La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les soins infirmiers auprès des personnes présentant des conduites addictives: toxicomanies.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les soins infirmiers auprès des personnes présentant des conduites addictives: toxicomanies."— Transcription de la présentation:

1 Les soins infirmiers auprès des personnes présentant des conduites addictives: toxicomanies

2 Pré-requis Concernent : - Les définitions - La législation - Les différentes drogues utilisées

3 Objectifs Connaître les drogues et leurs effets, être capable dobserver et identifier une personne ayant consommé de la drogue Etre capable de prendre en charge une personne toxicomane Etre capable de lorienter vers une structure daccueil

4 Plan Introduction Définitions Législation Les différentes drogues utilisées Conséquences Les soins infirmiers Structure daccueil Les traitements de substitutions Conclusion

5 Introduction Depuis toujours les hommes ont utilisés les « drogues ». Certains produits sont encore utilisé aujourdhui dans certains pays à des fins religieuses ou initiatiques pour entrer en contact avec les esprits. Le mot « toxicomanie » est apparu à la fin du 19ème siècle. Au 20eme siècle le mot « drogue » est utilisé plus particulièrement pour désigner les substances illicites. A ce jour, l usage et la diversification des drogues utilisées sont devenus un problème de santé publique et donc demande une prise en charge spécifique.

6 I définitions Drogue: produit psychoactif naturel ou synthétique, utilisé par une personne en vue de modifier son état de conscience ou daméliorer ses performances, ayant un potentiel dusage nocif, dabus ou de dépendance et dont lusage peut être légale ou non. Addiction: dépendance psychique à une substance (alcool, dogue, tabac…)

7 Toxicomanie: trouble des conduites caractérisé par lexistence dun abus ou dune dépendance à une substance

8 Usage simple: consommation de substances psychoactives qui nentraîne ni complication pour la santé, ni trouble du comportement ayant des conséquences nocives pour soi ou pour autrui.

9 Abus: usage injustifié ou excessif Usage nocif (ou abus): caractérisé par une consommation répétée induisant des dommages dans les domaines somatiques, psycho-affectifs ou sociaux, pour le sujet lui même, mais aussi pour son environnement.

10 Dépendance: besoin impérieux de continuer à absorber certains produits afin de chasser un état de malaise somatique ou psychique dû au sevrage

11 II législation Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise lusage illicite de toutes substances classées comme stupéfiant Lusage est un délit punit dun an demprisonnement et de 3750 euros damende

12 En France la loi sur les stupéfiants repose sur 4 axes -pénalisation de lusage -Alternative de soin à la sanction de lusage appelé « injonction thérapeutique » -Répression sévère du trafic et de ses profits -Interdiction de publicité pour lusage et le trafic des stupéfiants assimilé a une provocation.

13 La loi française distingue clairement lusager, considéré plus comme un malade que comme un délinquant qui relève du code de la santé publique. Et le « dealer » qui est considéré comme un trafiquant et relève du code pénal.

14 La circulaire du 8 avril 2005 Réponse pénale graduée en fonction de la consommation des usagers. La loi sur la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 et son décret dapplication du 26 septembre 2007

15 Le code de léducation oblige les établissements scolaires à des actions de prévention concernant principalement le cannabis.

16 La loi précise lorganisation du système de soins ainsi que certaines modalités, selon le code de la santé publique. Enfin un usager qui se présente spontanément pour suivre une cure de désintoxication ou un traitement médicale nest pas poursuivi. Les soins dispensés dans les centres agrées sont gratuits quelque soit la couverture social de lusager.

17 III Les différentes drogues utilisées Le cannabis: Cest une plante dont le principe actif responsable des effets psychoactifs est le THC. Herbe: feuilles,tiges séchées. Se fument mélangées à du tabac, roulées en cigarettes de formes coniques Résine: se trouve a lextrémité des branches, elle se présente sous forme de plaques compressées, « barrettes » de couleur brune. Le haschich peut être coupé avec du henné, cirage, paraffine… Huile: consommé au moyen dune pipe,usage peut répandu en France.

18

19

20 Effets recherchés: -Euphorie -Apaisement -Désinhibition -Modification des perceptions

21 Signes cliniques: -Vasodilatation oculaire -Tachycardie -sécheresse buccale

22 La cocaïne: Elle se présente sous forme de fine poudre blanche et est extraite des feuilles de cocaïer. Elle peut être « sniffée », ligne de coke ou injectée par voie IV ou fumée (crack ou free base) La levée des inhibition peut conduire a des actes de violences, des agressions sexuelles, des dépressions compulsives.Ceci peut engendrer des passages à lacte. Les matériaux utilisés pour « sniffé » peuvent transmettre les hépatites B et C. En cas dinjection, le matériel peut transmettre le virus du Sida et Hépatites.

23

24

25 Effets recherchés: -Flash si injection, stimulation, excitation, sentiment de puissance physique, sexuelle et intellectuelle.

26 Signes cliniques: - Mydriase -Déshydratation -Hyperthermie

27 Ecstasy et Amphétamines Produit comprenant une molécule de la famille chimique des amphétamines MDNA. Les amphétamines sont des psycho-stimulants et anoréxigènes puissants. Classe des stupéfiants depuis 1967 car entraîne une forte dépendance psychique. Se présente sous forme de poudre à « sniffer » et en comprimés.

28

29

30 Le besoin daugmenter les doses entraîne de graves conséquences: -Marginalisation sociale -Anorexie -Insomnie -Dépression respiratoire en cas de surdose -Infection locale (abcès) par manque dhygiène -VIH et Hépatite C lors déchange de matériaux

31 Effets recherchés: -Désinhibition -Intensification des perceptions sensorielles -Abolition de la fatigue -Euphorie

32 Signes cliniques: -Mydriase -HTA -Tachycardie

33 Héroïne: Opiacé puissant, obtenu par synthèse à partir de la morphine extraite du pavot. Se présente sous forme de poudre ou granulés à écraser. Peut être injecté par voie IV, prisée, ou fumée.

34

35 La morphine est le médicament le plus actif contre la douleur, peut être détourné avec les mêmes dangers que ceux de lhéroïne.

36 Effets recherchés: -Flash: sensation de puissance -Planète: euphorie -Descente:retour à la réalité

37 Signes cliniques: -Myosis -Hypothermie -Sueurs -Nausées, vomissements -Hypotension -Coma

38 Les autres drogues: -les hallucinogènes synthétiques LSD (acide lysergique) La Kétamine (anesthésiant humain et animal) -les hallucinogènes naturels les champignons Différentes plantes (layahuasca et liboga…)

39 -poppers (nitrite), colles, solvants. -GBH (gamma OH) anesthésiant

40 IV LES CONSEQUENCES Risques psychiques: -Difficultés de concentration -Nervosité -Anxiété -Dépression -Agressivité -Risque de délire paranoïde -Psychose chronique ou pharmaco-psychose = dissociation schizophrénique

41 Risque physique: -Trouble des perceptions sensorielles et des réflexes -Détérioration de létat physique -Complications de certaines maladies

42

43 Risques sociaux -Détachement de la réalité -Désinsertion sociale et scolaire -Marginalisation -Problèmes financiers -Violences, problèmes judiciaires

44 Attention!!! Toute consommation de drogue pendant la conduite dengins (voitures, mobylettes, machines, rollers…) entraîne une perte de la vigilance et des réflexes, une désinhibition et une mauvaise coordination des mouvements et peut donc provoquer des accidents de la circulation.

45 V SOINS INFIRMIERS Les différents types de personnes prises en charges: -De manière libre -À la demande dun tiers -À la demande dun juge

46 Prise en charge des usagers actifs: -Psychologique -Médicale -Sociale

47 psychologique -Accueil, orientation, accompagnement -Soutien, conseil, écoute active, réassurance, suivi, sert de lien tout au long de la prise en charge

48 Entretien infirmier: le patient exprime ses difficultés et les motivations de sa venue (demande de sevrage, suivi dinjonction thérapeutique ou demande de traitement de substitution), - partir de la réalité de la personne pour adapter le soin, -climat de confiance, -cadre défini, -objectifs posés, -évaluation des conséquences somatiques et psychiques, situation sociale, -répercussions des conduites addictives et lexistence ou non dun suivi médical par un médecin libéral ou une structure spécialisée

49 -Réorientation vers les autres membres de léquipe pluridisciplinaire ou vers une structure proposant une prise en charge prioritaire -Si rupture de soin: point sur ce qui la occasionné, favorise reprise de contact avec le système de soin, sans quil ait le sentiment de rester sur un échec.

50 médicale -Consultation infirmière: favoriser laccès aux soins, observance des thérapeutiques, coordination des interventions de léquipe -Repérer problèmes de santé -Donner conseils dhygiène adaptés -Donner traitement de substitution: explication de la conduite thérapeutique à tenir, évaluer observance et tolérance, apparition de signes de manque, de surdosage ou de consommation aiguë parallèle, prévient risques et dommages, informe des répercutions

51 -Personnes ressources (prise de rdv…) -Petits soins (pansements et dépistage) Étant donné quil nexiste pas de prise en charge par des traitements de substitution pour les patients consommant de la cocaïne, une thérapie cognitive et comportementale sera mise en place.

52 sociale -Démarches socioprofessionnelles (rdv) -Soutiens -Gestion des urgences Il ne faut pas oublier que ces personnes sont non captives, il faut donc toujours leur fournir des réponses adaptées à leur demande. De même, le travail en équipe est très important afin de respecter une certaine transversalité, crédibilité.

53 Prise en charge des usagers inactifs: -Cycle motivation: de contemplation, décision, planification, actions avec possibilité de retour à létat initial -Public captif en cours de sevrage -Services dhospitalisation: réhydratation, cure de catapressan, antalgiques, neuroleptiques, sédatifs et antispasmodiques.

54 -Dure 15 jours à 3 semaines -Lieux de post-cures éloignés de leur ville dattachement -Relais médecine de ville pour renouveler traitement

55 Rôle éducatif: - Lors de la prise en charge nayant pas pour but le sevrage: Aborder les conséquences négatives de sa dépendance Fournir les coordonnées des centres spécifiques pour laider Aborder les notions dhygiène Le patient doit rester acteur de son devenir, il ne doit pas être un assisté mais un patient soutenu dans des démarches dont il garde linitiative

56 - Lors dhospitalisation ayant pour but le sevrage thérapeutique: Valoriser les efforts fournis Travailler avec lui sur le projet de vie à sa sortie Linformer de la possibilité de rechutes

57 Diagnostics infirmiers prévalents: -Risque daccidents (traumatisme, empoisonnement…) -Risque dautomutilation -Risque de violence envers les autres -Risque disolement social -Difficulté à se maintenir en bonne santé (médicale et hygiène corporelle) -Altération de la communication verbale associée à des comportements impulsifs, défensifs ou colériques

58

59 Un service découte, daccueil et de soins: -Aide aux usagers de drogue -Aide aux parents et à lentourage -Aide aux professionnels

60 SACADOS (Centre daccueil et daccompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogue) LA STATION (pour toutes questions relatives à ladolescence et aux conduites addictives) -Jeunes usagers jusquà 22 ans -Pour les parents et lentourage -Pour le milieu scolaire -Pour les professionnels -Pour lentreprise

61 LA LEVEE (Centre thérapeutique résidentiel et de post-cure) LES ACT: « Appartements de Coordination Thérapeutique »

62 VI les traitements de substitutions Deux médicaments: méthadone et subutex En personnes ont bénéficiées dun traitement de substitution. 20% méthadone et 80% pour le subutex

63 Ils permettent de: -réduirent lutilisation de produits illicites -De diminuer la pratique de linjection -Favoriser une insertion sociale -Améliorer le suivi des traitement de linfection VIH ou des hépatites -Réduire le risque de décès.

64 Méthadone Présentation: Agoniste morphinique, sirop unidose. Condition de prescription: -déclarée stupéfiant par arrêté préfectoral du 31 mars Primo prescription en établissement de santé.

65 -prescription sur ordonnance sécurisée (7jours) -Analyse durine -Relais vers un médecin de ville, pharmacie.

66 Effets secondaires: -a la mise en place:euphorie ou sédation, vertiges, nausées, vomissements, constipation, hypertension, dysurie, œdème. -Phase dentretien: sueurs, nausées, constipation, prise de poids, insomnies, sécheresse buccale, rétention urinaire. -Surdosage: dépression respiratoire, bradycardie.

67 Subutex Présentation: Agoniste-antagoniste morphinique Buprénorphine à haute dose: comprimés sub lingual Condition de prescription: -liste I -Prescription sur ordonnance sécurisé (7jours)

68 Effets secondaires: -Constipation -Céphalées -Asthénie -Nausées, vomissements -Malaises et vertiges -Sueurs -Pas de surdosage car effets plafonds.

69 Conclusion Les consommations de drogues illicites sont avant tout le reflet dune société, de ses rituels ou de ses maux, les comportements en matière de toxicomanie ne cessent dévoluer. En une décennie la consommation de cannabis à fortement augmenter en France. La cocaïne est utilisé par un cercle beaucoup plus large. En revanche les effets dévastateurs de lhéroïne ont été mieux maîtrisés grâce aux succès des traitements de substitution et dune politique de réduction des risques dans la loi. La problématique de demain: dans ans nous seront confrontés avec des adultes dépendants du cannabis, et donc des problèmes de santé qui en résultent.

70 Bibliographie Recueil d information auprès de lAPLEAT Cahier de formation continue « laddictologie » « Drogue et dépendance » livre dinformation de lINPES EM n°21 octobre-novembre 2007 Dictionnaire médical de linfirmière édition Lamarre 2005 Petit Larousse de poche 2004

71 Remerciements à: Gilles infirmier de lAPLEAT pour son accueil, ses conseils, ses renseignements et sa disponibilité. Vincent pour la documentation Et madame GALOPIN pour avoir aimablement déplacé lexposé prévu le jour de lévaluation. Cet exposé a été réalisé et présenté par: -Virginie GOARD -Stéphanie POGER -Flavie THIBAULT -Sibine VANNIER -Meihdi ZOUAGHI

72


Télécharger ppt "Les soins infirmiers auprès des personnes présentant des conduites addictives: toxicomanies."

Présentations similaires


Annonces Google