La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lombalgies Ph. Vinceneux. 2 Rachialgies : généralités n Cervicalgies, dorsalgies, lombalgies n Symptômes d étiologies très diverses n Banalité ++ : rachialgies.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lombalgies Ph. Vinceneux. 2 Rachialgies : généralités n Cervicalgies, dorsalgies, lombalgies n Symptômes d étiologies très diverses n Banalité ++ : rachialgies."— Transcription de la présentation:

1 Lombalgies Ph. Vinceneux

2 2 Rachialgies : généralités n Cervicalgies, dorsalgies, lombalgies n Symptômes d étiologies très diverses n Banalité ++ : rachialgies # 10% actes med. gen. 70% des français 1 lombalgie…. n Prédominance ++ rachialgie communes…, n Mais aussi graves (rachis et extra-rachis) n approche méthodique reposant ++ sur interrogatoire et examen clinique ± Rx

3 3 Lombalgies : orientation diagnostique Interrogatoire n Age, profession, activités physiques n Antécedents pers.: K, Hémopathie, ostéoporose, trt corticoïde, infection, entérocolopathie, psoriasis, talalgies, uvéite, neurofibromatose... n Atcd. familiaux : scoliose, spondylarthropathie… n Siège douleur ± irradiations (radiculalgie ?) n Caractéristiques de la douleur +++

4 4 Lombalgies : orientation diagnostique Caractéristiques de la douleur 1 n Horaire ++ (rythme) –Mécanique : effort, marche, mv. rachidiens; max. fin journée ; calmées par le repos –Inflammatoires : nocturnes + réveil (2ème partie nuit), lever, raideur matinale > 1/2 heure. n Intensité : quantification par EVA, EN ou échelle verbale suivi de l efficacité des trts

5 5 Lombalgies : orientation diagnostique Caractéristiques de la douleur 2 n Caractère impulsif (hernie discale ??…) n Retentissement socio-professionnel et psycho-affectif n Effet des trts (antalgiques, AINS..) n Association symtomatique : –Altération de l état général, fièvre… –Claudication artérielle des MI (anévrysme..) –Pathologie viscérale associée (K, infection….)

6 6 Lombalgies : orientation diagnostique Examen clinique : étape essentielle n Examen du rachis, n Examen général : –Examen neurologique (membres inf. ++) –+ organes de voisinage : Abdomen pelvis

7 7 Lombalgies : orientation diagnostique Examen du rachis 1 n Inspection : –Morphotype, trophicité musculaire –Statique rachidienne : Plan frontal : scoliose Plan saggital : cyphose dorsale, hyperlordose lombaire Att. antalgique (rectitude, torsion, latéro-flexion) n Palpation –Contracture paravertébrale –Point douloureux (épineuse, art. post...) ± sonnette

8 8 Lombalgies : orientation diagnostique Examen du rachis 2 n Etude des mouvements : –raideur ? –douleur par mouvements ?? –Contracture paravertébrale ? n Etage lombaire : DMS, Schober, inflexion latérale, extension. Gibbosité en antéflexion = scoliose.

9 9 Lombalgies : orientation diagnostique Examen du rachis 3 n Examen neurologique : –Douleur lombaire haute: signes de compression médullaire ?? –Douleur lombo-sacrée : de la queue de cheval ? –Quel que soit le niveau : radiculaire ? ( topographie vertébrale..) Sensitif : paresthésies ± signes objectifs Moteur : chiffrer de 1 à 5 Réflexe : diagnostic topographique

10 10 Lombalgies : Examens complémentaires n Examens fonction des données de l interrogatoire et examen clinique n Rachialgie aiguë sujet jeune : pas d examen en première intention. n Pas d examen systématique

11 11 Lombalgies : Examens complémentaires n Radiographies : statique, vertèbres, disques, parties molles –R. lombaire : F+ P – ± bassin face ¾, c. centré charnière. n Ex. biologiques : VS + NFS si patho. Inflamm. n Autres (scanner, IRM…) : si justification, et jamais en première intention.

12 12 Lombalgies : Bilan initial clinico- radiologique n Au terme du bilan : évoqué, ou réponse à 2 questions : –Existe-t-il un syndrome rachidien ? (raideur et/ou douleur par mobilisation du rachis) : Douleurs non influencées par mobilisation rachidienne pathologie extra-rachidienne ?? –Douleur de rythme inflammatoire ou de rythme mécanique ??

13 13 Lombalgies sans rachidien. Etiologies n Origine vasculaire Anévrysme, dissection aorte n Origine péritonéale Pathologie rénale : K, tumeur, abcès Fibrose rétro-péritonéale Adénopathie prévertébrale (infection, K) n Origine pelvienne Tumeur pelvienne

14 14

15 15

16 16 Rachialgies + Présence dun rachidien caractéristiques de la douleur 1 n Douleur inflammatoire rechercher un rachialgie symptomatique d une affection évolutive n examens complémentaires orientés par l anamnèse, l examen clinique et les résultats des examens de débrouillage

17 17 rachidien + douleur inflammatoire Eléments à prendre en compte n Terrain : atcd (K, infection, spondylarthropathie), âge (> 50 ans : K, infection ; < 40 ans : spondarthropathie) n Douleur tenace et résistante = tumeur ? n Sensibilité AINS : spondylarthropathie ? n Altération de l état général : tumeur ? n Fièvre : infection ou tumeur ? n S. Neuro: compl. médull., queue cheval : tumeur? n VS : infection, tumeur, spondylarthropathie ? n Anomalies rx : lyse, condensation : tumeur; tassement : tumeur, OP; fuseau : spondylodiscite ?

18 18 rachidien + douleur inflammatoire Principales étiologies 1 n Tumorales –T. malignes : métastases, myélome, autres (plasmocytome, lymphome, sarcome, chordome..) –Epidurites néoplasiques –Tumeurs bénignes : Rachidiennes : ostéome ostéoïde, t. cell. Géantes, angiome, kyste anévrysmal, granulome éosinophile.. Intrarachidiennes : neurinome, méningiome, épendymome

19 19 rachidien + douleur inflammatoire Principales étiologies 2 n Inflammatoires –Spondylarthropathies (SPA, rh. Pso., SAPHO, entérocolopathies…) n Infectieuses –Spondylodiscite à germe banal –Spondylite et spondylodiscite tuberculeuse –Epidurite infectieuse

20 20

21 21

22 22

23 23

24 24

25 25 Lombalgies + Présence dun rachidien caractéristiques de la douleur 2 n Douleur mécanique lombalgie « commune », si tassement vertébral éliminé après 50 ans. n Tassement par ostéopathie maligne : douleurs inflammatoires préalables n > 50 ans : tassement ou fr. sacrum possible + ostéopathie raréfiante (OP, OM, HPT1..)

26 26 Lombalgies : tassement vertébral métabolique n OP typique : F. > 60 ans + chute ( âge intensité traumatisme) n taille n RX : intégrité mur et arc postérieurs +++ n Trt : repos + antalgiques n Régression douleurs : semaines n Douleurs résiduelles : tr. statique (cyphose)

27 27

28 28 Lombalgies par lombalgie commune n Grande majorité des rachialgies n Lombaires > cervicales > dorsales n Détérioration éléments rachidiens et péri-rachidiens ; mécanisme mal connu n 2 situations : –Lombalgies aiguës ++ : évolution favorable –Lombalgies chroniques : >3 mois

29 29 Epidémiologie des lombalgies communes n CREDOC 1995 : 70% lombalgies (vie) et 47% ont souffert dans le mois précédent. n Lombalgie = 6 M. consult/an; M général. 90% n 3ème cause consult. H (7%); 6ème F (6%) ; # 1/3 actes kiné ; # 2,5% médicaments ; 5 -10% actes radiologie. n 13% Acc. travail ; 1ère cause invalidité < 45 ans ; 1ère cause AT (moy. 33 j.) = perte j/an ; 1ère cause mal. profession.

30 30 Lombalgie aiguë Facteurs de risque n Risque avec âge > 45-50ans n Pénibilité au travail et hors (charges lourdes, postures, vibrations, répétition gestes..) n Facteurs psycho-sociaux au travail (fatigue, monotonie, faible satisfaction, insécurité emploi..) n Fréquence : actifs > inactifs ; manuels > cols blancs. Ouvriers BTP, métiers transports ; femmes : IDE et AS ++

31 31 Lombalgie aiguë Aspects cliniques n Le + souvent : lumbago aigu n Soulèvement ou faux mouvement… n Sensation blocage rachidien n Douleur mécanique, impulsive n Raideur segmentaire + cassure n Points douloureux + contracture para- vertébrale

32 32 Lombalgie aiguë Examens complémentaires n < 50 ans : si la clinique ne laisse aucun doute : aucun examen complémentaire n est utile n > 50 ans : radiographies standard (éliminer un tassement vertébral++)

33 33 Lombalgie aiguë Evolution n Guérison : majorité des pts : < 1 sem. ; 90% qques sem. n AT : 75-90% pts reprennent le travail < 4ème semaine n # 1/3 pts = récidives (parfois plusieurs/an..) n Récidives gène vie quotidienne… n Tolérance : liée + aux facteurs psycho- sociaux et professionnels qu aux facteurs anatomiques… (identifiables < 20% des cas)

34 34 Lombalgie aiguë Traitement n Consensus actuel : prise en charge minimale bon pronostic n Antalgiques (niveau 1 ou 2), AINS n Pas de rééducation, manip. Infiltration à ce stade n Poursuite activités habituelles dans la limite des douleurs n Si douleur + : orthèse rigide ?

35 35 Lombalgies chroniques Aspects cliniques n Définition : lombalgie > 90 j. (inquiétude si persistance > 6 sem ou récidives) n Lombalgie aiguë lombalgie chronique = 5 à 10 % des patients n Coût des lombalgies chroniques = 85 % de l ensemble des lombalgies

36 36 Lombalgies chroniques Facteurs de risques n Intensité douleur initiale n Facteurs médico-légaux (accident travail, litige..) n Facteurs professionnels (insatisfaction, faible qualification..) n Facteurs socio-économiques (faible niveau éducatif, difficultés linguistiques, faible niveau de ressources..)

37 37 Lombalgies chroniques Examens complémentaires n Rx : confirment la clinique (bénignité) –Aide au diagnostic –Risque : attribuer les symptômes à des anomalies non pathologiques –Éviter la multiplication des examens complémentaires…. et les interventions non justifiées (hernie discale sur scanner, sans rapport avec la symptomatologie…)

38 38 Lombalgies chroniques Etiologies n > 50 % des cas : pas de Dg lésionnel trt purement symptomatique n Dg lésionnel : interêt si trt spécifique n Lombalgies purement fonctionnelles : exceptionnelles n Aggravation par dépression, anxiété, hystérie, hypochondrie : fréquente

39 39 Lombalgies chroniques Etiologies n Discopathie, discarthrose : notion lumbagos, impulsivité, contracture. n AAP : F. > 60 ans, hyperextension douloureuse, point douloureux infiltration (sous rx) n A. interépineuse (Baastrup) : hyperlordose douloureuse infiltration n de Maigne : Points douloureux : D12-L1 et crête iliaque + cellulalgie manipulation ou infiltration articulaire post. D12-L1

40 40 Lombalgies chroniques Etiologies n Spondylolisthésis (dégénératif ou lyse) : douleurs par corset rigide (exceptionnellement arthrodèse) n Déformation rachidienne (scoliose) : tractions ? Chirurgie ?? (exceptionnelle) n Lombalgies post-discectomie, post- nucléolyse

41 41 Lombalgies chroniques Traitement n Traitement préventif : éducation personnes exposées, conditions de travail…. Sport, renforcement musculaire, lombostat systématique = pas d effet protecteur n Trt symptomatique : antalgiques, anti- dépresseurs. Port intermittent coutil baleiné. n Masso-kinésithérapie ++ : verrouillage lombo-sacré, renforcement abdominal, étirements m. sous-pelviens. Programmes de réadaptation intensive + réadaptation physique et psychologique.

42 42 Lombalgies : l essentiel n Prise en charge = analyse clinique +++ n 3 situations particulières : –Pas de rachidien : Pathologie extra- rachidienne? – rachidien + douleurs inflammatoires : rachialgie symptomatique ? – rachidien + douleurs mécaniques : tassement vertébral ?

43 43 Lombalgies : l essentiel n Lombalgies communes –Mécanismes mal définis –Corrélation clinique-rx souvent abusive –F. aiguës : évolution rapidement favorable –F. chroniques (lombaires++) : rebelles AT prolongés, incapacité, coûts santé… Message positif sur bénignité, récupération possible, absence nécessité Rx, inactivité nocive, intérêt reprise activité.


Télécharger ppt "Lombalgies Ph. Vinceneux. 2 Rachialgies : généralités n Cervicalgies, dorsalgies, lombalgies n Symptômes d étiologies très diverses n Banalité ++ : rachialgies."

Présentations similaires


Annonces Google