La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Agir et sexprimer avec son corps : se déplacer et se repérer dans lespace La Ferté Macé 16 février 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Agir et sexprimer avec son corps : se déplacer et se repérer dans lespace La Ferté Macé 16 février 2011."— Transcription de la présentation:

1 Agir et sexprimer avec son corps : se déplacer et se repérer dans lespace La Ferté Macé 16 février 2011

2 Les programmes BO HS du 19 juin 2008

3 Lécole maternelle a pour finalité daider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à sapproprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux. Lécole maternelle a pour finalité daider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à sapproprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux. Lobjectif essentiel de lécole maternelle est lacquisition dun langage oral riche, organisé et compréhensible par lautre. À lécole maternelle, lenfant établit des relations avec dautres enfants et avec des adultes. Il exerce ses capacités motrices, sensorielles, affectives, relationnelles et intellectuelles ; il devient progressivement un élève. Il découvre lunivers de lécrit. Lobjectif essentiel de lécole maternelle est lacquisition dun langage oral riche, organisé et compréhensible par lautre. À lécole maternelle, lenfant établit des relations avec dautres enfants et avec des adultes. Il exerce ses capacités motrices, sensorielles, affectives, relationnelles et intellectuelles ; il devient progressivement un élève. Il découvre lunivers de lécrit. BO HS du 19 juin 2008

4 En répondant aux divers besoins des jeunes enfants quelle accueille, lécole maternelle soutient leur développement. Elle élargit leur univers relationnel et leur permet de vivre des situations de jeux, de recherches, de productions libres ou guidées, dexercices, riches et variés, qui contribuent à enrichir la formation de leur personnalité et leur éveil culturel. En répondant aux divers besoins des jeunes enfants quelle accueille, lécole maternelle soutient leur développement. Elle élargit leur univers relationnel et leur permet de vivre des situations de jeux, de recherches, de productions libres ou guidées, dexercices, riches et variés, qui contribuent à enrichir la formation de leur personnalité et leur éveil culturel. Elle laisse à chaque enfant le temps de saccoutumer, dobserver, dimiter, dexécuter, de chercher, dessayer, en évitant que son intérêt ne sétiole ou quil ne se fatigue. Elle stimule son désir dapprendre et multiplie les occasions de diversifier ses expériences et denrichir sa compréhension. Elle sappuie sur le besoin dagir, sur le plaisir du jeu, sur la curiosité et la propension naturelle à prendre modèle sur ladulte et sur les autres, sur la satisfaction davoir dépassé des difficultés et de réussir. Elle laisse à chaque enfant le temps de saccoutumer, dobserver, dimiter, dexécuter, de chercher, dessayer, en évitant que son intérêt ne sétiole ou quil ne se fatigue. Elle stimule son désir dapprendre et multiplie les occasions de diversifier ses expériences et denrichir sa compréhension. Elle sappuie sur le besoin dagir, sur le plaisir du jeu, sur la curiosité et la propension naturelle à prendre modèle sur ladulte et sur les autres, sur la satisfaction davoir dépassé des difficultés et de réussir. Les activités proposées à lécole maternelle doivent offrir de multiples occasions dexpériences sensorielles et motrices en totale sécurité. Les activités proposées à lécole maternelle doivent offrir de multiples occasions dexpériences sensorielles et motrices en totale sécurité.[…]

5 « Des démarches adaptées » à la manière dapprendre La représentation de lespace chez lenfant de Jean Piaget La représentation de lespace chez lenfant de Jean Piaget « Lespace perceptif ou sensori-moteur se construit progressivement, en interaction avec les espaces topologique et représentatif qui sont le soubassement de la fonction symbolique nécessaire au langage. Lintelligence pratique permet de passer, vers lâge de deux ans dun espace égocentrique à un espace où les objets ont des relations entre eux et où, en parallèle, les images mentales commencent à apparaître. La motricité est nécessaire à la perception et à la construction de lespace et des représentations spatiales. Le sujet parvient à se représenter les formes dautant mieux quil est capable de les construire grâce à ses actions. A partir dune représentation orientée de son corps, il va organiser lespace qui lentoure ». « Lespace perceptif ou sensori-moteur se construit progressivement, en interaction avec les espaces topologique et représentatif qui sont le soubassement de la fonction symbolique nécessaire au langage. Lintelligence pratique permet de passer, vers lâge de deux ans dun espace égocentrique à un espace où les objets ont des relations entre eux et où, en parallèle, les images mentales commencent à apparaître. La motricité est nécessaire à la perception et à la construction de lespace et des représentations spatiales. Le sujet parvient à se représenter les formes dautant mieux quil est capable de les construire grâce à ses actions. A partir dune représentation orientée de son corps, il va organiser lespace qui lentoure ». De lespace sensori-moteur (espace daction et de perception) A la construction progressive dun espace représenté.

6 « Des démarches adaptées » à lâge, au développement physique et psychologique Lactivité physique en maternelle (site IA) Lactivité physique en maternelle (site IA)site IAsite IA http://www.ac-caen.fr/ia61/ress/portail/eps/index.php?post/2010/07/14/Ressources-p%C3%A9dagogiques http://www.ac-caen.fr/ia61/ress/portail/eps/index.php?post/2010/07/14/Ressources-p%C3%A9dagogiqueshttp://www.ac-caen.fr/ia61/ress/portail/eps/index.php?post/2010/07/14/Ressources-p%C3%A9dagogiques

7

8

9

10

11

12 « Se repérer dans lespace » Quelles sont les principales disciplines concernées ?

13 Agir et sexprimer avec son corps Lactivité physique et les expériences corporelles contribuent au développement moteur, sensoriel, affectif et intellectuel de lenfant. Elles sont loccasion dexplorer, de sexprimer, dagir dans des environnements familiers, puis, progressivement, plus inhabituels. Elles permettent de se situer dans lespace. Lactivité physique et les expériences corporelles contribuent au développement moteur, sensoriel, affectif et intellectuel de lenfant. Elles sont loccasion dexplorer, de sexprimer, dagir dans des environnements familiers, puis, progressivement, plus inhabituels. Elles permettent de se situer dans lespace.[…] Grâce aux diverses activités, les enfants acquièrent une image orientée de leur propre corps. Ils distinguent ce qui est : devant, derrière, au-dessus, au- dessous, puis à droite et à gauche, loin et près. Ils apprennent à suivre des parcours élaborés par lenseignant ou proposés par eux ; ils verbalisent et représentent ces déplacements. Grâce aux diverses activités, les enfants acquièrent une image orientée de leur propre corps. Ils distinguent ce qui est : devant, derrière, au-dessus, au- dessous, puis à droite et à gauche, loin et près. Ils apprennent à suivre des parcours élaborés par lenseignant ou proposés par eux ; ils verbalisent et représentent ces déplacements.

14 Médor et son os Médor et son os Placé au centre du cercle de joueurs, un enfant, les yeux bandés est agenouillé les mains à terre. On place entre ses genoux et ses mains l'os (exemple : un foulard). Au signal sonore du meneur de jeu, un joueur désigné part de sa place et sans bruit essaie de s'emparer de l'os. Le joueur aveugle ("le chien« ) dès qu'il entend un bruit, tend le bras dans la direction du bruit. Si cela correspond à la position du "voleur", celui-ci retourne à sa place, sinon il peut continuer. On donne trois chances ou plus au "chien". Celui qui arrive à voler l'os devient "le chien" Placé au centre du cercle de joueurs, un enfant, les yeux bandés est agenouillé les mains à terre. On place entre ses genoux et ses mains l'os (exemple : un foulard). Au signal sonore du meneur de jeu, un joueur désigné part de sa place et sans bruit essaie de s'emparer de l'os. Le joueur aveugle ("le chien« ) dès qu'il entend un bruit, tend le bras dans la direction du bruit. Si cela correspond à la position du "voleur", celui-ci retourne à sa place, sinon il peut continuer. On donne trois chances ou plus au "chien". Celui qui arrive à voler l'os devient "le chien" Jeux à trouver Jeux à trouver Dans un temps et un espace limités, il faut trouver et rapporter un maximum de petits objets cachés (ex.: des pièces dun puzzle). Dans un temps et un espace limités, il faut trouver et rapporter un maximum de petits objets cachés (ex.: des pièces dun puzzle). Le chef dorchestre Le chef dorchestre Un élève sort de la pièce. En son absence, un chef dorchestre est désigné. Il fera des gestes que tous ses camarades assis en ronde reproduiront le plus fidèlement possible. Lenfant isolé revient, se place debout au milieu de la ronde et doit deviner qui est le chef dorchestre. Un élève sort de la pièce. En son absence, un chef dorchestre est désigné. Il fera des gestes que tous ses camarades assis en ronde reproduiront le plus fidèlement possible. Lenfant isolé revient, se place debout au milieu de la ronde et doit deviner qui est le chef dorchestre. Le siffleur Le siffleur Lenseignant (puis un élève) et émet de temps en temps un coup de sifflet. Il faut retrouver le siffleur. Le siffleur a le droit ou non de se déplacer. Lenseignant (puis un élève) et émet de temps en temps un coup de sifflet. Il faut retrouver le siffleur. Le siffleur a le droit ou non de se déplacer. Laveugle Laveugle Les élèves sont en binôme, lun a les yeux bandés. Le guide (tenant la main de laveugle) suit le parcours quil a inventé en précisant à haute voix les lieux de passage. A lissue du parcours, lélève qui avait les yeux bandés doit reproduire, à laide de tous ses sens, le trajet précédemment effectué. Les élèves sont en binôme, lun a les yeux bandés. Le guide (tenant la main de laveugle) suit le parcours quil a inventé en précisant à haute voix les lieux de passage. A lissue du parcours, lélève qui avait les yeux bandés doit reproduire, à laide de tous ses sens, le trajet précédemment effectué. Une banque de jeux

15 Le facteur Le facteur Tu gèles / tu brûles Tu gèles / tu brûles Le maître a dit (Jacques a dit) Le maître a dit (Jacques a dit) Les courses aux objets Les courses aux objets Cache-cache Cache-cache Etc. Etc. Des jeux « traditionnels »

16 Nous posons / vous cherchez Nous posons / vous cherchez Un groupe délèves place des objets quun autre groupe délèves va devoir trouver. Puis on inverse les rôles. Différentes aides à la recherche sont possibles. Les postiers Les postiers Les postiers doivent déposer leur courrier dans les bonnes maisons selon les adresses dessinées sur lenveloppe. Des éléments orientent le village (rues, stade, etc.). Les postiers doivent déposer leur courrier dans les bonnes maisons selon les adresses dessinées sur lenveloppe. Des éléments orientent le village (rues, stade, etc.). Le parcours cerceau Le parcours cerceau Suivre un parcours décrit (plusieurs possibilités) ou jalonné pour découvrir « sa couleur » de cerceau. Le fil dAriane Le fil dAriane Suivre des parcours continus dans un espace vaste. Dérouler plusieurs pelotes de fils de couleurs différentes. Chaque élève suit, à tour de rôle, du bout des doigts, lintégralité des parcours, qui restent au sein de lécole mais empruntent classe, couloir, cour… Les chambres mal rangées Les chambres mal rangées Plusieurs chambres identiques (carrés avec un entrée) sont aménagées avec les mêmes objets mais placés différemment. Il faut retrouver sa chambre (celle dessinée sur sa carte).

17 Une course en étoile Une course en étoile Une photo numérique est ouverte à lordinateur dans un dossier « chasse au trésor ». Elle indique un lieu. Le binôme y trouve un code écrit sur un petit papier. Il doit alors retourner à lordinateur pour ouvrir le dossier indiqué (6J) dans une arborescence. Dans ce dossier, il trouve une nouvelle photo, lui indiquant un autre lieu. Etc. Au bout de 6 à 10 photos, il parvient à la validation.

18 Le petit Poucet (ou parcours jalonné) Le petit Poucet (ou parcours jalonné) Les élèves sont au point de départ et nont pas vu par où la maîtresse est passée. Les élèves vont devoir retrouver les perles semées tout au long du parcours. On laisse les élèves évoluer individuellement. Les élèves sont regroupées où a été retrouvée la perle. Une nouvelle recherche reprend à partir de ce point. Le parcours ainsi jalonné est repris, de mémoire, dans son intégralité. Le chemin Le chemin Plusieurs chemins sont possibles. Il faut suivre celui qui a été décrit par le maître : « il passe entre les deux arbres puis… » Le parcours papillon Le parcours papillon Petits circuits de deux ou trois postes avec un départ et une arrivée communs (même organisation que la course en étoile). Permet facilement des différenciations. Très, très, très loin Très, très, très loin Un objet (un trésor) est caché, il convient de le retrouver. Les seules indications données sont de lordre de la distance : « près », « très près », « loin », « très loin ».

19 Le parcours mémoire Le parcours mémoire Retrouver lobjet désigné après avoir vu sa cachette. Après avoir vu un parcours, en se promenant avec la maîtresse, revenir au point de départ. 1. Aller ensuite récupérer lobjet choisi sans aucune désignation du lieu. On peut faire varier la longueur du parcours et le nombre dobjets. 2. Réitérer à lidentique le parcours réalisé par la maîtresse ou un élève. Il peut y avoir une suite dobjets à retrouver dans un certain ordre. La légende La légende Des groupes délèves disposent dun plan dun milieu connu avec une légende incomplète (ex.: photos à associer à des symboles). Les élèves suivent collectivement litinéraire proposé et identifient sur le plan les éléments rencontrés. Ils doivent alors compléter la légende. Je pose, vous cherchez le trésor Je pose, vous cherchez le trésor Un trésor est caché par le maître. Des groupes de 3 élèves doivent retrouver le trésor daprès les messages et informations données (messages oraux, gestes, messages dessinés ou écrits, cases numérotées). De balise en balise De balise en balise Des postes (cônes au sol) visibles seulement dun poste à lautre sont installés. Par binôme ou groupe de 3, les élèves réalisent le parcours de poste en poste. Le Rallye Photos Le Rallye Photos Enchaîner un parcours dans lordre des photos de la feuille de route.

20 Le parcours à la photo Réaliser un parcours seul ou en binôme en respectant une fiche de route présentant 10 à 15 photographies. Sur place, une gommette, un poinçon ou un code sont à associer à la photo pour valider la découverte du lieu. Un ordre peut être imposé ou non. Le parcours à la fenêtre Par petit groupe ou seul, il faut enchaîner le parcours dans lordre des fenêtres et en suivant les flèches. Le point darrivée dune fenêtre est le point de départ de la suivante. La flèche est orientée à partir du bas des fenêtres. La carte flottante http://education.ign.fr/DISPLAY/000/506/470/5064705/carte_flottante.pdf A adapter à la maternelle La chasse aux trésors Plusieurs objets sont cachés par la maîtresse. Le jeu débute lorsque la maîtresse indique oralement ou visuellement où se situe lobjet recherché. Le parcours suisse http://education.ign.fr/DISPLAY/000/506/470/5064707/parcours_suisse.pdf A adapter à la maternelle

21 Des axes de complexité Un jeu est adaptable à presque tous les niveaux de lécole primaire selon le degré de complexité des variables didactiques qui le caractérisent. Un jeu est adaptable à presque tous les niveaux de lécole primaire selon le degré de complexité des variables didactiques qui le caractérisent.

22 Les fondamentaux Les espaces Les espaces Les représentations Les représentations Les formes de guidage Les formes de guidage Familier restreintFamilier élargiInconnu restreintInconnu élargi RéelPhotoDessinPlan simplifiéPlan très symboliséPlan symboliséCartes GesteConsigne oraleJalonnageEcrit simpleCode / légende Pour la maternelle

23 Programmer ces jeux Prendre des repères en diversifiant ses sources dinformations Prendre des repères en diversifiant ses sources dinformations Lire le milieu (espace vécu par les sens) Médor et son os (jeu à trouver) ; Le chef dorchestre ; Le siffleur ; Laveugle ; Le facteur; Tu gèles / tu brûles… Médor et son os (jeu à trouver) ; Le chef dorchestre ; Le siffleur ; Laveugle ; Le facteur; Tu gèles / tu brûles… Décrire le milieu (espace décrit) Le maître a dit ; La course aux objets ; Cache-cache ; Nous posons / vous cherchez… Le maître a dit ; La course aux objets ; Cache-cache ; Nous posons / vous cherchez… Lire des représentations du milieu (espace représenté) La course en étoile photos ; Les postiers ; Les chambres mal rangées ; La course en étoile plan ; Nous posons / vous cherchez plan… La course en étoile photos ; Les postiers ; Les chambres mal rangées ; La course en étoile plan ; Nous posons / vous cherchez plan… Suivre et construire des itinéraires Suivre et construire des itinéraires Suivre un itinéraire Dindice en indice Dindice en indice Le fil dAriane ; Le parcours à la photo ; Le parcours à la fenêtre ; La carte flottante… Le fil dAriane ; Le parcours à la photo ; Le parcours à la fenêtre ; La carte flottante… En disposant de tous les indices depuis le départ En disposant de tous les indices depuis le départ La chasse aux trésors ; Le parcours suisse photo ; Le parcours suisse plan… La chasse aux trésors ; Le parcours suisse photo ; Le parcours suisse plan… Construire un itinéraire Le petit Poucet ; Le parcours cerceau ; Le chemin ; Le parcours papillon photo ; Le parcours papillon plan… Le petit Poucet ; Le parcours cerceau ; Le chemin ; Le parcours papillon photo ; Le parcours papillon plan…

24 Lactivité « orientation » Réglementation (site IA) Réglementation (site IA)site IAsite IA LActivité Physique et Sportive LActivité Physique et Sportive La pratique de lorientation suppose une connaissance minimale de lA.P.S. La pratique de lorientation suppose une connaissance minimale de lA.P.S.

25

26

27 Les Paliers Adaptatifs Il apparaît dans lévolution du coureur en orientation des étapes comportementales que nous appelons « paliers adaptatifs ». Il apparaît dans lévolution du coureur en orientation des étapes comportementales que nous appelons « paliers adaptatifs ». Pour chaque palier, nous faisons des constats sur ce que lélève fait. Nous tentons de caractériser son mode dorganisation dominant dans le rapport au monde environnant. Pour chaque palier, nous faisons des constats sur ce que lélève fait. Nous tentons de caractériser son mode dorganisation dominant dans le rapport au monde environnant. Le passage dun palier à un autre nécessite une transformation de lorganisation du sujet. Cette transformation nest pas seulement un changement dattitude, cest une rupture avec son comportement antérieur. Le passage dun palier à un autre nécessite une transformation de lorganisation du sujet. Cette transformation nest pas seulement un changement dattitude, cest une rupture avec son comportement antérieur.

28

29 Les fils de laine Daprès une expérimentation menée en classe maternelle dans la circonscription de Flers Dans un premier temps, lobjectif est de retrouver un espace connu à laide de photos sous forme de « course aux gommettes ». Dans un second temps, lélève recherche les lieux et note lordre dans lequel il les a découvert.

30 En classe, chaque élève représente « son parcours » à partir de sa fiche de contrôle et du plan de lécole.

31 En comparant les longueurs des fils au classement des élèves, on note une corrélation entre les parcours les plus courts et les premières places. Les élèves en déduisent que « pour aller plus vite, il faut courir et trouver le parcours le plus court pour relier les balises ».

32 Découvrir le monde Se repérer dans lespace Tout au long de lécole maternelle, les enfants apprennent à se déplacer dans lespace de lécole et dans son environnement immédiat. Ils parviennent à se situer par rapport à des objets ou à dautres personnes, à situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à dautres repères, ce qui suppose une décentration pour adopter un autre point de vue que le sien propre. En fin décole maternelle, ils distinguent leur gauche et leur droite. Tout au long de lécole maternelle, les enfants apprennent à se déplacer dans lespace de lécole et dans son environnement immédiat. Ils parviennent à se situer par rapport à des objets ou à dautres personnes, à situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à dautres repères, ce qui suppose une décentration pour adopter un autre point de vue que le sien propre. En fin décole maternelle, ils distinguent leur gauche et leur droite. Les enfants effectuent des itinéraires en fonction de consignes variées et en rendent compte (récits, représentations graphiques). Les enfants effectuent des itinéraires en fonction de consignes variées et en rendent compte (récits, représentations graphiques). Les activités dans lesquelles il faut passer du plan horizontal au plan vertical ou inversement, et conserver les positions relatives des objets ou des éléments représentés, font lobjet dune attention particulière. […] Les activités dans lesquelles il faut passer du plan horizontal au plan vertical ou inversement, et conserver les positions relatives des objets ou des éléments représentés, font lobjet dune attention particulière. […]

33 De lespace vécu à lespace représenté 1. Espace vécu (appropriation) Les enfants sont en situation exploratoire dans un espace aménagé (la classe, le gymnase…). Le maître donne des consignes de positionnement : être entre… et…, en dehors, à l'intérieur ou sur les limites... Il doit y avoir un objectif explicite pour les élèves. Ex.: faire le plan dun jeu pour en écrire la règle. Daprès les travaux de lIA 53 http://www.ia53.ac-nantes.fr/35964582/0/fiche___pagelibre/&RH=53_RPEps

34 De lespace vécu à lespace représenté 2. Le dessin (1 ère représentation) On demande aux enfants de faire le « dessin » du jeu / de la classe. En général, on obtient autant de versions quil y a d'enfants. Ces dessins sont donc uniquement lisibles par les enfants qui les ont faits. Une mise en commun est nécessaire pour quils en prennent conscience. NB: les vues aériennes sont rares… Daprès les travaux de lIA 53 http://www.ia53.ac-nantes.fr/35964582/0/fiche___pagelibre/&RH=53_RPEps

35 De lespace vécu à lespace représenté 3. La maquette (2 ème représentation) Les enfants fabriquent une maquette avec du matériel simple (lego, boîtes, cubes...). Il faut prendre conscience que ce n'est plus la réalité mais une représentation plus petite. On veille à disposer les objets les uns par rapport aux autres. Pour réaliser une maquette, il faut avoir listé à l'oral et à l'écrit les différents éléments qui doivent figurer sur la maquette. Le maître relit régulièrement cette liste si nécessaire. Chercher des correspondances entre le matériel réel et des objets ou jouets de la classe. Bien prendre en compte la taille (les proportions), la forme et la couleur. Cette correspondance entre le petit objet et lobjet réel est un préalable à la « légende » des futurs plans.

36 De lespace vécu à lespace représenté 4. Le plan dessiné : vers un tracé en 2D Par collage déléments stables Feuille A3 = le gymnase, Feuille jaune A4= l'espace de jeu, 4 grandes gommettes triangle : plots, 1 petit rectangle bleu : le tapis, 3 grosses gommettes rondes : les cerceaux Des petits morceaux de papier de couleur: les divers objets du jeu. Modalité : petit groupe / binôme Par contour des objets de la maquette En glissant le crayon le long de chaque forme, on retire les éléments un à un (un code couleur peut être défini). Ex.: carré rouge = chaise et carré bleu = étagère Le plan reste aux dimensions de la maquette… Modalité : grand groupe

37 De lespace vécu à lespace représenté 4. Le plan dessiné : vers le tracé en 2D Les enfants peuvent le faire : - directement, - à partir d'une photo de la maquette, vue du dessus. La représentation peut être encore incomplète (symbolisation, position des objets les uns par rapport aux autres). A ce stade, on peut encore remarquer plusieurs représentations des objets.

38 De lespace vécu à lespace représenté 5. Le plan définitif Insister sur l'idée de symbolisation : 1 objet = 1 seule représentation Rappeler qu'il s'agit d'une représentation obtenue à partir d'une vue de dessus. Une dernière confrontation en parallèle ou superposition (calque) : - Entre les différents plans ; - Avec la photo de la maquette ; - Avec le plan dévacuation de lécole ; - Avec le plan de masse du quartier, la photo aérienne…

39 Un travail sur la photographie avec des GS : Un travail sur la photographie avec des GS : Extrait du DVD Des images à lécole maternelle La construction du regard (espace et images) Ici, lélève essaie de produire une photo identique à celle proposée par le maître. Au cours de cette séquence, les notions de points de vue sont abordées : loin / près, à droite / à gauche, gros plan / plan large, devant / derrière, de dessus (plongée) / de dessous (contre plongée), de côté, etc.

40 « La sortie photos » Les élèves sortent dans le quartier et prennent en photo tout ce qui attire leur attention. Ces divers éléments sont nommés sur place et rappelés en classe : larrêt de bus, le monument aux morts, la mairie, léglise, le rond-point, le stade, les cours de tennis, le cimetière, la boulangerie… En classe, les élèves vont situer les photos prises sur une vue aérienne (Géoportail / Google Earth).Géoportail Google Earth

41 Après une sortie photo dans le quartier, on présente sur grand écran (idéalement, au TNI) une vue aérienne de la ville dans Google Earth. Les élèves repèrent des éléments caractéristiques facilement reconnaissables malgré le changement de plan: le plan deau, les cours de tennis, le rond point, le stade de foot, etc. On valide alors les hypothèses des élèves en basculant en mode Street-view et en sy déplaçant (en avançant, reculant, en se tournant à gauche / droite). « La sortie photos » sur Google Earth Pour dautres éléments pris en photo au cours de la sortie le changement de plan rend la vue aérienne moins lisible (les enfants ne peuvent reconnaître les bâtiments à leurs toits ou leur surface). Il faudra donc les placer daprès les éléments déjà identifiés et positionnés. Ex.: « la mairie est le long de la grande route, là où il y a un petit parking ».

42 Géoportail offre une fonctionnalité de bascule progressive de la photo au plan en jouant sur des transparences de couches de diverses natures (photo aérienne, carte routière, cadastre, cartes IGN…). Géoportail offre une fonctionnalité de bascule progressive de la photo au plan en jouant sur des transparences de couches de diverses natures (photo aérienne, carte routière, cadastre, cartes IGN…). « La sortie photos » sur Géoportail

43 La formalisation des savoirs « Se repérer dans lespace » est le domaine qui prendra plus tard le nom de « géographie ». Cest donc la discipline des savoirs liés à lespace et en particulier à sa représentation.

44 Ces temps englobent les situations pratiques qui ne relèvent pas de lEPS (ex.: la photo) ainsi que la plupart des moments de formalisation. Ces temps englobent les situations pratiques qui ne relèvent pas de lEPS (ex.: la photo) ainsi que la plupart des moments de formalisation. - Construction d'une maquette / dun plan ; - Construction d'une maquette / dun plan ; - Exploitations différées et différentes de la maquette ou du plan (cf. préparation du matériel) ; - Exploitations différées et différentes de la maquette ou du plan (cf. préparation du matériel) ; - Diaporama en libre accès présentant des situations vécues (accueil, atelier) ; - Diaporama en libre accès présentant des situations vécues (accueil, atelier) ; - Jeux de société : memory, loto... liés à l'activité. - Jeux de société : memory, loto... liés à l'activité. Des temps de « retour sur le vécu »

45 Préparation du matériel Autonomie et lecture de plan dans toutes les disci- plines (ex.: en responsabilité tournante à laccueil). Autonomie et lecture de plan dans toutes les disci- plines (ex.: en responsabilité tournante à laccueil). Daprès une photo en plan large de la dernière installation (mémoire du vécu). Les élèves comptent le nombre de plots, cerceaux, ballons… Daprès une liste photo, dessinée et / ou écrite plus ou moins lisible immédiatement (légende à distance).

46 Installation du matériel Préparer puis installer le matériel daprès le plan (ex.: celui de la fiche de jeu) en respectant les quantités, dispositions et légendes. Variante sous forme de situation problème Ex. : 1 ballon, 4 cerceaux et le bon nombre de chasubles bleus et rouges pour 2 équipes daprès la liste des présents.

47 Sapproprier le langage Le langage oral est le pivot des apprentissages de lécole maternelle. Lenfant sexprime et se fait comprendre par le langage. Il apprend à être attentif aux messages quon lui adresse, à les comprendre et à y répondre. Dans les échanges avec lenseignant et avec ses camarades, dans lensemble des activités et, plus tard, dans des séances dapprentissage spécifiques, il acquiert quotidiennement de nouveaux mots dont le sens est précisé, il sapproprie progressivement la syntaxe de la langue française (lordre des mots dans la phrase). La pratique du langage associée à lensemble des activités contribue à enrichir son vocabulaire et lintroduit à des usages variés et riches de la langue (questionner, raconter, expliquer, penser). Le langage oral est le pivot des apprentissages de lécole maternelle. Lenfant sexprime et se fait comprendre par le langage. Il apprend à être attentif aux messages quon lui adresse, à les comprendre et à y répondre. Dans les échanges avec lenseignant et avec ses camarades, dans lensemble des activités et, plus tard, dans des séances dapprentissage spécifiques, il acquiert quotidiennement de nouveaux mots dont le sens est précisé, il sapproprie progressivement la syntaxe de la langue française (lordre des mots dans la phrase). La pratique du langage associée à lensemble des activités contribue à enrichir son vocabulaire et lintroduit à des usages variés et riches de la langue (questionner, raconter, expliquer, penser). Échanger, sexprimer Les enfants apprennent à échanger, dabord par lintermédiaire de ladulte, dans des situations qui les concernent directement : ils font part de leurs besoins, de leurs découvertes, de leurs questions ; ils écoutent et répondent aux sollicitations. Ils nomment avec exactitude les objets qui les entourent et les actions accomplies. […] Échanger, sexprimer Les enfants apprennent à échanger, dabord par lintermédiaire de ladulte, dans des situations qui les concernent directement : ils font part de leurs besoins, de leurs découvertes, de leurs questions ; ils écoutent et répondent aux sollicitations. Ils nomment avec exactitude les objets qui les entourent et les actions accomplies. […]

48 « Le Parcours EPS » Extrait du DVD « Apprendre à parler » Extrait du DVD « Apprendre à parler » Où voit-on quelquun qui rampe sous la barre ?

49 Sapproprier le langage Ce souci constant est présent dans toutes les séances : quil sagisse dEPS ou de Découverte du monde, chaque séance doit avoir un objectif langagier. Ce souci constant est présent dans toutes les séances : quil sagisse dEPS ou de Découverte du monde, chaque séance doit avoir un objectif langagier.

50 Le vocabulaire Il ne se limite pas aux prépositions de lieu et touche toutes les natures de mots : Il ne se limite pas aux prépositions de lieu et touche toutes les natures de mots : Des noms dobjets (le concret) : une photo, une balise, une feuille de route, un poinçon, une pancarte, un trésor, un chemin, la porte, le radiateur, lextincteur... Des noms dobjets (le concret) : une photo, une balise, une feuille de route, un poinçon, une pancarte, un trésor, un chemin, la porte, le radiateur, lextincteur... Dautres noms communs (labstrait) : une flèche, un indice, un code, un itinéraire, un trajet, un parcours, le coin, un endroit... Dautres noms communs (labstrait) : une flèche, un indice, un code, un itinéraire, un trajet, un parcours, le coin, un endroit... Des actions (verbes) : regarder, chercher, trouver, dessiner, observer, se repérer, se diriger, passer, tourner, retourner, se retourner, reculer, avancer, représenter... Des actions (verbes) : regarder, chercher, trouver, dessiner, observer, se repérer, se diriger, passer, tourner, retourner, se retourner, reculer, avancer, représenter...

51 Programmer le vocabulaire Eléments de progression dans lacquisition du vocabulaire Eléments de progression dans lacquisition du vocabulaire Désignation des espaces Indicateurs spatiaux Verbes daction Début de maternelle Familier restreint : Classe, toilettes, couloir, dortoir, salle de jeux, BCD, cour, bureau, salle des ATSEM… A côté de / près de Au même endroit Entre En haut - en bas Sur - sous Dans - hors Devant – derrière (au) dessous – dessus Avant - après Se diriger Avancer - reculer Monter - descendre Tourner - aller tout droit Traverser Entrer - sortir Grimper - escalader Fin de maternelle Familier élargi : Ecole, quartier, trottoir, rue, jardin, ville, mairie, église, boulangerie… Loin - près Proche - lointain A gauche - à droite A lintérieur – à lextérieur Séloigner - se rapprocher Quitter – atteindre Parcourir

52 Des temps spécifiques - Traces écrites (dictée à l'adulte) : règle du jeu, compte-rendu de l'activité, légende de photos, liste de matériel... - Enrichissement des outils de conservation du vocabulaire : affichage, cahier de vie, imagier, abécédaire (papier et multimédia), classeur (catégories), étiquetage, bac de classement de fiches lexique, enregistrement sonore du lexique par les élèves… - Utilisation de ces outils : référents pendant les activités, référents pour la copie et la production d'écrit, atelier d'écoute, tris et classements... - Lecture d'albums riches en termes relatifs à l'espace

53 Sappuyer sur des lectures Des albums : Des albums : Une histoire sombre, très sombre Le petit bonhomme des bois Etc. Des documentaires sur lécole, la ville… Des documentaires sur lécole, la ville… Des chansons (ex.: « Derrière chez moi ») Des chansons (ex.: « Derrière chez moi »)

54 « Se repérer dans lespace » Lécole maternelle stimule son désir dapprendre et multiplie les occasions de diversifier ses expériences et denrichir sa compréhension. BO HS du 19 juin 2008 « Se déplacer et se repérer dans lespace » est une compétence riche et complexe ancrée dans divers domaines disciplinaires. « Se déplacer et se repérer dans lespace » est une compétence riche et complexe ancrée dans divers domaines disciplinaires. Pour prendre sens, elle doit être abordée dans des situations toutes aussi riches et complexes. Lenseignant doit organiser un réseau de séances qui se répondent et senrichissent. Pour prendre sens, elle doit être abordée dans des situations toutes aussi riches et complexes. Lenseignant doit organiser un réseau de séances qui se répondent et senrichissent.

55 Cette compétence est un résumé didactique de la maternelle : lenfant y est invité à explorer un monde complexe que le maître polyvalent linvite à comprendre et à organiser. Cette compétence est un résumé didactique de la maternelle : lenfant y est invité à explorer un monde complexe que le maître polyvalent linvite à comprendre et à organiser. La délicate mission de passeur dun état de nature (la propension naturelle à lexploration du monde) à celui de culture (laccession aux savoirs de lhumanité) ne peut se concevoir de manière cloisonnée. La délicate mission de passeur dun état de nature (la propension naturelle à lexploration du monde) à celui de culture (laccession aux savoirs de lhumanité) ne peut se concevoir de manière cloisonnée.Conclusion


Télécharger ppt "Agir et sexprimer avec son corps : se déplacer et se repérer dans lespace La Ferté Macé 16 février 2011."

Présentations similaires


Annonces Google