La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENSEIGNER LHISTOIRE DES ARTS Une ressource locale: la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez MAI 2010 Septembre 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENSEIGNER LHISTOIRE DES ARTS Une ressource locale: la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez MAI 2010 Septembre 2010."— Transcription de la présentation:

1

2 ENSEIGNER LHISTOIRE DES ARTS Une ressource locale: la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez MAI 2010 Septembre 2010

3 Lenseignement de lhistoire des arts est introduit parmi les disciplines denseignement existantes ; obligatoire depuis lécole primaire jusquau baccalauréat. Il est un enseignement de culture partagée. Il instaure des situations pédagogiques nouvelles et favorise le dialogue entre les disciplines. il est fondé sur une approche pluridisciplinaire et transversale. En vigueur depuis la rentrée scolaire 2008, les programmes et les horaires de l'école primaire sont publiés au BO hors-série n°3 du 19 juin 2008.

4 Les ressources proposées pour faire la classe sont : un encart au BO n°32 du 28 août 2008 portant sur lorganisation de lenseignement de lhistoire des arts une liste dexemples dœuvres des pistes pour la mise en œuvre des ressources proposées par le ministère de la Culture et de la Communication

5 Interdisciplinaire, lenseignement de lhistoire des arts portera sur lensemble du champ artistique et culturel. Il prendra appui sur le contact direct avec des œuvres. Certaines œuvres, considérées comme majeures pour la culture historique nationale ou européenne, seront étudiées par tous les élèves afin de contribuer à la formation dune culture commune.

6 lenseignement de lhistoire des arts sappuie sur 3 piliers : 1/ Les périodes historiques 2/ Les 6 domaines artistiques 3/ La liste de référence

7 1/ Les périodes historiques La Préhistoire et lAntiquité Gallo-Romaine Le Moyen Age Les Temps Modernes Le XIXème siècle Le XXème siècle et notre époque

8 2/ Les 6 domaines artistiques Les « arts de lespace » : architecture, arts des jardins Les « arts du visuel » : arts plastiques, cinéma, photographie Les arts du langage : littérature (récits et poésies) Les arts du quotidien : design, objets dart Les arts du son : musique (instrumentale, vocale) Les arts du spectacle vivant : théâtre, danse, cirque, marionnettes

9 3/ La liste de référence La liste dexemples dœuvres est téléchargeable. On peut garder cependant une certaine latitude pour en faire l'usage qui paraîtra le mieux adapté à la situation locale, au niveau des élèves, aux outils disponibles, à la progression conçue au cycle 3. On peut également la compléter en fonction des ressources artistiques et culturelles locales : musées, patrimoine architectural, écoles d'art, de musique, de danse, de théâtre, etc.

10 les objectifs généraux sont : Doffrir à tous les élèves des situations de rencontres sensibles et réfléchies avec des œuvres relevant de différents domaines artistiques, de différentes époques et civilisations De les amener à se construire une culture personnelle à valeur universelle fondée sur des œuvres de référence De leur permettre progressivement au rang « damateurs éclairés » maniant de façon pertinente un premier vocabulaire sensible et technique, maîtrisant des repères essentiels dans le temps et dans lespace et appréciant le plaisir que procure lart De les aider à franchir spontanément les portes dun musée, dune salle de concert…et de tout autre lieu de conservation, de création et de diffusion du patrimoine artistique (en favorisant les lieux de proximité locaux) De donner des éléments dinformation sur les métiers liés aux domaines des arts et de la culture

11 Les objectifs à lécole primaire Susciter la curiosité de lélève, développer son désir dapprendre, stimuler sa créativité, notamment en lien avec une pratique sensible Développer chez lui laptitude à voir, à entendre et à écouter, observer, décrire et comprendre Enrichir sa mémoire de quelques exemples diversifiés et précis dœuvres constituant autant de repères historiques Mettre en évidence limportance des arts dans lhistoire de France et dEurope.

12 Lorganisation Au C1 et C2 : lenseignement de lhistoire des arts se saisit de toutes les occasions daborder des œuvres dart autour de quelques repères historiques. Les œuvres sont choisies de « manière buissonnière » par les enseignants. A partir du C3 le volume horaire annuel consacré à Lenseignement de lhistoire des arts est de 20 heures.

13 les acquis attendus A la fin du C3, lélève aura étudié un certains nombre dœuvres relevant de la liste de référence, appartenant aux 6 grands domaines artistiques et à chacune des périodes historiques. Ce faisant, lélève aura acquis en liaison avec le socle, des connaissances, des capacités et des attitudes. Des connaissances / Lélève connaît : Des formes dexpression, matériaux, techniques et outils, un premier vocabulaire spécifique Un certain nombre dœuvres patrimoniales ou contemporaines Des grands repères historiques Des capacités / Lélève est capable : De mobiliser ses connaissances pour parler de façon sensible dœuvres dart Dutiliser des critères simples pour aborder ces œuvres avec laide des enseignants Didentifier les œuvres étudiées par leur titre, le nom de lauteur, lépoque à laquelle cette œuvre a été créée Déchanger des impressions dans un esprit de dialogue Des attitudes / Elles impliquent : Curiosité et créativité artistiques Initiation au dialogue et à léchange Une première découverte de la diversité culturelle des arts et des hommes

14 Sainte-Croix, un site de proximité, répondant à lenseignement de lhistoire des arts : 2 périodes historiques : - Le moyen-âge - Les temps modernes : la renaissance, le baroque, le classique 6 grands domaines artistiques : Les arts du visuel, du langage, de lespace, du quotidien, du son et du spectacle vivant.

15 Les arts du visuel : arts plastiques, cinéma, photographie

16 La Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez Au cœur du Pilat, fondée en 1280 Chartreuse de la Verne (Var)

17

18 Le monastère de Sainte-Croix

19 Pour aller plus loin : - Lectures de paysages - Comparaison avec dautres monastères … de lordre des chartreux dautres ordres religieux

20 La chartreuse de Valdemossa (Majorque) Monastère Bénédictin

21 Labbaye du Mont Saint Michel (Manche) Moines de lordre de la fraternité monastique de Jérusalem

22 FONDATION DU MONASTERE DE SAINTE CROIX EN 1280 À partir de recherches historiques ORGANISATION DE LA SOCIETE A CETTE EPOQUE À partir de carte, denluminures et de maquette

23

24

25 Alain Rivory

26

27 À partir denluminures…

28

29 À partir de maquette : St-Ennemond (le vieux St-Chamond) Vue en 1644

30 Saint- Ennemond, un lien fort avec lhistoire : une généalogie commune entre le vieux Saint- Chamond et Sainte- Croix –en –Jarez Jean II seigneur de Saint Chamond, donateur des stalles de Sainte-Croix en 1532 est le descendant de la fondatrice du monastère, Béatrix de la Tour en 1280.

31 Comment les stalles de St-Ennemond, sont-elles arrivées à Ste Croix ? Recherches généalogiques et réponses…

32 Une recherche fabuleuse…

33

34 Étude des blasons et des portraits

35

36 Pour aller plus loin, comparons :

37 Jouons…

38 Louie (orgue) « à mon seul désir » À partir de tapisseries… Et encore plus loin…

39 Les arts du langage : littérature (récits et poésies)

40 Des histoires à découvrir, textes et poèmes…

41

42

43 Des romans… Le roman de Fauvel : Le personnage de l'âne fauve devient figure symbolique pour tromperie et vilainie. La forme et la couleur de la bête, ainsi que le contenu symbolique de son nom sont interprétés de diverses manières. Ainsi les lettres, interprétées comme étant les six principales qualités de FAUVEL (où les lettres V et U sont interchangeables selon l'usage de l'époque): F=Flatterie, A=Avance, U=Vilainie, V=Variété, E=Envie, L=Lâcheté. Le roman de Renart : Le Roman de Renart est un recueil de récits médiévaux français des XII e et XIII e siècles dont les héros sont des animaux qui agissent comme des humains ; le monde animal représente la société du moyen âge. C'est une satire sociale, pittoresque, parfois grivoise ou, à l'inverse, morale, mais le plus souvent réaliste. Il met en scène des animaux dont les deux principaux sont le loup Ysengrin et surtout le goupil Renart, le héros si célèbre. Il est espiègle, facétieux, parfois pervers, et même cruel…Roman de RenartXII eXIII e siècles

44 Les arts de lespace : architecture

45 Clé de voûte de léglise primitive

46

47 Voûte en berceau et voûte en berceau brisé St SerninFontenay, ancienne abbaye cistercienne ( )

48 Voûte darête de la cuisine et de la galerie du cloître de Ste-Croix-en-Jarez

49 Art gothique

50

51 Cathédrale Notre Dame de Paris : larc-boutant

52 Ogive et culot de léglise primitive de Ste-Croix

53 Les culots de la voûte de la cuisine

54

55 Pour aller plus loin, comparons : chapiteaux corinthiens (Université de Charlottesville, Virginie) : ont inspiré les architectes américains du 19 e siècle Temple romain dAuguste et Livie à Vienne (Isère) : fronton, chapiteaux et colonnes…

56 La Renaissance: redécouverte de lantiquité

57 Fronton triangulaire Pilastres en bossage La renaissance et les façades Façades de la chartreuse de la Verne (Var) et de Ste Croix-en-Jarez

58 Façades de la Bâtie dUrfé et du château de Virieu à Pélussin

59 Pour aller plus loin, comparons :

60 La profusion des décors et la primauté de la courbe Art baroque

61

62 Les retables apparaissent au XIe siècle suite à la modification de la place du prêtre lors de loffice. Celui-ci avait coutume de se placer derrière la table dautel, face aux fidèles. A partir du XIe, le prêtre se place entre lautel et les fidèles, tournant le dos à ces derniers. Le regard du prêtre et de ses ouailles se porte donc derrière la table (retro tabula). Cest pourquoi on estime alors utile de faire apparaître des décorations derrière lautel. Lorsque la consécration des églises commence à être étroitement liée à la présence de reliques, des retables reliquaires apparaissent. A la fin du XIVe siècle, les caisses deviennent plus profondes pour recevoir des sculptures et construire un espace en trois dimensions. Laxe du retable (partie centrale) est surélevé. La réalisation dun retable met en jeu la collaboration de nombreux artisans (peintres, ébénistes, sculpteurs, menuisiers...) pour créer les trois parties qui le composent : la caisse, la prédelle et les volets. Le retable de Valloire en Savoie

63 Et aller plus loin…

64 Vocabulaire et site de Sainte- Croix- en- Jarez Arc-boutant : organe formé d'un arc en maçonnerie qui contrebute la poussée latérale des voûtes en croisée d'ogives et les achemine vers le pilier de culée. Arc en plein cintre : arc formé par un demi-cercle. Arc brisé : arc formé de deux demi-arcs symétriques s'appuyant l'un sur l'autre; les tangentes aux deux courbes au point de brisure, sommet de l'arc, faisant un angle plus au moins aigu. Chapiteau : un chapiteau est un élément de forme évasée qui couronne une colonne et lui transmet les charges qu'elle doit porter. Clé de voûte : Une clé de voûte est une pierre placée dans l'axe de symétrie d'une voûte pour bloquer les voussoirs. Contrefort : cest un renfort de maçonnerie saillant et massif élevé sur la face extérieure d'un bâtiment voûté et qui sert à contenir les effets d'une charge ou de la poussée des arcs et des voûtes. Culot : Organe en surplomb portant une charge. Façade à bossages : revêtement mural en grosses pierres grossièrement équarries. Fronton : couronnement pyramidé à tympan et cadre mouluré. Le tympan peut être plus ou moins ajouré ou ne sétendre que sur une partie de la surface définie par le cadre, mais il ny a pas de fronton sans tympan. Le cadre est formé dune corniche et de deux rampants, c'est-à-dire dune corniche horizontale et de deux corniches rampantes. Niche : Renfoncement dans lépaisseur dun mur, théoriquement destiné à recevoir un élément décoratif, et son encadrement. Par sa place dans la composition, la niche peut être assimilée à une variété de baie. Ogive : arc en nervure allant dun point dappui à un autre point dappui en passant par la clé de voûte. Ordre corinthien : cest un des trois ordres architecturaux grecs, dont le caractère est surtout déterminé par une grande richesse déléments et un chapiteau décoré de deux rangées de feuilles dacanthe. Ogive : arc en nervure allant dun point dappui à un autre point dappui en passant par la clé de voûte.

65 Ordre corinthien : cest un des trois ordres architecturaux grecs, dont le caractère est surtout déterminé par une grande richesse déléments et un chapiteau décoré de deux rangées de feuilles dacanthe. Ordre dorique : cest le plus simple, le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leur chapiteau à échine plate (nue, sans décors), par leur fût orné de 20 cannelures et par l'absence de base (pour le dorique grec). Ordre ionique : se caractérise notamment par son chapiteau à volutes, par son fût orné de 24 cannelures et par sa base moulurée. Pilastre : Membre vertical formé par une faible saillie rectangulaire dun mur et ayant, par sa composition et par sa fonction plastique, les caractéristiques des supports. Il est généralement muni dune base et dun chapiteau. Porche : Pièce ou galerie devant lentrée dun bâtiment formant habituellement avant-corps bas (ayant sa couverture propre) devant la façade du bâtiment quil commande. Voussoir : un voussoir est une pierre de taille en forme de coin formant lappareillage dun arc, dune voûte ou dune arcade. Voûte : ouvrage maçonné, construit entre des appuis, couvrant un espace. La voûte travaille comme larc et transmet à ses appuis des forces obliques. Voûte darêtes : voûte constituée de quartiers dont les rencontres forment des arêtes saillantes se recoupant à un faîte commun. Elle se caractérise par le recoupement de deux berceaux qui se croisent à angle droit. Voûte en berceau : cest une voûte qui présente la face de son arc (ou intrados) faite dune courbure constante. Son origine est larc en plein cintre. Elle est la plus simple et la plus fréquente des voûtes.

66 Et aller plus loin

67 La peinture gothique

68 Insérer la diapo sur les pigments

69 DEUX TECHNIQUES DIFFERENTES : La détrempe utilisée à Sainte-Croix La fresque

70

71 Contrairement à la détrempe, les pigments sont posés sur un enduit frais. Au séchage, le processus chimique de « carbonatation » rend la fresque très solide.

72 LE STYLE GOTHIQUE DANS LA PEINTURE MURALE La couleur La représentation spatiale La représentation humaine

73

74

75 Peu de volume corporel, figures très élancées et verticales. Stylisation des visages selon un modèle idéal. Expressivité attribuée à la gestuelle souvent accentuée.

76 Pour aller plus loin… La peinture Renaissance : le martyre de Saint Sébastien à Sainte-Croix-en-Jarez

77 Les arts du quotidien : design, objets dart

78

79 Une stalle à Sainte-Croix. En relevant le siège, on aperçoit sa miséricorde.

80 Pour aller plus loin…

81

82 Pratiques artistiques Cet objet culturel peut être traité selon deux approches : -soit du côté des fonctions et des usages de lobjet : sasseoir, se caller pour se libérer des contraintes physiques et se consacrer entièrement à la prière ; il concerne le domaine du design. -soit du côté de lexpression des personnages ; il concerne alors le domaine des arts plastiques et visuels, ce qui permet de comparer les expressions dans différents objets comme : des dessins de caricatures, des masques, africains ou autres, des sculptures, des portraits peints. Domaine du design Quelques situations : -collecter des informations des documents, des iconographiques, écrits. Ce peut-être, dans son environnement, dans des livres, des musées, des archives historiques, sur internet... -décrire oralement, par écrit, dessiner sur place, à partir de documents. -classer ces objets, ces documents, en fonction des usages, en fonction des matériaux, en fonction de critères formels -questionner ces objets : à quoi servent-ils, y a-t-il un décor, que représente-t-il, pourquoi ? -qui a fabriqué cet objet, quel est son métier ? -dans quelle région trouve-t-on ces objets, quels pays, à quelle époque, pourquoi ?

83 Quelques situations : -à rapprocher du portrait peint, de la caricature, des gargouilles, des chapiteaux, des culots. Reprendre les différentes approches observées dans les sculptures : la moquerie, le sourire, le cri, lévocation de situations drôles, dun conte connu -animaux fantastiques, personnages hybrides -sinspirer dillustrations dans les albums, de dessins de G. Doré par exemple-dessiner un portrait à partir dune description faite par un élève, par lenseignant -à partir de photographies, de photocopies, revisiter lespace qui nous entoure en installant des portraits, des représentations trouvées dans les stalles -redessiner certains motifs de stalles avec des contraintes de différente nature : dessinons sans lever le crayon ou le feutre noir, dessinons sans que le pinceau touche la feuille, en faisant couler une peinture fluide sur le papier -dessiner en utilisant la technique du portait au miroir : le dessinateur trace le contour et les détails de ce quil voit dans le miroir, à même le verre, avec un pastel à lhuile ; Il faut ensuite transférer le dessin en fixant une feuille de papier fin ou de calque, sur le miroir en tamponnant avec un chiffon imbibé dessence de térébenthine ; pour le remettre à lendroit, décalquer le tracé de lautre côté de la feuille. Retravailler ensuite cette réalisation, avec des pastels de couleur, par exemple. -modeler des têtes en argile, au doigt, à lébauchoir, en plein, en vide ; en sinspirant de personnages des stalles, sculpter, modeler, têtes, bustes, statues... Cf : arts visuels et portraits, cycles 1,2 et 3. SCEREN, CRDP Autres mises en situation Se référer à loutil collectif, notamment aux différents jeux de lotos permettant de nommer, identifier, classer, acquérir des notions par comparaison, associations dimages, dimages et de textes... Dautres jeux peuvent être réalisés, en graduant le niveau de difficulté et de compréhension des textes proposés à la lecture. Garder en mémoire des repères et références historiques ; ce peut être des propositions simples comme se remémorer quelques prénoms anciens des personnages rencontrés, comme : Pernette, Cassandre, Eléonore, Béatrix, Louise, Jeanne pour les femmes, Godmard, Théodore, Guillaume, Yves… Domaine des arts plastiques Quelques situations : -à rapprocher du portrait peint, de la caricature, des gargouilles, des chapiteaux, des culots. Reprendre les différentes approches observées dans les sculptures : la moquerie, le sourire, le cri, lévocation de situations drôles, dun conte connu -animaux fantastiques, personnages hybrides -sinspirer dillustrations dans les albums, de dessins de G. Doré par exemple-dessiner un portrait à partir dune description faite par un élève, par lenseignant -à partir de photographies, de photocopies, revisiter lespace qui nous entoure en installant des portraits, des représentations trouvées dans les stalles -redessiner certains motifs de stalles avec des contraintes de différente nature : dessinons sans lever le crayon ou le feutre noir, dessinons sans que le pinceau touche la feuille, en faisant couler une peinture fluide sur le papier -dessiner en utilisant la technique du portait au miroir : le dessinateur trace le contour et les détails de ce quil voit dans le miroir, à même le verre, avec un pastel à lhuile ; Il faut ensuite transférer le dessin en fixant une feuille de papier fin ou de calque, sur le miroir en tamponnant avec un chiffon imbibé dessence de térébenthine ; pour le remettre à lendroit, décalquer le tracé de lautre côté de la feuille. Retravailler ensuite cette réalisation, avec des pastels de couleur, par exemple. -modeler des têtes en argile, au doigt, à lébauchoir, en plein, en vide ; en sinspirant de personnages des stalles, sculpter, modeler, têtes, bustes, statues... Cf : arts visuels et portraits, cycles 1,2 et 3. SCEREN, CRDP Autres mises en situation : Se référer à loutil collectif, notamment aux différents jeux de lotos permettant de nommer, identifier, classer, acquérir des notions par comparaison, associations dimages, dimages et de textes... Dautres jeux peuvent être réalisés, en graduant le niveau de difficulté et de compréhension des textes proposés à la lecture. Garder en mémoire des repères et références historiques ; ce peut être des propositions simples comme se remémorer quelques prénoms anciens des personnages rencontrés, comme : Pernette, Cassandre, Eléonore, Béatrix, Louise, Jeanne pour les femmes, Godmard, Théodore, Guillaume, Yves… Joëlle Duchamp CPAV

84 Collecter, classer, trier, questionner… Des livres à découvrir

85 Éléments des stalles: les miséricordes

86

87 Pour aller plus loin, comparons :

88

89 Mais aussi des accoudoirs à Sainte-Croix-en-Jarez…

90 Des accoudoirs Figures laïques Figures religieuses

91 Pour aller plus loin, jouons :

92

93 Jeu autour des chapeaux… HISTOIRE DU COSTUME EN OCCIDENT Et encore plus loin…

94

95 Des livres à découvrir Musée du chapeau à Chazelles sur Lyon

96 Pour aller encore plus loin, une autre piste : les gargouilles

97

98

99 Des livres à découvrir

100 Glossaire Abbaye : monastère dirigée par un abbé ou une abbesse. Abbé : étymologiquement de lraméen « abba » ; père supérieur dun monastère dhommes érigé en abbaye. Abside : extrémité circulaire ou polygonale dune nef. Ancêtre : ceux qui ont vécu avant nous, les hommes des siècles passés. Arcade : ensemble composé dun arc et des montants qui la soutiennent Armoiries : ensemble des emblèmes symboliques qui distinguent une famille noble ou une collectivité. Blason : ensemble des signes distinctifs et emblèmes dun famille noble, dune collectivité ; blason peint, brodé, sculpté. « Redorer son blason » se dit dun noble pauvre qui épouse une roturière riche. Chancel : clôture en métal, marbre ou bois placée autour du chœur. Chapelle : lieu consacré au culte. Chartreuse : couvent de chartreux construit dans un lieu isolé. Chartreux, chartreuse : religieux, religieuse de lordre de Saint Bruno. Chœur : partie dune église qui abrite lautel et dont laccès est réservé au clergé. Stricto sensu, cest la partie droite entre le transept et labside, par extension, il peut désigner lensemble. Dans les cathédrales, il est très souvent entouré dun déambulatoire, dont il est séparé soit par une grille, soit par des clôtures (de bois ou de pierre), et de chapelles. Le chœur a souvent été, également, séparé de la nef par un jubé, ce qui rompait lunité de lespace dont on bénéficie désormais en entrant dans la plupart des cathédrales. Aujourdhui, cet isolement complet du chœur ne se retrouve guère que dans les cathédrales espagnoles (coro).cathédrales Cloître : partie dun monastère interdite aux profanes et fermée par une enceinte ; contigüe à une église cathédrale ou collégiale et comportant une galerie à colonnes qui encadre une cour ou un jardin carré. Convers : personne qui dans un monastère ou un couvent se consacre aux travaux manuels. Collégiale : église, qui sans être une cathédrale, possède un chapitre, des chanoines. Colonne : support (pilier) généralement cylindrique. Les colonnes peuvent être monolithes ou composées de plusieurs tambours. Elles sont adossées lorsquune petite partie de leur fut est noyée dans la maçonnerie dun pilier ou dun mur. Elles sont engagées lorsquil ny a plus quune demi-colonne qui ressort de la maçonnerie. Elles sont cantonnées quand elles se glissent dans les angles rentrant dun pilier cruciformes. Elles sont fasciculées lorsque quelles sont réunies en faisceau. Elles sont accouplées lorsquelles se présentent par deux. Croisade : guerre sainte.

101 Crypte : espace généralement aménagé en dessous du chœur et qui abrite les corps de saints et parfois de rois Fresque : procédé de peintures murales qui consiste à utiliser des couleurs délayées à leau sur un enduit de mortier frais. Plus simplement, peindre sur un enduit frais. Emblème : être ou objet concret, consacré par la tradition comme représentative dune chose abstraite ; par exemple, la tourterelle est lemblème de lamour fidèle. Laïc, laïque : qui est indépendant de toute confession religieuse Linteau : rectangle de pierre ou de bois horizontal, appuyé sur les jambages dune ouverture, destiné à supporter la maçonnerie au dessus de cette ouverture ; notamment le tympan au dessus du portail Gargouille : Partie dune gouttière ou dun tuyau servant à lécoulement des eaux de pluie. Par exemple, les gargouilles sculptées en démon, dragon… de Notre Dame de Paris. Gothique : style répandu en Europe du XIIe au XVIe, entre le style roman et le style renaissance. Miséricordes : éléments en saillie situés sous les strapontins des stalles et sur lesquels pouvaient sappuyer les prêtres pendant les parties de loffice où ils devaient rester debout. Les miséricordes sont souvent ornées de motifs fantaisistes, parfois burlesques ou même grivois (cf. stalles de Saint Bertrand de Comminges, de Tolède...). Cf. stalles.Saint Bertrand de Comminges Moniales : équivalent féminin des moines dun monastère Nef : partie comprise entre le portail et le chœur dune église, où se tiennent les fidèles Portail : porte monumentale intégrée dans une façade Remparts : forte muraille qui forme lenceinte dune forteresse, dune ville fortifiée ; ce qui sert de défense, de protection. Roman : relatif à larchitecture médiévale de leurope de louest jusquà la diffusion du style gothique ; il est caractérisé par la prédominance de larchitecture religieuse. Sacré : ce qui fait lobjet dun sentiment de révérence religieuse, au contraire de ce qui est profane. Satire : écrit, discours qui sattaque à quelque chose, à quelquun en sen moquant ; critique moqueuse. Stalle : elles sont les sièges réservés aux chanoines dans le chœur (souvent clôturé). Chaque chanoine disposait dune stalle attitrée. La disposition de ces sièges en bois adopte la forme dun U au sein duquel se trouve lautel. Le plus souvent, les sièges sont en fait des strapontins ; les dossiers et les miséricordes des stalles ont servi de support à des sculptures sur bois parfois magnifiques.

102 Les arts du son : musique (instrumentale, vocale)

103 Des instruments de musique peints ou sculptés dans léglise conventuelle de Sainte-Croix-en-Jarez

104

105

106

107 CORNETS A BOUQUIN

108 LE SERPENT

109

110

111 Cloches

112

113

114 Les instruments de musique du monde entier cf. Albin Michel INSTRUMENTS DU 16 e SIECLE SCULTURE SUR BOIS

115 Musiciens sur le fronton du théâtre de Roanne, 1885 Lyre, flûte, violon …

116 Chalemie, cornet à bouquin, saqueboute (trombone), luth, orgue, trompette, cornet à bouquin

117 Les anges musiciens à St-Bonnet le château (Loire) Peintures murales dans la collégiale de St Bonnet le Château, du XVe siècle.

118 COPIE UNE NOTATION CARREE ISSUE DES NEUMES

119 UN CODEX DU 9 e SIECLE DES NEUMES

120 Nadine Maisse

121 ACTIVITE DE LANGAGEET MISE EN PLACE DU VOCABULAIRE MUSICAL Nadine Maisse

122 Documents pédagogiques à demander auprès de:

123 Des jeux musicaux adaptés à lenseignement Des livres à découvrir HARMONIA MUNDI FUZEAUGALLIMARD

124 12 planches et un DVD aux éditions LUGDIVINE (Lyon Vaise)

125 Les arts du spectacle vivant : concerts église de Sainte-Croix-en-Jarez…

126 Rhino dété à Sainte Croix-en-Jarez

127 Mettre en mémoire Mémoire affective, des ressentis, des impressions, du vécu Mémoire des connaissances acquises Avec quels outils ? Frise historique de la classe Cahier personnel dhistoire des arts : Des noms, des dates, des titres, un résumé, une image, un écrit personnalisé, des dessins et croquis, un élément affectif lié au vécu autour de la séquence, etc. Des espaces vierges pour enrichir le propos.

128 Les six domaines Les arts de lespace La chartreuse de Sainte Croix en Jarez, architecture Les arts du visuel Les peintures murales et tableaux Les arts du quotidien les miséricordes et accoudoirs Les arts du langage Le récit des stalles de St-Ennemond et les romans Les arts du son Musique vocale et instrumentale : les instruments de musique ; du chant grégorien au motet Les arts de la scène concerts à la crypte et dans léglise

129 Les programmes de lécole primaire en éducation artistiques et le socle commun Compétence 1 : la maîtrise de la langue Lélève est capable de : -sexprimer clairement à loral en utilisant un vocabulaire approprié -sexprimer à loral comme à lécrit dans un vocabulaire approprié -prendre la parole en respectant le niveau de langue adapté -comprendre des mots nouveaux et les utiliser à bon escient

130 -observer et décrire pour mener des investigations -pratiquer une démarche dinvestigation : savoir observer, questionner Compétence 2 : pratique dune langue étrangère Lélève est capable de : - Découter et de chanter en langue étrangère Compétence 3 : la culture scientifique et technologique Lélève est capable de :

131 Compétence 4 : la maîtrise des techniques usuelles de linformation et de la communication Lélève est capable de : - dutiliser loutil informatique afin de compléter ses recherches culturelles

132 Compétence 5 : la culture humaniste Lélève est capable de : -dire de mémoire quelques textes en prose ou poèmes courts -sexprimer par lécriture, le chant, la danse, le dessin, la peinture, le volume (modelage, assemblage) -reconnaître des œuvres visuelles ou musicales préalablement étudiées -interpréter une chanson de mémoire et de repérer quelques éléments musicaux caractéristiques simples -Identifier les principales périodes de lhistoire étudiée, mémoriser quelques repères chronologiques pour les situer les uns par rapport aux autres -reconnaître et décrire des œuvres visuelles ou musicales préalablement étudiées : savoir les situer dans le temps et dans lespace, identifier le domaine artistique dont elles relèvent, en détailler certains éléments constitutifs quelques termes dun vocabulaire spécifique -exprimer ses émotions et préférences face à une œuvre dart en utilisant ses connaissances

133 Compétence 6 : les compétences sociales et civiques -prendre part à un dialogue : prendre la parole devant les autres, écouter autrui, formuler et justifier un point de vue Lélève est capable de :

134 Compétence 7 : lautonomie et linitiative -écouter pour comprendre et interroger, répéter, réaliser un travail ou une activité -échanger, questionner, justifier un point de vue -soutenir une écoute prolongée (lecture, musique, spectacle…) Lélève est capable de :

135 Pratiques artistiques et histoire des arts La sensibilité artistique et les capacités dexpression des élèves sont développées par les pratiques artistiques, mais également par des références culturelles liées à lhistoire des arts. Ces activités saccompagnent de lusage dun vocabulaire précis qui permet aux élèves dexprimer leurs sensations, leurs émotions, leurs préférences et leurs goûts. Un premier contact avec les œuvres les conduit à observer, écouter, décrire et comparer. Les pratiques artistiques individuelles ou collectives développent le sens esthétique, elles favorisent lexpression, la création réfléchie, la maîtrise du geste et lacquisition des méthodes de travail et de techniques. Elles sont éclairées, dans le cadre de lhistoire des arts, par une rencontre sensible et raisonnée avec des œuvres considérées dans un cadre chronologique.

136 En arts visuels comme en éducation musicale, au titre de lhistoire des arts, les élèves bénéficient dune première rencontre sensible avec des œuvres quils sont en mesure dapprécier. Selon la proximité géographique, des monuments, des musées, des ateliers dart ou des spectacles vivants pourront être découverts. Grâce à des activités découtes, les élèves sexercent à comparer des œuvres musicales, découvrent la variété des genres et des styles selon les époques et les cultures. La perception et lidentification déléments musicaux caractéristiques de la musique écoutée prolonge le travail engagé au CP et au CE1. Pratiques vocales et pratiques découte contribue à lenseignement de lhistoire des arts. CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX : compétence attendues à la fin du CE1 CYCLE DES APPROFONDISSEMENTS : compétence attendues à la fin du CM2

137 Stéphanie Lepagneul et Nathalie Meunier (Sainte-Croix-en-Jarez) Alain Rivory (Amis du vieux St-Chamond) Joëlle Duchamp (conseillère pédagogique en arts visuels) Nadine Maisse (conseillère pédagogique en éducation musicale) Ce document ressource reste à la disposition des enseignants et entre dans le cadre de lexception pédagogique (loi du 1 er janvier 2009)


Télécharger ppt "ENSEIGNER LHISTOIRE DES ARTS Une ressource locale: la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez MAI 2010 Septembre 2010."

Présentations similaires


Annonces Google