La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Actualités thérapeutiques LARYNGITES renau 18 06 2007 I Wroblewski réanimation pédiatrique CHU grenoble.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Actualités thérapeutiques LARYNGITES renau 18 06 2007 I Wroblewski réanimation pédiatrique CHU grenoble."— Transcription de la présentation:

1 Actualités thérapeutiques LARYNGITES renau I Wroblewski réanimation pédiatrique CHU grenoble

2 Pas toutes banales ! 10 ans pas dantécédents 39°,voix éteinte,dyspnée inspiratoire Diagnostic = laryngite ttt = corticoides H+24 aggravation dyspnée + cyanose Sibilants bilatéraux + tirage intercostal Diagnostic = asthme ttt = ventoline Enfant angoissé ttt = lexomil H+ 26 = arrêt respiratoire

3 Diagnostic ?

4 Laryngotrachéite bactérienne = laryngite pseudomembraneuse Présence de membranes trachéales qui se comportent comme des corps étrangers = DANGER ASPHYXIE AIGUE – 11 % arrêt cardio- respiratoire – 4 % décès

5 LTB Age moyen 5 ans 2 % laryngite Étiologie : – staphylocoque aureus +++ – pneumocoque, – Moraxella,hémophilus

6 Diagnostic LTB SYMPTOMES Toux ++ Voix rauque Aphonie Cyanose Agitation syncope CLINIQUES Fièvre > 38.5° Stridor Accès aigus de détresse respiratoire Aspect toxique Tirage important

7 CAT Enfant instable : insuffisance respiratoire – Oxygénation – Ventilation avec insufflateur manuel – Maintien dune ventilation spontanée = – Titration Propofol ou Halogénés – Curarisation possible si bien exposable – Sonde intubation plus petite (( age + 16)/4) - 0.5

8 CAT Enfant instable – Aspirations trachéales++ + bactériologie – Humidification – Peep + 2 à 5 cm H2o – Antibiothérapie : cephalosporine 3°G + aminoside +/- vancomycine ENDOSCOPIE confirme diagnostic +lavage + aspirations DANGER = obstruction sonde intubation

9 CAT Patient stable avec suspicion LTB – Surveillance en soins intensifs – Humidification – Antibiothérapie – Laryngoscopie pour confirmation diagnostic – Intubation si sécrétions abondantes

10 EPIGLOTTITE

11 Age moyen 18 à 36 mois Incidence : 1 / Bactérienne = Haemophilus influenzae type b (protection non absolue par la vaccination) et non b Streptocoques, pneumoque Brûlures caustiques ou thermiques Arrêt respiratoire 7 à 11 % Mortalité 3%

12 Signes cliniques Fièvre > 39 ° Hypersialorrhée Dysphagie Voie étouffée Refus de se coucher Position assise penchée en avant

13 CAT épiglottite Enfant stable Ne pas coucher lenfant Pas dexamen à labaisse langue Oxygénothérapie Transfert en position assise vers un centre pouvant effectuer une endoscopie et une intubation

14 CAT épiglotitte Patient instable Garder lenfant en position assise Ventilation avec insufflateur manuel en oxygène pur technique des 4 mains Transfert au site le mieux adapté dans lhôpital ( réanimation ou bloc opératoire )

15 Au bloc :Induction au masque avec du sevoflurane puis voie veineuse En réanimation : voie veineuse et titration de propofol Garder ventilation spontanée car leffort inspiratoire maintient les voies respiratoires ouvertes

16 ATROPINE 10µg / kg IVD avant intubation Pas de curarisation Intubation orotrachéale avec sonde sans ballonnet et plus petite de ½ à 1 point / norme +/ - avec mandrin en position semi assise Pression sur le thorax pour créer des bulles dair et visualiser orifice glottique

17 Pas de xylocaine locale : risque de laryngospasme Si échec intubation : ventilation à lambu en attente trachéotomie par chirurgien Cricothyroidotomie difficile chez lenfant

18 SAUVETAGE Ponction percutanée de la membrane intercricothyroidienne avec un cathéter 12 à 14 G pour oxygénation Intubation rétrograde si impossibilité exposition pharynx

19 Antibiothérapie avec céphalosporines de 3°G Sédation et ventilation assistée avec peep car oedème pulmonaire fréquent Durée moyenne intubation 28 h Extubation après contrôle en laryngoscopie

20 Laryngite sous glottique

21 Pic fréquence six mois à 3 ans Fréquent 5 % des enfants < 3 ans Moins de 5 % seront hospitalisés 1 % devront être intubé Étiologie virale

22 Fièvre < 38.5° Voix rauque Toux aboyante Stridor Dyspnée inspiratoire DIAGNOSTIC + après exclusion autres causes obstruction VAS

23 Signes de gravité = score de Westley Stridor permanent Signes de lutte sévère Agitation,angoisse Trouble de conscience Cyanose signe tardif – Score de 0 à 17 laryngite sévère si > 8

24 traitement Pas defficacité démontrée des aérosols humidificateurs Pas de différence defficacité entre – Corticoides PO ( rapidité action 1 H ) – Corticoides inhalés (action en 30 min coût x 40) Une seule dose corticoide suffit

25 corticothérapie Bétamethasone ( Celestène ) 0.15 à 0.6 mg / kg soit 12 à 48 gtt/ kg PO – En 1 à 2 fois si absence damélioration Si vomissements – Pulmicort 2 mg en nébulisation – Dexaméthasone 0.15 à 0.6 mg/kg en IM EVALUATION à 60 min

26 Aérosol ADRENALINE Vasoconstriction et diminution de lœdème en quelques minutes Action pendant 2 heures peu deffet rebond Surveillance sous scope hospitalisation 6 H Contre indication – troubles du rythme ventriculaire – insuffisance coronarienne HTA – Fallot – hyperthyroidie, diabète, glaucome

27 Adrénaline en nébulisation Poids >10 kg 5 mg = 5 ml Poids < 10 kg 0.5 ml / kg + SSI Si absence damélioration après 30 à 60 min Refaire 2° aérosol même posologie appel médecin réanimateur ou anesthésiste

28 Inhalation mélange dhélium Hélium diminue la turbulence des gaz inhalés donc diminue travail respiratoire Utiliser concentration > 0.6 avec un débit continu de 12 l/ mn Une étude en double aveugle 33 enfants ( Weber 2001 Pédiatrics ) efficacité comparable à ladrénaline

29 Si échec corticoides + adrénaline (nébulisation/ 30 min en réanimation ) + hélium Indication intubation – Si possible sous fibroscopie = diagnostic – Avec sonde de diamètre inférieure de 1

30 Récidive dyspnée Se méfier Obstacle anatomique acquis congénital

31 Corps étranger laryngé

32 Malformations palmure diaphragme sténose

33 oedème de quincke traitement = adrénaline

34 En conclusion Dyspnée laryngée = corticoides Si échec = nébulisations adrénaline Réévaluation toutes les 30 min Si critères gravité clinique ou suspicion infection bactérienne ou absence amélioration Organisation intubation avec endoscopie si possible à visée diagnostic et thérapeutique


Télécharger ppt "Actualités thérapeutiques LARYNGITES renau 18 06 2007 I Wroblewski réanimation pédiatrique CHU grenoble."

Présentations similaires


Annonces Google