La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lhypertension artérielle Réalisé par : Raymonde Pineau Ginette Turbide Avec la collaboration de : Maureen Guthree Francine Pelletier Nicole Montminy Dre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lhypertension artérielle Réalisé par : Raymonde Pineau Ginette Turbide Avec la collaboration de : Maureen Guthree Francine Pelletier Nicole Montminy Dre."— Transcription de la présentation:

1 Lhypertension artérielle Réalisé par : Raymonde Pineau Ginette Turbide Avec la collaboration de : Maureen Guthree Francine Pelletier Nicole Montminy Dre Julie Robitaille Projet « Au cœur de la vie » CLSC-CHSLD Haute-Ville-Des-Rivières et Direction de santé publique, Adapté de : Projet « Santé du cœur et des poumons » au CLSC La Source, , Raymonde Pineau, md. Mai 2002

2 L'hypertension artérielle définition dépistage classification et diagnostic référence immédiate au médecin bilan de base pour poser le dx investigation du patient hypertendu prévalence de lHTA sur le territoire causes physiopathologie facteurs prédisposants conséquences symptômes mesure de la TA principales sources derreur protocole de mesure de la TA protocole de calibration et dentretien préventif exercice pratique

3 Définition de l'hypertension artérielle Lhypertension est définie par: une tension artérielle égale ou supérieure à 140/90 mmHg lors de une à cinq visites, avec une moyenne de deux lectures par visite sur une période de six mois Référence: Guide thérapeutique de la Société québécoise dhypertension artérielle, deuxième édition, janvier 2002.

4 Dépistage de lHTA Est-ce quon devrait mesurer la TA à toute personne qui consulte au CLSC? Oui Quelle que soit la raison de sa visite? Oui Recommandation du Groupe détude canadien sur lExamen médical périodique: Mesurer la TA à toute personne âgée de 3 ans et plus, lors de chaque visite Référence: Guide canadien de médecine préventive, Groupe détude canadien sur lexamen médical périodique. Santé Canada 1994.

5 Classification de la tension artérielle chez un adulte de 18 ans et plus et confirmation du diagnostic Catégories Optimale Normale Normale élevée Hypertension stade 1 stade 2 stade 3 Urgence hypertensive On ne parle plus dhypertension légère modérée sévère très sévère Le diagnostic dhypertension est confirmé avec des chiffres de TA égales ou supérieurs à 140/90 (sauf chez les diabétiques où le seuil diagnostic est de 130/80) lors de une à cinq visites sur une période de six mois

6 Classification de la tension artérielle chez un adulte de 18 ans et plus et confirmation du diagnostic d'hypertension Référer immédiatement le patient au sans rendez-vous pour évaluation; le diagnostic d'HTA est confirmé > 120> 210 Urgence hypertensive Lors d'une mesure de TA / (visite 1), si le patient ne présente pas de symptômes 5 : Faire voir par le médecin traitant d'ici 1 semaine; en son absence ou si le patient n'a pas de médecin traitant, faire voir par le résident pour prise en charge ou par l'infirmière de l'UMF/SC; Lors de cette visite (visite 2), le médecin ou le résident mesurera à nouveau la TA et fera le bilan de base À la visite suivante (visite 3), le médecin ou le résident mesurera à nouveau la TA et complétera l'analyse du bilan; le diagnostic sera confirmé si: – 1 mesure / et 2 mesures / ou – 1 mesure / avec AOC 4 En présence de symptômes 5, référer le patient immédiatement au médecin du sans rendez- vous; le diagnostic d'hypertension est confirmé immédiatement – 210 Stade – – 179 Stade 2 Prendre de 3 à 5 mesures sur une période de 6 mois Dès que 3 mesures sont au-dessus de /90-109, lui suggérer de prendre rendez- vous avec son médecin d'ici 1 mois; lors de cette visite (visite 4), le médecin mesurera à nouveau la TA et fera un bilan de base 3 À la visite suivante (visite 5), le médecin mesurera à nouveau la TA et complétera l'analyse du bilan; le diagnostic sera confirmé si: – 5 mesures / ou – 3 mesures / avec AOC 4 90 – – 159 Stade 1 HYPERTENSION 2 Reprendre annuellement 85 – – 139 Normale élevée Reprendre annuellement < 85< 130 Normale Reprendre annuellement < 80< 120 Optimale 1 DiastoliqueSystolique CONFIRMAITON DU DIAGNOSTIC DHYPERTENSION VALEUR DE TA (mmHg)CLASSIFICATION

7 Référence immédiate au médecin Qui référer immédiatement à un médecin ? Tout patient avec une TA > 210 / >120 mmHg Tout patient avec une TA / mmHg avec symptômes

8 Histoire médicale Examen physique Examens de labo FSC Na, K, créatinine glycémie à jeun bilan lipidique à jeun (C-Total, HDL, LDL, Tg) examen sommaire et microscopique durine ECG Bilan de base pour poser le diagnostic dHTA

9 Bilan de base: Histoire médicale Examen physique Examens de labo FSC Na, K, créatinine glycémie à jeun bilan lipidique à jeun (C-Total, HDL, LDL, Tg) examen sommaire et microscopique durine ECG Investigation dun patient hypertendu Pour des hypertendus avec dautres pathologies: Diabète: microalbuminurie et/ou protéinurie sur une collecte de 24 heures Néphropathie: protéinurie sur une collecte de 24 heures Élévation de la créatininémie: échographie rénale pour exclure une obstruction Triade céphalée, palpitations et sudation: mesure de VMA et mesure des cathécolamines ou, de préférence, des métanéphrines sur une collecte urinaire de 24 heures pour exclure un phéochromocytome Référence: Guide thérapeutique de la Société québécoise dhypertension artérielle, deuxième édition, janvier 2002.

10 Réflexions sur les valeurs de TA Le stade 1 ( /90-99): forme dHTA la plus commune chez les adultes 80% des hypertendus sont de stade 1 Le nombre d'hypertendus augmente avec l'âge: 25 % dans la quarantaine 50 % dans la soixantaine 75 % si 80 ans et plus Sur 100 hypertendus (140/90) (NHANES III, 1994 pour Amérique du Nord): 35 lignorent 16 le savent et ne sont pas traités 49 le savent et sont traités - sur 49 traités, 10 sont contrôlés Plusieurs hypertendus subissent des dommages vasculaires avant dêtre diagnostiqués et de recevoir un traitement adéquat La TA normale élevée ( /85-89) : le risque dévénements cardiovasculaires est plus élevé quavec une TA normale (moins de 130/85) ou optimale (moins de 120/80) se transforme en HTA à court terme? Oui dans la moitié des cas

11 Personnes hypertendues (TA 140/90) qui résident sur le territoire du CLSC HVDR 8000 hypertendus sur le territoire âgés de ans (nombre estimé) 2800 lignorent (35%) 1280 le savent mais ne sont pas traités (16%) 3920 le savent et sont traités mais seulement 800 sont contrôlés (10%) 8000 vs 800

12 Causes de l'HTA Inconnue dans plus de 95% des cas : – Hypertension essentielle/primaire Connue dans moins de 5% des cas : – Hypertension secondaire provoquée par des médicaments (contraceptifs oraux, corticostéroides, AINS, etc) associée à des troubles rénaux associée à des troubles endocriniens associée à des troubles neurologiques associée à une coarctation de laorte due à la grossesse provoquée par la chirurgie

13 Physiopathologie de lHTA essentielle On ne connaît pas encore avec certitude les facteurs qui sont à lorigine de lHTA –prédisposition génétique? –facteurs environnementaux? –dysfontionnement de lendothélium? On reconnaît lexistence de facteurs prédisposants

14 Facteurs prédisposants Âge Sexe Hérédité Race Habitudes de vie: Alimentation Activité physique Tabac Stress Vie commune

15 Facteurs prédisposants Âge TA avec l'âge : 25 % dans la quarantaine 50 % dans la soixantaine 75 % si 80 ans et plus Sexe : de l'adolescence jusqu'à l'âge de 54 ans, la TA est plus élevée chez les hommes que chez les femmes; après l'âge de 64 ans, la TA est plus élevée chez les femmes augmentation linéaire de la systolique chez les hommes entre 30 et 80 ans alors que chez la femme, la TAS saccroît plus rapidement au moment de la ménopause Hérédité : le risque d'HTA est s'il y en a dans la famille immédiate (père, mère, frère, sœur); dès l'enfance, ces individus auraient des chiffres de TA plus élevés que la normale Race : chez les Africains-Américains

16 Facteurs prédisposants Habitudes de vie Alimentation : – obésité : TA au fur et à mesure que le poids augmente l'obésité est responsable de 65 à 75 % des cas d'HTA – alcool : TA si 2 consommations ou plus par jour une consommation = 12 onces de bière, 5 onces de vin ou 1 1/2 once d'alcool fort 2 verres ou plus par jour = systolique de 1 mmHg/verre diastolique de 0,5 mmHg/verre – sel : TA chez les personnes sensibles au sel; l'apport en sel, au-delà des besoins physiologiques est associé à une élévation de la TA – K : TA si l'apport alimentaire en K est insuffisant Activité physique : –la sédentarité le risque d'HTA de 20 à 50 % Tabac: –lien direct ??? – arrêter de fumer va diminuer la TA = non – fumer augmente la TA? = oui temporairement –lien indirect??? = OUI – le tabagisme augmente le risque de MCV, tout comme lHTA – on doit donc recommander de cesser de fumer

17 Facteurs prédisposants Habitudes de vie Stress : –les observations dont on dispose ne permettent pas d'identifier le stress comme facteur de risque indépendant pour l'HTA –difficile d'isoler le stress des comportements alimentaires et des facteurs socio-économiques –chez les hypertendus, pour lesquels le stress semble un élément important, on doit en tenir compte dans le traitement (stress mal géré) (suite) Vie commune : – chez les gens qui ne sont pas parents mais qui demeurent ensemble

18 Conséquences de l'HTA : atteinte d'organes cibles Cœur –Hypertrophie ventriculaire gauche –Angine, infarctus –Insuffisance cardiaque Cerveau –ACV –ICT –Démence vasculaire Rein –Insuffisance rénale par nécrose fibrinoïde des petites artères rénales Maladies vasculaires périphériques –Anévrisme de l'aorte abdominale – circulation artères membres inférieurs = gangrène = amputation Oeil –Rétinopathie grade III ou IV Note: Plus la TA augmente et plus il y a d'autres facteurs de risque qui s'ajoutent (dyslipidémie, tabagisme, sédentarité, diabète, obésité), plus les organes cibles seront atteints

19 Symptômes de l'HTA

20 Protocole de mesure de la TA –plusieurs sources –entériné par léquipe médicale (avril 2002) –à être accepté par lensemble du personnel clinique des Services courants Protocole de calibration et dentretien préventif des appareils de TA au CLSC –par qui? –à partir de quand? –à quelle fréquence? Pour sassurer de mesures fiables

21 Importance d'avoir une mesure fiable de la TA –se base sur les valeurs de TA pour débuter un rx pharmacologique ajuster le dosage changer de médicament –si erreurs qui surestiment les valeurs = plus d'hypertendus identifiés plus de personnes qui vont recevoir un traitement inapproprié –si valeurs sous-estimées = hypertendus classés normotendus des hypertendus non traités Plusieurs sources d'erreur –+ qui surestiment la valeur de la TA Mesure de la TA

22 Principales sources d'erreur 1 Sources d'erreur Systolique Diastolique mmHg mmHg vient de fumer vient de boire un café vessie distendue (envie d'uriner) parle brassard trop petit -8 à à +8 brassard posé sur les vêtements +5 à +50 (1) Reeves RA. Does this patient have hypertension? How to measure blood pressure. JAMA 1995;273:

23 Sources d'erreur Systolique Diastolique mmHg mmHg bras du patient non supporté +1 à à +11 dos du patient non supporté +6 à +10 syndrome du sarrau blanc si md +11 à à +15 si non md +1 à à +7 trou auscultatoire manqué -10 à –50 arrondissement à 0, 5 ou (1) Reeves RA. Does this patient have hypertension? How to measure blood pressure. JAMA 1995;273: Principales sources d'erreur 1 (suite)

24 Principales sources d'erreur lors de la mesure de la TA De toutes les erreurs, celle la plus importante est de ne pas mesurer la TA à chaque patient La pression varie de minutes en minutes, dheures en heures; elle baisse le soir, pour diminuer encore de 10 à 20% durant le sommeil; elle est plus basse lété que lhiver (6 mmHg) la TA doit être mesurée lors de 1 à 5 visites différentes On rapporte dans certaines études que: –seulement 4,4% des médecins utilisent une moyenne de plusieurs mesures avant de décider de traiter –82% dégonflent le brassard trop rapidement –seulement 3,5% laissent le patient au repos durant 5 minutes avant de mesurer la TA Dans des conditions idéales, la différence entre deux examinateurs est moins que 2/1 mmHg; dans la pratique, on observe souvent des différences de 10/8 entre médecin et infirmière

25 Mesure de la TA par le patient Avantages de lauto-mesure de la TA: –permet de distinguer lHTA réelle dune HTA de sarrau blanc –permet dévaluer la réponse à la médication et de lajuster –augmente la participation du patient à ses soins –améliore la compliance

26 Mesure de la TA par le patient Valeurs cibles: –à domicile, on visera une TA inférieure à 135/85 mmHg, en absence de diabète et de protéinurie supérieure à 1g/jour Recommandations au patient: –apporter son appareil au CLSC deux fois par année afin de: vérifier la technique de mesure comparer les résultats obtenus avec lappareil du CLSC

27 MAPA Indications du monitorage ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) 1.Évaluation dune tension artérielle limite 2.Évaluation dune HTA résistante au traitement 3.Évaluation dune HTA épisodique 4.Effet secondaire de la médication suggérant lhypotension 5.Syndrome de la blouse blanche 6.Évaluation dune HTA stade 2 ou 3 sans retentissement viscéral 7.Évaluation de problèmes chroniques pouvant entraîner une hypotension significative ou être associés à une dysfonction du système nerveux autonome Référence: Guide thérapeutique de la Société québécoise dhypertension artérielle, deuxième édition, janvier 2002.

28 Protocole de mesure de la TA

29 1.Autant que faire se peut, vérifier que le patient ne vient pas de boire un café, de fumer, n'a pas envie d'uriner, ne vient pas de faire de l'activité physique; si une de ces situations se présente, le noter au dossier. 2.S'assurer d'être en position confortable pour mesurer la TA, afin de pouvoir lire facilement les chiffres et entendre clairement les bruits de Korotkoff. 3.Retirer ou desserrer tout vêtement encombrant autour du bras.

30 Protocole de mesure de la TA 4.Si le patient est assis près du bureau, lui demander de poser le bras sur le bureau, la paume tournée vers le haut, le dos bien appuyé; l'accoudoir du siège peut aussi permettre de soutenir le bras du patient; si le patient est assis ou couché sur la table d'examen, soutenir son bras de façon à ce qu'il soit au niveau du cœur; dans tous les cas, assurez-vous que le bras du patient est au niveau du coeur et est bien supporté; la position assise est la norme recommandée pour la mesure de la TA; cependant, une mesure en position debout (immédiatement, puis deux minutes après que le sujet se soit levé) est à conseiller chez les sujets hypertendus traités par hypotenseurs et chez les sujets âgés: si le bras du patient est au-dessus du niveau du cœur, les valeurs de TA seront plus basses; si le bras du patient est en dessous du niveau du cœur, les valeurs de TA seront plus élevées; si le bras du patient n'est pas supporté ou qu'il se contracte, les valeurs de TA seront plus élevées.

31 Protocole de mesure de la TA 5.Utiliser idéalement un sphygmomanomètre à mercure; sinon un sphygmomanomètre anéroide; quel que soit l'appareil utilisé, il doit être calibré régulièrement: Le sphygmomanomètre à mercure doit être calibré selon le protocole décrit dans la Revue Canadienne de Santé publique (1994); La précision du sphygmomanomètre anéroide doit être évaluée à tous les 6 mois, en le connectant à un manomètre à mercure précis; si les lectures diffèrent de 4 mmHg ou plus, peu importe la pression, le sphygmomanomètre doit être calibré; par ailleurs, le fabricant propose une technique simple pour vérifier si l'appareil est déréglé, la voici: –débrancher le manomètre et tenez-le à la verticale; –si l'aiguille s'arrête en position centrale à l'intérieur de l'ovale au bas du cadran, le manomètre a conservé sa précision d'origine; si elle dépasse l'ovale, le manomètre doit être ajusté.

32 Protocole de mesure de la TA 6.Placer le brassard dégonflé sur le bras, à deux centimètres au-dessus du pli du coude; centrer la chambre à air sur lartère brachiale (le cercle marqué artery doit être placé sur lartère brachiale); si lindice (index) placé à lextrémité du brassard se trouve entre les 2 lignes repères (| "range" |), la taille du brassard est correcte et la vessie entoure 80 à 100 % de la circonférence du bras; dans le cas contraire, on devra utiliser un brassard plus grand ou plus petit; si les brassards ne sont pas marqués à lachat, il faut le faire; envelopper le bras délicatement et bien serrer (il faut être capable de glisser un doigt); éviter de former un cône: si le brassard est trop petit, les chiffres de TA seront plus élevés; on risque alors d'identifier un hypertendu qui ne l'est pas; si le brassard est trop grand, les chiffres de TA seront plus bas; on risque de manquer un hypertendu; si le brassard n'est pas assez serré, les chiffres de TA seront plus élevés et on risque d'identifier un hypertendu qui ne l'est pas.

33

34 Protocole de mesure de la TA 7.Pour exclure la possibilité d'un trou auscultatoire, 2 techniques sont proposées: A. Gonfler rapidement le brassard à 70 mmHg et augmenter par tranche de 10 mmHg tout en palpant lartère radiale; lorsque vous ne sentez plus le pouls radial, maintenir le brassard gonflé et faire monter rapidement la TA à 30 mmHg au-dessus du niveau de disparition du pouls radial; ou B. Gonfler rapidement le brassard à 220 mmHg; si le brassard est gonflé trop lentement, il peut se produire une congestion veineuse qui donnera des bruits difficilement audibles, avec une valeur de systolique trop basse et une diastolique plus haute.

35 Protocole de mesure de la TA 8.Placer le stéthoscope (la cloche de préférence) délicatement mais fermement sur lartère brachiale, sans toucher au brassard, ni aux conduits en caoutchouc; ne jamais glisser le stéthoscope sous le brassard; ne pas appuyer trop fort parce que lartère se déforme et les bruits qui apparaissent fausseront le relevé de la diastolique: la cloche permet de mieux entendre les bruits de Korotkoff que le diaphragme; en pratique, tout le monde utilise le diaphragme, d'autant plus qu'il n'y a habituellement qu'une petite différence de 1 à 2 mmHg.

36 Protocole de mesure de la TA 9.Ouvrir doucement la valve dévacuation et dégonfler progressivement le brassard au rythme de 2 mmHg par seconde: si le brassard est dégonflé trop lentement, il y a congestion passive et les mesures sont faussées (accroissement de la diastolique et diminution de la systolique); si le brassard est dégonflé trop rapidement, la systolique sera plus basse et la diastolique plus haute qu'en réalité, surtout en présence de bradycardie.

37 Protocole de mesure de la TA 10.Noter la systolique à lapparition du premier bruit net (phase 1 de Korotkoff); arrondir au chiffre supérieur pair. 11.Noter la diastolique à la disparition totale des bruits (phase V de Korotkoff); arrondir au chiffre supérieur pair; ex.: si les bruits disparaissent à 87, noter 88; si les bruits disparaissent à 86, noter 86; l'arrondissement à 0 ou 5 est une erreur très fréquente à éviter. 12.Si le bruit persiste aux environs de 0 mmHg, utiliser le point dassourdissement du bruit (phase IV de Korotkoff) pour indiquer la TA diastolique.

38 Protocole de mesure de la TA 13.Au cours du dégonflement, ne jamais fermer la vis déchappement ou regonfler le brassard: Il faut éviter de prendre plusieurs mesures successives ou de regonfler le brassard sans lavoir complètement dégonflé dabord, car on risque de provoquer ainsi une congestion veineuse pénible pour le patient et d'obtenir des chiffres trop élevés. 14.Si vous avez de la difficulté à percevoir les bruits et/ou que vous devez procéder à plusieurs prises, surélevez le bras du patient au-dessus de sa tête en maintenant le brassard dégonflé en place; maintenir le bras dans cette position et demander au patient de fermer et d'ouvrir sa main une dizaine de fois; rabaissez ensuite le bras rapidement à sa position normale et prendre la mesure.

39 Protocole de mesure de la TA 15.À l'examen initial, mesurer la TA sur les 2 bras; comparer les mesures; utiliser le bras présentant la TA la plus élevée dans les mesures subséquentes: généralement, la pression est légèrement plus élevée au bras droit; environ 25% des patients ont une différence de 10 mmHg ou plus de systolique d'un bras à l'autre. 16.Inscrire dans le dossier les valeurs obtenues, quel bras a été ausculté, la posture du patient (couché, assis ou debout), la taille du brassard utilisé (si autre que le standard) la date et toute autre condition pouvant expliquer une variation inattendue de la TA.

40 Le protocole sera dabord mis en application aux Services courants (points de service 55 Chemin Ste-Foy et Duberger) Les appareils suivants seront calibrés: –appareils dans les bureaux de consultation (nursing et médecins) –appareils des trousses et valises pour le domicile –appareils personnels des médecins Monsieur Alain Gauthier, chef des installations matérielles au Christ-Roi sassurera de confier à une firme extérieure le mandat de calibrer les appareils et den faire lentretien préventif Fréquence de vérification des appareils: aux six mois Protocole de calibration et d'entretien préventif des sphygmomanomètres

41 Phase I Phase II Phase III Phase IV Phase V MESURES POSSIBLES 126/94 ? 126/68 ? 168/94 ? 168/68 ? PERCEPTION DUN BRUIT EXTINCTION DUN BRUIT RÉAPPARITION DUN BRUIT ASSOURDISSEMENT DUN BRUIT EXTINCTION DUN BRUIT Trou auscultatoire PHASES DE KOROTKOFF

42 Exercice pratique

43

44 Résumé Lhypertension artérielle définition dépistage classification et diagnostic référence immédiate au médecin bilan de base pour poser le dx investigation du patient hypertendu prévalence de lHTA sur le territoire causes physiopathologie facteurs prédisposants conséquences symptômes mesure de la TA principales sources derreur protocole de mesure de la TA protocole de calibration et dentretien préventif exercice pratique

45 Le traitement de lHTA

46 valeurs cibles comment traiter stratification du risque pourquoi un traitement non pharmacologique recommandations non pharmacologiques en lien avec les 3 habitudes de vie: manger mieux bouger plus cesser de fumer

47 Pour tous les patients hypertendus, sauf en présence de diabète, insuffisance rénale ou protéinurie supérieure à 1g/jour: une TA inférieure à 140/90 est visée Pour les patients hypertendus et diabétiques: une TA inférieure à 130/80 est visée Pour les patients hypertendus avec insuffisance rénale: une TA inférieure à 130/80 est visée Pour les patients hypertendus et protéinurie supérieure à 1g/jour : une TA inférieure à 125/75 est visée Note: important de contrôler les autres facteurs de risque modifiables de MCV: diabète, dyslipidémies, tabagisme, sédentarité, obésité Valeurs cibles Référence: Guide thérapeutique de la Société québécoise dhypertension artérielle, deuxième édition, janvier 2002.

48 Comment traiter lHTA ? Modification des habitudes de vie (nécessaire dans tous les cas) Médication (nécessaire dans certains cas) Selon la stratification du risque

49

50 Pourquoi un traitement non pharmacologique ?

51 Pourquoi un traitement non pharmacologique? LHTA vient rarement seule Souvent accompagnée de dautres facteurs de risque de MCV, tels que dyslipidémies, diabète, surplus de poids La médication traite lhypertension mais ne traite pas les autres pathologies associées à lHTA

52 1 médicament traite 1 maladie Hypotenseur HTA Traitement pharmacologique Hypoli pémiant Dyslipidémie Hypoglycé miant Diabète

53 1 habitude de vie traite 3 maladies Traitement non pharmacologique Manger mieux HTA Dyslipidémie Diabète

54 Traitement non pharmacologique Autres avantages: baisse de 11/8 mmHg après 12 mois de traitement non pharmacologique, chez patients avec diastolique (équivaut à une pilule) sécuritaire et sans effet secondaire non coûteux si jumelé à Rx pharmacologique, améliore lefficacité de la médication ou en réduit le dosage

55 Recommandations non pharmacologiques Quelles recommandations faire pour chacune des habitudes de vie reliées à l'HTA ?

56 Recommandations non pharmacologiques Quelles recommandations faire pour chacune des habitudes de vie reliées à l'HTA ?

57 Recommandations non pharmacologiques

58 Résumé Le traitement de lHTA valeurs cibles comment traiter stratification du risque pourquoi un traitement non pharmacologique recommandations non pharmacologiques en lien avec les 3 habitudes de vie: manger mieux bouger plus cesser de fumer

59 Cesser de fumer

60 Tabagisme Toxicomanie socialement transmissible se comportant comme une maladie contagieuse, se dispersant par lintermédiaire dun vecteur –Ce vecteur : les sociétés constituant le cartel international de la nicotine –Source Fernand Turcotte

61 Composition du tabac produits chimiques plusieurs toxiques et 60 cancérigènes

62 Des statistiques 2 fumeurs sur 3 ont des problèmes de santé reliés au tabac Au Québec en 2000, 28 % des jeunes du secondaire fument F > H Le tabac est responsable à Québec de 1300 décès annuellement Sur le territoire du CLSC Haute-Ville-des-Rivières, il y a fumeurs de ans

63 Des statistiques Accidents de la route : 3 décès par jour Tabac : 30 décès par jour Diminution de l'espérance de vie de 5 à 10 ans Chaque cigarette diminue la vie de 8 minutes, soit le temps pour la fumer Le tabac est responsable de 30% des décès dorigine cardiaque

64

65 Maladies et problèmes reliés au tabac Respiratoires Cardiovasculaires Reproduction Cancers Ophtalmiques Périodontiques Neurologiques Système digestif Dermatologiques ORL Pédiatriques Endocriniens Système immunitaire

66 Tabac et FTE composés chimiques dont plusieurs toxiques et 60 cancérigènes La fumée de tabac est la source la plus importante de pollution de lair pour les non-fumeurs

67

68 La cessation Lefficacité des interventions Les aides pharmacologiques Les étapes de la cessation Les rechutes

69 Efficacité des interventions Aucune thérapieMinimaleIntensive Aucune 5% 10% 15% médication Aide10% 20% 30% pharmacologique

70 Les aides pharmacologiques Timbres de nicotine Gommes de nicotine Bupropion SR (Zyban)

71 Les étapes de la cessation pré réflexion (je veux rien savoir, achalez-moi pas avec ça) réflexion (je pense arrêter de fumer, mais pas tout de suite) préparation (je veux arrêter au cours du prochain mois et je cherche des façons dy arriver) action (je viens darrêter depuis moins de six mois et jéprouve certaines difficultés) maintien (je viens darrêter depuis six mois et plus et je désire rester non fumeur)

72 Rechutes 2 fumeurs/10 arrêtent après le 1 er essai (20%) 5 fumeurs/10 arrêtent après le 6 ième essai (50%) tous ont arrêté après le 12 ième essai (100%) 3 premiers mois = période taux de rechute plus grand

73 Changer un comportement n'est pas impossible… … mais c'est difficile

74 À la recherche dun modèle... pratique applicable aux trois habitudes de vie qui facilite le counseling qui peut s'intégrer dans la pratique quotidienne sans tout bouleverser que l'ensemble des intervenants du CLSC peuvent utiliser Le modèle de changement de comportement de Prochaska Ce n'est pas une panacée… mais ça vaut la peine d'être essayé

75 Les 5 étapes de changement de comportement selon Prochaska Les gens sont à différents niveaux (étapes) face à un comportement à changer: pré réflexion (je veux rien savoir, achalez-moi pas avec ça) réflexion (je pense arrêter de fumer, mais pas tout de suite) préparation (je veux arrêter au cours du prochain mois et je cherche des façons dy arriver) action (je viens darrêter depuis moins de six mois et jéprouve certaines difficultés) maintien (je viens darrêter depuis six mois et plus et je désire rester non fumeur)

76 Létape dans laquelle le patient se situe face à un comportement à changer est déterminée à laide de questions simples Les conseils à donner tiendront compte de létape où le patient se situe : –80 à 90% des patients ne sont pas prêts à changer tout de suite un comportement (pré réflexion et réflexion) –10 à 20 % des gens sont prêts à passer à l'action (étape de préparation)

77 Le modèle transthéorique ou modèle de Prochaska Les cinq étapes appliquées au tabac

78 non oui Est-ce que vous fumez? Combien de cigarettes par jour ? Avez-vous déjà tenté de cesser de fumer ? Avez-vous lintention de cesser de fumer ? non oui au cours des 6 prochains mois au cours du prochain mois ouinon Quand avez-vous cessé de fumer ? Avez-vous déjà fumé ? < 6 mois> 6 mois Félicitez Pré réflexion Le patient na pas lintention de changer. Il est sur la défensive Action Ça fait moins de 6 mois quil a cessé de fumer. Il est content dy être arrivé mais il est à risque élevé de rechute et doit faire des efforts constants Préparation Le patient veut changer dans le prochain mois; il accepte les conseils Réflexion Le patient a lintention de changer dans les 6 prochains mois, mais est ambivalent : les avantages = les inconvénients Maintien Ça fait plus de 6 mois quil a cessé de fumer. Le patient se doit dêtre vigilant car le goût de fumer peut persister longtemps

79 Pré réflexion But : aider le patient à amorcer une réflexion sur la cessation tabagique. Évitez les argumentations et les confrontations. Avisez le patient quen tant que professionnel de la santé vous ne pouvez pas ne pas lui dire que le tabac est nocif pour sa santé mais quil lui appartient de décider quand cesser de fumer. Avisez le patient que vous êtes disponible pour rediscuter de son tabagisme. Offrez du matériel éducatif sur le tabagisme, ex: «Le tabac jy pense!» (4 pages). Si temps disponible: Se préoccuper des avantages que la personne ressent à fumer. Conduite clinique

80 Réflexion But : supporter le patient dans sa décision de cesser de fumer dans un avenir rapproché. Félicitez le patient pour son intérêt à cesser de fumer. Donnez du matériel éducatif, ex. «JARRETE jy gagne!», en suggérant de lire les pages 3 à 7 du feuillet. Donnez le carton promotionnel du programme de groupe «JARRETE». Offrir un suivi si possible. Si temps disponible: Demandez au patient dénumérer les inconvénients et/ou les bienfaits de fumer et/ou de cesser de fumer. Encouragez le patient à expérimenter de petits changements. Conduite clinique

81 Préparation But : aider le patient à se préparer à cesser de fumer et à trouver des stratégies pour devenir non-fumeur. Félicitez le patient et exprimez votre confiance en ses capacités à cesser de fumer. Conseillez dutiliser des aides pharmacologiques pour diminuer les symptômes de sevrage et augmenter le taux de cessation (timbre, gomme, Zyban). Donnez du matériel éducatif, ex. «JARRETE, jy gagne!», en suggérant de lire les pages 8 à 11 du feuillet. Donnez le carton promotionnel du programme de groupe «JARRETE». Référez, sil y a lieu, à un membre de léquipe médicale afin de recevoir laide pharmacologique requise par sa condition. Si temps disponible: Discutez des difficultés anticipées par rapport à la cessation: symptômes de sevrage, gain de poids. Demandez de fixer une date de cessation. Aidez le patient à trouver des stratégies pour faire face à ces difficultés. Conduite clinique

82 Action et Maintien But : aider le patient à demeurer non-fumeur Félicitez. Demandez au patient sil a des problèmes ou des questions. Demandez où il en est avec ses aides pharmacologiques. Rappelez-lui dêtre fidèle aux rendez-vous de suivi fixés par son médecin. Suggérez au patient de se récompenser pour ses efforts. Si temps disponible: Discutez des stratégies utilisées pour résister au goût de fumer. Discutez des avantages quil a à être non-fumeur. Discutez des moyens pour prévenir les rechutes. Conduite clinique

83 Augmenter la motivation du patient en ajustant lintervention en fonction du stade où il se situe La motivation augmente à mesure que le patient perçoit quil y a plus davantages à changer que dinconvénients Les patients adoptent une nouvelle habitude seulement s'ils ont suffisamment confiance en leur capacité d'y arriver Redire souvent le message, le dire différemment, être plusieurs à le dire

84 Documentation pour le patient

85 Documentation Pour le patient hypertendu: «L'hypertension artérielle Attention Zone de haute pression», ACTI-MENU 2001 «Lhypertension et les maladies du cœur: Comment contrôler votre pression artérielle et réduire votre risque de maladies du cœur », Trousse Cœur en santé, Santé Canada 1999

86

87

88

89

90 Ressources disponibles pour le patient

91 Ressources à suggérer aux patients Dans le CLSC Dans la communauté

92 Mise en œuvre: tests suggérés

93 Comment transposer le 30 secondes-3 minutes en gestes concrets? dépister prendre 1 à 5 mesures avant de poser le diagnostic informer le patient de ses valeurs de TA faire un counseling sur les habitudes de vie: –cesser de fumer –manger mieux –bouger plus remettre de la documentation inscrire les informations au dossier Situation face à un des facteurs de risque de MCV Hypertension artérielle –8000 hypertendus sur le territoire du CLSC HVDR sont contrôlés Défi à relever au CLSC Introduire dans les pratiques quotidiennes des intervenants des Services courants –30 secondes à 3 minutes dintervention –en prévention des MCV –lors de chaque-contact-intervenant-patient

94 Tests suggérés auprès des patients 1-Mesurer la TA à tous patients de 3 ans et plus Suggestions: Mesurer la TA à tous patients de 18 ans et plus au cours dune demie-journée Utiliser le protocole de TA révisé aujourdhui ou Mesurer la TA à 1 patient sur 2 âgé de 18 ans et plus au cours dune journée Utiliser le protocole de TA révisé aujourdhui

95 Tests suggérés auprès des patients 2-Transmettre à tous les patients de 18 ans et plus à qui la TA a été mesurée, ses chiffres de TA avec leur interprétation –votre TA est à X/X –elle est N/AN –on vous suggère de……(voir recommandations du tableau de la classification de la TA) Commentaire possible: mon médecin me dit quelle est N

96 Tests suggérés auprès des patients 3-Tester des informations générales à transmettre au patient sur l'HTA en tant que facteur de risque de MCV

97 Tests suggérés auprès des patients 4-Remettre au patient hypertendu la documentation appropriée en soulignant ou encerclant des mots clés N.B. les recommandations non pharmacologiques seront vues en détail à lautomne

98 Tests suggérés auprès des patients 5-Inscrire linformation au dossier

99 Réponses au mini-quiz

100 Mini-Quiz Rencontre sur lHTA CLSC-CHSLD Haute-Ville-des-Rivières UMF/Services courants, mai Vous notez chez un patient une TA à 180/110 à sa première visite. Le patient est asymptomatique. Ce dernier nécessite dêtre revu dici : a)24 heures b)1 semaine c)2 semaines d)1 mois 2.La position couchée est la norme recommandée pour la mesure de la tension artérielle ? vrai faux 3.Lorsquon mesure la tension artérielle chez un patient dont le dos nest pas appuyé, on aura une systolique augmentée de 6 à 10 mmHg. vrai faux 4.Un patient est vu pour la première fois. Sa TA est à 170/95. On ne trouve pas dautres valeurs au dossier. On devrait débuter tout de suite un traitement ? oui non 5.Selon le Groupe détude canadien sur lexamen médical périodique, il est recommandé de mesurer la TA à chaque personne âgée de 3 ans et plus, lors de chaque consultation chez le médecin ? vrai faux ______________________________________________________________________________________________________________________________ « Au cœur de la vie », CLSC HVDR et Direction de santé publique de Québec Mini-Quiz Rencontre sur lHTA CLSC-CHSLD Haute-Ville-des-Rivières UMF/Services courants, mai ) vrai faux 4) oui Non 3) vrai faux 2) vrai faux 1)a b c D

101 Prochaine rencontre Date:Lundi 3 juin 2002 Lieu:CLSC HVDR salle #219 Durée:3 heures Sujet:2ième facteur de risque de MCV: le tabac


Télécharger ppt "Lhypertension artérielle Réalisé par : Raymonde Pineau Ginette Turbide Avec la collaboration de : Maureen Guthree Francine Pelletier Nicole Montminy Dre."

Présentations similaires


Annonces Google