La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CONTINUITE RUPTURE CHANGEMENT Francis Coutarel Liaison maternelle CP 11 janvier 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CONTINUITE RUPTURE CHANGEMENT Francis Coutarel Liaison maternelle CP 11 janvier 2012."— Transcription de la présentation:

1 CONTINUITE RUPTURE CHANGEMENT Francis Coutarel Liaison maternelle CP 11 janvier 2012

2 RUPTURE La PERTE Séparation brusque (en plusieurs parties) Fracture, arrachement, déchirure Interruption, rupture d'équilibre Changement brusque et important Décalage, écart Rupture entre passé et présent Cassure, coupure Élève en rupture scolaire Rupture de....où l'on manque quelque chose. Quelque chose d'irréversible quelque chose qui renvoie à

3 L'enfant élève est confronté très tôt à cette expérience mais il n'a pas nécessairement conscience de ce qui lui arrive. Il tente de se construit progressivement autour de la perte par des artifices qui lui assurent une certaine intégrité, une sécurité affective ( les objets transitionnels viennent pour partie combler ce manque affectif qu'est la relation à la mère …). Mais cette perte ne s'effectue pas sans dommage. Elle s'inscrira dans une mémoire affective comme un élément dynamique susceptible de se manifester à la moindre occasion. Pour conclure, la notion de perte s'invite à toutes les étapes de la construction du sujet mais perdre c'est s'autoriser à obtenir un autre bénéfice.... La perte renvoie à l'angoisse d'abandon, de séparation, facilement repérable dès les premiers instants de scolarisation. Notre vie est scandée par la perte, certaines sont douloureuses d'autres s'opèrent à notre insu: corporelle (les dents, les cheveux pour certains d'entre nous...) dans la sphère affective: d'un être cher, d'une relation de proximité... dans l'exercice professionnel: d'un statut, poste de travail... durant notre enrichissement cognitif, lors de l'apprentissage...

4 PERMANENCE / CONTINUITE Ce qui dure..... La continuité La stabilité constance Quelque chose qui renvoie à une inscription durable L'identité

5 L'identité c'est ce qui est constitutif pour le sujet, sa construction moïque, on parle d'identités au pluriel, processus de sédimentation successive permettant d'assurer une sécurité affective: processus de construction qui permet de renforcer le sujet dans son rapport au monde, à l'autre...élève, enseignant... De chaque rencontre, de chaque expérience sera prélevé un trait, une représentation qui s'intègrera dans les mailles de ce tissu protecteur et en définira la singularité. On ne peut donc se défaire facilement, on ne peut s'autoriser à le faire que si et seulement si notre intégrité est assurée et si l'élément à incorporer présente un bénéfice. L 'image de bulbe d'ognon permet de visualiser les enveloppes, les peaux constitutives de cet empilement s'enrichissent à partir des nombreuses expériences. Une membrane de protection qui subit les assauts exogènes et endogènes mais qui tend à l'équilibre. Ce mouvement d'intégration est d'autant plus difficile à opérer dès lors que sa propre sécurité affective n'est pas assurée: un élève aura du mal à intégrer de nouvelles notions, consignes, accepter d'être dans l'inter action avec ses pairs par exemple.

6 CHANGEMENT Changement d'état, de nature Modification, mutation Mue, alternance Échange....substitution Renversement Idée de va et vient Métamorphose Quelque chose qui a à voir avec une évolution Quelque chose qui renvoie à UNE DYNAMIQUE PROGREDIENTE

7 Ainsi le sujet s'appréhendera à travers cette temporalité qui lui est propre et avec qui « il faudra faire avec »: la différenciation pédagogique est une adaptation nécessaire pour prendre en compte cette spécificité. Ce processus est intimement lié au sujet, il va donc s'organiser de façon très singulière, dans un espace temporel lui aussi très singulier. Ainsi le sujet s'appréhendera à travers cette temporalité qui lui est propre et avec qui « il faudra faire avec »: la différenciation pédagogique est une adaptation nécessaire pour prendre en compte cette spécificité. Ce processus est intimement lié au sujet, il va donc s'organiser de façon très singulière, dans un espace temporel lui aussi très singulier. La mémoire sensorielle s'estompe au profit d'une mémoire lexicale, cette mutation joue un rôle essentiel dans le développement de l'enfant. L'entrée dans le langage va permettre progressivement mais partiellement d'organiser ces images mentales, elles seront véhiculées, mémorisées à travers le langage parlé puis écrit. Les premières expériences sont essentiellement inscrites sur un registre sensoriel; vibratoire, olfactif, tactile, puis visuel et sonore. Par exemple, le jeune enfant accepte l'idée de séparation d'avec sa mère au bénéfice qu'il puisse se la représenter. La notion de dynamique évolutive résulte de l'acceptation de la perte par la production d'une représentation.

8 De la rupture à la continuité… émergence des représentations mentales. L'enfant qui accepte la perte passe d'un statut passif à un statut actif par l'élaboration de représentations mentales, il ne subit pas l'absence de sa mère il la joue, il en joue, il la met en acte, en jeu, il inter agit sur l'environnement dans le rapport à l'autre et à lui même. Il représente, il conceptualise, il se représente.... la part du jeu symbolique instaure un nouveau rapport au réel... l'enfant acquiert progressivement une autonomie relative par rapport à son vécu. L'entrée dans le langage va lui permettre de dire le présent et progressivement de s'inscrire dans un autre espace temporel, il va progressivement se situer dans cet espace, faire référence au passé en développant la mémoire lexicale, être capable d'anticiper et de se représenter le futur, de ce projeter dans cet espace. Ce développement cognitif s'accompagne bien sûr d'un développement global et les fonctions de la marche, de la préhension, de la motricité, de discriminations visuelles, auditives... participent également de ce développement. Progressivement l'enfant dispose des outils proprioceptifs, sensoriels et psychiques pour inter agir dans l'environnement social, éducatif et cognitif.

9 COMMENT FAVORISER l'EMERGENCE Définir un contrat didactique clair: pour l'élève pour la classe pour les parents d'élèves Ce qui permet de dissiper les malentendus, d'optimiser les réponses, de baliser les parcours de progrès, de rendre conscient l'acte d'apprendre. en agissant sur l'environnement social: inter actions langagières et sociales. en développant les situations d'expérimentation. en prenant en compte la singularité de l'élève. en adaptant sa pédagogie (Zone Proximale de Développement). Par une posture professionnelle plus distanciée: observation et analyse des situations, éviter d'être dans le savoir, la vérité de /et sur l'autre, éviter le jugement mais questionner l'existant dans la forme du comment: comment l'enfant élabore t'il cette réponse...comment en est il arrivé à cette conclusion... il n'y a pas une solution mais des réponses possibles: éviter d'appréhender les situations par la simplification: l'enfant ne réagit pas ou mal à une consigne,,ce n'est pas nécessairement une difficulté de compréhension, de comportement....

10 COMMENT FAVORISER l'EMERGENCE En développant le partenariat avec les familles. L'environnement familial constitue une caisse de résonnance mais aussi de " raisonnance" : au delà de l'écho c'est la pratique quotidienne de la pensée, de la spéculation, de la réflexion, de l'argumentation, de la déduction...Les parents ne maîtrise pas l'acte professionnel de l'apprentissage pour autant il participe activement à cet acte: comment les amener à se situer par rapport à l'apprentissage? Comment amener les parents à devenir des parents d'élèves de maternelle, d'élémentaire, de collège...L'anticipation dans ce domaine est essentielle et devrait commencer dès la maternelle. Il ne sagit pas de prélever une vérité sur lenfant pour mieux lappréhender, mais de poser les bases didactiques possibles hors de la relation maitre / élève pour éviter le conflit sociocognitif: Comment utiliser les supports (livres, cahiers, documents…) Comment poursuivre la mémorisation dune poésie par exemple, comment apprendre à orthographier les mots… Comment revisiter les apprentissages (les leçons à la maison). Globalement, partager le contrat didactique pour lélève avec la famille.

11 L'enfant se construit progressivement un environnement sécure, il accepte de prendre des risques, de se tromper, d'émettre des propositions, de prendre des initiatives... EN QUOI LES REPRESENTATIONS PERMETTENT UNE MEILLEURE ADAPTATION Se faisant, il développe sa capacité à mémoriser les évènements; il construit sa mémoire à partir d'un vécu personnel puis progressivement collectif. Le passage de personnel au collectif, de l'intime au comm-un va lui permettre de se repérer dans un espace qu'il ne maitrise pas, d'utiliser des codes normés langagiers puis écrits pour inter agir dans cet espace. Accéder au code écrit c'est être en capacité de se représenter l'acte, de lire par exemple, c'est à dire de produire du sens pour soi et partager cette expérience avec l'autre. Certains élèves ne parviennent pas à cet exercice, leur accès aux représentations est limité, ils ont un rapport de proximité avec leur tâche qui leur empêche cette analyse, leur mémoire peut être défaillante dans la mesure où il n'y a pas d'inscription: l'enfant déchiffre mais ne lit pas.

12 AMENER LES ELEVES A CONSTRUIRE DES REPRESENTATIONS, C'EST LEUR PERMETTRE DE SE DOTER D'UN VIATIQUE NON SEULEMENT POUR LES APPRENTISSAGES... MAIS PLUS AVANT.


Télécharger ppt "CONTINUITE RUPTURE CHANGEMENT Francis Coutarel Liaison maternelle CP 11 janvier 2012."

Présentations similaires


Annonces Google