La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS DIGESTIFS L. Abid & S. Berkane Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine – Alger Mail :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS DIGESTIFS L. Abid & S. Berkane Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine – Alger Mail :"— Transcription de la présentation:

1

2 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS DIGESTIFS L. Abid & S. Berkane Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine – Alger Mail : Cours intensif de cancérologie digestive ENSM – 6/7 mai 2009

3 DEFINITION DE LEPIDEMIOLOGIE Etude de la distribution des maladies et des facteurs qui contrôlent leur fréquence, leur répartition géographique, leur histoire naturelle. Trois volets caractérisent cette discipline : Lépidémiologie descriptive : sous ce nom, sont classées les recherches consacrées à la description de la maladie : fréquence, distribution géographique, catégories des sujets atteints, évolution naturelle. Lépidémiologie analytique : elle sattache à identifier des facteurs étiologiques dans la survenue des maladies. Lépidémiologie évaluative ou dintervention qui concentre son action sur les résultats des actions de santé dans la collectivité. Coût des soins et de la prévention Chaque programme de santé se fait au dépens dautres programmes possibles. Les possibilités dintervention sont limités et ne peuvent dépasser le cadre de ce qui est offert par le système de santé.

4 Sources dinformation Statistique de mortalité : dénombrement des décès selon la cause ; les 1ères à être utilisées pour lestimation de limportance du cancer dans un pays donné. En Algérie, les statistiques de mortalité très mauvaise qualité, certificat de décès très mal remplis et inexploités ne pouvant être utilisés comme indicateurs fiables pour mesurer les tendances de l'évolution des cancers. Statistique de morbidité : dénombrement de tous les cas de cancers apparaissant (incidence) ou existant (prévalence) à un moment donné. Lenregistrement exhaustif et permanent des nouveaux cas de cancers, effectué à partir d'organismes de soins, dans une zone géographique bien déterminée, constitue un registre du cancer.

5 Les registres du cancer outils privilégiés pour étudier les caractéristiques épidémiologiques des cancers et évaluer les orientations politiques et sanitaires prises pour améliorer leur prise en charge. Le plus ancien registre de cancer est celui du Connecticut ( USA) créé en En Europe, le 1 er registre est celui du Danemark (1942). Les 1ers registres français ont été créés entre 1975 et 1978 dans le Bas-Rhin, la Côte-dOr, le Doubs, le Calvados et lIsère. Schaeffer (Ŧ) Faivre Schraub

6 Les registres du cancer en Algérie En Algérie, on est passé par plusieurs étapes : Registres hospitaliers : RALAC 1956, Pr. Allouache 1980, Pr. Illoul (13ème CMM, 1983) Registre anatomopathologique : Pr. Yaker 1975 Registres de population : 1 er registre mis en place en 1985 (registre des cancers digestifs de la wilaya dAlger, étendu à lensemble des localisations à partir de 1992). Registre des cancers de la wilaya de Sétif : 1989 Registre des cancers de la wilaya dOran :1994 Actuellement 17 willayas couvertes par un registre

7 17 registres du cancer en Algérie Registre du réseau Centre 1.Registre du Cancer dAlger 2.Registre du Cancer de Blida 3.Registre du Cancer de Tizi Ouzou Registre du réseau Ouest 1.Registre du Cancer dAdrar 2.Registre du Cancer de Ain Témouchent 3.Registre du Cancer de Bechar 4.Registre du Cancer de Mascara 5.Registre du Cancer de Mostaganem 6.Registre du Cancer dOran 7.Registre du Cancer de Relizane 8.Registre du Cancer de Saïda 9.Registre du Cancer de Tiaret 10.Registre du Cancer de Tlemcen Registre du réseau Est 1.Registre du Cancer de Annaba 2.Registre du Cancer de Batna 3.Registre du cancer de Constantine 4.Registre du Cancer de Sétif Validé par le CIRC Les registres du cancer sont des outils privilégiés pour étudier les caractéristiques épidémiologiques des cancers et évaluer les orientations politiques et sanitaires prises pour améliorer leur prise en charge

8 Les registres du cancer Constituent une banque de données utile pour les médecins et les décideurs à un niveau local et national. Les données dincidence issues de chaque registre permettent de comparer entre elles les wilayas couvertes par un registre de cancers et de rechercher déventuelles disparités de la répartition géographique, permettant ainsi de susciter et / ou conduire des études épidémiologiques visant à vérifier certaines hypothèses étiologiques.

9 Bases de diagnostic

10 Le cancer dans le monde Algérie France

11

12 Évolution des principales localisations chez lhomme Augmentation de lincidence du colon-rectum Chute de lincidence du cancer de lestomac

13 CANCERS: 650,000 cas en 2002 Foie: 53,000 Estomac: 26,000 Œsophage: 24,000 Colon-rectum: 23,500 Bouche,pharynx: 21,000

14 Cancers digestifs en Afrique pourcentage du total, par région Algérie : %

15

16 Digestive Cancer in Algiers male ( 2006 ) Incidence Rate percentage Esophagus 1.3 Stomach 8.9 Small Intestine 1.4 Colon - Rectum 18.0 Liver 1.2 Gallbladder 3.0 Pancreas 2.2 Esophagus Stomach Small Intestine Colon -rectum Liver Gallbladder Pancreas 2.4 % 23,8% 2,7 % 53,0% 3,6% 8,5 % 6,0 %

17 Digestive Cancer in Algiers female Incidence Rate Percentage Esophagus 1,0 Stomach 7.4 Small intestine 1.1 Colon- Rectum 13,8 Liver and IHBDC 1.2 Gallbladder and EHBD 5,2 Pancreas 1.1 Esophagus Stomach Small intestine Colon- rectum Liver EH biliary tract Pancreas 2,9 % 24,1 % 3,8 % 47,4 % 3,2 % 14,5% 4,0 %

18 Répartition des cancers du Tube digestif selon les périodes détude Auteurs Organe Bréhant cas Medjahed cas Yaker cas Allouache cas Illoul cas Abid cas Œsophage 6,2 %5,8%6,1%8,7%8,0%3,1% Estomac 44,9%51,1%43,2%50,2%45,7%43,8% Grêle 3,4%5,8%3,5%1%9,3%13,5% Colorectal 39,2%37,2%47,0%40,1%37,1%39, 6%

19 Répartition des cancers digestifs selon les périodes détude Auteur Organe Yaker 2157 cas Illoul(1) 2470 cas Illoul(2) 1602 cas Abid 734 cas INSP cas Œsophage 4,0%3,2%6,0%2,0%2,6% Estomac 28,3%37,0%34,4%28,7%23,9% Grêle 2,3%6,7%7,0%8,8%3,2% Colorectal 30,8%33,2%27,8%26,0%50,3% Foie 17,6%?7,6%9,2%6,0%3,4% VBEH 10,8% 10,0%13,2%11,4% Pancréas 2,5%1,6%5,5%7,1%5,0% Digestif SAI 7,3--8,0- 1- série histologique - 2- série clinique

20 Place des cancers digestifs parmi les cancers à Alger Les cancers digestifs représentaient 24,7 % des cancers chez lhomme, 17,5 % chez la femme. Le cancer colorectal se situait au 2 ème rang des cancers (50% environ des cancers digestifs ) Le cancer de lestomac se situait au 5° rang (1/4 des cancers digestifs). Chez la femme, le cancer des VBEH et plus particulièrement le cancer de la vésicule biliaire occupe une place importante.

21 Fréquence des cancers digestifs selon le sexe par rapport à lensemble des tumeurs Registre du cancer dOran - Années

22 Incidence standardisée sur lâge des cancers digestifs selon le sexe par rapport à lensemble des tumeurs - Années

23 LOCALISATION Âge moyen Oran Œsophage 62.6 ± 2.0 Estomac 57.2 ± 0.7 Intestin grêle 53.2 ± 2.1 Colo-rectum 54.0 ± 0.7 Anus 58.2 ± 4.0 Foie 59.8 ± 1.8 Voies biliaires 61.9 ± 0.7 Pancréas 60.4 ± 1.2 Age moyen au diagnostic selon la localisation Age moyen au diagnostic selon la localisation Âge moyen Alger ,1 ± 8,4 56,6 ± ,7± 8, ± ± ± ± 4.5

24 Aspect morphologique le plus fréquent Pour lensemble des organes digestifs Adénocarcinome

25 Le cancer colorectal

26 Taux dincidence du cancer colorectal pour les 2 sexes dans quelques pays africains et aux USA

27 Incidence du cancer colorectal (2001) RegistreHommesFemmes Alger14,313,8 Blida12,08,0 Tizi Ouzou10,37,0 Oran9,9

28 Enquête de prévalence année 2002 (INSP – 2005) cas de cancers diagnostiqués et / ou traités: Poumon : 1681 cas 12,3 % Colorectal :1180 cas 8,6% Vessie 1180 cas 8,5 % Homme Peau 1005 cas 7,3 % Estomac 942 cas 6,9 % Sein : 4541 cas 29,5 % Col utérin :1612 cas 10,5 % Colorectal :1082 cas 7,1% Femme Thyroïde : 737 cas 4,8 % Estomac : 586 cas 3,8 %

29 Nombre de nouveaux cas de cancers selon le registre des cancers d'Alger (Femmes) Période Total cas 1993/ cas cas cas cas cas cas cas Sein Col utérin Ovaires Colorectal Voies biliaires

30 Épidémiologie générale CCR: 50 % des cancers digestifs 1500 nouveaux cas par an Variation dincidence : 0,5 %/an Âge moyen de survenue : 50 ans mais 23% surviennent avant lâge de 40 ans. Sex-ratio : voisin de 1 au niveau du colon 1,2 au niveau du rectum

31 Tendances des taux dincidence du cancer colorectal à Kampala, Uganda

32 Les facteurs de risque du CCR Les 2 principales causes de CCR sont génétiques et environnementales : schématiquement, le CCR résulte de limpact de facteurs environnementaux sur un terrain génétiquement prédisposé. Plus rarement, le CCR peut résulter dune inflammation chronique. Limportance relative de ces facteurs varie selon les cas et lon décrit classiquement 3 niveaux de risque. Risque moyen: 80 % des CCR surviennent dans un tel contexte. rôle essentiel des facteurs environnementaux principalement lalimentation. Risque élevé : 1,5 à 5 fois >au risque moyen. Conséquence soit dune prédisposition génétique soit dune inflammation chronique ( RCUH, Crohn). Risque très élevé :atteint que lors de maladies héréditaires rares : PAF, Sd. de Lynch.Ces 2 maladies ne sont responsables que de 2 à 3 % des CCR.

33 Les facteurs de risque du CCR Alimentation et cancer du colon : Facteurs favorisants : Régime alimentaire hypercalorique et riche en graisses animales ( viandes rouges) Facteurs protecteurs : Légumes et fruits ( fibres)..de plus en plus discuté Calcium et Vit D Activité physique Rôle de lalcool et du tabac : faible mais non controversé

34 Les facteurs de risque du CCR Autres facteurs de risque : Age : rapide de lincidence après 60 ans Pathologie inflammatoire de lintestin ( MICI) diabète de type II Travail de nuit (rupture du rythme circadien) Traitement hormonal substitutif de la ménopause (oestrogènes) effet protecteur si prescription longue ( >5ans). On estime que 70 % des CCR pourraient être évités par une meilleure alimentation. Les migrants rejoignent dès la 1 ère génération le risque de la population daccueil.

35 Prévention et dépistage La prévention est basée sur la connaissance des facteurs de risque : Alimentation équilibrée avec réduction de consommation de viande rouge, riche en fibre ? Ça ne marche pas Aspirine : probablement efficace ? Calcium ? Oestrogènes : Oui mais effets négatifs connus. Le dépistage : Détection de sang occulte dans les selles (hemocult, FOBT :fecal occult blood test ) réduction de 33 % de la mortalité par cancer. Tous les 2 ans à partir de 50 ans ? Mais VPP faible ( 10 %) et Se 50 % seulement pour le cancer. Développement :test immunologique de détection de lHB, de loncogène Ki-Ras ou de la protéine P53 :non rentable actuellement. Simoidoscopie flexible et colonoscopie pour les sujets à haut risque, réduit de 50 % la mortalité par cancer du colon.

36 Algérie Taux de survie du cancer colorectal

37 Le cancer de lestomac

38 < 4.2< 5.4< 6.8< 12.5 < 20.3 AFROCAN Cancer de lestomac: Taux standardisés (hommes)

39 Le cancer gastrique, 2 ème cause de décès par cancer dans le monde

40

41 Épidémiologie générale en Algérie 25 % des cancers digestifs à Alger Incidence <10/ ,en diminution ? 2 ème rang des cancers digestifs dans les 3 registres (Alger, Oran, Sétif),mais encore au 1 er rang au niveau des autres régions du pays ? Âge moyen de survenue : 56 ans Sex-ratio :1,2

42

43 Ducreux IGR, France

44 Facteurs de risque de cancer gastrique Facteurs environnementaux : faible niveau socio-économique faible consommation de vitamine A et C, consommation de nitrates, alimentation salée, le tabagisme. Pathologies favorisant le cancer de l'estomac : les antécédents de chirurgie gastrique les gastrites dont l'infection à HP. Prédisposition génétiques aux cancers gastriques : syndrome HNPCC polypose adénomateuse rectocolique familiale Syndrome de Peutz-Jeghers polypose juvénile cancers gastriques diffus héréditaires (mutation de la E.cadhérine)

45 Facteurs de risque Rôle protecteur Facteurs alimentaires Fruits et légumes Vit C Vit E Betacarotène Oignons ? Haut niveau socio- économique Rôle favorisant Facteurs alimentaires Sel Nitrosamines Alcool, tabac, obésité. Gastrectomie Faible niveau socio- économique

46 Rôle de Helicobacter Pylori Processus en 4 étapes : HP présent en même temps que le cancer. Corrélation entre incidence dinfection à HP et cancer gastrique. Présence plus fréquente dHP chez les sujets atteints de cancer. Présence dHP avant le cancer.

47 Seroprévalence des anticorps H. pylori chez des adultes africains Ivory CoastMegraud et al., % AlgeriaMegraud et al., % Nigeria Holcombe et al., % Zaire (DRC)Glupzynski et al., % South Africa Sitas et al., % South Africa Sathar et al., 1994 Africans93% Indians83% Mixed race81% Whites42%

48 Study UK USA (California) USA (Hawaii) Taiwan Finland I China I Sweden Japan Norway Iceland Finland II China II Total Matched OR and 95% CI H. Pylori & risque de cancer gastrique (sauf cardia) (HCCG, 2001) OR = 3.0 HP détecté >10 années avant le diagnostic: OR = 5.9

49 WORLD 63.2 % gastric cancer cases (590,000) Developing countries: 64% cases (399,000)

50

51

52 Countries of highest incidence of GBC in the world Considerable variation exists in the incidence of gallbladder cancer throughout the world. Areas with high incidence rates include Chile, Bolivia, Peru, Algeria, Israel, and Japan.

53 Incidence extra-hepatic bile duct cancers

54 Variation dincidence des cancers digestifs selon lâge à Alger Sexe féminin

55 Cancers des voies biliaires Registre du cancer dAlger

56 AGE Gallbladder cancer % AFC : 76 % of patients are 60 years old and older ALGIERS : 55 % of patients are under 60 years old The incidence rises from age 40 years and is highest in the years group.

57 GBC : Major risk factors Lithiase biliaire Facteurs génétiques ? Anomalie de jonction bilio-pancréatique Fièvre Typhoïde infection par Helicobacter pylori Inflammation chronique du côlon Travailleurs du caoutchouc

58 Morphologie et pathogénie 1: Albores-Saavedra, J, et al.The precursor lesions of invasive gallbladder carcinoma. Hyperplasia, atypical hyperplasia and carcinoma in situ. Cancer 1980;45:919–927. The process of gallbladder carcinogenesis is usually related to a history of cholelithiasis, which is frequently present for at least 20 years before the tumor appears. It has been established that dysplasia and carcinoma in situ precede most gallbladder carcinomas (1).

59 Stage of diagnosis ( GBC ) local locorégional À distance N.P.

60 GBC treatment in Algiers

61 Conclusion Lanalyse de ces données épidémiologiques succinctes montre : Que les cancers digestifs sont relativement fréquents Quil touchent une population nettement plus jeune quen Occident. Que les localisations prévalentes sont représentées par le CCR ; lestomac et les VBEH. Quune voie de dépistage ou de prévention est loin de voir le jour. Que limpact des nouvelles technologies de Dg et de traitement ont des coûts, dont les budgets forcement limités doivent être correctement répartis pour le bien de la collectivité.


Télécharger ppt "EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS DIGESTIFS L. Abid & S. Berkane Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine – Alger Mail :"

Présentations similaires


Annonces Google