La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ANALYSE QUANTITATIVE PAR CHROMATOGRAPHIE CHAPITRE III.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ANALYSE QUANTITATIVE PAR CHROMATOGRAPHIE CHAPITRE III."— Transcription de la présentation:

1 ANALYSE QUANTITATIVE PAR CHROMATOGRAPHIE CHAPITRE III

2 A – PRINCIPE A – 1 – Détecteur sensible au débit massique (F.I.D). Le détecteur à ionisation de flamme donne une réponse proportionnelle au débit massique. b A = hdt = k(dm/dt)dt = km T a dm masse de soluté de la tranche : dm h = k dt H h h a b dm h = k dt t lintegrale du pic + b A = hdt = hdt - a En pratique

3 Laire du pic est directement proportionnelle à la masse de soluté traversant le détecteur. Cette aire est indépendante du débit du gaz vecteur. b A = hdt = k(dm/dt)dt = km T a A – 2 – Détecteur sensible à la concentration (T.C.D) Le catharomètre donne une réponse proportionnelle à la concentration. 1 dn h = kc = Q dt dn : nombre de moles de soluté passant par le détecteur pendant dt Q : débit volumique du gaz GV + soluté = G.V 1 dn h = k = Q dt t h h dn moles dans La tranche dt a dt b

4 1 dn Q dt a b A = hdt = k hdt dt = k nTnT Q Laire du pic est directement proportionnelle au nombre de moles de soluté traversant le détecteur et inversement proportionnelle au débit du gaz Vecteur. Nécessité absolue de maintenir le débit constant tout au long de lanalyse.

5 B – MESURES DES AIRES DES PICS On assimile la surface du pic gaussien à celle du triangle ABC construit sur les tangentes aux poins dinflexion I et J. h T A T = ½ l.h T Apic = hdt avec + - h = h M exp (-t 2 /2σ 2 ) Soit Apic = h M σ.2π = 2,507h M.σ I 2π J C hmhm hm c A B 0t I

6 d h -h M Première dérivée : = t exp (-t 2 /σ 2 ) d t σ 2 d 2 h -h M Deuxième dérivée : = t exp (-t 2 /σ 2 ) [ 1 – t2/σ2] d 2 t σ 2 * I et J sont bien situés à t = -σ et t = +σ et h = h M / c * dérivée en J égale à h M / σc * tangente en J : ligne passant par J (σ, h M / c) de pente - hM / c = α Léquation de cette tangente h = αt + h M / c – α.σ intercepte laxe des t à l/2 = 2σ l = 4σ intercepte laxe des h à h T = 2h M / c

7 Largeur à mi hauteur hMhM h M /2 b 0 t A b = bh M = 2 2log2. σh M Apic = 2π.h M.σ Doù = = 1,064 Apic 2π A b 22log2 donc A T = 4 σ et hMhM c As 2πc = = 1,034 A T 4

8 La surface A b correspond à environ 94 % de la surface réelle. Lécart est un peu plus important quavec la triangulation. Mais : La méthode de mesure est plus simple (b et h M sont plus faciles à déterminer quel et h T ). On peut toujours corriger la valeur obtenue par le facteur 1,064. C – INTEGRATEURS Les intégrateurs électroniques ont pratiquement remplacé les méthodes manuelles. Principe : Convertisseur tension fréquence et compteur de fréquence. Ou convertisseur analogique digital et compteur par tranche de t Résultat : Généralement donné en unités µVx s

9 Paramètres principaux dintégration : La largeur à mi hauteur du pic à intégrer cest le paramètre principal quil faut toujours fixer. Il détermine lintervalle t de lintégration par " tranche". Le correcteur de ligne de base. Le détecteur de pic (relie directement à la largeur à mi hauteur). Commence lintégration dès que v/t est >à une certaine valeur. Le timer. D – DETERMINATION DE LA COMPOSITION DUN MELANGE On distingue trois méthodes principales :

10 Normalisation interne : on compare les aires des pics d élution au cours d une même injection. L étalonnage externe ou "méthode des injections comparées ": on compare sur deux chromatogrammes l aire du pic d élution de la substance de référence à celle du produit à doser. L étalonnage interne : on compare les aires des pics de la substance de référence et du produit à doser à la surface du pic d élution d un produit témoin appelé "étalon interne" ajouté lors du dosage et de l étalonnage.

11 1 – Normalisation interne Tous les pics sont élués : AxAx AyAy AZAZ f x. A x % X = f x.A x + f y.A y + f z.A z idem pour y et z. f : facteurs de réponse déterminés par rapport à un composé de référence fR = 1,000.

12 A R m x Etalonnage : fx = (mélange de composition connu m mam) A x m R Il existe des facteurs de réponses massiques comme dans léquation précédente ou molaires. A R m x On fait alors fx = A x m R 2 – Etalonnage externe Cette méthode est basée sur la comparaison de deux chromatogrammes (étalonnage et dosage) effectués dans des conditions identiques.

13 A éch A réf Chromatogramme de Chromatogramme la solution échantillon détalonnage. C éch = K.A éch C réf = K.A réf A éch C éch = C réf A réf

14 La précision des résultats dépend : des pesées de la substance de référence et de léchantillon ; des dilutions ; de la reproductibilité du volume dinjection ; du maintient des conditions chromatographiques strictement constantes pendant létalonnage et le dosage 3 – Etalon interne On rajoute au mélange une quantité connue dun corps pur (EI) : celui-ci doit : ne pas être présent dans le mélange de départ ; éluer en dehors de tout pic du mélange.

15 1 E 21 E 2 Chromatogramme Chromatogramme de la détalonnage solution échantillon Solvant

16 A 1 A 2 A E C 1 C 2 C E A 1 A 2 A E C 1 ? C 2 ? A réf C réf A éch C éch m EI : masse détalon interne ajouté à la masse m M du mélange à analyser Dans ce cas : A x m EI % X = x x 100 A EI m M Avantages : Méthode absolue, ne nécessite pas déluer tous les pics du mélange. à recommander au moins pour le contrôle de normalisation

17 Consiste à déterminer directement le coefficient de réponse du détecteur. H = k.c injection directe à la seringue ; saturation condenseurs. Méthodes peu utilisées en chromatographie analytique, permettent toutefois de suivre lévolution dun détecteur (son vieillissement ou son dérèglement). E – CALIBRATION DIRECTE


Télécharger ppt "ANALYSE QUANTITATIVE PAR CHROMATOGRAPHIE CHAPITRE III."

Présentations similaires


Annonces Google