La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RESILIENCE : Réflexion théorique et clinique Marjorie Poussin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RESILIENCE : Réflexion théorique et clinique Marjorie Poussin."— Transcription de la présentation:

1 RESILIENCE : Réflexion théorique et clinique Marjorie Poussin

2 Mécanismes psychologiques Mécanismes psychologiques Conduites individuelles Gestion de la transition / changement Moyens / ressources du sujet Impact sur lidentité Face à une situation perçue comme difficile / stressante

3 Situationsensréactions Grande variabilité interindividuelle

4 Réactions défensives ou offensives / stratégies Adaptation / Homéostasie

5 Résilience : survivre à des situations extrêmes Personne résiliente a vécu une situation extrême, un événement à haut risque de dysfonctionnement provoquant un stress élevé et ayant des effets généralement perturbateurs. Personne résiliente a vécu une situation extrême, un événement à haut risque de dysfonctionnement provoquant un stress élevé et ayant des effets généralement perturbateurs. B. Bettelheim (1943) : Comportement individuel et comportement de masse dans les situations extrêmes. B. Bettelheim (1943) : Comportement individuel et comportement de masse dans les situations extrêmes.

6 « Nous nous trouvons dans une situation extrême quand nous sommes soudain catapultés dans un ensemble de conditions de vie où nos valeurs et nos mécanismes dadaptation anciens ne fonctionnent plus et que certains dentre eux mettent même en danger la vie quils étaient censés protéger » (Bettelheim, 1979, 24). « Leffondrement brutal et simultané de toutes (nos) défenses contre langoisse de mort nous précipite dans ce que jai appelé, à défaut dun autre terme, une situation extrême » (id. ibid.).

7 La survivance implique 2 temps : Le traumatisme originel : dégradation de la personnalité, destruction de la vie sociale antérieure Le traumatisme originel : dégradation de la personnalité, destruction de la vie sociale antérieure Les effets ultérieurs : vulnérabilité, répercussions sur la vie de la personne Les effets ultérieurs : vulnérabilité, répercussions sur la vie de la personne le survivant garde la conscience que le traumatisme a mis à mal sa propre intégration psychique et que ses défenses habituelles ne lui ont pas assuré une protection adéquate

8 3 réactions possibles du survivant : Se laisser détruire par lexpérience : sentiment dincapacité, dinjustice Se laisser détruire par lexpérience : sentiment dincapacité, dinjustice Nier toute conséquence durable : Ce processus peut-être conscient (refus), préconscient (dénégation, répression) ou inconscient (refoulement) Nier toute conséquence durable : Ce processus peut-être conscient (refus), préconscient (dénégation, répression) ou inconscient (refoulement) Lutter, faire face : « Résilience : se (re)construire après le traumatisme »J. LIGHEZZOLO & C. DE TYCHEY (2004) Lutter, faire face : « Résilience : se (re)construire après le traumatisme »J. LIGHEZZOLO & C. DE TYCHEY (2004)

9 Fisher (1994) : Le ressort invisible situations extrêmes vécues collectivement (guerres, catastrophes naturelles, génocides, etc.) situations extrêmes vécues collectivement (guerres, catastrophes naturelles, génocides, etc.) situations vécues individuellement (maladies, handicap, sida, accidents, perte dun être cher..) situations vécues individuellement (maladies, handicap, sida, accidents, perte dun être cher..)

10 Le handicap acquis : du traumatisme au deuil Le refus face à une réalité trop douloureuse. La dénégation est un amortisseur après le choc de nouvelles brutales qui permet à la personne de se recueillir => dautres systèmes de défense. Le refus face à une réalité trop douloureuse. La dénégation est un amortisseur après le choc de nouvelles brutales qui permet à la personne de se recueillir => dautres systèmes de défense. Lirritation, linjustice, phase dagressivité projetée dans toutes les directions sur lentourage, les soignants, au hasard. Lirritation, linjustice, phase dagressivité projetée dans toutes les directions sur lentourage, les soignants, au hasard. Phase de dépression : pertes multiples : atteintes physique, atteinte du projet de vie, atteintes narcissique, de limage et lamour que lon a de soi. Phase de dépression : pertes multiples : atteintes physique, atteinte du projet de vie, atteintes narcissique, de limage et lamour que lon a de soi. Phase daccommodation : question du sens; réaménagement psychique Phase daccommodation : question du sens; réaménagement psychique

11 Handicap congénital Traumatisme de lannonce/révélation Traumatisme de lannonce/révélation Mécanismes de deuil pour les parents : enfant idéal. Mécanismes de deuil pour les parents : enfant idéal. Et pour lenfant? Traumatisme de naissance. Et pour lenfant? Traumatisme de naissance. Se construit dans le regard traumatisé de ses parents. Se construit dans le regard traumatisé de ses parents. Révélations quotidiennes de son handicap : réactivent le processus dannonce. Révélations quotidiennes de son handicap : réactivent le processus dannonce.

12 Définition de la résilience La personne nest résiliente que si elle a pu traverser cette situation, vivre cet événement sans effets perturbateurs majeurs sur son développement psychologique et social (Tap, 2005). La personne nest résiliente que si elle a pu traverser cette situation, vivre cet événement sans effets perturbateurs majeurs sur son développement psychologique et social (Tap, 2005). Quest ce que le développement psychologique normal, le comportement normal ? Quest ce que le développement psychologique normal, le comportement normal ?

13 Résilience : notion complexe, multidimensionnelle Première définition : Aptitude d'un corps à résister à un choc (du latin resilientia) : « tenir le coup » Aptitude d'un corps à résister à un choc (du latin resilientia) : « tenir le coup » Leffet négatif du traumatisme est résilié, annulé (du latin resilire, ex. résilier un contrat) ; il y aurait retour à létat antérieur. Leffet négatif du traumatisme est résilié, annulé (du latin resilire, ex. résilier un contrat) ; il y aurait retour à létat antérieur. Dénégation ou prise de distance => transition fluide Dénégation ou prise de distance => transition fluide

14

15 Seconde définition : Après la rupture, la chute, la personne se relance, rebondit => transition dure. Après la rupture, la chute, la personne se relance, rebondit => transition dure. La rupture et ses effets ne sont pas niés : mais la personne va « remonter la pente », lutter contre la dépression ou lhostilité, se reprendre, « repartir dun bon pied ». La rupture et ses effets ne sont pas niés : mais la personne va « remonter la pente », lutter contre la dépression ou lhostilité, se reprendre, « repartir dun bon pied ».

16 Rupture (chute) Rebond (Relancer) Phase de crise (transition) Transition dure B A PHASE DE

17 Limportant, ce nest pas tant lévénement ou la situation en soi, mais la façon dont le sujet vit sa situation. Limportant, ce nest pas tant lévénement ou la situation en soi, mais la façon dont le sujet vit sa situation. « Le ressort psychologique est l'aptitude des individus et des systèmes à faire face avec succès à une situation très défavorable ou comportant un risque élevé. Cette aptitude se développe et change avec le temps. Elle est renforcée par les facteurs de protection chez l'individu ou dans le système et le milieu, et contribue au maintien d'une bonne santé ou à l'amélioration de celle-ci » (Mangham, C., McGrath, P.., Reid, G. & Stewart, M., 1995). « Le ressort psychologique est l'aptitude des individus et des systèmes à faire face avec succès à une situation très défavorable ou comportant un risque élevé. Cette aptitude se développe et change avec le temps. Elle est renforcée par les facteurs de protection chez l'individu ou dans le système et le milieu, et contribue au maintien d'une bonne santé ou à l'amélioration de celle-ci » (Mangham, C., McGrath, P.., Reid, G. & Stewart, M., 1995).

18 Facteurs de risque et vulnérabilité Facteurs de risque et vulnérabilité Antony, Chiland & Koupernick, : 3 grandes catégories de facteurs : Antony, Chiland & Koupernick, : 3 grandes catégories de facteurs : liés aux caractéristiques de lenfant : (pbs de santé, handicap ou personnalité) liés aux caractéristiques de lenfant : (pbs de santé, handicap ou personnalité) liés aux caractéristiques familiales (structurelle familiale inadéquate, pauvreté, isolement social) liés aux caractéristiques familiales (structurelle familiale inadéquate, pauvreté, isolement social) liés à des caractéristiques socio-environnementales plus larges (guerres, catastrophes…). liés à des caractéristiques socio-environnementales plus larges (guerres, catastrophes…). RUTTER (1985): concept de risques cumulés RUTTER (1985): concept de risques cumulés Anthony (1982) => profils de risque Anthony (1982) => profils de risque Marcelli (1996) => pas de déterminisme Marcelli (1996) => pas de déterminisme

19 Les facteurs de protection Gamerzy et Masten (1991) : 3 catégories de facteurs Gamerzy et Masten (1991) : 3 catégories de facteurs facteurs individuels : la personnalité (Jeanne et Jack Block : Ego-resiliency); la réflexion et les aptitudes cognitives ; le sentiment d'auto-efficacité et d'estime de soi ; compétences sociales ;la créativité, la capacité à utiliser les mécanismes de défense disponibles (déni, clivage, sublimation, intellectualisation, humour..). facteurs individuels : la personnalité (Jeanne et Jack Block : Ego-resiliency); la réflexion et les aptitudes cognitives ; le sentiment d'auto-efficacité et d'estime de soi ; compétences sociales ;la créativité, la capacité à utiliser les mécanismes de défense disponibles (déni, clivage, sublimation, intellectualisation, humour..). facteurs familiaux : la chaleur et le soutien parental, bonnes relations parents/enfants, harmonie parentale... facteurs familiaux : la chaleur et le soutien parental, bonnes relations parents/enfants, harmonie parentale... facteurs extra-familiaux : réseau de soutien (pairs, enseignants, organismes sociaux...) facteurs extra-familiaux : réseau de soutien (pairs, enseignants, organismes sociaux...) Cyrulnik (1999) : tuteurs de résilience Cyrulnik (1999) : tuteurs de résilience

20 Intérêts et applications cliniques de la résilience Nouveau regard : potentiel du sujet à rebondir; Travailler sur les processus individuels défensifs et l'estime de soi; Encourager la réussite dans les domaines importants pour le sujet (scolaire, social, sportif...); Travailler sur les potentiels familiaux : compétence des familles (Ausloos, 1995).

21 Conclusion sur la résilience Pas de déterminisme Processus dynamique et évolutif Attention aux dérives… (manichéïsme : vainqueurs/perdants) : Linvulnérabilité nexiste pas… La résilience, à quel prix ? Survivre et rebondir (M. Hanus, 2001) « Il ne faudrait cependant pas sous estimer la réalité de la blessure affective sous-jacente qui n'en est pas cicatrisée pour autant ».


Télécharger ppt "RESILIENCE : Réflexion théorique et clinique Marjorie Poussin."

Présentations similaires


Annonces Google