La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les inégalités socio-spatiales déducation : léducation prioritaire interrogée Choukri Ben Ayed Université Jean-Monnet Saint-Etienne Modys/CNRS « Étre élève.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les inégalités socio-spatiales déducation : léducation prioritaire interrogée Choukri Ben Ayed Université Jean-Monnet Saint-Etienne Modys/CNRS « Étre élève."— Transcription de la présentation:

1 Les inégalités socio-spatiales déducation : léducation prioritaire interrogée Choukri Ben Ayed Université Jean-Monnet Saint-Etienne Modys/CNRS « Étre élève en éducation prioritaire » INRP-CAS Février 2010

2 1. La question de départ : quel est le lien entre réussite scolaire et lieu de scolarisation ? Paradoxe : professionnels, familles, politiques adhèrent à ce présupposé : mais aucun travail dobjectivation de cette question Connaissances disponibles : –Monographies détablissements ou de quartiers, de zones prioritaires, etc… –Données DEP « Géographie de lécole » : peu exploitables (aspect gestionnaire descriptif) –IPES : Lycées + conception controversée + données de pilotage –Effets établissements-maître-classe : échelle réduite : raisonnement plus en terme de disparités entre établissements que dinégalités au sein des établissements ou des espaces locaux (interdépendance)

3 2. (2002) - Appel à projet DEP/DATAR : « Education et formation : disparités territoriales et régionales » « Les inégalités socio-spatiales déducation. Processus ségrégatifs, capital social et politiques territoriales » (MEN - DATAR 2006)Recherche S. Broccolichi, C. Ben Ayed, D. Trancart et al. : « Les inégalités socio-spatiales déducation. Processus ségrégatifs, capital social et politiques territoriales » (MEN - DATAR 2006) 17 Chercheurs de 2002 à 2006 (+ filé 2009) Enquêtes statistiques : DEP, INSEE, ZUS Enquêtes qualitatives dans cinq départements : Yvelines, Seine- Saint-Denis, Loire-Atlantique, Hérault, Loire

4 3. Objet de la recherche et méthodologie Objectifs de la recherche Expliquer les variations de réussite scolaire à lentrée et à la sortie du collège (DNB) et au delàMéthodologie Approche quantitative (données DPD, INSEE, ZUS, ICOTEP) : Mesure des variations de la réussite scolaire à lentrée et à la sortie du collège (évaluations 6ème + Brevet + lycée) Mise en correspondance avec un indice de précarité synthétique (origine sociale, part délèves boursiers, étrangers) : écart + (défavorisé) écart - (favorisé) Calcul des sur et sous-réussites : écart entre le résultat observé et le résultat attendu en fonction de lindice de précarité (modèle de régression simple) Ces calculs ont été effectués pour chaque collège français puis agrégés au niveau départemental (écarts les plus significatifs) Mise en correspondance avec des indicateurs de disparités de recrutement scolaire et social (écarts interdéciles) et un indice de densité urbaine (INSEE) Approche qualitative : Monographie dans 5 départements hétérogènes Yvelines, Seine-Saint-Denis, Loire-Atlantique, Hérault, Loire Cest le niveau agrégé du département qui sest avéré le plus intéressant (seuils de significativité forts) : groupe de 12 départements en sur-réussite et 12 en sous-réussite

5 Tableau 1 : Les douze d é partements o ù les r é sultats à l' é valuation 6 è me sont les plus inf é rieurs aux r é sultats attendus en

6 Tableau 2 : Les douze d é partements o ù les r é sultats à l' é valuation 6 è me sont les plus sup é rieurs aux r é sultats attendus en

7

8 Figure 1 - In é galit é s de r é ussite scolaire selon les groupes de d é partements et l origine sociale (Moyenne Maths-Fran ç ais aux é preuves du brevet des coll è ges en 2004)

9 4. Observations interprétations 1.Forte fragmentation de lespace éducatif français 2.Fragmentations liées à laugmentation générale des inégalités et à laccroissement des disparités territoriales : plus la dispersion des scores entre les établissements est forte sur un territoire donné, plus le score moyen tend à être faible. Quand les inégalités entre établissements se creusent sur un territoire, elles se creusent davantage « vers le bas que vers le haut » conséquences préjudiciables aux résultats d'ensemble sur ce territoire. 3.Sur-sous réussites : pas associées de façon simple à la concentration de populations défavorisées ou favorisées socialement. exemples : Sous- réussite (Seine-St-Denis, Yvelines, Essonne Hts-de-Seine) / Sur-réussite (Loire, Meuse, Landes, Pyrénées Atlantiques) 4.Disparités de réussite des élèves entre les ZEP selon les départements (vécu en ZEP différent dun espace à lautre) 5.Pas dimpact repérable des politiques académiques : sur-sous réussite sont déterminées par des configurations spatiales spécifiques (département en sur-sous réussite : dispersés entre différentes académies)

10 5. Comprendre les différenciations de réussite au-delà de la tonalité sociale dominante et des politiques académiques Liens avec les morphologies socio-spatialesLiens avec les morphologies socio-spatiales –Dpt sur-réussite : densité urbaine et scolaire : moyenne à faible / Dpt sous-réussite : forte Île de France, Marseille, Nice…) –Sous-réussite : fréquence de situations de ségrégations urbaines et scolaires Résultats plus souvent tirés « vers le bas » : comprendre ce qui perturbe les apprentissagesRésultats plus souvent tirés « vers le bas » : comprendre ce qui perturbe les apprentissages –Concentration denseignants jeunes (x2 dpt en sous-réussite) –Ségrégations et densité urbaine et scolaire : induit des phénomènes de concurrence et d'évitements forts –Conséquences : fortes hiérarchies locales et perturbations des conditions dapprentissage par la prégnance du « sauve qui peut » (familles, professionnels etc…) –Turn-over + évitement des familles : difficultés à stabiliser des projets éducatifs locaux et tentations de créer des ségrégations internes (classes) qui amplifient les difficultés La « preuve » quil est plus pertinent de parler de PERTURBATION DES CONDITIONS DAPPRENTISSAGE que de LIENS MÉCANIQUES entre origine sociale et échec scolaireLa « preuve » quil est plus pertinent de parler de PERTURBATION DES CONDITIONS DAPPRENTISSAGE que de LIENS MÉCANIQUES entre origine sociale et échec scolaire –Certains dpt en sur-réussite : parmi les plus « populaires » : Loire Hte-Loire, Meuse –Certains dpt en sous-réussite : parmi les plus « favorisés » : Paris, Yvelines, Hautes Pyrénées, Pyrénées Atlantiques absence ou activation de la spirale de léchec décrite ci-dessus –Différences : absence ou activation de la spirale de léchec décrite ci-dessus

11 Comment des contextes et des politiques amplifient des ségrégations, des inégalités et des déficits dapprentissage Contextes et politiques Contextes ségrégués déclencheurs de « fuites » Insuffisance des politiques compensatoires Palmarès détablissement et évaluations pseudo savantes qui encouragent la sélectivité Concurrences « sauvages » Développement de disparités et de discriminations entre établissements, classes et élèves Perturbations des processus éducatifs et pédagogiques Ressentiment, tensions, exclusions là où sont concentrées les difficultés Zapping et discontinuités (logique du court terme) Déstabilisations liées aux décalages dexigences entre espaces scolaires (ultrahiérarchisés) Elitisme Déficits dapprentissage et inégalités accrues

12 6. Conclusions Conclusion 1 : « Inégalités scolaires et spatiales » Recherche montre que tous les élèves sont sensibles aux sur et sous-réussites les moins favoriséesCe sont néanmoins les populations les moins favorisées qui y sont les plus sensibles FUIR, SOUTENIR, INTERVENIRarmés perturbéesLes plus favorisés peuvent FUIR, SOUTENIR, INTERVENIR : ils sont plus armés à faire face à des conditions de scolarisation perturbées inégalités socialesinégalité spatialeCHOISIR PARTIR, SOUTENIRmoins arméesAux inégalités sociales sajoutent donc une inégalité spatiale : quasi-injonction à CHOISIR ou PARTIR, SOUTENIR alors que ce sont les populations les moins armées pour le faire Conclusion 2 : « sur la concurrence et lémulation » contreproductifLes résultats de la recherche font néanmoins apparaître le caractère contreproductif de la concurrence scolaire perturbation« course » aux bons élèves, bons établissements : perturbation densemble qui affecte la réussite de tous les élèves : exemple flagrant la sous-réussite de Paris Pose la question des effets de la désectorisation en cours Conclusion 3 : sur léducation prioritaire Sur et sous réussite des territoires prioritaires : induits en partie par leur inscription spatiale Proximité de territoires « attractifs » : fuite et stigmatisation, cercle vicieux de la disqualification (Yvelines) Territoires prioritaires peu affectés : lorsque en continuité du territoire éducatif local

13 Conclusion 4 : quel rôle pour léducation prioritaire ? Les « moyens » de léducation prioritaire : sont impuissants à lutter contre les phénomènes de stigmatisation, de concurrence, de fuite, de spirale de léchecLes « moyens » de léducation prioritaire : sont impuissants à lutter contre les phénomènes de stigmatisation, de concurrence, de fuite, de spirale de léchec Ces phénomènes sont « contenus » dans des cas précis :Ces phénomènes sont « contenus » dans des cas précis : –Confiance et coopération durable sur les territoires, partenariats locaux –Constitution déquipes et soutiens institutionnels matériel et symbolique –Chefs détablissements charismatiques et « pilotage pédagogique » –Dans de plus rares cas : politiques volontaristes de redéfinition des secteurs –Néanmoins instabilité de ces redressements dans le temps **** Quest-ce quun éducation prioritaire pensée sans une action globale sur les facteurs de sur et sous-réussite scolaire ?Quest-ce quun éducation prioritaire pensée sans une action globale sur les facteurs de sur et sous-réussite scolaire ? Quelles actions prioritaires ?Quelles actions prioritaires ? –Limiter les phénomènes de hiérarchisation des établissements –Éradiquer les logiques de marché interne : des postes, des élèves, des classes, des établissements (marché institué) –Limiter les phénomènes de turn-over : isolement des équipes, des enseignants, des agents intermédiaires de linstitution –Favoriser un étayage des pratiques pédagogiques : collégialité, accompagnement, supervision, stimulations, perfectionnement professionnel


Télécharger ppt "Les inégalités socio-spatiales déducation : léducation prioritaire interrogée Choukri Ben Ayed Université Jean-Monnet Saint-Etienne Modys/CNRS « Étre élève."

Présentations similaires


Annonces Google