La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES COMPLICATIONS DE LIMMOBILITE ET DU DECUBITUS Les complications de décubitus sont fréquentes. Elles peuvent être observées aussi bien à la phase aiguë

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES COMPLICATIONS DE LIMMOBILITE ET DU DECUBITUS Les complications de décubitus sont fréquentes. Elles peuvent être observées aussi bien à la phase aiguë"— Transcription de la présentation:

1 LES COMPLICATIONS DE LIMMOBILITE ET DU DECUBITUS Les complications de décubitus sont fréquentes. Elles peuvent être observées aussi bien à la phase aiguë que chronique dune maladie Chez le sujet âgé, le risque de survenue de complications de décubitus et de troubles psychologique est majeur Leur prévention est un objectif prioritaire dans la prise en charge des patients âgés

2 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Cardiovasculaires: *Œdèmes de décubitus *TVP,embolie pulmonaire *Hypotension orthostatique CAT: *HBPM *Bas de contention *Posture déclive (surélévation des pieds du lit) *Contractions musculaires pluriquotidiennes *Lever précoce,position demi assise

3 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Respiratoires: *S tase bronchique, encombrement, infection *Hypoventilation des bases pulmonaires *Atélectasie *Pneumopathie nosocomiale *Pneumopathie de régurgitation

4 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir CAT: *Postures alternées en décubitus latéral *Mobilisation précoce *Kiné(drainage des sécrétions) *Favoriser toux et expectoration *Hydratation suffisante (1.5 l / 24h) *Aérosolthérapie de sérum physiologique *Surveillance hématose(Sao2>90%) *Surveillance prise alimentaire *Alimentation consistante,position demi assise à conserver après le repas

5 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Digestives: *Reflux gastro oesophagien *Constipation CAT: *Position demi assise, même pour dormir si possible, sinon attendre 1 h avant de sallonger après le repas *Mesures hygiéno-diététiques (hydratation,fibres) *Laxatif doux, lavement non irritant *Evacuation de fécalome

6 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Urinaires: *Stase vésicale *Infection urinaire *Hyper calciurie dimmobilisation (déminéralisation) *Lithiase CAT: *Hydratation *Accompagner aux toilettes, éviter le bassin (favorise la stase par vidange incomplète) *Recherche dun résidu asymptomatique *Eviter sondage urinaire

7 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Ostéo articulaires: *Raideur articulaire (flexum du genou,de la hanche) *Position vicieuse (équin de la cheville) *Déminéralisation CAT: *Mobilisation articulaire active et passive pluri quotidienne *Installation du patient en prenant soin que tous les segments de membre soit en position dite de fonction *Posture en mousse *Apports calciques équilibrés

8 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Musculaires: *Amyotrophie = atrophie musculaire, diminution de la masse et de la force musculaire CAT : *Travail de renforcement musculaire = contractions musculaires isométriques * Varier les position dans le lit * Apports protidiques équilibrés * D ès le début, mobiliser tout ce qui est mobilisable (contraction sous plâtre)

9 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir Neuro psychologiques : * Confusion mentale * Hallucinations *Angoisse * Syndrome de glissement = spécifique de la personne âgée, détérioration rapide de létat général déclenchée par un événement de vie difficile (somatique ou psychologique), séparé dans le temps, du syndrome, par un intervalle libre ou le sujet va bien. Anorexie, désir de mort, refus de soins et de toute communication.

10 Les principales complications de décubitus et conduite à tenir CAT : * Rassurer * Etre à lécoute * Permettre lexpression des craintes et des peurs * Savoir dépister lapparition des signes dun syndrome de glissement Cutanées : * Les escarres

11 LES ESCARRES Diagnostic infirmier : « atteinte à lintégrité de la peau » GENERALITES : 20 à 30 % de la population gériatrique et 6 à 8 % des personnes hospitalisées sont confrontées au phénomène douloureux des escarres Les actions de prévention relèvent du rôle propre infirmier La mise en place de mesure préventive débute dès lidentification des facteurs de risque Toute escarre constituée prolonge la durée dhospitalisation, 10 % des décès en sont la conséquence

12 LES ESCARRES DEFINITION : Lésion cutanée dorigine ischémique provoquée par la compression des tissus entre deux plans durs ( saillies osseuses et support sur lequel repose le malade) Délai de constitution variable (de 2 h à 2 jours) Aucune tendance à la cicatrisation spontanée Si rien nest fait pour diminuer la pression au niveau tissulaire, lévolution se fait vers la nécrose

13 LES ESCARRES FACTEURS DE RISQUES : Extrinsèques ou mécaniques Pression Friction : abrasion mécanique due au frottement Cisaillement : glissement et étirement des plans cutanés et sous cutanés lun sur lautre Macération Corps étrangers

14 LES ESCARRES FACTEURS DE RISQUES : Intrinsèques ou cliniques limmobilisation = troubles moteurs, de la conscience, due à des appareillages Perte des fonctions sensorielles = affections neurologiques, psychiques, coma État nutritionnel, malnutrition, dénutrition Altération de la peau favorisée par la macération en milieu humide (incontinence), la surcharge pondérale Troubles du métabolisme Létat psychologique et le manque de motivation à participer aux soins Lâge

15 Échelle de NORTON Condit° physique Condit° mentaleActivitéMobilitéIncontinenceScore Excellente Bonne Passable Mauvaise Alerte Apathique Confusion stupeur Ambulant Aide à la Marche Fauteuil alité complète légèremt Limitée Très Limitée immobile Continent Occasionnelle Urinaire Urinaire et fécale

16 LES ESCARRES La prévention débute dès que le ou les risques sont identifiés, elle est cruciale pour réduire la fréquence des escarres. Lidentification des facteurs de risque fait appel au jugement clinique.

17 LES ESCARRES LES DIFFERENTES LOCALISATIONS : Les zones de prédilection sont représentées par les zones dappui avec une faible épaisseur de revêtement cutané.

18 LES ESCARRES LES DIFFERENTS STADES EVOLUTIFS: Stade 0 : phase de vigilance Stade 1 : réversible. Stade inflammatoire avec douleur, rougeur, œdème, chaleur Stade 2 : douleur, phlyctène(liquide clair ou hématique) avec décollement de lépiderme Stade 3 : atteinte du derme, ulcération franche de la peau, derme suintant, inflammatoire Stade 4 : nécrose au niveau de lépiderme qui sépaissit, devient noir, dur, atone, surinfection associée,

19 LA PREVENTION Les soignants doivent être entraînés à la reconnaissance des risques afin délaborer un plan de soins infirmiers adapté. La continuité des soins de prévention par les transmissions des informations écrites et orales est indispensable.

20 Diminuer la pression Verticalisation, mise au fauteuil, reprise de la marche dès que possible Changement de position = programme de retournement (en tenant compte des troubles, de lâge, des besoins du patient) Alterner position assise et couchée

21 Les postures Différentes postures permettent de réduire la pression des zones à risque Le programme de retournement entraîne lalternance de D.D., D.L.D.,D.L.G. Favoriser lauto soulèvement au fauteuil comme au lit afin de modifier la répartition du poids

22 Les différents types de support Matelas normal = si patient peut effectuer seul ses retournements Matelas mousse = « cliniplot », plots en mousse interchangeables, à ne pas border, à U.U., peu chers Matelas à pression alternée = « nimbus, alternating » quen D.D., pour prévention et cure descarre Lit fluidisé = « clinitron » micro billes de porcelaine et air chaud sadaptent aux déformations du patient – bruyant, réservé aux escarres graves, multiples aux brûlures, en services spécialisés

23 Lalimentation Evaluer létat nutritionnel 1.Poids et IMC 2.Notion de perte de poids récente 3.Aspect clinique 4.Évaluation des prises alimentaires Chez la personne âgée, linsuffisance dapports protido caloriques est un facteur de risque

24 Lhygiène et observation A chaque changement de position et lors des soins dhygiène observer et palper la peau afin de repérer douleur, chaleur, induration locale et procéder à des effleurages doux MASSAGE ET FRICTION SONT A PROSCRIRE Lhygiène de la peau quotidienne, rigoureuse, est indispensable afin de maintenir une peau propre et sèche Chaque change doit faire lobjet dun soins dhygiène afin déviter la macération et lirritation cutanée Hygiène de la literie irréprochable

25 Les points essentiels Lescarre est une nécrose ischémique par compression de la peau et des tissus sous-cutanés 2 facteurs pathogènes = immobilité et non perception de la douleur Le plus souvent une complication de décubitus pour pathologie aiguë Utilisation de léchelle de Norton permet le repérage des patients à risque Sa prévention est une urgence de la vigilance des soignants Traitement préventif = changements de position, mesure dhygiène, adaptation des supports Linfection (fréquente) doit être différenciée de la colonisation bactérienne (constante) Dans lescarre constitué, la traitement curatif est indissociable de la poursuite des mesures préventives


Télécharger ppt "LES COMPLICATIONS DE LIMMOBILITE ET DU DECUBITUS Les complications de décubitus sont fréquentes. Elles peuvent être observées aussi bien à la phase aiguë"

Présentations similaires


Annonces Google