La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ACADEMIE DE NANCY-METZ GROUPE DE PILOTAGE Éducation Prioritaire – Réussite Éducative MERCREDI 28 mars 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ACADEMIE DE NANCY-METZ GROUPE DE PILOTAGE Éducation Prioritaire – Réussite Éducative MERCREDI 28 mars 2007."— Transcription de la présentation:

1 ACADEMIE DE NANCY-METZ GROUPE DE PILOTAGE Éducation Prioritaire – Réussite Éducative MERCREDI 28 mars 2007

2 Journée des RAR du 16 janvier 2007 Le Ministre présente un bilan intermédiaire 4 mots-clefs Ciblage: en finir avec le saupoudrage Responsabilisation: donner de lautonomie Innovation: libérer, stimuler et favoriser le partenariat Ambition: ne pas ignorer le haut niveau 5 axes de travail: Maîtrise des savoirs fondamentaux Apprentissage dun comportement responsable Innovation Domaine dexcellence Ouverture sur lentreprise

3 La contribution de l'éducation prioritaire à l'égalité des chances des élèves rapport conjoint IGEN-IGAENR, octobre 2006

4 Éléments de conclusion Des atouts réels: approche globale de léducation; inscription de la dimension scolaire dans un contexte plus large; vecteur dinnovation; Des effets incertains: effets positifs contrebalancés par des phénomènes de stigmatisation et dévitement; des résultats insuffisants en matière dorientation des élèves au-delà du collège; La nécessité dune analyse multifactorielle: moyens supplémentaires dispersés; insuffisance des programmes de travail; 25 ans de mutations considérables;débat réussite scolaire/paix sociale; Une politique à forte légitimité: égalité des chances au cœur des politiques publiques; loi dorientation, loi de cohésion sociale, cadre de référence internationaux; La poursuite nécessite des infléchissements: Cibler léducation prioritaire sur des territoires limités et autorisés à sortir de la règle commune, tout en gardant le même niveau dexigence; Veiller à identifier les insuffisances et les dérives; Autonomie et articulation avec les autres politiques (ville, culture, jeunesse); Ni débats théoriques, ni routine: une volonté dadaptations permanentes appuyée sur un dispositif de suivi (cf. RAR);

5 Quelques conseils complémentaires pour relancer la politique de léducation prioritaire : Réfléchir ensemble Mettre en place des mesures simples et efficaces Privilégier la continuité de laction Veiller à la qualité des pratiques ordinaires Évaluer à bon escient Favoriser une bonne transmission des informations Parler positivement des enfants en difficulté

6 ORDRE DU JOUR Bilan de la visite des IG dans les RAR Suivi du tableau de bord académique Accompagnement des personnels en RAR Géographie de léducation prioritaire CUCS Perspectives

7 Appréciation densemble sur la mise en place des réseaux « ambition réussite » dans lacadémie de Nancy-Metz IGEN –IGAENR Février 2007

8 MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE Utilisation des moyens humains supplémentaires A) assistants pédagogiques vigilance quant à la définition de leur rôle B) professeurs référents Lettres de mission organisées autour de 2 tâches essentielles: - encadrement – « tutorat naturel »- des assistants pédagogiques (EDT, conditions dintervention, lien avec enseignants) - aide aux élèves en difficulté Positionnement variable selon origine 1er/2nd degré Relations pouvant encore être développées avec professeurs coordonnateurs des disciplines et professeurs principaux

9 MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE Incidence des moyens humains supplémentaires affectés aux RAR - les efforts dintégration des professeurs référents et des assistants pédagogiques ont contraint les équipes à réfléchir sur leur pédagogie - ambiguïté encore du rôle des assistants pédagogiques, dans laide aux devoirs en particulier? - effets pervers liés à la multiplicité des référents adultes pour lélève en difficulté - formation

10 SUIVI DES RESEAUX les IEN CCPD - un enjeu incontournable pour le succès des RAR : situation de « parité » équilibrée entre Principal du collège et IEN de la circonscription - attention particulière à porter au croisement de laction des enseignants des écoles et des AP et de celle des personnels des RASED les IA-IPR - les IA-IPR référents: des choix de fonctionnement jusqualors différents; observation dune montée en charge progressive - les IA-IPR de lacadémie: deux domaines privilégiés: maîtrise de la langue et mathématiques (actions daccompagnement par 2 chargés de mission)

11 SUIVI DES RESEAUX Implication souhaitable - des IEN ET/EG - des IEN-IIO et directeurs de CIO : expertise technique pour la lecture et linterprétation des différents indicateurs disponibles

12 SUIVI DES PARTENARIATS Suivi du plan Borloo - articulation avec les dispositifs de réussite éducative - concordance des territoires (CUCS) Implication des collectivités locales Relation avec les parents - un enjeu déterminant, notamment pour la mise en œuvre des PPRE

13 DIAGNOSTIC ET EVALUATION Fabrication de tableaux de bord Du recueil des données aux interrogations partagées que suscite leur mise en perspective Nécessité dune appropriation réelle par les équipes des indicateurs les plus stratégiques, de manière à sengager dans le sens dune réduction dûment chiffrée (objectifs pour 2010) des écarts avec la moyenne académique

14 DES RESEAUX « EN PLACE », EFFECTIVEMENT Une impression qui ne peut être formulée, à ce stade, quavec prudence Toutefois, la période incontournable du « rodage » nécessaire est sans doute, globalement, désormais passée: - les documents à élaborer lont été - les comités exécutifs sont installés - les personnels supplémentaires cherchent à se rendre réellement utiles au service des élèves

15 3 QUESTIONS renvoyant aux 3 mots forts de la nouvelle approche de léducation prioritaire Des réseaux associant des écoles primaires et un collège? Ambition: quel impact sur la gestion de lambition scolaire? Une réussite: ou plutôt quelles conditions pour la réussite?

16 DES RESEAUX? Oui, si lon considère les éléments suivants Les professeurs référents et les AP: trait dunion entre lécole et le collège Le socle commun: favorise une approche « réseau » prenant en compte lensemble de la scolarité obligatoire Le Principal et lIEN: une action concertée Le comité exécutif: une vraie structure de travail

17 LA GESTION DE LAMBITION SCOLAIRE Lapproche « réseau » et la signature dun contrat semblent induire: - une rupture par rapport à un certain fatalisme ambiant - une dynamique nouvelle, certes fragile et donc à conforter Nécessité pour les acteurs des RAR de se projeter au-delà du parcours scolaire des élèves en collège : élargir le champ de la réflexion à laval, et donc aux différentes voies de poursuite détudes et de qualification ( LEGT, LP et apprentissage ) Incitation à inviter à certaines réunions des comités exécutifs les proviseurs des lycées les plus proches

18 STIMULER LAMBITION SCOLAIRE Par limplication des familles Par une articulation plus affirmée entre: - les personnels dorientation - les professeurs principaux - les professeurs référents Par un suivi rigoureux de lévolution des indicateurs dévaluation Envisager des marges de progression pour que lattente et latteinte du résultat devienne lune des composantes du professionnalisme des équipes

19 UNE REUSSITE A APPRECIER AUSSI ULTERIEUREMENT à travers la capacité quauront les RAR à convaincre et à essaimer - Dans le champ de léducation prioritaire: ( approche contractuelle, modalités dorganisation et de pilotage; promotion de lapproche « réseau », qui embrasse lensemble du parcours de la scolarité obligatoire) - Concernant lefficacité de laide apportée aux élèves en difficulté - (situation de « laboratoires », notamment pour les PPRE; exploration résolue de voies nouvelles avec le souci dévaluer limpact des actions mises en oeuvre)

20 UNE REUSSITE A APPRECIER AUSSI ULTERIEUREMENT à travers la capacité quauront les RAR à convaincre et à essaimer - Du point de vue de l élaboration des contrats dobjectifs possibilité de se référer aux contrats des RAR en particulier pour ce qui concerne la contribution des conseils pédagogiques - Au regard des attentes exprimées par la LOLF nécessité de sapproprier une culture de la performance

21 DES FACTEURS DE REUSSITE … Une coopération étroite entre Principal du collège et IEN de la circonscription, avec implication des directeurs des écoles du réseau Un fonctionnement dynamique du comité pédagogique, instance de pilotage Un positionnement constructif des professeurs référents – moteurs possibles de la réflexion pédagogique - et des assistants pédagogiques, au sein même des équipes et non pas « à côté delles », et qui parte des besoins, clairement identifiés, des élèves

22 … ET DAUTRES FACTEURS DE REUSSITE La pleine implication, - des conseillers pédagogiques et des membres des RASED dans le 1er degré, des personnels dorientation, dassistance sociale et de santé, des proviseurs des lycées proches - dacteurs relevant de lautorité des collectivités territoriales (articulation DRE-PPRE), de représentants des parents délèves, dassociations contribuant à laccompagnement et au soutien scolaires, sous la houlette des comités exécutifs Un suivi des indicateurs les plus stratégiques, eu égard, notamment, aux engagements du contrat Un soutien durable de la part de linstitution

23 Tableau de bord académique Données sociologiques Évolutions des effectifs Environnements social à lentrée au collège Performances scolaires Taux de retards de 2 ans Taux de redoublement (6ème et 3ème) Résultats de lévaluation 6ème et résultats au brevet Taux daccès 3ème/seconde Suivi des élèves Devenir des élèves de 3ème en fin de seconde (GT et Pro)

24 Version janvier 2007 Mise à jour des données Exemple: réseau dUckange

25 Identification des cibles

26 Suivi des personnels en RAR…

27 DEPARTEMENTRESEAUXZEP - RAR - REP ECOLES MATERNELL ES ECOLES ELEMENTAI RES OU PRIMAIRES COLLEGES LYCE E L. P RAR 7 ZEP 2 ZEP- REP 1 REP RAR 1331 ZEP REP ZEP RAR 2 RAR/R EP 5 ZEP 5 ZEP - REP RAR ZEP REP ZEP 3 REP ZEP REP ACADEMIE RESEAUXZEP - RAR - REP ECOLES MATERNELLE S ECOLES ELEMENTAIRE S COLLEGES LYCE E L. P RA R 2 RAR/R EP 19 ZEP 7 ZEP/R EP 4 REP RAR ZEP REP

28 LES CONTRATS URBAINS DE COHÉSION SOCIALE CUCS

29 Un nouveau dispositif de la politique de la ville Les Contrats de ville étant arrivés à échéance au 31 décembre 2006, le gouvernement a décidé de mettre en place un nouveau cadre contractuel de la politique de la ville en faveur des quartiers en difficulté, dont le cadre général et les orientations ont été définis par le comité interministériel des villes et du développement urbain (CIV) du 9 mars De nouveaux contrats, les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS), dune durée de 3 ans, reconductibles ( ), sont proposés aux villes et établissements publics de coopération intercommunale (EPIC) compétents en la matière. La circulaire du 24 mai 2006 en pose les principes et le calendrier de la mise en œuvre.

30 Objet du contrat Le CUCS est le cadre de la mise en œuvre du projet de développement social et urbain en faveur des habitants de quartiers en difficulté reconnus comme prioritaires. Il comporte: Un projet urbain de cohésion sociale Des programmes dactions pluriannuels Les modalités de mise en œuvre, dévaluation et de suivi

31 Géographie dintervention 3 catégories de territoires ont été définies: En priorité 1 : les quartiers dans lesquels une intervention coordonnée de lensemble des moyens disponibles est indispensable; En priorité 2 : des quartiers à difficultés sociales et économiques moindres mais où une mobilisation de moyens supplémentaires est néanmoins nécessaire; En priorité 3: les quartiers où les actions à mettre en œuvre relèvent davantage de la prévention eu de la coordination des moyens de droits communs.

32 Lhabitat et le cadre de vie, Laccès à lemploi et le développement économique, La réussite éducative, La santé, La citoyenneté et le prévention de la délinquance. Les 5 orientations prioritaires des CUCS

33 La mobilisation des moyens de droit commun sur les territoires ciblés doit constituer le socle des engagements de lensemble des partenaires. Elle doit permettre de mieux cibler les crédits spécifiques sur des actions prolongeant ou renforçant les politiques de droit. Les crédits spécifiques seront gérés par lANCSEC (Agence Nationale de la Cohésion Sociale et de lÉgalité des Chances) qui reprendra les crédits autrefois gérés par la DIV et ex FASILD. (maintenant lACSES) Un meilleur ciblage des crédits spécifiques

34 CUCS et éducation nationale La définition et la mise en œuvre du volet éducatif des contrats urbains de cohésion sociale sont précisées dans la circulaire n° DU (BO n°2 du 11 janvier 2007) Léducation constituant un facteur majeur dintégration et de lutte contre lexclusion, le conseil interministériel de la ville du 9 mars 2006 a retenu la réussite éducative comme lun des cinq champs prioritaires de laction de lÉtat dans le cadre des contrats urbains de cohésion sociale

35 Les principes La réussite éducative inclut la réussite scolaire qui en est une condition essentielle. De nombreuses autres actions organisées hors de lécole, parfois en collaboration avec elle, y contribuent. Il est donc nécessaire de rechercher une continuité et une complémentarité de laction éducative entre les temps familiaux, scolaire et de loisirs. Le conseil interministériel des villes du 9 mars 2006 a décidé que le contrat urbain de cohésion sociale sera, pour les territoires concernés, le contrat unique dans le cadre duquel seffectuera une mise en cohérence des politiques éducatives et des dispositifs contractuels existants

36 Circulaire de rentrée CIRCULAIRE N° DU Le plan de relance concerne lensemble des réseaux à public prioritaire Constitution des RRS: réseaux de réussite scolaire qui sinspirent des RAR Renforcement de la contractualisation avec lautorité académique La carte de lEP ne doit pas restée figée Pilotage: Les RAR par le ministère Les RRS par les académie Le comité exécutif est la seule instance de pilotage local Le secrétaire exécutif est chargé de préparer les décisions du comité et de les mettre en œuvre Action de formation en direction des personnels enseignants sous la conduite des corps dinspection 2 axes prioritaires: maîtrise de la langue écrite et orale et maîtrise des codes scolaires (cf. socle commun) Les études dirigées sont à mettre en œuvre dès le CP Association étroite de lécole, des collectivités territoriales, des partenaires associatifs et des parents Articulation avec les politiques de la ville: école ouverte, dispositifs de réussite éducative, dispositifs relais Des indicateurs reliés aux programmes annuels de performance

37 Des objectifs prioritaires pour les RRS École: didactique du langage oral à tous les niveaux et en priorité à lécole maternelle attention aux besoins des publics pour lesquels la « langue à lécole » est éloignée de la langue habituellement pratiquée Collège: continuité avec lécole réflexion et formation sur la maîtrise de lécrit maîtrise de la langue comme outil transversal

38 Indicateurs PAP (annexe 1 de la circulaire de rentrée) Premier degré : réduire les écarts ZEP/hors ZEP et réseaux ambition réussite/hors réseaux ambition réussite tout dabord dans la maîtrise des compétences de base en français et en mathématiques, ensuite dans la proportion délèves entrant en 6ème avec au moins un an de retard. Second degré: réduire les écarts ZEP/hors ZEP et réseaux ambition réussite/hors réseaux ambition réussite, dune part dans la maîtrise des compétences de base en français et en mathématiques, dautre part en ce qui concerne la réussite au brevet.


Télécharger ppt "ACADEMIE DE NANCY-METZ GROUPE DE PILOTAGE Éducation Prioritaire – Réussite Éducative MERCREDI 28 mars 2007."

Présentations similaires


Annonces Google