découvrir son monde, car il porte et transmet les affects, la subjectivité. » Maya Gratier

26 La notion de rythme Commence à être employée en systémique Chacun possède un rythme propre Dans un système, il est important que ces rythmes se synchronisent : « Lorsque les temps des différents membres du système ne peuvent être synchronisés, un malaise apparaît qui peut être source de pathologie. » Anne Courtois

27 Réclusion et rythmes Ladolescent reclus ne présente pas une absence de rythme mais : –une désynchronisation des rythmes sociaux environnants ; –une prépondérance des rythmes biologiques ; –linstauration dautres rythmes (Internet, etc..).

28 Réclusion et rythmes Le rythme des parents : Père : activités personnelles, tâches ménagères Mère : travail, télévision Couple : pas d'activité ensemble

29 Réclusion et rythmes Le rythme de la famille : Pas de temps partagé pas de synchronisation des différents rythmes (cadences) Le rythme (existentiel) de limmobilisme ou la répétition non changement vécu dans la résonance

30 Réclusion et famille M. Suwa et S. Suzuki : fonctionnement des familles dadolescents reclus (hikikomori) Règles bien établies mais transmission plus tacite quorale Rôle établi et stables mais face au difficultés pas de renégociation : réactions identiques

31 Réclusion et famille M. Suwa et S. Suzuki : fonctionnement des familles dadolescents reclus (hikikomori) Faible expression des émotions Peu dattention explicite envers les autres

32 4. Remettre en mouvement

33 Le travail sur lhistoire « Le thérapeute ouvre le champ thérapeutique (…) au passé et au présent de la famille. Il permet à la famille, en effectuant des sauts temporels, de renouer et surtout de remobiliser au présent des événements du passé pour construire lavenir. La manière dont il voyage dans ces dimensions est un facteur déterminant dans le déroulement du processus thérapeutique. » Anne Courtois

34 Le travail sur lhistoire « décompaction » du passé : –Lhistoire de la famille –Lhistoire personnelle des parents : Carte du monde et programme officiel Dans ces situations : –Difficulté à élaborer –Difficulté à exprimer ses émotions Nécessité dune expérience au présent

35 Le temps de lintervention Le tempo –Suffisamment ajusté au rythme familial pour maintenir une tension supportable Une histoire partagée –Intense : entretiens rapprochés, à domicile –Centrée sur des expériences concrètes (tâches prescrites, événements survenus) –Reprise pas à pas dans une narration (dramaturgie) –Circonscrite dans le temps

36 Le temps de lintervention La remise en mouvement de la situation se situe en grande partie à un niveau existentiel Travail de modulation des différents rythmes : Légitimation des rythmes propres (individualisation) Soutien dun rythme collectif (appartenance)

37 Le temps de lintervention Rythmes de ladolescent : –Sommeil en phase avec les autres –Rencontre avec sa famille Rythmes des parents : –Couple –Séparément : Le père La mère Rythmes familiaux : –Repas, sortie

38 Conclusion Les résonances temporelles, résonances existentielles, témoignent souvent dune impossibilité à mobiliser le niveau verbal (carte du monde) Une expérience temporelle rythmée, partagée par une équipe qui en nomme lhistoire, peut permettre une remise en mouvement du système

39 Merci de votre attention !


Télécharger ppt "Rythmes, résonance, hiérarchies : le travail de crise auprès des adolescents reclus Dr Julien Fousson Dr Nicolas Pastour Service ERIC, C.H. Charcot, Plaisir."

Présentations similaires


Annonces Google