La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Unité Mobile de Gériatrie: Pratique de lévaluation gériatrique en milieu psychiatrique Damien HEITZ Catherine FERNANDEZ Virginie LEROY Maria KEHLHOFFNER.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Unité Mobile de Gériatrie: Pratique de lévaluation gériatrique en milieu psychiatrique Damien HEITZ Catherine FERNANDEZ Virginie LEROY Maria KEHLHOFFNER."— Transcription de la présentation:

1 Unité Mobile de Gériatrie: Pratique de lévaluation gériatrique en milieu psychiatrique Damien HEITZ Catherine FERNANDEZ Virginie LEROY Maria KEHLHOFFNER Patricia BAECHLER Cathie GEIST Christelle DITTSCHEID Unité mobile de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

2 LUnité Mobile de Gériatrie des HUS v Création en 1998 v Objectif principal: Apporter une aide à la prise en soins de patients âgés non hospitalisés dans une structure non spécifiquement gériatrique. Apporter une aide à la prise en soins de patients âgés non hospitalisés dans une structure non spécifiquement gériatrique. v Composition pluri-disciplinaire MédecinsIDEErgothérapeuteSecrétaire

3 LUnité Mobile de Gériatrie des HUS v Environ 1300 patients évalués/an v 6 services = 66% de lactivité – Médecine Interne – Service dAccueil et des Urgences – Spécialités Médicales – Spécialités Chirurgicale – Psychiatrie – Réanimation v Motifs de recours – 1/3Aide à Orientation – 1/3Évaluation précise – 1/3!!!!!!!!

4 Lévaluation gériatrique v Quest-ce que cest ? v Comment la pratiquer ? v Pour qui ? v Est ce que ça sert vraiment à quelque chose ?

5 « Ne demandez pas à une personne âgée comment elle va sil vous reste autre chose à faire le même jour » Joe Restivo

6 Procédure diagnostique multidimensionnelle et pluridisciplinaire du sujet âgé fragile Vise à lidentification de lensemble des problèmes médicaux, fonctionnels, psychologiques et sociaux des sujets âgés Dans le but détablir un projet de prise en charge à court, moyen voire à long terme Lévaluation gériatrique standardisée Laurence Rubenstein 1997

7 Origine de lEGS v Marjory W. Warren ( ) – Care for the chronic aged sick Lancet 1946 ;247: Lancet 1946 ;247: v « Il est possible daméliorer de façon importante létat de santé des personnes institutionnalisées quand on identifie leurs problèmes médicaux et psycho-sociaux » v « Aucun patient ne devrait être admis en unité de long terme sans une évaluation médicale et psycho-sociale et pour la plupart des patients une tentative de rééducation »

8 v Admise en secteur psychiatrique en Hospitalisation à la demande dun tiers ( le mari ) pour « Délire dapparition tardif » v Depuis environ 4 semaines elle présente des convictions délirantes – Thème de ruine – Sans hallucination – Apparition progressive et dintensité croissante Madame S, 79 ans

9 v Un diagnostic de dépression avec manifestation délirante est posé v La prise en charge psychiatrique est débutée v Patiente sans antécédent psychiatrique connu v Ancienne bandagiste v A domicile avec son époux v Entourée par deux filles dont une très proche v Non dépendante et autonome jusquà présent. Madame S, 79 ans

10 v Sur le plan oncologique – Cancer colique droit opéré en juin 08 – Sd confusionnel en post op – Adénocarcinome pT2 N3 M+ – Localisations secondaires hépatiques – En Chimiothérapie anti tumorale depuis Août 08 – Protocole FOLFOX – Bonne tolérance sur le plan digestif, cardiaque et hématologique Madame S, 79 ans

11 v Troubles de la marche - chutes v Nutrition v Fonctions cognitives v Troubles de lhumeur v Dépendance v Troubles de la continence v Troubles sensoriels v Risque descarre v Douleur v Situation sociale Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

12 v Standardisation indispensable de la procédure dévaluation v Utilisation de grilles dévaluation – Validées en français – Dutilisation rapide u Ne pas lasser le malade u Ne pas lasser les soignants Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

13 v Inconvénients – Procédure lourde – Procédure longue – Mauvais reflet de la réalité clinique – Côté réducteur de lutilisation des grilles Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

14 v Avantages – Standardisation du vocabulaire – Standardisation des résultats – Permet d objectiver des éléments subjectifs – Valorisation des différents intervenants – « Crédibilisation » du message gériatrique – Pédagogiques Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

15 v Troubles de la marche - chutes – Tinetti statique et dynamique – Test moteur minimum – Timed get up and go – Appui monopodal – Stop walking when talking v Nutrition – MNA en terme de dépistage – Enquête nutritionnelle si nécessaire Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

16 v Fonctions cognitives – Épreuve des 5 mots – Test de lhorloge – MMS – BEC 96 – BREF – Trail making test Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

17 v Dépendance – ADL – IADL v Dépistage des trouble de lhumeur – Mini GDS (4items) v Incontinence – Grille personnelle Lévaluation gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

18 v Évaluation de la douleur – EVA – Doloplus v Escarre – Échelle de Norton v Évaluation sensorielle – Éléments cliniques v Évaluation sociale – Pas dinstrument particulier Lévaluation Gériatrique standardisée Comment la pratiquer ?

19 v Troubles de la marche: – Pas de trouble de la marche auparavant – Une chute à domicile – Ralentissement important – Marche hésitante, instable – Désadaptation posturale modérée – Troubles sensitifs périphériques – Arthrose modérée – Amyotrophie importante Risque important de grabatisation Risque important de grabatisation Lévaluation gériatrique standardisée de Madame S

20 v Troubles cognitifs: – Syndrome confusionnel lors de lhospitalisation en juin Pas de dépistage possible au vu du contexte actuel v Troubles visuels – Baisse dacuité visuelle en rapport avec une cataracte bilatérale – Audition conservée Lévaluation gériatrique standardisée de Madame S

21 v Troubles nutritionnels – Perte de poids de plus de 6 kg – MNA met en évidence une dénutrition – Enquête nutritionnelle : u Anorexie majeure depuis 3 dernières semaines u Amyotrophie importante v Pas de problème de continence v Pas de problème cutané Lévaluation gériatrique standardisée de Madame S

22 v Autonomie fonctionnelle – Pas daide pour les actes essentiels de la vie – Depuis 3 semaines nécessité daide Pour toutes les activités instrumentales – Aide apportée par le mari et la fille v Évaluation support social – Époux 82 ans pathologie coronarienne importante – Épuisé en raison des troubles du sommeil de la patiente – Fille très présente, très inquiète Lévaluation gériatrique standardisée de Madame S

23 v Au total : – Trouble de la marche +++ – Dénutrition +++ – Troubles visuels – Fragilité importante du support social – Pathologie néoplasique en cours de traitement Lévaluation gériatrique standardisée de Madame S

24 v En milieu hospitalier – Service de Médecine Interne Gériatrie – Service de Suite et de Réadaptation Gériatrique – Unité Mobile de Gériatrie v En hôpital de jour v A domicile v En consultation v Aux urgences !!!! Lévaluation Gériatrique Standardisée Où la pratiquer ?

25 Lévaluation gériatrique standardisée est-elle efficace ? Sepulveda Study Etude de Cohen Méta-analyse de Stuck Lancet Méta-analyse de Stuck JAMA

26 v Méta-analyse – Comprehensiv Geriatric Assessment: a meta-analysis of controlled trials v 28 études – Sujets soumis à une EGS – Sujets contrôles v 6 modalités de prise en charge – GEMU = Unité d évaluation hospitalière – IGCS = Service de consultation pour patients hospitalisés – HAS = Service d évaluation à domicile – HHAS= Repérage intra-hospitalier et évaluation à domicile – OAS = Évaluation de patients en ambulatoire Stuck Lancet 1993;342:

27 Réduction du risque de mortalité GEMU: - 36% à 6mois HAS: - 14% à 36 mois

28

29 Risque de ré-hospitalisation - 12%

30 Comment améliorer les résultats de lEGS ? v Ciblage précis des patients pouvant en bénéficier v Protocole de suivi des recommandations

31 v PA vigoureuses – Pas dévaluation gériatrique sous cette forme – Consultation de prévention des pathologies liées au vieillissement v PA très touchées – Pas dévaluation gériatrique sous cette forme u Procédure lourde pour un résultat aléatoire u Exemple : pas dévaluation de la continence chez le sujet dément grabataire……… Lévaluation gériatrique standardisée Pour qui ?

32 v PA fragiles – Repérées ? u Pathologies cibles ? u Capacités fonctionnelles ? u Moments clés ? Lévaluation gériatrique standardisée Pour qui ?

33 v Proposer au service quelques questions – Si une réponse positive : u Chutes, troubles de la marche u Troubles de la mémoire u Troubles psycho-comportementaux u Nécessite une aide pour les ADL u Perte de poids récente u Entourage signale des difficultés à domicile Lévaluation Gériatrique Standardisée Pour qui ?SMIG

34 v Ce que nest pas lévaluation gériatrique – Procédure miraculeuse qui résout tous les problèmes gériatriques – Juxtaposition de grilles sans réflexion – Un travail dun professionnel isolé – Un catalogue de problèmes sans proposition de prise en charge L évaluation gériatrique standardisée

35 v Qu est ce que c est ? v Comment ça marche ? v Pour qui ? L évaluation gériatrique = C est la manière adéquate de soigner les personnes âgées en 2008 ? = C est la manière adéquate de soigner les personnes âgées en 2008 ? = En équipe pluridisciplinaire formée à l évaluation. = Pour les sujets fragiles

36 Conclusion v Quand ? v Cela sert-il réellement à quelque chose? = Adapter la lourdeur de lEGS à la pathologie et aux circonstances = Globalement positif pour le patient


Télécharger ppt "Unité Mobile de Gériatrie: Pratique de lévaluation gériatrique en milieu psychiatrique Damien HEITZ Catherine FERNANDEZ Virginie LEROY Maria KEHLHOFFNER."

Présentations similaires


Annonces Google