La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

HYPERTHERMIE Diagnostic & Prise en charge en pédiatrie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "HYPERTHERMIE Diagnostic & Prise en charge en pédiatrie."— Transcription de la présentation:

1 HYPERTHERMIE Diagnostic & Prise en charge en pédiatrie

2 Température centrale >37,5° le matin et/ou >37,8° le soir (dans les conditions basales de repos) Définition

3 La fièvre aiguë chez lenfant =Symptôme très fréquent Diagnostic guidé par un examen clinique complet qui orientera éventuellement les investigations complémentaires Thérapeutique, parfois urgente, car la fièvre peut avoir des conséquences graves chez le nourrisson Il nexiste pas de parallélisme entre limportance de la fièvre et la gravité de laffection causale Introduction (1)

4 Infectieuse La plus fréquentes demeure linfection, grave ou bénigne, bactérienne ou virale Métabolique, Inflammatoire ou Néoplasique Introduction (2)

5 SELON LAGE Nouveau né: la fièvre peut faire défaut voire hypothermie (infections graves) Petit nourrisson: risque neurologique Mieux supportée par lEnfant Caractéristiques (1)

6 Décrire la fièvre Accès brefs ou fièvre prolongée Allures variables : simple fébricule, fièvre en plateau, oscillante, intermittente … Préciser Le niveau, la durée, lallure, le mode dinstallation (brutal ou progressif) et... la tolérance Caractéristiques (2)

7 Frissons pouvant traduire des décharges de bactéries ou une suppuration profonde; Douleurs (rachialgies ou myalgie); Sueurs; Altération de létat général (amaigrissement, asthénie…) Symptomatologie fonctionnelle pourra orienter vers une localisation : dysphagie, toux et/ou dyspnée, troubles digestifs, arthralgies, syndrome méningé, signes fonctionnels urinaires… Lexamen complet par appareil, devra sattacher à rechercher les signes dune localisation infectieuse (ORL notamment ) Signes daccompagnement

8 La gravité de lhyperthermie réside dans le risque de voir survenir surtout chez le nourrisson deux Complications: La déshydratation Cette perte sera souvent aggravée par un défaut dhydratation (manque dapport refus de boire) Le plus souvent les troubles digestifs associés aggravent rapidement cette déshydratation Conséquences (1)

9 Conséquences (2) La gravité de lhyperthermie réside dans le risque de voir survenir surtout chez le nourrisson deux Complications: Les convulsions hyperthermiques La brutalité du décalage thermique en est responsable chez le nourrissons prédisposés elle réclame un traitement symptomatique durgence et ultérieurement une thérapeutique préventive

10 Déshabillage, enfant dévêtu Pièce qui ne dépasse pas 20°C Hydratation suffisante : apport supplémentaire de boisson, en particulier nocturne Donner un bain 2°C en dessous de sa température corporelle Traitement Mesure dhygiène et moyens physiques

11 La paracétamol : 60 mg/kg/j en 4 prises. La voie orale est préférable, mais la voie rectale est possible. La voie injectable (Perfalgan®) peut être administrée à des posologies de 60 mg/kg/j en 4 prises Laspirine : 50 à 80 mg/kg/j en 4 à 6 prises. La voie orale est préférable LIbuprofène (Advil) dose kg x 4/j à utiliser en 2 ème intention. Traitement Moyens médicamenteux

12 Définition Température centrale >37,5° le matin et/ou >37,8° le soir (dans les conditions basales de repos) évoluant depuis > 5 jours Fièvre prolongée (1)

13 Interrogatoire très rigoureux Mode de prise de température (par les parents ou non) Type de fièvre Régime alimentaire sil sagit dun nourrisson Retentissement sur létat général Symptomatologie fonctionnelle daccompagnement Contage possible dans lentourage Traitement éventuellement institués Vaccinations (BCG…) Fièvre prolongée (2)

14 Un examen clinique complet et minutieux comportant obligatoirement un examen ORL Parfois… Des examens complémentaires minimum : VS, CRP, procalcitonine, hémogramme, ECBU, radiagraphie du thorax, réactions tuberculiniques et dautre guidés par la clinique (hémoculture, séro- diagnostics…) Conduite à tenir

15 La fièvre est elle authentique ? Thermopathomimie : exclusivement observée chez lenfant dâge scolaire, plus souvent fille que garçon contrôle des prises thermiques du caractère normal prise en charge psychothérapie Confirmer la fièvre (1)

16 La fièvre est elle organique ? L exercice musculaire peut être responsable de fièvre par augmentation de la thermogenèse (conditions de repos) La thermolyse est parfois déficiente (chauffage excessif)... congénitale Fièvre iatrogène (pénicilline, anticonitiaux…) Confirmer la fièvre (2)

17 Linfection+++ ORL : rhinopharyngite, adénite compliquée ou non, otite moyenne Respiratoire : pneumopathie Infection urinaire : pyélonéphrite, néphrite Foyer profond Virales : EBV, CMV, toxoplasmose Rares: Primo infection tuberculeuse ou fièvre tyroïde Etiologies (1) Nourrissons

18 Les fièvres métaboliques Déshydratation : gastro-entérite, « coup de chaleur », mucoviscidose, diabète insipide Les fièvre dorigine neurologique Dérèglement thermique chez certains encéphalopathes ou chez des nourrissons porteurs de malformations cérébrales ou dhématome sous dural chronique Le syndrome de Kawasaki Dorigine vasculaire: hyperthermie prolongée, exanthème, glossite et chéilite, adépathies. Risque de complications cardiovasculaires (anévrismes coronariens et mort subite) Etiologies (2) Nourrissons

19 Linfection+++ Les infections ORL demeurant fréquentes à cet âge et les sinusites surtout maxillaires Les pneumopathies, bactériennes ou virales Primo infection tuberculeuse (contage – RP – IDR) surtout si contexte La typhoïde (du retour de vacances…) la brucellose (rare chez lenfant) Etiologies (3) Enfants

20 Etiologies (4) Enfants Lendocardite : diagnostic repose sur les hémocultures (cardiopathie congénitale ou dune valvulopathie) Labcés cérébral : favorisé par infections ORL ou cardiopathie congénitale cyanogène (clinique, bio, fond dœil, EEG et scanner cérébral Infections virales EBV, CMV, hépatite A, toxoplasmose, paludisme (voyage, migrant… recherche de lhématozoaire frottis sanguin ou goutte épaisse)

21 Etiologies (5) Enfants Les affections malignes Leucémie aiguë : parfois fièvre isolée (rechercher des manifestations associées, pâleur, splénomégalie, adénopathie,... NFS, myélogramme Lymphome (maladie dHodgkin) : fièvre au long cours (rechercher des adénopathies superficielles et profondes, radio, examen anatomopathologique dun ganglion périphérique Les tumeurs malignes : fièvre prolongée (neuroblastome)

22 Etiologies (6) Enfants Les collagénoses Lupus: rare - altération fébrile de létat général, syndrome poly-articulaire et signes cutanés, localisations viscérales diverses, rénales notamment On recherchera des anticorps antinucléaires, anti DNA… Rhumatisme chroniques: périartérite noueuse, dermatomyosite


Télécharger ppt "HYPERTHERMIE Diagnostic & Prise en charge en pédiatrie."

Présentations similaires


Annonces Google