La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Physiologie Digestive IFSI le 5 février 2007 Dr Si Nafa SI AHMED.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Physiologie Digestive IFSI le 5 février 2007 Dr Si Nafa SI AHMED."— Transcription de la présentation:

1 1 Physiologie Digestive IFSI le 5 février 2007 Dr Si Nafa SI AHMED

2 2 Objectifs du cours Acquisitions élémentaires Acquisitions élémentaires Il faut connaître les principes fondamentaux « normaux » pour bien comprendre les « anomalies » Il faut connaître les principes fondamentaux « normaux » pour bien comprendre les « anomalies » Physiologie pathologie Physiologie pathologie Les fonctions sont multiples et intriquées Les fonctions sont multiples et intriquées Analyse synthèse Analyse synthèse

3 3 Rappel danatomie Rappel danatomie

4 4 I - GENERALITES La digestion débute dés l'instant où les aliments pénètrent dans la cavité buccale. Ils vont donc subir des transformations progressives qui ont pour but de les réduire en substance absorbables et utilisables (les nutriments). Ces transformations sont de deux ordres: La digestion débute dés l'instant où les aliments pénètrent dans la cavité buccale. Ils vont donc subir des transformations progressives qui ont pour but de les réduire en substance absorbables et utilisables (les nutriments). Ces transformations sont de deux ordres: Mécaniques par une action de broyage et de brassage. Mécaniques par une action de broyage et de brassage. Chimique par l'utilisation des enzymes digestives. Chimique par l'utilisation des enzymes digestives. Les nutriments obtenus vont traverser la paroi du tube digestif pour passer dans le sang ou la lymphe et vont être acheminés vers le foie puis vers les cellules selon les besoins. Les nutriments obtenus vont traverser la paroi du tube digestif pour passer dans le sang ou la lymphe et vont être acheminés vers le foie puis vers les cellules selon les besoins.

5 5 II - LE TEMPS BUCCAL. La bouche, la langue et les dents. La bouche, la langue et les dents. Une action mécanique. Une action mécanique. La mastication consiste à broyer et inhiber de salive les aliments pour obtenir le bol alimentaire. La mastication consiste à broyer et inhiber de salive les aliments pour obtenir le bol alimentaire. Une action chimique. Une action chimique. Elle est liée à la production de salive. Elle est liée à la production de salive. Les dents. Les dents. Le rôle des dents est de permettre l'imprégnation de salive en réduisant le volume des aliments ingérés. Le rôle des dents est de permettre l'imprégnation de salive en réduisant le volume des aliments ingérés. La langue. La langue. Elle a un rôle important dans le brassage alimentaire. Elle a un rôle important dans le brassage alimentaire. Elle joue un rôle dans le goût grâce aux papilles gustatives (salé, sucré, acide, amer). Elle joue un rôle dans le goût grâce aux papilles gustatives (salé, sucré, acide, amer).

6 6 Le temps buccal : la salive Liquide incolore composé: Liquide incolore composé: D'eau. D'eau. D'électrolytes. D'électrolytes. De sels minéraux. De sels minéraux. De substances organiques (urée, créatinine, mucine). De substances organiques (urée, créatinine, mucine). D'une enzyme digestive (amylase salivaire ou ptyaline). D'une enzyme digestive (amylase salivaire ou ptyaline). La production de salive est stimulée par les odeurs, la vue, la pensée et le goût. La production de salive est stimulée par les odeurs, la vue, la pensée et le goût. Elle est sous la dépendance du système nerveux autonome, c'est-à-dire que c'est le système nerveux parasympathique qui va augmenter la sécrétion de salive. La salive est sécrétée en permanence (800 ml par jour). Elle est sous la dépendance du système nerveux autonome, c'est-à-dire que c'est le système nerveux parasympathique qui va augmenter la sécrétion de salive. La salive est sécrétée en permanence (800 ml par jour). Le rôle de la salive. Le rôle de la salive. Il y a un rôle mécanique, car elle ramollit et lubrifie le bol alimentaire. Il y a un rôle mécanique, car elle ramollit et lubrifie le bol alimentaire. IL y a un rôle chimique, car à l'aide de l'amylase salivaire, elle va dégrader les glucides pour les transformer en maltose. IL y a un rôle chimique, car à l'aide de l'amylase salivaire, elle va dégrader les glucides pour les transformer en maltose.

7 7 III - LE TEMPS PHARYNGIEN. C'est le temps de transition qui est lié à la déglutition. C'est le temps de transition qui est lié à la déglutition. La déglutition est assurée par l'ensemble des mouvements qui vont s'opérer au niveau de la langue, du pharynx et du œsophage pour faire passer le bol alimentaire de la cavité buccale à l'estomac. La déglutition est assurée par l'ensemble des mouvements qui vont s'opérer au niveau de la langue, du pharynx et du œsophage pour faire passer le bol alimentaire de la cavité buccale à l'estomac. C'est un phénomène réflexe déclenché par le contact des aliments dans l'arrière-gorge. C'est un phénomène réflexe déclenché par le contact des aliments dans l'arrière-gorge. Le temps pharyngien est caractérisé par la fermeture des voies aériennes (élévation du palais (fosses nasales) et abaissement de l'épiglotte (au niveau du pharynx)). Le temps pharyngien est caractérisé par la fermeture des voies aériennes (élévation du palais (fosses nasales) et abaissement de l'épiglotte (au niveau du pharynx)).

8 8 IV - LE TEMPS ŒSOPHAGIEN C'est le temps qui permet la progression du bol alimentaire par des mouvements péristaltiques. C'est le temps qui permet la progression du bol alimentaire par des mouvements péristaltiques.

9 9 V - LE TEMPS GASTRIQUE. Phénomènes mécaniques. Phénomènes mécaniques. Arrivés dans l'estomac, les aliments vont s'accumuler dans le corps et l'antre où grâce aux mouvements de l'estomac, ils vont être dirigés vers le pylore qui ne s'ouvrira que lorsque le contenu gastrique aura atteint un degré d'acidité suffisant. Arrivés dans l'estomac, les aliments vont s'accumuler dans le corps et l'antre où grâce aux mouvements de l'estomac, ils vont être dirigés vers le pylore qui ne s'ouvrira que lorsque le contenu gastrique aura atteint un degré d'acidité suffisant. Pendant cette période d'attente, ils vont être brassés et imprégnés par les sucs gastriques (durée: 6 heures). Pendant cette période d'attente, ils vont être brassés et imprégnés par les sucs gastriques (durée: 6 heures). Les mouvements de l'estomac sont soumis à l'action du système nerveux parasympathique qui va augmenter la contractilité et la motricité. Le système nerveux sympathique fera l'inverse. Les mouvements de l'estomac sont soumis à l'action du système nerveux parasympathique qui va augmenter la contractilité et la motricité. Le système nerveux sympathique fera l'inverse.

10 10 Le temps gastriques : Phénomènes chimiques. Ils sont liés à la composition du suc gastrique qui est lui-même le résultat des sécrétions au niveau de l'estomac. Ils sont liés à la composition du suc gastrique qui est lui-même le résultat des sécrétions au niveau de l'estomac. Le suc gastrique. Le suc gastrique. C'est un liquide incolore (1.500 cc/j) qui contient: C'est un liquide incolore (1.500 cc/j) qui contient: De l'acide chlorhydrique (Hcl) qui va lui conférer son acidité (ph: 1). De l'acide chlorhydrique (Hcl) qui va lui conférer son acidité (ph: 1). Du mucus dont le rôle est de protéger la muqueuse gastrique contre l'acidité de ses propres ferments et de l'acide chlorhydrique. Du mucus dont le rôle est de protéger la muqueuse gastrique contre l'acidité de ses propres ferments et de l'acide chlorhydrique. Des enzymes protéolytiques qui dégradent les protéines (pepsinogène). Des enzymes protéolytiques qui dégradent les protéines (pepsinogène). Un facteur intrinsèque nécessaire à l'absorption de la vitamine B12. Un facteur intrinsèque nécessaire à l'absorption de la vitamine B12. Action du suc gastrique. Action du suc gastrique. Acide chlorhydrique: Acide chlorhydrique: Il détruit les microbes et empêche la prolifération de ces derniers dans l'estomac (sauf le bacille de Koch). Il détruit les microbes et empêche la prolifération de ces derniers dans l'estomac (sauf le bacille de Koch). Il transforme le pepsinogène inactif en pepsinogène actif. Il transforme le pepsinogène inactif en pepsinogène actif. Il déclenche aussi le fonctionnement du pylore. Il déclenche aussi le fonctionnement du pylore. Il stimule la sécrétion du pancréas. Il stimule la sécrétion du pancréas. Pepsinogène. Pepsinogène. Grâce à l'acide chlorhydrique, il va être transformé en pepsine qui va pouvoir transformer les protéines en plus petites molécules (polypepsides). Grâce à l'acide chlorhydrique, il va être transformé en pepsine qui va pouvoir transformer les protéines en plus petites molécules (polypepsides). Facteur intrinsèque. Facteur intrinsèque., le facteur intrinsèque va se combiner avec la vitamine B12 ce qui va permettre à celle-ci d'être absorbée par l'intestin grêle., le facteur intrinsèque va se combiner avec la vitamine B12 ce qui va permettre à celle-ci d'être absorbée par l'intestin grêle.

11 11 Temps de vidange de l'estomac. Le séjour des aliments est variable. Les liquides sont évacués en premier. Le séjour des aliments est variable. Les liquides sont évacués en premier. La mixture qui sort de l'estomac s'appelle le chyme. La mixture qui sort de l'estomac s'appelle le chyme. Exemple ( examen a jeun) Exemple ( examen a jeun)

12 12 VI - LE TEMPS DUODENAL. Phénomène chimique. Phénomène chimique. Diminuer l'acidité du chyme. Diminuer l'acidité du chyme. Permettre la digestion des substances contenues dans le chyme par la bile, le suc pancréatique et les enzymes afin de les transformer en nutriments assimilables. Permettre la digestion des substances contenues dans le chyme par la bile, le suc pancréatique et les enzymes afin de les transformer en nutriments assimilables.

13 13 VII - LE TEMPS INTESTINAL. Fonction de l'intestin. Il assure la phase ultime de dégradation des aliments ingérés. Il assure la phase ultime de dégradation des aliments ingérés. Il assure l'absorption des produits de la digestion. Il assure l'absorption des produits de la digestion. Il assure par son activité motrice la progression du bol alimentaire. Il assure par son activité motrice la progression du bol alimentaire. Il contient un grand nombre de microbes qui jouent un rôle dans la dégradation des aliments. Il contient un grand nombre de microbes qui jouent un rôle dans la dégradation des aliments. Il assure une fonction immunitaire sous forme de barrière aux germes introduits par voie alimentaire. Il assure une fonction immunitaire sous forme de barrière aux germes introduits par voie alimentaire. Il y a une fonction hormonale avec une action sur le tube digestif grâce à la sécrétion de sécrétine et de cholecystokinine. Il y a une fonction hormonale avec une action sur le tube digestif grâce à la sécrétion de sécrétine et de cholecystokinine. L'action hormonale a une action générale avec la sérotinine. L'action hormonale a une action générale avec la sérotinine.

14 14 Phénomènes mécaniques au niveau de l'intestin. Trois types de mouvements. Trois types de mouvements. Les contractions segmentaires ont pour but de fragmenter le chyme. Les contractions segmentaires ont pour but de fragmenter le chyme. Les mouvements pendulaires mélangent le chyme et les sucs intestinaux. Les mouvements pendulaires mélangent le chyme et les sucs intestinaux. Les mouvements péristaltiques vont assurer la progression du chyme. Les mouvements péristaltiques vont assurer la progression du chyme.

15 15 Phénomènes chimiques au niveau de l'intestin. Les enzymes. Les enzymes. Les enzymes protéolytiques. Les enzymes protéolytiques. Les enzymes intestinaux vont contribuer à dégrader les protéines pour obtenir des acides aminés et ceci sous l'effet des pepsidases. Les enzymes intestinaux vont contribuer à dégrader les protéines pour obtenir des acides aminés et ceci sous l'effet des pepsidases. Les enzymes glycolytiques. Les enzymes glycolytiques. Il y a une action sur les sucres (disaccharides) qui vont être transformés en sucre simple sous l'influence de la maltase qui va transformer le maltose en sucre. Il y a une action sur les sucres (disaccharides) qui vont être transformés en sucre simple sous l'influence de la maltase qui va transformer le maltose en sucre. La sucrase va transformer le saccharose en glucose et en fructose. La sucrase va transformer le saccharose en glucose et en fructose. La lactase qui va transformer le lactose en glucose et en galactose. La lactase qui va transformer le lactose en glucose et en galactose. Certains glucides ne sont pas transformés (la cellulose), ni absorbés, ni digérés pour obtenir des fibres alimentaires qui sont les composantes alimentaires des matières fécales. Certains glucides ne sont pas transformés (la cellulose), ni absorbés, ni digérés pour obtenir des fibres alimentaires qui sont les composantes alimentaires des matières fécales. Les enzymes lipolytiques (lipase intestinale). Les enzymes lipolytiques (lipase intestinale). La lipase va décomposer les lipides en glycérol et acides gras. La lipase va décomposer les lipides en glycérol et acides gras. Les différents aliments ingérés et transformés sous des formes simples, il va y avoir une absorption par l'intestin des produits de la digestion. Les différents aliments ingérés et transformés sous des formes simples, il va y avoir une absorption par l'intestin des produits de la digestion. La voie sanguine. La voie sanguine. Elle est empruntée par les sucres simples et les acides aminés (les veines de l'intestin, la veine porte, le foie qui va les stocker ou les transformer). Elle est empruntée par les sucres simples et les acides aminés (les veines de l'intestin, la veine porte, le foie qui va les stocker ou les transformer). La voie lymphatique. La voie lymphatique. Elle intéresse les lipides (sous forme d'acides gras) qui vont gagner le réseau lymphatique intestinal puis le canal thoracique pour arriver au système cave. Elle intéresse les lipides (sous forme d'acides gras) qui vont gagner le réseau lymphatique intestinal puis le canal thoracique pour arriver au système cave.

16 16 VIII - LE TEMPS BILIAIRE. La bile. Elle a un aspect visqueux, jaune d'or (800 ml par jour). Elle a un aspect visqueux, jaune d'or (800 ml par jour). Le ph est alcalin (7,6 à 8,6). Le ph est alcalin (7,6 à 8,6). Il contient: Il contient: 95% d'eau. 95% d'eau. Du mucus. Du mucus. Des sels minéraux. Des sels minéraux. Du cholestérol. Du cholestérol. Des sels biliaires en très grand nombre (fabriqués par les hépatocytes à partir du cholestérol). Ils agissent sur les lipides. Des sels biliaires en très grand nombre (fabriqués par les hépatocytes à partir du cholestérol). Ils agissent sur les lipides. Pigment biliaire (bilirubine: produit de dégradation des globules rouges). Pigment biliaire (bilirubine: produit de dégradation des globules rouges). Des enzymes et des hormones. Des enzymes et des hormones. Action. Action. Elle agit essentiellement sur les graisses. Elle va les fractionner, les émulsionner et les transformer en micelles ce qui va permettre leur absorption au niveau intestinal. Elle agit essentiellement sur les graisses. Elle va les fractionner, les émulsionner et les transformer en micelles ce qui va permettre leur absorption au niveau intestinal. Elle agit sur l'élimination des déchets de l'hémoglobine. Elle agit sur l'élimination des déchets de l'hémoglobine. Elle va permettre l'élimination de substances étrangères. Elle va permettre l'élimination de substances étrangères. Les sels biliaires de la bile sont déversés dans l'intestin puis réabsorbés par ce dernier pour retourner au foie (cycle entéro-hépatique). Ils ont une action sur la sécrétion biliaire qu'ils vont activer. Les sels biliaires de la bile sont déversés dans l'intestin puis réabsorbés par ce dernier pour retourner au foie (cycle entéro-hépatique). Ils ont une action sur la sécrétion biliaire qu'ils vont activer.

17 17 Le foie. Action du foie. Action du foie. Rôle dans le mécanisme des glucides. Rôle dans le mécanisme des glucides. Il a une action glycogénique. Il va stocker les glucides de l'alimentation sous forme de glycogène et les libérer dans l'organisme selon les besoins du moment. Il a une action glycogénique. Il va stocker les glucides de l'alimentation sous forme de glycogène et les libérer dans l'organisme selon les besoins du moment. Le stockage et la libération des glucides par le foie sont régulés de façon à maintenir un taux constant de la glycémie. Le stockage et la libération des glucides par le foie sont régulés de façon à maintenir un taux constant de la glycémie. Il peut aussi synthétiser du glycogène à partir des acides gras (néoglycogènèse). Il peut aussi synthétiser du glycogène à partir des acides gras (néoglycogènèse). Rôle dans le mécanisme des lipides. Rôle dans le mécanisme des lipides. Il intervient dans la synthèse des acides gras, des triglycérides, des lipoprotéines, du cholestérol, des phospholipides. Il intervient dans la synthèse des acides gras, des triglycérides, des lipoprotéines, du cholestérol, des phospholipides. Les acides gras sont stockés dans le tissu adipeux. Les acides gras sont stockés dans le tissu adipeux. Rôle dans le mécanisme des protides. Rôle dans le mécanisme des protides. Il fabrique les protéines plasmatiques (albumine, des facteurs de la coagulation (besoin de vitamines k)). Il fabrique les protéines plasmatiques (albumine, des facteurs de la coagulation (besoin de vitamines k)). Il élimine les déchets protéiques (uréogènèse). Il élimine les déchets protéiques (uréogènèse). L'ammoniaque produit sert à la fabrication de l'urée par le foie pour être ensuite éliminé par les urines. L'ammoniaque produit sert à la fabrication de l'urée par le foie pour être ensuite éliminé par les urines. Stockage du fer. Stockage du fer. Le fer sert à la fabrication des globules rouges. Le fer sert à la fabrication des globules rouges. Le foie a un rôle dans la synthèse d'enzymes qui sont nécessaires au métabolisme du corps humain. Le foie a un rôle dans la synthèse d'enzymes qui sont nécessaires au métabolisme du corps humain. Il a un rôle dans la fonction d'épuration plasmatique. Il va épurer le plasma de la bilirubine et les substances étrangères (médicaments, colorants). Il a un rôle dans la fonction d'épuration plasmatique. Il va épurer le plasma de la bilirubine et les substances étrangères (médicaments, colorants).

18 18 IX - LE TEMPS PANCREATIQUE. Le suc pancréatique. Le suc pancréatique. 2 litres par jour. 2 litres par jour. C'est un liquide clair, visqueux au ph alcalin (ph: 8). C'est un liquide clair, visqueux au ph alcalin (ph: 8). Il est composé: Il est composé: D'eau. D'eau. D'électrolytes. D'électrolytes. De bicarbonates. De bicarbonates. D'enzymes. D'enzymes. Les bicarbonates diminuent l'acidité du chyme qui sort de l'estomac. Les bicarbonates diminuent l'acidité du chyme qui sort de l'estomac. Les enzymes digestifs ont un rôle sur les gros fragments des protéines, des glucides et des lipides. Les enzymes digestifs ont un rôle sur les gros fragments des protéines, des glucides et des lipides. Enzyme pancréatique protéolytique. Enzyme pancréatique protéolytique. Trypsine, chymotrypsine. Trypsine, chymotrypsine. Inactives au sein du pancréas. On les appelle trypsinogènes et chymotrypsinogène. Inactives au sein du pancréas. On les appelle trypsinogènes et chymotrypsinogène. Elles vont devenir actives grâce à un autre enzyme (entérokinase). Elles vont devenir actives grâce à un autre enzyme (entérokinase). Enzyme pancréatique glycolytique. Enzyme pancréatique glycolytique. Amylase qui va scinder l'amidon et le glycogène pour aboutir à la libération de maltose. La maltase va décomposer le maltose en sucre simple. Amylase qui va scinder l'amidon et le glycogène pour aboutir à la libération de maltose. La maltase va décomposer le maltose en sucre simple. Enzyme pancréatique lipolytique. Enzyme pancréatique lipolytique. La lipase dégrade le triglycéride en acides gras libres. La lipase dégrade le triglycéride en acides gras libres. La sécrétion de suc pancréatique est déclenchée par l'arrivée du chyme acide dans le duodénum selon deux mécanismes. La sécrétion de suc pancréatique est déclenchée par l'arrivée du chyme acide dans le duodénum selon deux mécanismes. Un mécanisme nerveux: le pneumogastrique. Un mécanisme nerveux: le pneumogastrique. Un mécanisme hormonal: il permet de réguler la sécrétion du suc pancréatique. Un mécanisme hormonal: il permet de réguler la sécrétion du suc pancréatique. Sécrétine donne de l'eau et des électrolytes. Sécrétine donne de l'eau et des électrolytes. Cholecystokinine pancréozymine va déclencher la sécrétion d'un suc pancréatique riche en enzymes. Cholecystokinine pancréozymine va déclencher la sécrétion d'un suc pancréatique riche en enzymes.

19 19 X - LE TEMPS COLIQUE Il concerne le gros intestin. Il concerne le gros intestin. C'est là où se passe la réabsorption de l'eau ainsi que des électrolytes. C'est là où se passe la réabsorption de l'eau ainsi que des électrolytes. C'est le lieu où se passe le transit intestinal qui correspond à la progression des aliments depuis leur absorption jusqu'à leur expulsion de l'organisme. C'est le lieu où se passe le transit intestinal qui correspond à la progression des aliments depuis leur absorption jusqu'à leur expulsion de l'organisme. Les phénomènes du transit intestinal. Les phénomènes du transit intestinal. Evacuation des gaz intestinaux, résultantes des divers métabolismes et de l'action des microbes intestinaux. Evacuation des gaz intestinaux, résultantes des divers métabolismes et de l'action des microbes intestinaux. Emission de selles (une selle par jour). Leur hydratation conditionne leur aspect. Emission de selles (une selle par jour). Leur hydratation conditionne leur aspect. La défécation correspond à un phénomène réflexe. La défécation correspond à un phénomène réflexe. Une impulsion sensitive liée à la distension de l'ampoule rectale. Une impulsion sensitive liée à la distension de l'ampoule rectale. La continence volontaire du sphincter qui dépend du système cérébro-spinal. La continence volontaire du sphincter qui dépend du système cérébro-spinal.

20 20 Les Explorations Fonctionnelles Digestives A quoi peuvent elles servirent ?

21 21 Introduction Bases : physiologie digestive Bases : physiologie digestive Principe : Principe : un organe un organe But : Utilisation dun test afin dapprécier le fonctionnement dun organe de lappareil digestif But : Utilisation dun test afin dapprécier le fonctionnement dun organe de lappareil digestif Une ou plusieurs fonctions

22 22 Difficultés On espère le test idéal mais on est confronté a la réalité chez un patient (in vivo) On espère le test idéal mais on est confronté a la réalité chez un patient (in vivo) Faisabilité Faisabilité Reproductibilité Reproductibilité Sensibilité Sensibilité Spécificité Spécificité Coûts Coûts Risques Risques Valeurs / références

23 23 Valeurs dun test malades Non malades Test positif ( exposé) Vrai positif m1 Faux positif m2 Test négatif ( non-exposé) Faux négatif m3 Vrai négatif m4 totaln1n2 Sensibilité : m1/ n1 cad tests positifs sur nb de malades ( identifie les malades Spécificité : m4 / n2 cad test négatifs sur nb de sujets sains ( isole les sains) Valeur Prédictive positive : m1/m1+m2 ; probabilité dêtre malade avec un test positif Valeur predictive négative : m4 / m3+m4; probabilité dêtre non malade avec un test négatif

24 24 Méthodologie Lappréciation dune fonction est difficilement abordée par une étude analytique car les fonctions sont multiples et intriquées. Lappréciation dune fonction est difficilement abordée par une étude analytique car les fonctions sont multiples et intriquées. Néanmoins pour des raisons pédagogiques on adopte un fil conducteur en choisissant organe par organe en evitant : catalogue redondance

25 25 Quelques tests (2) Pancréas : Pancréas : Imagerie : échographie (!), TDM…… Imagerie : échographie (!), TDM…… Test de sécrétion : avec ou sans tubage Test de sécrétion : avec ou sans tubage Grêle : Grêle : Absorption proximale Absorption proximale Absorption distale Absorption distale Motricité Motricité

26 26 Quelques tests (1) Œsophage : Œsophage : (TOGD : imagerie (TOGD : imagerie Endoscopie : imagerie…..autres intérêts) Endoscopie : imagerie…..autres intérêts) Manométrie: motricité Manométrie: motricité Ph-métrie: secretion acide Ph-métrie: secretion acide Estomac: Estomac: TOGD (transit oesogastroduodénal) TOGD (transit oesogastroduodénal) Vidange gastrique motricité Vidange gastrique motricité Secretion suc gastrique (BAO) Secretion suc gastrique (BAO)

27 27 Quelques tests (3) Colon Colon Progression Progression Motricité Motricité Rectum Rectum Défécationgramme : motricité complexe ( conditions physiologiques….) Défécationgramme : motricité complexe ( conditions physiologiques….) Foie : difficulté majeure car nombreuses fonctions intriquées Foie : difficulté majeure car nombreuses fonctions intriquées Épuration Épuration Traversée Traversée Synthèses Synthèses

28 28 Tests dexploration fonctionnelle hépatique Les explorations biologiques usuelles : Les explorations biologiques usuelles : Elles sont souvent désignées sous le terme de bilan hépatique : environ cinquante réactions….. Elles sont souvent désignées sous le terme de bilan hépatique : environ cinquante réactions….. les plus communes sont regroupées sous BH les plus communes sont regroupées sous BH Bili,ASAT,ALAT,GGT,Ph Alc Bili,ASAT,ALAT,GGT,Ph Alc Plusieurs tests regroupés en syndrome mais les déterminations enzymatiques ne permettent pas de les superposer a un syndrome anatomoclinique strictement défini. Plusieurs tests regroupés en syndrome mais les déterminations enzymatiques ne permettent pas de les superposer a un syndrome anatomoclinique strictement défini.

29 29 Les syndromes Cholestase Pigments biliaires sang et urines Bilirubinémie Phosphatases alcalines 5 nucléotidases Gamma-glutamyl transferase Cholestrol total Cytolyse Transaminases glutamopyruviriques: SGPT = ALAT Transaminases glutamooxaloacétiques : SGOT = ASAT Lacticodeshydrogenase : LDH Insuffisance hépatocellulaire Albuminémie Taux de prothrombine TP, FacteurV Ammoniemie, Fibrinogène Inflammation mésenchymateuse Electrophorèse des protéines Immunoélectrophorèse, dosage des immunoglobulines

30 30 Tests dexploration fonctionnelle hépatique Intérêts : Intérêts : Estimer la fonction hépatique Estimer la fonction hépatique Avant résection : capacité résiduelle Avant résection : capacité résiduelle Avant greffe : moment optimal Avant greffe : moment optimal Apprécier efficacité dun médicament Apprécier efficacité dun médicament Apprécier doses dun médicament Apprécier doses dun médicament Comparer des malades Comparer des malades Exemples : Exemples : Child ( biologique et clinique) Child ( biologique et clinique) GEC ( biochimique ) GEC ( biochimique )

31 31 Conclusions Information loyale du patient Information loyale du patient Stratégie de prescription Stratégie de prescription On évite le catalogue on combine les prescriptions,, ne pas répéter les évidences. On évite le catalogue on combine les prescriptions,, ne pas répéter les évidences. Lobjectif est de confirmer un diagnostic suggéré par une orientation clinique

32 32 Quelques exemples dexploration Beaucoup vous seront détaillées dans dautres séances…….

33 33 Explorations Radiologiques 1. ASP : abdomen sans préparation Examen de première intention, rapide. Fait en cas de douleur, notamment pour les suspicions de problème docclusion 1. ASP : abdomen sans préparation Examen de première intention, rapide. Fait en cas de douleur, notamment pour les suspicions de problème docclusion 2. Transit œsogastroduodénal : TOGD Étude morphologique tout au long de ce trajet grâce à lopacification par un produit de contraste. Les différents clichés permettent de suivre la progression de ce produit. Le patient doit être à jeun. Après, il faut surveiller lévacuation du produit de contraste. 2. Transit œsogastroduodénal : TOGD Étude morphologique tout au long de ce trajet grâce à lopacification par un produit de contraste. Les différents clichés permettent de suivre la progression de ce produit. Le patient doit être à jeun. Après, il faut surveiller lévacuation du produit de contraste.

34 34 Explorations Radiologiques 3. Lavement baryté: Le produit de contraste est injecté par voie rectale. Nécessite une préparation colique : régime sans résidu dans les 3 jours qui précède + lavement pour nettoyer le colon. 3. Lavement baryté: Le produit de contraste est injecté par voie rectale. Nécessite une préparation colique : régime sans résidu dans les 3 jours qui précède + lavement pour nettoyer le colon. Buts : Buts : recherche de pathologies tumorales recherche de pathologies tumorales étude maladie de Crohn et recto colite hémorragique étude maladie de Crohn et recto colite hémorragique Déroulement : Déroulement : régime sans résidus pendant au moins 48H et hydratation importante régime sans résidus pendant au moins 48H et hydratation importante lavement la veille et le matin de lexamen lavement la veille et le matin de lexamen personne à jeun depuis minuit personne à jeun depuis minuit réalimentation au retour de lexamen réalimentation au retour de lexamen surveillance reprise du. transit, selles blanches, douleurs abdominales fréquentes. surveillance reprise du. transit, selles blanches, douleurs abdominales fréquentes.

35 35 Explorations Radiologiques 4. Transit du grêle: ingestion de baryte dont le trajet va être suivi depuis le duodénum jusquà son passage par la valvule iléo caecale (valvule de Bauhin), dure 6h et +, clichés à plusieurs moments de la journée. 4. Transit du grêle: ingestion de baryte dont le trajet va être suivi depuis le duodénum jusquà son passage par la valvule iléo caecale (valvule de Bauhin), dure 6h et +, clichés à plusieurs moments de la journée. Buts : Buts : explorer le grêle qui est difficilement accessible explorer le grêle qui est difficilement accessible rechercher anomalies tumorales, lésions ulcéreuses rechercher anomalies tumorales, lésions ulcéreuses diagnostic maladie de Crohn diagnostic maladie de Crohn Déroulement : expliquer lexamen, différents clichés,à jeun la veille, réalimentation possible après retour de lexam selon avis médical, surveiller transit car risque constipation,les premières selles seront blanches. Déroulement : expliquer lexamen, différents clichés,à jeun la veille, réalimentation possible après retour de lexam selon avis médical, surveiller transit car risque constipation,les premières selles seront blanches. selles seront blanches. selles seront blanches.

36 36 Explorations Radiologiques 5. Lavement à la gastrograffine : produit stérile et radio opaque, utilisé si suspicion lâchage de fils ou vérification de sutures en post op, récupérer clichés au plus vite. 5. Lavement à la gastrograffine : produit stérile et radio opaque, utilisé si suspicion lâchage de fils ou vérification de sutures en post op, récupérer clichés au plus vite. 6. Lavement évacuateur: 6. Lavement évacuateur: Ne fait pas réellement partie des examens radiologiques, mais reste une préparation indispensable à la majorité des examens.Instillation de liquide dans le rectum,favorisant lélimination des matières fécales et des gaz qui se trouvent dans le côlon (soin sur PM). Ne fait pas réellement partie des examens radiologiques, mais reste une préparation indispensable à la majorité des examens.Instillation de liquide dans le rectum,favorisant lélimination des matières fécales et des gaz qui se trouvent dans le côlon (soin sur PM). Buts Buts corriger une constipation, corriger une constipation, préparer aux exams et aux interventions : obtenir une vacuité intestinale préparer aux exams et aux interventions : obtenir une vacuité intestinale pour administrer une thérapeutique pour administrer une thérapeutique Déroulement : Déroulement : informer, installation pers en décubitus latéral jambes un peu pliées, préparation à 37°C, purger et lubrifier tuyau, introduire sonde de 10cm, relever le bock et verser tout doucement, demander à la pers. de garder le lavement 10 minutes, la faire aller aux toilettes ou bassin, faire une toilette après lavement, noter déroulement du soin, quantité, aspect. informer, installation pers en décubitus latéral jambes un peu pliées, préparation à 37°C, purger et lubrifier tuyau, introduire sonde de 10cm, relever le bock et verser tout doucement, demander à la pers. de garder le lavement 10 minutes, la faire aller aux toilettes ou bassin, faire une toilette après lavement, noter déroulement du soin, quantité, aspect.

37 37 Le test de schilling - définition : Le test de Schilling explore labsorption de la vitamine B12 qui se fait normalement au niveau de liléon terminal. Labsorption de cette vitamine nécessite la présence dun facteur sécrété par lestomac : le facteur intrinsèque. Ainsi, une malabsorption de vitamine B12 peut témoigner dune pathologie gastrique (maladie de Biermer) ou iléale. Ladministration de ce facteur intrinsèque au cours du test de Schilling permet déliminer une maladie de lestomac. II - Référence au décret : Article 6 du décret du 11/02/02 : sur prescription médicale. - définition : Le test de Schilling explore labsorption de la vitamine B12 qui se fait normalement au niveau de liléon terminal. Labsorption de cette vitamine nécessite la présence dun facteur sécrété par lestomac : le facteur intrinsèque. Ainsi, une malabsorption de vitamine B12 peut témoigner dune pathologie gastrique (maladie de Biermer) ou iléale. Ladministration de ce facteur intrinsèque au cours du test de Schilling permet déliminer une maladie de lestomac. II - Référence au décret : Article 6 du décret du 11/02/02 : sur prescription médicale.

38 38 Le test de Schilling IV - indications : Affection hépatique; Anémie pernicieuse; Anémie mégaloblastique (présence mégaloblaste de moelle osseuse); Sprue. V - lieu de lexamen : Au domicile du patient, en service hospitalier. IV - indications : Affection hépatique; Anémie pernicieuse; Anémie mégaloblastique (présence mégaloblaste de moelle osseuse); Sprue. V - lieu de lexamen : Au domicile du patient, en service hospitalier.

39 39 Le test de Schilling VI - précautions particulières : Prévenir le patient que linjection de vitamine B12 peut piquer; Faire vider la vessie et vérifier quil ny a pas eu dinjection parentérale de vitamine B12 dans les 3 jours auparavant. VII - incidents / accidents : Réaction locale possible à linjection de vitamine B12 (car cest un produit corrosif); Nausées. VI - précautions particulières : Prévenir le patient que linjection de vitamine B12 peut piquer; Faire vider la vessie et vérifier quil ny a pas eu dinjection parentérale de vitamine B12 dans les 3 jours auparavant. VII - incidents / accidents : Réaction locale possible à linjection de vitamine B12 (car cest un produit corrosif); Nausées.

40 40 Le Test de Schilling VIII - déroulement : 1) Avant : Faire vider la vessie; Prévoir le matériel pour linjection intra-musculaire; Un verre deau; Un urinal. 2) Pendant : A 8 H, faire ingérer une capsule de vitamine B12 marquée au cobalt 58; A 8H30, faire ingérer une capsule de vitamine B12 marquée au cobalt 57 additionnée au facteur intrinsèque; A 10H, faire une injection intra-musculaire de 100 microgrammes de vitamine B12 à froid (cest à dire sans marqueur). VIII - déroulement : 1) Avant : Faire vider la vessie; Prévoir le matériel pour linjection intra-musculaire; Un verre deau; Un urinal. 2) Pendant : A 8 H, faire ingérer une capsule de vitamine B12 marquée au cobalt 58; A 8H30, faire ingérer une capsule de vitamine B12 marquée au cobalt 57 additionnée au facteur intrinsèque; A 10H, faire une injection intra-musculaire de 100 microgrammes de vitamine B12 à froid (cest à dire sans marqueur).

41 41 Le test de Schilling 3) Après : Recueillir les urines sur 24 heures et à J2 recueillir les premières urines de la journée dans un récipient et les envoyer au laboratoire. IX - résultats : Lexcrétion de 8 à 40 % de la vitamine B12 dans les 24 heures est normale 3) Après : Recueillir les urines sur 24 heures et à J2 recueillir les premières urines de la journée dans un récipient et les envoyer au laboratoire. IX - résultats : Lexcrétion de 8 à 40 % de la vitamine B12 dans les 24 heures est normale

42 42 Le test du D-Xylose Le xylose est un sucre normalement absorbé au niveau du duodénum et du jéjunum. Lorsque labsorption duodéno-jéjunale est normale, le xylose est retrouvé dans le sang (cest la xylosémie) et dans les urines (cest la xylosurie). En revanche, labsence daugmentation de la xylosémie et de la xylosurie après un apport important en D-Xylose, témoigne dune malabsorption au niveau de lintestin grêle proximal. I - définition : Le D-Xylose est absorbé passivement au niveau intestinal à 70 % et ensuite il est diminué dans les urines sous forme inchangée. II - Référence au décret : Article 6 du décret du 11/02/02 : sur prescription médicale. Le xylose est un sucre normalement absorbé au niveau du duodénum et du jéjunum. Lorsque labsorption duodéno-jéjunale est normale, le xylose est retrouvé dans le sang (cest la xylosémie) et dans les urines (cest la xylosurie). En revanche, labsence daugmentation de la xylosémie et de la xylosurie après un apport important en D-Xylose, témoigne dune malabsorption au niveau de lintestin grêle proximal. I - définition : Le D-Xylose est absorbé passivement au niveau intestinal à 70 % et ensuite il est diminué dans les urines sous forme inchangée. II - Référence au décret : Article 6 du décret du 11/02/02 : sur prescription médicale.

43 43 Le test du D-Xylose III - but : Rechercher une malabsorption de lintestin grêle proximal. IV - indication : Suspicion de malabsorption intestinale. V - Contre-indication : Insuffisance rénale. VI - lieu de lexamen : Dans la chambre du patient mais la préparation du xylose se fait au laboratoire. VII - Précautions particulières : Le patient doit être à jeun strict depuis 12 heures; Faire vider la vessie du patient avant lexamen; Demander au laboratoire de préparer le xylose. III - but : Rechercher une malabsorption de lintestin grêle proximal. IV - indication : Suspicion de malabsorption intestinale. V - Contre-indication : Insuffisance rénale. VI - lieu de lexamen : Dans la chambre du patient mais la préparation du xylose se fait au laboratoire. VII - Précautions particulières : Le patient doit être à jeun strict depuis 12 heures; Faire vider la vessie du patient avant lexamen; Demander au laboratoire de préparer le xylose.

44 44 Le test du D-Xylose VIII - déroulement : 1) Avant : Faire vider la vessie du patient; Préparer le matériel : un verre de 250 mL deau, le D-Xylose, le matériel de ponction veineuse et un urinal. 2) Pendant : A T0 : Ponction veineuse servant de temps témoin; Faire ingérer au patient 25 g de D-Xylose dissoud dans 250 mL deau. A T120 : Ponction veineuse pour doser la xylosémie. 3) Après : Récolter les urines pendant 5 heures pour doser la xylosurie. VIII - déroulement : 1) Avant : Faire vider la vessie du patient; Préparer le matériel : un verre de 250 mL deau, le D-Xylose, le matériel de ponction veineuse et un urinal. 2) Pendant : A T0 : Ponction veineuse servant de temps témoin; Faire ingérer au patient 25 g de D-Xylose dissoud dans 250 mL deau. A T120 : Ponction veineuse pour doser la xylosémie. 3) Après : Récolter les urines pendant 5 heures pour doser la xylosurie.

45 45 Le test du D-Xylose IX - résultats : Les valeurs normales sont : La xylosémie à T120 = 30 à 75 mg/100 mL; La xylosurie sur 5 heures = 5 à 8 g/5 H. Les valeurs pathologiques : La réponse est diminuée dans les entéropathies, les iléites, les iléo-colites et les ictères colostatiques. La réponse est fortement diminuée dans les stéatorrhées, les entérites, les sprues (affection intestinale chronique). IX - résultats : Les valeurs normales sont : La xylosémie à T120 = 30 à 75 mg/100 mL; La xylosurie sur 5 heures = 5 à 8 g/5 H. Les valeurs pathologiques : La réponse est diminuée dans les entéropathies, les iléites, les iléo-colites et les ictères colostatiques. La réponse est fortement diminuée dans les stéatorrhées, les entérites, les sprues (affection intestinale chronique).


Télécharger ppt "1 Physiologie Digestive IFSI le 5 février 2007 Dr Si Nafa SI AHMED."

Présentations similaires


Annonces Google