La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

NUTRITION ET TRAVAIL Camille Cinqualbre Anne-Sophie Wasmer JDV Nancy 3,4 et 5 octobre 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "NUTRITION ET TRAVAIL Camille Cinqualbre Anne-Sophie Wasmer JDV Nancy 3,4 et 5 octobre 2005."— Transcription de la présentation:

1 NUTRITION ET TRAVAIL Camille Cinqualbre Anne-Sophie Wasmer JDV Nancy 3,4 et 5 octobre 2005

2 Les besoins énergétiques La dépense énergétique = métabolisme de base + dépenses de thermogenèse + activité physique

3 Les besoins énergétiques Les besoins énergétiques Besoins NRJ variables selon : o la charge physique de travail o les conditions de travail o les individus Mais grande variabilité individuelle notamment chez les travailleurs de force !!!

4 Les besoins énergétiques : conseils possibles du Médecin du Travail Apports énergétiques : à titre individuel : maintien du poids stable à titre individuel : maintien du poids stable à titre collectif : recommandations C.N.E.R.N.A à titre collectif : recommandations C.N.E.R.N.A

5 Les besoins énergétiques Répartition énergétique : 3 grands repas 12 à 15 % protides 12 à 15 % protides 50 à 55 % glucides 50 à 55 % glucides 35 % lipides 35 % lipides Apports Hydriques : 1 à 1,5 L /j Apports en vitamines et oligoéléments : alimentation variée

6 Nutrition et vigilance

7 Somnolence post-prandiale et réduction des performances surtout après ingestion de glucides (niveau de vigilance et de performance meilleur après ingestion de protéines) Baisse de vigilance en fin de matinée meilleurs résultats de mémorisation lors de la prise dun petit-déjeuner Manque dapport calorique : risque de somnolence, baisses des performances, malaises hypoglycémiques

8 Nutrition et vigilance Lien étroit entre les apports nutritifs et les stades du sommeil : o Hydrates de carbone : sommeil ondes lentes (insuline) o Protéines : sommeil paradoxal (somatostatine)

9 Nutrition et vigilance Place de l Alcool 11,5 L d alcool pur / habitant / an provoque une baisse de la vigilance et tr. du comportement. 10 % des accidents de travail sont imputables à une alcoolisation provoque une baisse de la vigilance et tr. du comportement. 10 % des accidents de travail sont imputables à une alcoolisation favorise un excès pondéral favorise un excès pondéral Rôle du médecin du travail : dépistage, persuasion.. Rôle du médecin du travail : dépistage, persuasion..

10 Le mode alimentaire français 3 principaux repas Le petit-déjeuner : souvent pris à la hâte, trop riche en sucres, limité à une boisson chaude. 20 % de l apport calorique global. Le petit-déjeuner : souvent pris à la hâte, trop riche en sucres, limité à une boisson chaude. 20 % de l apport calorique global. Le déjeuner : riche en sucres, abondant. Souvent le seul repas. 40 % de la ration globale. Le déjeuner : riche en sucres, abondant. Souvent le seul repas. 40 % de la ration globale. Le dîner : même composition que le déjeuner.30 % de la ration totale. Le dîner : même composition que le déjeuner.30 % de la ration totale. La collation : prise le matin ou l après-midi. Correspond souvent à 30 % de la ration calorique globale.

11 Le mode alimentaire français Particularités BTP : « la gamelle »: peu variée, facile à réchauffer, composée de féculents, de sauce grasse, « la gamelle »: peu variée, facile à réchauffer, composée de féculents, de sauce grasse, consommation importante de pain, consommation importante de pain, consommation dalcool ( 0,5 à 1 l de vin). consommation dalcool ( 0,5 à 1 l de vin).

12 Les erreurs alimentaires en milieu de travail Répartition : Répartition : petit-déjeuner insuffisant, petit-déjeuner insuffisant, casse croûte trop calorique, casse croûte trop calorique, déjeuner trop abondant. déjeuner trop abondant. Organisation des locaux destinés aux repas : absents, mal conçus, sales. Organisation des locaux destinés aux repas : absents, mal conçus, sales.

13 Alimentation et travail posté

14 20 % de la population active Industries en « continu »: sidérurgie, métallurgie. Industries en « continu »: sidérurgie, métallurgie. Certains services : hôpitaux, sécurité, transports, communication, énergie. Certains services : hôpitaux, sécurité, transports, communication, énergie. Elargissement du travail de nuit aux femmes. Elargissement du travail de nuit aux femmes.

15 Influence des horaires sur la métabolisation des repas : Modifications physiologiques induites par la prise dun repas nocturne ralentissement de la vidange gastrique ralentissement de la vidange gastrique diminution de la thermogénèse postprandiale diminution de la thermogénèse postprandiale tolérance glucidique diminuée tolérance glucidique diminuée augmentation de lélévation des TG postprandiale augmentation de lélévation des TG postprandiale augmentation CT, LDL, rapport LDL/HDL augmentation CT, LDL, rapport LDL/HDL risque accru de maladie athéromateuse risque accru de maladie athéromateuse Alimentation et travail posté

16 Retentissement sur les habitudes alimentaires : Retentissement sur les habitudes alimentaires : Pas de modification de lapport énergétique MAIS apport alimentaire extra-prandial représentant 20 % de lapport énergétique (casse-croûte, grignotage).

17 Alimentation et travail posté 3 pathologies liées à lalimentation des travailleurs postés : o Instabilité pondérale : surpoids, obésité o Ischémie coronarienne (multifactoriel, tabac !) o Troubles gastro-intestinaux : dyspepsie, douleurs abdominales, tr. de lappétit, ulcères Présents chez les sujets intolérants au travail posté Phénomènes de désynchronisation des sécrétions gastriques, des activités enzymatiques, troubles de la motilité intestinale.

18 Conseils nutritionnels : à adapter selon les ATCD, facteurs de risque et habitudes alimentaires du salarié à adapter selon les ATCD, facteurs de risque et habitudes alimentaires du salarié au mieux, lors de lembauche (souvent lors apparition troubles) au mieux, lors de lembauche (souvent lors apparition troubles) prendre en compte le travail et ses caractéristiques (charge physique, rythme des rotations, ambiance thermique, monotonie, stress, possibilités et conditions de restauration) prendre en compte le travail et ses caractéristiques (charge physique, rythme des rotations, ambiance thermique, monotonie, stress, possibilités et conditions de restauration) déterminer les objectifs : stabilisation pondérale, prévention dune pathologie, amélioration de la vigilance ou du sommeil déterminer les objectifs : stabilisation pondérale, prévention dune pathologie, amélioration de la vigilance ou du sommeil Nutrition et travail posté

19 Trois grands principes : 1. Conserver un rythme diurne des trois repas 2. Respecter le collation de nuit (ressentie comme un besoin, 2-4h du matin) 3. Contrôler la ration afin de prévenir les troubles du métabolisme lipidique postprandial (limitation des sucres rapides, graisses animales et alcool) Pièges à éviter : - ne pas manger trop vite - éviter le grignotage - éviter les excès de café Nutrition et travail posté

20 Horaires stables Horaires stables Travail de nuit repas complet la nuit, non gras + collation légère au réveil collation légère au réveil OU OU collation légère la nuit collation légère la nuit + collation au réveil (12h-13h) collation au réveil (12h-13h) Horaires alternants Horaires alternants maintenir lhoraire du repas de base (pris à la maison) Si travail de nuit : déjeuner et dîner plus légers déjeuner et dîner plus légers + collation la nuit collation la nuit+ collation au retour du travail collation au retour du travail

21 Conseils aux employeurs : Rythme et durée pauses adaptés aux contraintes de poste Rythme et durée pauses adaptés aux contraintes de poste Salles de pauses agréables, a proximité des lieux de travail, équipées pour le réchauffement des plats (micro-ondes) Salles de pauses agréables, a proximité des lieux de travail, équipées pour le réchauffement des plats (micro-ondes) Distributeurs de boissons sur lieux de travail : choix adapté aux besoins Distributeurs de boissons sur lieux de travail : choix adapté aux besoins Distributeurs de collation Distributeurs de collation Affichage de conseils nutritionnels, distribution de brochures, possibles réunions dinformations Affichage de conseils nutritionnels, distribution de brochures, possibles réunions dinformations Nutrition et travail posté

22 Alimentation et ambiances thermiques

23 Nutrition et travail en ambiance froide Adaptation de l organisme en ambiance froide : Astreinte thermostatique : pour limiter les pertes, baisse de la T° cutanée aux extrémités. Astreinte thermostatique : pour limiter les pertes, baisse de la T° cutanée aux extrémités. Astreinte circulatoire : baisse du flux sanguin cutané. Astreinte circulatoire : baisse du flux sanguin cutané. Astreinte métabolique : augmentation de production de chaleur corporelle (frissons, activité musculaire volontaire). Astreinte métabolique : augmentation de production de chaleur corporelle (frissons, activité musculaire volontaire).

24 Nutrition et travail en ambiance froide Peu de modification des besoins énergétiques pas dadaptation calorique à préconiser pas dadaptation calorique à préconiser Besoin socioculturel de consommer des boissons chaudes (café, thé, potage) Besoin socioculturel de consommer des boissons chaudes (café, thé, potage) Information et dénonciation de lidée que « lalcool réchauffe » Information et dénonciation de lidée que « lalcool réchauffe »

25 Nutrition et travail en ambiance chaude Adaptation de lorganisme en ambiance chaude : Augmentation du débit cardiaque Augmentation du débit cardiaque Vasodilatation, sudation Vasodilatation, sudation Perte d eau et d électrolytes (500 g d eau par heure). Perte d eau et d électrolytes (500 g d eau par heure).

26 Nutrition et travail en ambiance chaude Peu de modification des besoins énergétiques pas dadaptation calorique à préconiser pas dadaptation calorique à préconiser Attention aux pertes hydro-éléctrolytiques : shydrater avant la sensation de soif shydrater avant la sensation de soif compenser les pertes ioniques en salant les repas compenser les pertes ioniques en salant les repas boissons fraîches mais non froides boissons fraîches mais non froides

27 Conclusion Influence des conditions de travail sur les comportements alimentaires Influence des conditions de travail sur les comportements alimentaires Interventions individuelles et/ou collectives Interventions individuelles et/ou collectives Importance du dépistage des troubles débutants Importance du dépistage des troubles débutants Rôle du CHSCT Rôle du CHSCT Campagne dinformation, aménagements lieu travail Campagne dinformation, aménagements lieu travail

28 Conclusion Sassurer que les actions entreprises sont adaptées : aux individus : comportement alimentaire trouvant son origine dans léducation, lhistoire et la vie personnelle de chacun. aux individus : comportement alimentaire trouvant son origine dans léducation, lhistoire et la vie personnelle de chacun. à lentreprise : procédés de fabrication, horaires, conditions de travail sous-tendues par des contraintes économiques. à lentreprise : procédés de fabrication, horaires, conditions de travail sous-tendues par des contraintes économiques.

29 BON APPETIT !


Télécharger ppt "NUTRITION ET TRAVAIL Camille Cinqualbre Anne-Sophie Wasmer JDV Nancy 3,4 et 5 octobre 2005."

Présentations similaires


Annonces Google