La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

NEUROLOGIE URGENCE 3 Louise Boyer, B.Sc.Inf., M.Éd. Courriel:

Présentations similaires


Présentation au sujet: "NEUROLOGIE URGENCE 3 Louise Boyer, B.Sc.Inf., M.Éd. Courriel:"— Transcription de la présentation:

1 NEUROLOGIE URGENCE 3 Louise Boyer, B.Sc.Inf., M.Éd. Courriel:

2 NEUROLOGIE: évaluation systémique Évaluation rapide (quelques secondes) -étude des lieux et possibilité de trauma -apparence générale: A: voies respiratoires ouvertes B: respiration C: circulation D: niveau de conscience: A P V U -examen physique sommaire: MV présents?, B1-B2 audibles?, abdomen souple? -hémorragie?, état de choc?

3 NEUROLOGIE: évaluation systémique Évaluation initiale: -signes vitaux: T.A. : HTA?, orthostatique Pouls: fréquence, régulier? Respiration: fréquence, profonde?, utilisation des muscles accessoires? T°: rectale (danger de convulsions) -signes neurologiques: Pupilles Force motrice Échelle de Glasgow

4 NEUROLOGIE: évaluation systémique Données subjectives et examen physique Données subjectives: -changements dans les habitudes de vie: repas, sommeil, stress -type de personnalité -motif de la visite, histoire de lévolution des symptômes neurologiques -perte de conscience? -changements du niveau de conscience -drogues de rue? -mémoire: court terme et long terme: changements? -habiletés cognitives: changements? -sentiment dêtre confus (date, noms, lieux) -changement dans la personnalité (apathique, agressif, violent?)

5 Données subjectives: -émotionnellement instable -changement dhumeur -changement des habitudes de santé et de vie -difficulté à accomplir ses AVQ -communication: difficulté à parler, à entendre, à comprendre -fonction motrice: faiblesse, manque de coordination, tremblements, engourdissement, paralysie, raideurs, difficulté à se lever ou à monter les marches -fonction sensitive: diminution ou perte, hallucinations -changement des habitudes sexuelles -vision: diminution ou perte du champ de vision, diplopie… -trauma ou chute: si oui: comment, quand, soins, changement depuis lincident -douleur? PQRST -céphalées -convulsions -vomissements

6 NEUROLOGIE: évaluation systémique Examen physique: -inspection: apparence générale, trauma apparent (peau, extrémités), symétrie ? (visage, posture) -auscultation: pulmonaire et cardiaque, bruit carotidien? -palpation: cuir chevelu, masse musculaire -Orientation: personne, place, temps -mémoire (récente, lointaine) -jugement et raisonnement -communication: expression et compréhension

7 Examen physique -Attention et concentration -événements récents (peut raconter) -pupilles: diamètre, symétriques, réflexes direct et consensuel -réponse motrice: Mouvements: répond aux commandes? Tonus musculaire Force: échelle, symétrique Balance et posture: Romberg coordination: mouvements alternatif rapides, doigt-nez, talon-genou. Tremblements, au repos, avec mouvements Réflexes -nerfs crâniens: Yeux: NC II,III,IV,VI Muscles visage(parole): NC VII, IX, X, XII Protection: réflexe nauséeux NC IX,X, cornéen: NC V, VII

8 Examen physique Autres nerfs crâniens NC I: odorat NC V: sensibilité visage NC VII: mouvements faciaux NC VIII: audition NC XI: tourner la tête, soulever les épaules -réponse sensitive Perception de la douleur Perception du toucher et de la pression proprioception -présence de otorrhée ou/et rhinorrhée -signes méningés présents? Raideur de la nuque Signe de Kernig Signe de Bruzinski

9 AMPLE ALLERGIES ? MÉDICATION: anticonvulsivants, anti-inflammatoires, analgésiques, anticoagulants, antihypertenseurs, antiarythmiques, diurétiques, sédatifs, anxiolitiques, gouttes ophtalmiques, produits naturels ou homéopathiques. PASSÉ MÉDICAL: HTA, arythmies, athérosclérose, pbs neurologiques, hépatiques, endocriniens, pulmonaires, cx au cou ou thoracique, exposition à des substances toxiques… DERNIER REPAS ÉVÈNEMENT

10 PLAN ET INTERVENTIONS Priorité et orientation du client: selon lévaluation Moniteur cardiaque et saturométrie si pertinents Examens diagnostiques pertinents: FSC, Pt-Ptt, électrolytes, urée, toxicologie, ECG, analyse durine, radiographie(s), CT scan, IRM, ponction lombaire, EEG, etc… Interventions infirmières et de collaboration….

11 Interventions infirmières et de collaboration Maintien et surveillance de A, B, C Administrer les traitements et médicaments prescrits, de façon sécuritaire. Surveillance des effets secondaires. Prévenir les complications ou blessures Gestion de la douleur Diminuer lanxiété Enseignement au patient et à la famille Plan: consultations, transferts, tests… Évaluation/ ré-évaluation continue Documentation

12 Personnes âgées: attention à Fonction cognitive et réflexes plus lents. Changement: discrimination fine Diminution de : -réflexe cornéen -acuité visuelle, perception de la profondeur -réflexes visuels -pupilles plus petites Réaction plus vive aux médicaments, tolérance diminuée

13 CÉPHALÉE CÉPHALÉE PRIMAIRE: pas de cause organique CÉPHALÉE SECONDAIRE: associée à une autre pathologie Impact des céphalées (migraine) est important sur lindividu, la famille, le couple et la société. ATTENTION: les maux de tête peuvent être un signe dun problème de santé très grave. La douleur est ressentie lorsquil y a: traction, pression, inflammation, déplacement…

14 CÉPHALÉE Cause des céphalées demeure controversée. Il y a contraction des vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau et les tissus avoisinants suivi dune vasodilatation causée par une augmentation du taux de sérotonine. Classification des céphalées: p. 599 ( The clinical Practice of Neurological and Neurosurgical nursing)

15 MIGRAINE Environ 19% de la population québécoise souffre de migraine. Plus de femmes que dhommes Facteur héréditaire important Facteurs précipitants: -cycle menstruel -contraceptifs oraux -stress -lumière brillante, soleil -manque de sommeil -TV, cinéma -fatigue -faim -certains aliments: fromage, vin rouge Etc…

16 MIGRAINE Durée: quelques heures à 3 jours -plus de 3 jours: status migrainosus 5 phases: -prodrome: symptômes qui surviennent quelques heures à 2 jours avant la migraine. Ex: irritabilité, fatigue, fonction cognitive, bailler, sensation de froid, besoin de manger certains aliments, fréquence urinaire, diarrhée, constipation… -aura: 5-20 minutes avant lapparition de la migraine. Symptômes: problèmes visuels (spots, zigzag), hémianopsie, engourdissement unilatéral ou bilatéral des lèvres, figure, mains, difficulté avec balance, confusion, somnolence…

17 MIGRAINE Phases de la migraine (suite) -maux de tête: lancinant, unilatéral ou bilatéral, débute souvent le matin, douleur croissante, nausées, vomissements, vision brouillée, congestion nasale, anorexie, faim, diarrhée, crampes abdominales, polyurie, pâleur, chaud/froid, rigidité du cou, diminution de la concentration, fatigue, anxiété, irritabilité…. Durée: heures -arrêt de la douleur et post-drome: douleur diminue graduellement, sentiment dépuisement, irritabilité, manque de concentration, changement dhumeur, dépression euphorie ou sentiment dépressif, malaise

18 CÉPHALÉE DE TENSION Épisodique ou chronique Épisodique: revient régulièrement, durée 30 min. à 7 jours, sévérité légère à modérée, sensation de pression, douleur autour de la tête, pas de N/V, sensible à la lumière et au bruit. Chronique: 15 jours/ mois X 6 mois Bilatérale, légère à sévère, sensation de serrement, pression, contraction musculaire parfois (tempes, mâchoires), anxiété, tension psychologique

19 CÉPHALÉE DE HORTON Surtout les hommes, ans Très douloureux, unilatérale, douleur localisée au-dessus et en arrière de lœil. Durée: minutes, 1 à 8 fois par jour pendant plusieurs semaines ou mois suivi dune période de rémission (mois ou années) Symptômes: larmes, rougeur de la conjonctive, congestion nasale, nez qui coule, transpiration (front, figure), myosis, ptose,œdème des paupières… Débute la nuit et réveille la personne, pas de prodrome ou daura Facteurs précipitants: alcool, NTG (ce qui provoque une vasodilatation)

20 Évaluation initiale Collecte de données détaillée: très important pour aider à établire le bon diagnostic. Écouter la personne ++++ Données subjectives: -motif de la consultation: histoire Douleur: PQRST -symptômes: aura, N/V, photophobie, phonophobie, difficulté à se concentrer, problèmes visuels -facteurs précipitants: émotionnels, métaboliques, aliments, alcool, lumière, manque de sommeil, fatigue… -passé médical: ATCD familiaux de maux de tête, contraceptifs oraux, HTA, voyage récent, sinusite, convulsions, …

21 Évaluation initiale Examen physique -examen neurologique le plus complet possible (selon la situation) -percussion des sinus -vaisseaux du cuir chevelu dilatés, sautillants? -peau: pâle ou rougeâtre?

22 Interventions infirmières Soulager la douleur: -application de chaud (musculaire) ou froid (vasculaire) -garder la pièce sombre, pas de lumière vive -massage ? (famille) Soutien dans la gestion du stress, anxiété -relaxation -autres moyens Administration de médicaments -vasoconstricteurs, bêta-bloquants, anticonvulsivants, analgésiques -oxygène Enseignement: facteurs précipitants, médications, gestion du stress, association, clinique…

23 médicaments Migraine: -si vient de débuter: ergotamine (vasoconstriction cérébral) Attention: effet secondaire de lergotamine, surtout si donné 2 jours consécutifs, céphalée de rebond nausées: antiémétiques -aussi: sumatriptan (provoque une vasoconstriction des artères crâniennes) Attention: contre-indiqué si grossesse, pbs coronariens, ischémie, ACV, P.A. basse, bradycardie. -si installée: codéine, morphine

24 médicaments Céphalée de tension -analgésiques: ASA, acétominophène, ibuprophène -relaxants musculaires -anti-dépresseurs: élavil Céphalée de Horton -sumatriptan: très efficace -O2 100% -ergotamine

25 ANÉVRISME CÉRÉBRAL ANÉVRISME: Dilatation dune portion précise ou diffuse dune artère. 15 millions daméricains ont un anévrisme cérébral (1997). La majorité de ces personnes ne vivront jamais une rupture danévrisme Âge: ans Plus de femmes (3:2) Pronostic pauvre, séquelles, mort.

26 ANÉVRISME CÉRÉBRAL Étiologie: -difficile à préciser -facteurs: -congénital, génétique, extrinsèques -âge, stress, ATCD familiaux -HTA, athérosclérose, infections bactérienne, fongique Classification: selon la taille Petit: 15 mm Grand: mm Très grand: 25-50mm Très très grand: > 50mm Localisation -base du crâne, polygone de Willis

27 Espace sub-arachnoïdienne Tiré de : The clinical practice of neurological and neurosurgical nursing, Hickey

28 Polygone de Willis Tiré de : Lexamen clinique dans la pratique infirmière, Brûlé et Cloutier

29 Anévrisme cérébral: formes

30 ANÉVRISME CÉRÉBRAL : rupture La rupture danévrisme est souvent causée par un événement qui augment la pression, comme: forcer pour aller à la selle, relations sexuelles, soulever des objets lourds, excitation… Le sang est alors poussé vers lespace sub-arachnoïdienne à la base du crâne. La pression des tissus et la formation de fibrine et de plaquettes forment un caillot, arrêtant le saignement. Le caillot empêche une bonne circulation du LCR et provoque une réponse inflammatoire qui produit un œdème cérébral. Il y a donc augmentation de la pression intra-crânienne… La perfusion cérébrale est diminuée provoquant un changement dans le niveau de conscience de la personne.

31 Signes et symptômes: avant la rupture danévrisme 40% des personnes ont des signes avant la rupture mais plusieurs les ignorent ou les attribuent à dautres problèmes de santé. -paralysie du nerf crânien III (oculomoteur) -pupilles dilatées, ne réagissent pas à la lumière -ptose -diplopie -douleur au-dessus et derrière les yeux -céphalée -douleur à la nuque -nausées -vomissements -douleur dans le haut du dos

32 Signes et symptômes: après la rupture danévrisme Maux de tête violent: « comme une explosion », « le pire de ma vie » Perte de conscience possible Diminution du niveau de conscience Vomissements Atteinte des nerfs crâniens: III, IV et VI Comme un AVC: dépend de la région: aphasie, hémiplégie… Diabète insipide, hypoNa+ si hypophyse affectée Signes dirritation des méninges: -N/V -raideur de la nuque -douleur au dos et à la nuque -vision brouillée -photophobie -parfois une légère fièvre HTIC: -convulsions - écart entre -HTA la systolique -bradycardie et la diastolique

33 Interventions infirmières A, B, C Oxygène Évaluation régulière des signes neurologiques. Soluté: attention à la surcharge liquidienne, mais peut aussi avoir NaCl 0,9% si hypoNa+ Contrôle de la pression artérielle Élévation de la tête du lit Prévention de nouveau saignement: environnement calme, PA normale, sédatif, prévenir les efforts Contrôle de la douleur: pas de narcotiques Soutien, anxiété: pt et famille

34 traitements Chirurgie plus vite possible, si rupture <24 heures: 92-95% succès <48 heures: 75-85% Avant la rupture: Traitement endovasculaire danévrisme cérébral par coils de platine Mesures diagnostiques CT scan IRM Angiographie cérébrale Parfois ponction lombaire

35 Traitement endovasculaire danévrisme cérébral par coils de platine Tiré de: Info Neuro, Centre universitaire de santé McGill

36 Sclérose en plaques Maladie du système nerveux central. Détruit progressivement les gaines de myéline des neurones du SNC. La démyélinisation des fibres nerveuses par plaques rend difficile la transmission des messages électriques. Conséquences: perte de contrôle des fonctions corporelles; difficulté à marcher, se concentrer, soulever des objets… Environ personnes au Canada en sont atteints

37 Imagerie par résonance magnétique IRM normal IRM dun patient avec SEP

38 Sclérose en plaques Affection neurologique invalidante la plus fréquente chez le jeune adulte. Prévalence de la SEP: pays nordiques; Canada, Etats-Unis, nord de lEurope Plus de femmes que dhommes (2:1) Âge: ans (âge moyen: 30 ans) ATCD familiaux: risque de présenter la SEP Femmes: 4-5% Homme: 2% Vrais jumeaux: 31% Faux jumeaux: 5% Prédominance chez les gens de race blanche

39 Sclérose en plaques Causes de la SEP inconnues Fort probablement une maladie auto-immune à médiation par les lymphocytes T (perméabilité de la barrière hémato-encéphalique) La taille des lésions de la SEP varie. Emplacement: moelle épinière, tronc cérébral, cervelet, nerf optique, cerveau.

40

41 Sclérose en plaques Les symptômes varient dune personne à lautre. Grande variété de symptômes selon la localisation des lésions Symptômes sensitifs, moteurs, visuels Problèmes vésicaux, intestinaux, psychologiques, sexuels Fatigue: 88% des patients en souffrent La forme rémittente de SEP est la plus répandue (poussée-rémission) POUSSÉE: manifestation de groupe de symptômes qui deviennent de plus en plus aigus, puis, qui après un certain temps (quelques jours à quelques semaines) vont se résorber. On ne peut prédire quand aura lieu la prochaine poussée….semaines, mois, années!

42 Sclérose en plaques La progression de la maladie est imprévisible….. Le patient et sa famille doivent apprendre à vivre avec lincertitude Mesures diagnostiques Diagnostic dexclusion Examen neurologique IRM Ponction lombaire Potentiels évoqués Mesure de progression: échelle dincapacité de Kurtzke

43 Sclérose en plaques Traitement: -immuno-modulateurs *Avonex, Bétaséron, Rebif, Copaxone *injection S/Q ou IM selon le médicament, à vie *prévenir les poussées *efficacité 30% Effets secondaires: symptômes grippaux, surveillance des enzymes hépatiques et des globules blancs. -solu-médrol IV suivi de prednisone PO: lorsque le patient a une poussée, aide à diminuer linflammation. Effets secondaires: excitation, difficulté à dormir, ne pas administrer si patient a une infection

44 Sclérose en plaques Autres médicaments: -relaxants musculaires (baclofène, zanaflex, valium) -anticonvulsivants: tégrétol, dilantin (pour la douleur, névralgie) -problèmes urinaires: ditropan, detrol ( aide à retenir ou à vidanger la vessie) -laxatifs, lavements -contre la fatigue: amantadine, symmetrel, antidépresseurs -mitoxantrone: chimiothérapie

45 Sclérose en plaques PSEUDO-POUSSÉE: Le patient présente des symptômes associés à la SEP mais ne sont pas causés par une nouvelle poussée. Causes possibles dune pseudo-poussée: -infection -activité physique intense -problème ou changement métaboliques IMPORTANT: toujours vérifier ces possibilités avant de conclure à une poussée et entreprendre un traitement.

46 Interventions infirmières Maintien et surveillance ABC Signes vitaux Signes neurologiques, évaluation neurologique périodique Mesures diagnostiques: -possibilité dinfections urinaire, pulmonaire… -autres changements Administration des médicaments selon Rx Soutien émotionnel Planification retour à domicile, référer au CLSC? Si premiers symptômes: Référer à lassociation de SEP pour informations et aussi du soutien.

47 PROCHAIN COURS MARDI LE 4 FÉVRIER 2003 NEUROLOGIE suite: CVA Histoire de cas à lire et à compléter Nouveaux liens en neurologie sur le site web


Télécharger ppt "NEUROLOGIE URGENCE 3 Louise Boyer, B.Sc.Inf., M.Éd. Courriel:"

Présentations similaires


Annonces Google