La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anesthésie et pathologie surrénalienne. Anatomie des glandes surrénales VCI VRD VRG Glandes situées au pôle supéro-interne de chaque rein 4 cm de long.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anesthésie et pathologie surrénalienne. Anatomie des glandes surrénales VCI VRD VRG Glandes situées au pôle supéro-interne de chaque rein 4 cm de long."— Transcription de la présentation:

1 Anesthésie et pathologie surrénalienne

2 Anatomie des glandes surrénales VCI VRD VRG Glandes situées au pôle supéro-interne de chaque rein 4 cm de long sur 3 de large 4 à 6 g Deux parties différentes sur le plan embryologique, histologique et fonctionnel: - la médullosurrénale, centrale. - la corticosurrénale, périphérique.

3 Veine cave inférieure Foie Surrénale droite Aorte Pancréas Surrénale gauche Rate Rein gauche Les surrénales: tomodensitométrie Anatomie des glandes surrénales

4 Surrénale droite Surrénale gauche Rein gauche Rein droit Les surrénales: I.R.M Anatomie des glandes surrénales

5

6 Médullo-surrénales Deux constituants : - le système nerveux sympathique : (ganglions sympathiques et neurones postganglionnaires) dont le neuromédiateur est la noradrénaline. - les glandes médullosurrénales qui secrètent des catécholamines : adrénaline (80%), noradrénaline (16%), dopamine (4%) Physiologie des m é dullo-surr é nales Syst è me sympathique

7 Médullo-surrénales La synthèse des catécholamines : cellules chromaffines

8 Médullo-surrénales Métabolisme des catécholamines

9 Médullo-surrénales Effets physiologiques des catécholamines - Les effets cardiovasculaires : Vaisseaux sanguins : vasoconstriction ( ) ou vasodilation ( ) Coeur : augmentation de la fréquence et du débit cardiaques ( 1) La combinaison explique l'action hypertensive. - Les effets métaboliques : Effet lipolytique ( 1) Hyperglycémie par l'augmentation de la glycogénolyse (, ) de la néo-glucogenèse (, ) de la sécrétion du glucagon ( ) et diminution de la sécrétion d'insuline ( )

10 Médullo-surrénales Méthodes de dosage des catécholamines et interférences Dosage urinaire des catécholamines et dérivés méthoxylés Méthodes de dosage La chromatographie liquide haute performance couplée à la détection électrochimique ( HPLC-ED) est la méthode la plus performante et la plus spécifique. Interférences pharmacologiques Les psychotropes (IMAO, tricycliques), l'absorption massive d' éthanol augmentent les valeurs La clonidine, l' -méthyldopa les diminuent. Les ß-bloquants ont peu d'effet sur les valeurs de repos.

11 Diagnostic clinique des tumeurs adréno-sécrétrices Tumeurs sécrétant des catécholamines NEUROBLASTOMES PHEOCHROMOCYTOMES Médullo-surrénales L'hypersécrétion se traduit par : HTA sévère +++, paroxystique céphalées sueurs permanentes Très évocateur tachycardie, tremblements horripilations, mydriase hyperglycémie Possibilité d'hypotension orthostatique et de collapsus, de diabète

12 90 % de ces tumeurs sont bénignes, 10 % sont malignes (phéochromoblastomes). L' incidence est d'environ 0,1% des patients hypertendus. La localisation est surrénalienne (85 % des cas) ou extra- surrénalienne (15 % des cas) Dans le cas des tumeurs bénignes, le traitement est chirurgical. Diagnostic des tumeurs adréno-sécrétrices Tumeurs sécrétant des catécholamines NEUROBLASTOMES PHEOCHROMOCYTOMES Médullo-surrénales

13 Diagnostic biologique des tumeurs adréno-sécrétrices Tumeurs sécrétant des catécholamines NEUROBLASTOMES PHEOCHROMOCYTOMES Médullo-surrénales Tumeurs développées à partir des cellules chromaffines et capables de sécréter les catécholamines : Noradrénaline prédominante parfois exclusivement. Il existe une sécrétion indépendante de la stimulation sympathique et fonction de la vitesse de la synthèse tumorale, des capacités de stockage, du recaptage.

14 Médullo-surrénales Dosages des cat é cholamines ou de leurs m é tabolites Le dosage des catécholamines ( NA et A ) détecte 80% des phéochromocytomes. Le dosage des VMA n'en détecte que 60%. Seul le dosage des méthoxyamines (NMN et MN) a une fiabilité voisine de 100%. Diagnostic biologique des tumeurs adréno-sécrétrices Les tumeurs sécrétant des catécholamines PHEOCHROMOCYTOME

15 Médullo-surrénales Exploration radio-isotopique des tumeurs adréno-sécrétrices 1- MIBG : marqueur adrénergique La méta-iodo-benzyl-guanidine (MIBG) est un analogue structural de la guanéthidine. Diffusant dans l'espace inter-synaptique, elle est recaptée par les terminaisons adrénergiques qu'elle marque. La MIBG se marque avec un radioiode ( 123 I ou 131 I). Blocage thyroïdien au Lugol. PHEOCHROMOCYTOME

16

17 Anesthésie du phéochromocytome Préparation pharmacologique pré-opératoire Principe : Prise en charge pharmacologique visant à limiter leffet des catécholamines présentent en excès. Objectif : Corriger une hypertension maligne et son retentissement vasculaire Corriger une atteinte myocardique (trouble du rythme – ischémie) Préparation à lintervention chirurgicale : limiter les épisodes hypertensifs peropératoires. En pratique : En dehors des situations extrêmes cette préparation ne doit pas retarder lexérèse chirurgicale qui est le seul traitement efficace.

18 Anesthésie du phéochromocytome Préparation pré-opératoire Blocage sympathique pharmacologique Méthode : Blocage des récepteurs -adrénergiques en première intention Blocage des récepteurs -adrénergiques uniquement si nécessaire tachycardie – Sécrétion adrénaline Utiliser des molécules de durée daction courte (maniabilité) En pratique : Prazosine (Alpress ) Labétalol (Trandate ) Posologie croissante normalisation PA sans hypotension orthostatique

19 Anesthésie du phéochromocytome Préparation pré-opératoire Inhibiteurs calciques Implication des canaux calciques voltage-dépendant dans la sécrétion et laction des catécholamines. Leur action se situe essentiellement au niveau vasculaire en particulier pour les dihydropyridines : nifédipine (Adalate ) et nicardipine (Loxen ). Molécules dautant plus efficace que la pression artérielle est élevée (que la cellule musculaire lisse est dépolarisée) : anti-hypertenseur. Autres anti-hypertenseurs

20 Anesthésie du phéochromocytome Préparation pré-opératoire : Données de la littérature : Série Américaine de 143 patients de (Laparatomie) -bloquants : 90% -bloquants : 63% Deux observations Françaises en 1995 (Laparoscopie) Inhibiteurs calcique (nicardipine) et -bloquant (labetalol) Série Belge de 8 patients en (Laparoscopie) -bloquants : 3 patients; -bloquants : 5 patients Inhibiteurs calciques : 5 patients; IEC : 3 patients Série Française de 7 patients 2000 (Laparoscopie) -bloquants (labetalol) Série Française de 18 patients en (Laparoscopie) -bloquants : prazosine (Alpress ) -bloquants : bisoprolol (Detensiel ) Kinney et al. Anesth Analg 2000 Mann et al. Br J Anaesth 1996 Joris et al. Anesth Analg 1999 Atallah et al. Br J Anaesth 2001 Tauzin-Fin et coll. Br J Anaesth 2004

21 Anesthésie du phéochromocytome Consultation danesthésie Evaluation : Retentissement cardiovasculaire Echocardiographie (HVG, Tble relaxation VG) Holter ECG Glycémie Kaliémie Traitement : Arrêt des traitements anti-hypertenseurs en fonction de la demi-vie des molécules et prévoir un relais avec molécules à demi vie courte. Inhibiteur calcique : Nicardipine bloquant : Uradipil

22 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire Chirurgie : laparotomie laparoscopie (1992) Position au bloc opératoire : Décubitus latéral Proclive 30° Durée de chirurgie : Variables selon les séries min (Tauzin-Fin et coll. Br J Anaesth 2004) - 90 min ( Joris et al. Anesth Analg 1999)

23 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire Evènements attendus : Accès hypertensifs plus rarement tachycardie : Insufflation du pneumopéritoine Mobilisation tumorale Hypotension après lablation de la tumeur Morbidité attendue : Non spécifiqueMortalité attendue : Nulle Libération de catécholamines

24 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire : Evènements attendus : Libération de catécholamines : (1) Insufflation du pneumopéritoine (2) Mobilisation tumorale Tauzin-Fin P et coll. AFAR 2002 Evolution des concentration sanguine (pg/ml) en noradrénaline (n=9)

25 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire : Technique anesthésique Hypnotiques : Eviter la kétamine (effets sympathomimétiques) Halogénés : Eviter lhalothane (potentialisation effets arythmogènes) Morphiniques : absence de recommandation particulière Curares : Utilisation recommandée mais en évitant : - pancuronium (effets sympathomimétiques) - atracurium (histaminolibération) - succinylcholine (anticholinergique - tonus sympathique) Protocole utilisé publié en France : Propofol/Sévoflurane Sufentanil Cisatracurium Colson P et coll. AFAR 1991 Tauzin-Fin P et coll. AFAR 2002

26 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire : monitorage spécifique Mesure invasive de la pression artérielle Surveillance continue des évènements hypertensifs et de la réponse au traitement Evaluation de la volémie ( PP) Mallat J et al. Can J Anesth 2003 Tauzin-Fin et coll. Br J Anaesth 2004

27 Anesthésie du phéochromocytome Peropératoire : Evènements attendus et attitude thérapeutique : Molécules voie intraveineuse à action rapide et brève : Traitement poussée HTA : Inhibiteur calcique : Nicardipine (1-2 mg iv puis 1-6 mg/h) bloquant : Uradipil (25 mg puis 0,1 à 1 mg/kg/h) Nitroprussiate de sodium (0,5 à 8 µg/kg/min) Traitement poussée tachycardie : bloquant : Esmolol (500µg/kg puis 50 à 200 µg/kg/min) Traitement hypotension : + direct / indirect (Neosynéphrine – Ephédrine)

28 Anesthésie du phéochromocytome Postopératoire : Evènements attendus : Hypertension artérielle persistante : inhibiteur calcique uradipil Hypoglycémie USI : non Durée moyenne de séjour : 4-5 jours Mortalité : nulle

29 Anesthésie du phéochromocytome Postopératoire : Evènements attendus : Mortalité Luo A et al. Chin Med J 2002 Série de 258 patientsMortalité Period 1: 1955 – % Period 2: 1976 – 19941,2% Period 3: 1995 – 20010%

30 Anesthésie du phéochromocytome Conclusion : Pré-opératoire : - Préparation pharmacologique ne faisant pas retarder la chirurgie - Bilan préopératoire : échographie et Holter cardiaque Peropératoire : - Laparoscopie en décubitus latéral - HTA et tachycardie à linsufflation et manipulation de la tumeur. - Hypotension possible au décours immédiat - Molécules à disposition : nicardipine, uradipil, nitroprussiate, esmolol, sympathomimétique. - Artère sanglante Postopératoire : - SSPI quelques heures puis retour en salle de chirurgie - Morbidité et mortalité non spécifiques

31

32 Cortico-surrénales Physiologie des corticosurrénales La corticosurrénale : Trois groupes d'hormones stéroïdes, avec des fonctions différentes : - les minéralocorticoïdes : aldostérone (zone glomérulée) - les glucocorticoïdes : cortisol (zone fasciculée) - les androgènes surrénaliens : androstérone (zone réticulée) qui circulent sous forme liée à des protéines spécifiques ou à l'albumine

33 CHOLESTEROL Prégnélone 17 hydroxyprégnénolone 17 hydroxyprogestérone 11 désoxycortisol Cortisol progestérone 11 désoxycorticostérone corticostérone aldostérone Cortico-surrénales Physiologie des corticosurrénales

34 Cortico-surrénales Physiologie des corticosurrénales Régulation de la sécrétion cortico-surrénalienne : Glucocorticoïdes et androgènes Hypothalamus : sécrétion CRF Antéhypophyse : sous l'action de la CRF, libère ACTH ACTH : libération de cortisol et androgènes Rétro contrôle négatif (feed back)

35 Cortico-surrénales Excès de glucocorticoïdes : Hypercorticisme : Sd de Cushing - Origine exogène (Traitement par corticoïdes) - Hyperactivité du cortex surrénalien Origine : - adénome hypohysaire (ACTH) - par hyperplasie bilatérale des surrénales - par origine tumorale surrénalienne (adénome, corticosurrénalome) - par syndrome paranéoplasique (ACTH like) 10 %

36 Anesthésie et Syndrome de Cushing Surcharge pondérale avec distribution centripète des graisses La peau est fine et fragile Fonte musculaire Ostéopénie Rétention hydrosodée et HTA Intolérance au glucose

37 Consultation danesthésie Evaluation : Retentissement cardiovasculaire de lHTA Echocardiographie (HVG, Tble relaxation VG) Troubles ioniques Diabète et son retentissement Patient sous corticothérapie devant subir une anesthésie Patient devant subir une chirurgie des surrénales Patient devant subir une chirurgie hypophysaire Anesthésie et Syndrome de Cushing

38 Consultation danesthésie Objectif : Assurer une cortisolémie adaptée Syndrome de Cushing iatrogène : Stress chirurgical = besoins TTT long court = réponse Poursuivre la corticothérapie jusquau matin de lintervention et ajouter mg d hydrocortisone IVL Anesthésie et Syndrome de Cushing

39 Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing Consultation danesthésie Objectif : Assurer une cortisolémie adaptée Chirurgie surrénalienne : Adénome ou carcinome atrophie corticosurrénale ( ACTH) réponse inadaptée au stress périopératoire Débuter la corticothérapie le matin de lintervention mg d hydrocortisone IVL Inutile pour lhyperplasie bilatérale des surrénales

40 Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing Consultation danesthésie Prise en charge du diabète : Poursuite des antidiabétiques oraux le matin de lintervention sauf pour la metformine à stopper heures avant. Relais ou poursuite insuline au besoin

41 Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing Peropératoire : Installation du patient ostéoporose sévère amyotrophie fragilité cutanée Risque infectieux immuno suppression (antibioprophylaxie) Risque de pneumothorax peropératoire Apport dhydrocortisone : 50 à 100 mg / 4 à 6 heures

42 Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing Postopératoire : - Surrénalectomies bilatérales : Mortalité élevée 5-10% (impact de la coelio ?) Déficit permanent en gluco- et minéralocorticoïdes HSHC (100 à 200 mg/jour) puis mg/j PO Syncortyl : 5mg/j puis fluodrocortisone 50 µg/j PO - Si résection unilatérale Thérapie substitutive adaptée à la sécrétion restante Surrénale controlatérale fonctionne plusieurs mois après - Si carcinome, la chirurgie ne supprime pas toujours les effets de la tumeur : Nécessité dinhibiteurs de la synthèse des stéroïdes et/ou spironolactone Glucocorticoïdes

43 Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing Postopératoire : Effets indésirables possibles des glucocorticoïdes : Hypertension Rétention hydrosodée Ulcère de stress Désordres psychiatriques Retard de cicatrisation Augmentation des infections ?

44 Conclusion : Pré-opératoire : - Bilan préopératoire : retentissement HTA - Equilibre ionique, glycémique - Assurer une cortisolémie adaptée Peropératoire : - Installation du patient - Risque infectieux - Pneumothorax - Assurer une cortisolémie adaptée Postopératoire : - Prise en charge du déficit en gluco et minéralocorticoïdes - Mortalité élevée si surrénalectomie bilatérale (terrain) USI Anesthésie pour tumeur surrénalienne Syndrome de Cushing

45

46 Cortico-surrénales Hyperaldostéronisme primaire : Sd de Conn 0,5 à 1% des hypertensions artérielles Adénome (60%) Hyperplasie (35-40%) Carcinome (rare) Réabsorption de sodium et sécrétion de potassium au niveau des tubules rénaux Augmentation du volume extra cellulaire de 10 à 30% Natrémie peu ou pas modifiée Alcalose métabolique discrète, hypomagnésémie Hypokaliémie – hypokalicytie La sécrétion daldostérone est régulée par trois mécanismes Angiotensine II (volume sanguin rénal et natrémie) Kaliémie ACTH polyadénomes

47 Cortico-surrénales Hyperaldostéronisme primaire : Sd de Conn Diagnostic positif : Aldostérone plasmatique augmentée Activité rénine plasmatique effondrée Non freinable (fludrocortisone ou charge sodée) Diagnostic étiologique : adénome ou hyperplasie Tomodensitométrie des surrénales avec injection (Se 82% Sp 58%) Scintigraphie au noriodocholestérol (NP59) Dosage étagé veineux aldostérone/cortisol : surrénale, rénale, cave. Rapport aldostérone/rénine

48 Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire Préparation pharmacologique pré-opératoire Principe et objectif : Limiter leffet de laldostérone présente en excès En pratique : - Spironolactone (Aldactone ) effets lents en semaines avec un retour rapide (24 h) à une kaliémie normale ( stock potassique) - Autres antihypertenseurs

49 Consultation danesthésie Hyperaldostéronisme : Fibrose myocardique Hypokaliémie-hypomagnésémie Evaluation : - Retentissement cardiovasculaire Echocardiographie (HVG, Tble relaxation VG) Rechercher une cardiopathie ischémique un trouble du rythme - Retentissement ionique (kaliémie) Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire

50 Peropératoire Evènements attendus mais beaucoup plus rare que pour la chirurgie du phéochromocytome : Accès hypertensifs plus rarement tachycardie : Insufflation du pneumopéritoine Mobilisation tumorale Morbidité attendue : Non spécifiqueMortalité attendue : Nulle Libération de catécholamines Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire Chirurgie : laparotomie laparoscopie

51 Peropératoire : monitorage spécifique Mesure invasive de la pression artérielle Surveillance continue des évènements hypertensifs et de la réponse au traitement Evaluation de la volémie ( PP) Monitorage du segment ST Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire

52 Postopératoire : Evènements attendus : Non spécifique Fonction des facteurs de risque pré-opératoires (cardiopathie ischémique) Lhypertension peut persister plusieurs mois Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire

53 Conclusion : Pré-opératoire : - Bilan préopératoire : échographie et Holter cardiaque, ischémie myocardique - Equilibre ionique - Spironolactone Peropératoire : - Laparoscopie - Poussée HTA - Artère sanglante - Segment ST Postopératoire : - HTA persistante à contrôler Anesthésie pour hyperaldostéronisme primaire

54

55 Hypnomidate (Etomidate ) CHOLESTEROL Prégnélone 17 hydroxyprégnénolone 17 hydroxyprogestérone 11 désoxycortisol cortisol progestérone 11 désoxycorticostérone corticostérone aldostérone 11 hydroxylase

56 Hypnomidate (Etomidate ) Pas de perfusion continue Dose unique à linduction anesthésique : Inhibition corticosurrénale transitoire Pas de conséquence délétère démontrée

57 Puissance relativeActivité minéralocorticoïde Cortisol Hydrocortisone 12+ Prednisone Cortancyl 41+ Méthyl-prednisone Solumédrol 50,5 Dexaméthasone Soludécadron <10 Puissance relative et activité minéralocorticoïde des corticoïdes


Télécharger ppt "Anesthésie et pathologie surrénalienne. Anatomie des glandes surrénales VCI VRD VRG Glandes situées au pôle supéro-interne de chaque rein 4 cm de long."

Présentations similaires


Annonces Google