La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

"La lutte contre la malnutrition : succès et défis" Dr. André Briend

Présentations similaires


Présentation au sujet: ""La lutte contre la malnutrition : succès et défis" Dr. André Briend"— Transcription de la présentation:

1 "La lutte contre la malnutrition : succès et défis" Dr. André Briend

2 Malnutrition de lenfant : définie par des critères anthropométriques Comparaison du poids et de la taille avec des normes de croissance Norme poids-taille le plus souvent utilisée dans lurgence Malnutrition aigüe quand poids/taille < -2 écarts-types

3 Différentes formes de malnutrition Poids rapporté à lâge: insuffisance pondérale Poids rapporté à la taille: malnutrition aiguë (maigreur) Taille rapportée à lâge: malnutritoin chronique (retard statural)

4 Limite de la définition de la malnutrition basée sur lanthropométrie Basée sur le franchissement de seuils conventionnels Certaines carences ne sont pas associées à des déficits anthropométriques (fer, vitamine A …)

5 Autre notion : personnes souffrant de la faim (FAO) Estimation basée sur des statistiques agricoles avec estimation des kcal/personne/j

6 Malnutrition aiguë sévère, malnutrition chronique, faim dans le monde MAG (P-T <-2): Malnutrition chronique (TA < -2): Nombre de personnes souffrant de la faim (FAO):

7 Malnutrition aiguë sévère (MAS) Définition Périmètre brachial < 115 mm (enfants de 6-59 mo) (MUAC) Ou indice poids-taille < -3 z Ou oedèmes bilateraux

8 Les deux formes de MAS MarasmeKwashiorkor

9 Pourquoi faut il traiter rapidement les enfants ayant une MAS ? Haut risque de décès MUAC = mid-upper arm circumference

10 Combien denfants ont une MAS à travers le monde ? On ne sait pas vraiment Les enquêtes de prévalence OMS indiquent ; grosse marge derreur Incidence (nombre de cas par an) sans doute plus élevée.

11 Progrès continus depuis les années 50 suite au travail dunités pilotes (Jamaique, Prof J Waterlow, Prof Mike Golden, Prof Alan Jackson et ailleurs) Enfants alimentés par des mélanges lactés (lait écrémé en poudre, huile, sucre) + vitamines et minéraux Progrès dans la prise en charge clinique de la MAS Jackson A, International Congress Nutrition, Vienna, 2001

12 Les nouveaux modes de traitement mis en place dans de grands centres de nutrition thérapeutique Repas préparés par du personnel formé à mélanger lait, huile et sucre Minéraux et vitamines donnés à chaque enfant comme un médicament Milliers denfants traités de cette façon en urgence Années 70-80

13 Minéraux et vitamines ajoutés au lait lors de la préparation industrielle Simplification du traitement, réduction du risque derreurs Standardisation des protocoles de traitement (OMS; Pr Golden) Années 90 : introduction de sachets de lait F-100 prêts à lemploi

14 Très efficace, mais ne peut pas être utilisé à domicile : Dangereux si préparé avec une eau polluée Risque dutilisation pour remplacer lallaitement Les enfants doivent être traités dans des centres spécialisés Seul un petit nombre denfants est traité Problèmes associés à lutilisation du lait F-100

15 Solution : utiliser un aliment sec plutôt quun aliment liquide (Henry F et al, 1990)

16 1996 Discussions avec Michel Lescanne, Directeur de Nutriset, principal producteur de F-100 Nombreuses tentatives infructueuses de mise au point daliments solides : crêpes, beignets, barres, biscuits…

17 Comparaison de la composition nutritionnelle dune pâte à tartiner avec celle du F-100

18 Solution : Remplacer une partie du lait écrémé dans la recette du F-100 par de la pâte darachide PLUMPY NUT Aliment thérapeutique prêt à lemploi (ATPE)

19 Différence entre une poudre et une pâte Graisse entourée par des molécules hydrosolubles (laits infantiles, F100) Graisse entourant les molécules hydrosolubles (ATPE) Les 2 formes sont possibles si graisses >~ 33%

20 Time (hours ) log UFC Liquid F100 Spread Un pâte ne contient pas deau et les bactéries ne peuvent pas sy multiplier

21 Gain de poids supérieur avec lATEP comparé au F-100 Diop et al., Am J Clin Nutr 2003

22 Initialement, grande résistance pour lutilisation des ATPE Pionniers dans lutilisation des ATPE et la conduite détude montrant leur efficacité Mark Manary Steve Collins

23 Août 2001

24 80-90% des enfants non hospitalisés Ceux qui sont admis restent moins longtemps Prise en charge de plus en plus précoce décentralisée et efficace Multiplication par 10 ou 20 du nombre denfants qui peuvent être traités Conséquences immédiates de la prise en charge à domicile

25 Intérêt des donateurs alors quils nétaient pas vraiment intéressés auparavant LOMS conseille dinclure la MAS dans la liste des maladies à déclaration obligatoire en Afrique Intégration de la lutte contre la MAS dans les programmes nationaux Conséquences à plus long terme de lévolution du traitement de la MAS

26 Evolution de la prise en charge de la MAS Nombre de pays avec programme de prise en charge communautaire Commandes ATPE UNICEF

27 Des succès très inégaux : Au Niger, Malawi et Ethiopie, programmes touchant chacun plusieurs centaines de milliers denfants Quelques centaines traitées en Inde où vivent la moitié des enfants avec MAS Cependant…

28 Mieux vaut prévenir que guérir… Mais pas facile à mettre en oeuvre Problème de la prévention de la MAS et de la malnutrition chronique

29 Augmentation de la disponibilité alimentaire : nécessaire, mais pas suffisante /NutritionStrategy.pdf

30 Il faut des aliments de qualité Certains nutriments (Zn, Fe) manquent dans les régimes des plus pauvres : acides gras essentiels, iode, fer, vit B12 (nécessaires pour développement optimal du cerveau) Facteurs antinutritionnels dans aliments dorigine végétale Aliments de qualité souvent trop chers pour les plus pauvres Tajikistan, 2005

31 Aliments dorigine animale et croissance Croissance denfants hollandais ne recevant aucun aliment dorigine animale pour des raisons philosophiques ou religieuses Dagnelie et al Eur J Clin Nutr 1994; 48 (Suppl. 1): S

32 Les contraintes économiques ont un effet très fort sur la qualité de lalimentation. Même en France La fréquence de lobésité dans les milieux défavorisés en France et aux USA sexplique en partie par des contraintes économiques

33 Solutions possibles pour améliorer la situation nutritionnelle des enfants dans les pays pauvres Introduction daliments enrichis à faible coût avec des nutriments dorigine chimique - farines - produits lipidiques enrichis - poudres En cours dévaluation; domaine de recherches très actif Les aliments enrichis ont été nécessaires en Europe et aux USA pour éliminer les dernières grandes carences (fer chez lenfant, iode)

34 Autre piste : les OGMs OGM ni un danger sur le plan nutritionnel, ni une approche miracle Exemple classique :riz enrichi en carotène Avantage peu clair comparé à la fortification (huile, sucre, condiments, faux grains de riz…)

35 Solution à moyen terme Introduction de programmes sociaux subventionnant les plus pauvres Réduction de la malnutrition au Brésil depuis 1974

36 La croissance économique ne suffit pas Malnutrition persistante en Inde malgré une croissance économique spectaculaire Nécessité de réduire les inégalités sociales ou davoir au moins des filets de sécurité qui marchent pour les plus pauvres

37 Conclusions Des progrès substantiels pour lutter contre la MAS, mais beaucoup reste à faire Importance des programmes de recherche pour mettre au point des aliments enrichis à faible coût pouvant remplacer les aliments dorigine animale chez lenfant Importance des programmes sociaux pour prévenir la malnutrition


Télécharger ppt ""La lutte contre la malnutrition : succès et défis" Dr. André Briend"

Présentations similaires


Annonces Google