La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Hygiène, Risques et Qualité chez la Personne Agée Lyon, le 24 septembre 2009 Atelier PREVENTION DE LA MALTRAITANCE PERCEPTION DES SOIGNANTS VIS-A-VIS DU.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Hygiène, Risques et Qualité chez la Personne Agée Lyon, le 24 septembre 2009 Atelier PREVENTION DE LA MALTRAITANCE PERCEPTION DES SOIGNANTS VIS-A-VIS DU."— Transcription de la présentation:

1 Hygiène, Risques et Qualité chez la Personne Agée Lyon, le 24 septembre 2009 Atelier PREVENTION DE LA MALTRAITANCE PERCEPTION DES SOIGNANTS VIS-A-VIS DU RISQUE DE MALTRAITANCE A L'HOPITAL R. Gonthier, P. Gire, M. Montagnier 2009

2 AMPLEUR DU PROBLEME Enquête réalisée aux Etats-Unis dans les hôpitaux et établissements pour personnes âgées 36 % des membres du personnel d'un établissement de soins ont dit avoir été témoins au moins une fois de violences physiques infligées à un patient âgé au cours de l'année écoulée. 10 % ont reconnu avoir commis eux-mêmes au moins une fois un acte de violence physique. 40 % ont dit avoir harcelé psychologiquement des patients. OMS

3 FACTEURS DE RISQUE EN INSTITUTION Les violences risquent davantage de s'exercer Là où les normes de soins laissent à désirer. Là où le personnel est mal formé ou en surcharge de travail. Là où les contacts entre le personnel et les patients sont difficiles. Là où l'environnement matériel est défectueux. Là où les intérêts de l'institution sont pris en compte au détriment de ceux des pensionnaires. Le corps médical joue un rôle capital dans la prévention ; moins le médecin est sensibilisé, plus le risque existe. OMS

4 DEFINITIONS DE LA MALTRAITANCE La maltraitance est une violence se caractérisant "pour tout acte ou omission commis par une personne s'il porte atteinte à la vie, à l'intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d'une autre personne, ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière" [Conseil de l'Europe 1987]. Il faut différencier les violences individuelles des violences institutionnelles qui se définissent comme "toute action commise dans ou par une institution ou toute absence d'action qui cause au patient une souffrance physique ou psychologique inutile" [Tomkiewicz 2001]. 2009

5 DEFINITIONS DE LA MALTRAITANCE La maltraitance peut aussi se définir comme "une dégradation, souvent insidieuse, des relations entre la personne âgée et son entourage, conjoint, enfant, intervenants professionnels, tant à domicile qu'en établissement" [Debout 2003]. La maltraitance existe dès que des situations poussent à organiser la prise en charge de la personne comme "objet" à la place duquel on décide et non plus comme un sujet (la violence surgit là où le lien intersubjectif s'effondre) [Canali 2004]. 2009

6 LA MALTRAITANCE, SUJET HAUTEMENT SENSIBLE AUPRES DU GRAND PUBLIC Enquête TNS - Sofres demandée par F.H.F. réalisée les / 04 / 2009 auprès de 1000 personnes 52 % des personnes interrogées ont une image négative des maisons de retraite (+ 16 % en 5 ans). 78 % des Français estiment que l'on ne parle pas assez de la problématique des personnes âgées ("Il n'y a personne pour défendre les personnes âgées en France.). 40 % des sondés pensent que les personnes âgées sont souvent maltraitées en maison de retraite (+ 8 % en 2 ans) - Rôle de la médiatisation d'un certain nombre de faits choquants. 97 % des interrogés estiment que cela coûte cher et 88 % quil n'y a pas assez de places. 2009

7 LA MALTRAITANCE, SUJET HAUTEMENT SENSIBLE AUPRES DU GRAND PUBLIC Emission de France 2 d'octobre 2008 = documentaire réalisé grâce à une caméra cachée sur la vie quotidienne d'une maison de retraite Le manque de personnel et leur formation insuffisante montre des négligences, des humiliations, des brutalités. Les "victimes" sont peu entendues ou hésitent à se plaindre de peur de représailles. Quand les victimes témoignent, elles mettent en avant le sentiment d'être infantilisées et la honte. Certains directeurs préfèrent recruter exclusivement des personnes grabataires, car une personne alitée coûte moins chère que de la maintenir dans son autonomie ( GMP). D'où la tentation de la sanction (Valérie Létard : inspection aléatoire de la DDASS dans les établissements). 2009

8 LES INDICATEURS DE MALTRAITANCE DANS LES ETABLISSEMENTS SELON LA F.H.F. 5 indicateurs selon Bouniol (gestionnaire d'une dizaine d'établissements en Ile de France) Le GMP de l'établissement (Plus il est élevé, moins l'endroit est bien.). Le taux de remplissage (Les lits vides ne sont jamais bon signe.). Le turn over des résidents (Le fort renouvellement indique que l'on meurt plus facilement qu'ailleurs.). Le turn over des personnels (Dans les bonnes maisons, le personnel reste.). Le nombre d'arrêts de travail de moins de 15 jours (Plus le personnel est épanoui, moins il est en congé maladie.). 2009

9 LA POLITIQUE DE LA BIENTRAITANCE Basée sur la Circulaire n° du 22 mars 2007 relative au développement de la bientraitance et du renforcement de la politique de lutte contre la maltraitance. La culture de la bientraitance est une démarche collective visant à assurer le meilleur accompagnement possible pour la personne âgée dans le respect de ses choix et l'adaptation à ses besoins à domicile ou en établissement Ouverture d'un numéro d'appel national : le Consolidation des moyens financiers. Multiplication des contrôles inopinés d'établissement référent dans chaque département. Sensibilisation et formation du personnel (+ 11) : "Le besoin de formation fait l'unanimité : Valérie Létard a promis 132 millions d'Euros sur 3 ans pour former les professionnels du secteur". 2009

10 LES FACTEURS FAVORISANT LA "BIENTRAITANCE" Le fonctionnement institutionnel cohérent et structurant Horaires, utilisation des espaces, locaux… La circulation de l'information Les relations inter-équipes L'usage de l'écrit, les carnets de liaisons… La lisibilité des actions éducatives de chacun en lien avec sa place institutionnelle L'apaisement des tensions - La gestion des conduites L'évaluation des pratiques : les habitudes, la familiarité du quotidien, la banalisation des insultes… La juste distance émotionnelle et affective 2009

11 ETAT D'AVANCEMENT DES 7 MESURES DE L'OPERATION BIENTRAITANCE (Conférence de presse du 13 mai 2009) 1.80 % des contrôles réalisés par les DDASS sont des contrôles surprise dans les établissements médicosociaux. 2.Le "3977", numéro national lancé le 5 / 02 / 2008, permet de lever le tabou et de libérer la parole (169 appels par jour ouvré). 3.Un diagnostic "bientraitance" établi 1 fois / an dans chaque établissement entre les professionnels et les familles à partir d'un questionnaire d'autoévaluation élaboré par l'ANESM (Agence Nationale de l'évaluation et de la qualité des établissement sociaux et médicosociaux) : 12 repères et 33 questions. 2009

12 ETAT D'AVANCEMENT DES 7 MESURES DE L'OPERATION BIENTRAITANCE (Conférence de presse du 13 mai 2009) 4.Le traitement personnalisé de l'enquête flash : démarrage en juillet. 5.> ½ des départements ont organisé les Assises de la Bientraitance. 6.Former 100 % des cadres des EHPAD à une culture de la bientraitance 1 journée dans chaque établissement avec l'outil Mobiqual "24 h de la vie d'un EHPAD" 7.Organisation par l'ANESM de 10 ateliers interrégionaux de formation pratique aux recommandations "Bientraitance". 2009

13

14 IMPACT D'UNE SENSIBILISATION INSTITUTIONNELLE ET DE FORMATIONS SPECIFIQUES Méthode Enquête auprès du personnel soignant : infirmière, aide soignante, rééducation (kiné - ergo) Type avant / après : avril - mai 2007, puis avril - mai 2009 Liberté totale de réponse à même questionnaire écrit Totalement anonyme Avec courte introduction par le cadre de santé indiquant que l'établissement souhaite développer une politique de prévention 2009

15 QUEL EST LE VECU DU PERSONNEL ? Résultats En 2007En réponses135 réponses IDE18IDE53 AS32AS76 Rééduc 6Ancienneté dans le postedans le poste 10 ans34 % 10 ans28,5 % 3 à 10 ans44 %3 à 10 ans43 % < 3 ans < 3 ans ou ou stagiaire22 %ou stagiaire28,5 % 2009

16 QUEL EST LE VECU DU PERSONNEL ? Question 1 "Pensez-vous que dans notre quotidien certains gestes ou certaines paroles puissent être vécus comme maltraitants par l'entourage ou par le malade lui-même ?" % de OUI à la question % de OUI " 2009

17 QUEL EST LE VECU DU PERSONNEL ? Question 2 "Avez-vous été formé pour prévenir les situations à risque ?" % de NON à la question % de NON " 2009

18 QUELLES ONT ÉTÉ LES ACTIONS DONT VOUS AVEZ BENEFICIE ? Analyse de la pratique professionnelle OUIAide soignante3948 % Infirmière24 Rééduc 3 Information institutionnelle sur la maltraitance OUIAide soignante2837 % Infirmière21 Rééduc 2 Formation proposée par un organisme spécialisé OUIAide soignante1517 % Infirmière 7 Rééduc 1 Démarches personnelles OUIAide soignante1017 % Infirmière11 Rééduc

19 PRINCIPAUX ACTES DE SOINS CITES MALTRAITANTS PAR LES SOIGNANTS 2009 Aide soignanteIDE Toilette, douches imposées, rythmes contraignants, installation 66 %67 %61 %58 % Soins invasifs : perf, lvt, CBU, sondage, biol, contention… 9 %46 %44 %54 % Savoir être : langage, tutoiement, respect, intimité, manque d'explications… 34 %25 %27 %31 % Repas contraint 41 %16 %17 %

20 MOYENS CITES PAR LES SOIGNANTS POUR ALLER VERS LA BIENTRAITANCE (N = 137) Plus de personnel pour être plus disponible 60(44 %) Travail en équipe, conseil en équipe, passage de relais 12(9 %) Etude de cas, recul lors de la relève, groupe de parole, APP25(18 %) Explications des gestes, entretien individuel et avec les familles10(7 %) Formation sur les situations à risque 32(23 %) 2009 Q5

21 CAUSES DE MALTRAITANCE Inhérente au patient Perturbation cognitive41 Pathologie douloureuse11 Agressivité - Violence psych - Agitation54 Demandes exigeantes et incessantes 8 Manque de compréhension - Barrières de la langue15 Dépendance physique11 Refus - Opposition aux soins - Mise en danger22 Entourage du patient 9 Inhérente à l'institution Usure professionnelle - Routine12 Manque de temps et de personnel73 Promiscuité - Locaux inadaptés - Hygiène30 Perte d'identité - Infantilisation 6 Horaires imposés - Inadaptés33 Manque de formation - Manque d'information (Remplaçant) Q4

22 CAUSES DE MALTRAITANCE Inhérente au projet thérapeutique Projet de soins insuffisant pris en compte7 Opposition projet de soin / projet de vie9 Déficit d'information aux patients11 Projet trop lourd, non adapté, peu réaliste30 Sédation exagérée2 Douleurs mal calmées - Angoisses non calmées17 Acharnement Q4

23 COMMENTAIRES La maltraitance = sujet sensible pour les soignants ; taux de réponses plus élevé entre la 1 ère et 2 ème enquête. Le personnel se sent vulnérable vis-à- vis de cette question. Les formations semblent avoir un impact limité -> travail de longue haleine. Le soutien fort de l'encadrement est indispensable pour pouvoir progresser. 2009


Télécharger ppt "Hygiène, Risques et Qualité chez la Personne Agée Lyon, le 24 septembre 2009 Atelier PREVENTION DE LA MALTRAITANCE PERCEPTION DES SOIGNANTS VIS-A-VIS DU."

Présentations similaires


Annonces Google