La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lenseignant du XXI e siècle, un instrument ou un sujet responsable et autonome ? Yves Lenoir, D. sociologie titulaire de la Chaire de recherche du Canada.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lenseignant du XXI e siècle, un instrument ou un sujet responsable et autonome ? Yves Lenoir, D. sociologie titulaire de la Chaire de recherche du Canada."— Transcription de la présentation:

1 Lenseignant du XXI e siècle, un instrument ou un sujet responsable et autonome ? Yves Lenoir, D. sociologie titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur lintervention éducative (CRCIE) http//www.usherbrooke.ca/crcie/ 20 e colloque de lAlliance des professeures et professeurs de Montréal Palais des congrès de Montréal 15 avril 2013

2 Finalités du système scolaire québécois Instruire Socialiser Qualifier Dans quel(s) but(s) poursuivre ces finalités ? Sur quoi portent les finalités? © Yves Lenoir – CRCIE 20132

3 Deux enjeux fondamentaux Les pratiques denseignement sont influencées par Le rapport au savoir (enjeu épistémologique) Quel statut? Quels savoirs? La conception des finalités (enjeu ontologique) Trois grilles danalyse complémentaires des finalités éducatives scolaires © Yves Lenoir – CRCIE 20133

4 A- Résultats de lanalyse de la documen- tation québécoise (Lenoir et Vanhulle, 2008) © Yves Lenoir – CRCIE Sujet Modalités

5 Exemples dénoncés © Yves Lenoir – CRCIE DimensionsExemples dénoncés CollectiveLinstruction devrait favoriser avant tout les apprentissages en équipe. La socialisation devrait avant tout viser à faire accepter la diversité culturelle et ethnique dans le pays. La qualification cest avant tout assurer la réussite scolaire du maximum délèves. IndividualisteLinstruction devrait favoriser avant tout les apprentissages individuels. La socialisation devrait avant tout être centrée sur le développement chez lélève de la capacité à vivre seul. ContrôleLinstruction devrait se centrer avant tout sur la préparation à un métier. La socialisation devrait avant tout imposer une intégration sociale de lélève en fonction des règles et des normes en vigueur. La qualification cest avant tout préparer la main-dœuvre future pour répondre aux besoins économiques du pays. OuvertureLinstruction devrait favoriser avant tout le développement de lautonomie chez les élèves. La socialisation devrait avant tout permettre une insertion sociale progressive de lélève dans la vie sociale. La qualification cest avant tout permettre à chaque élève de se préparer à faire à lâge adulte ce qui répond à ses souhaits.

6 C- Les fonctions dun système denseignement (Bourdieu, 1967) Trois fonctions internes visant la conservation culturelle: 1° Une fonction de légitimation culturelle: un système denseignement a pour fonction de consacrer la culture passée. Lécole a un rôle de conservation de lorthodoxie culturelle. En ce sens les enseignants sont des conservateurs (comme un conservateur de musée). 2° Une fonction de transmission de la culture du passé: le système scolaire à pour fonction dendoctriner, dinculquer une doctrine ou une culture, de transmettre, de fabriquer, de développer des habitus. Lécole, dans ce sens, vise à produire le type idéal dêtre humain attendu par la société, de conduire à lincarnation de ce quune société reconnaît comme le modèle dêtre humain quelle privilégie. Lécole conserve donc lidéal culturel emprunté au passé. 3° Une fonction de se perpétuer elle-même. Dans certains cas, cette fonction est retenue au détriment des autres. Pour rappel, Bourdieu (1980, 1987) entend par habitus lensemble des dispositions acquises, des schèmes de perception, dappréciation et daction, inculqués par le contexte social à un moment et en un lieu particulier. Lhabitus est producteur de pratiques sociales; cest «une grammaire générative des actions», une médiation entre les relations objectives intériorisées et les conduites sociales des individus quelle détermine. © Yves Lenoir – CRCIE 20136

7 Deux fonctions externes, dadaptation: 1° Une fonction dintégration du corps social: lécole est investie dune fonction intégrative, en contrepoids aux tendances dautonomisation des groupes sociaux, danomie sociale. Cette fonction poursuit les deux finalités suivantes: inculquer un système commun et homogène de valeurs; développer le sentiment dappartenance à lÉtat-nation; transmettre donc les valeurs dominantes de la société globale; assurer lintégration intellectuelle, cest-à-dire doter les êtres humains dun système de pensée aussi homogène que possible, leur fournir des lunettes à travers lesquelles ils vont percevoir le monde, le lire, linterpréter et orienter leurs actions. 2° Une fonction de préparation à un métier, à une profession, dadaptation aux besoins de léconomie. Lécole a alors pour fonction dassurer une formation professionnelle en tenant compte de la division sociale et technique en vigueur dans la société et des visées économiques que celle-ci privilégie (Lenoir, 2008). © Yves Lenoir – CRCIE 20137

8 Exemples dénoncés © Yves Lenoir – CRCIE DimensionsExemples dénoncés Légitimation culturelle Linstruction devrait couvrir toutes les matières scolaires qui se trouvent dans le programme détudes. Transmission de la culture du passé Linstruction devrait transmettre avant tout le patrimoine culturel. Intégration du corps social La socialisation devrait avant tout être centrée sur la transmission des valeurs, des règles, des normes de la société. Préparation à un métier Linstruction devrait se centrer avant tout sur la préparation à un métier.

9 B- Paramètres en tension de la conception de linstruction et de la socialisation (Lenoir, 2009) © Yves Lenoir – CRCIE

10 Exemples dénoncés © Yves Lenoir – CRCIE PerspectivesExemples dénoncés ÉmancipatoireLinstruction devrait prôner avant tout lappréhension du patrimoine culturel. Linstruction devrait se centrer avant tout sur la compréhension des réalités du monde. La socialisation devrait avant tout permettre une insertion sociale progressive, en douceur, de lélève dans la vie sociale. La socialisation devrait avant tout viser à faire accepter la diversité culturelle et ethnique qui caractérise le Québec. ConditionnanteLinstruction devrait se centrer avant tout sur la mémorisation des connaissances. Linstruction devrait se résumer avant tout à apprendre à lire, à écrire et à compter aux élèves. La socialisation devrait avant tout être centrée sur le développement chez lélève de la discipline, de lobéissance. La socialisation devrait se faire avant tout par des mécanismes de conditionnement imposés.

11 Grille générale danalyse © Yves Lenoir – CRCIE

12 Lécole du XXI e siècle en mutation Basculement dans les conceptions des finalités Multiples facteurs, dont Le néocapitalisme de marché Lidéologie néolibérale Lécole : une entreprise soumise aux règles du marché Compétitivité, performance, etc. Production de capital humain Logique du conditionnement par manipulation psychologique : éducation thérapeutique © Yves Lenoir – CRCIE

13 Une alternative Une éducation émancipatrice Fondée sur la responsabilité et lautonomie (Freitag, 2011) Que faut-il entendre Par responsabilité ? Par autonomie ? © Yves Lenoir – CRCIE

14 Jean est un bon élève. Il travaille bien en classe. Toutefois, il lui arrive régulièrement de tenir des propos désobligeants à légard dautres élèves de sa classe qui ne sont pas dorigine québécoise. Il se moque publiquement de leur accent, de la couleur de leur peau, de leurs vêtements. Tout y passe et il est de plus grossier et menaçant. Malgré les remarques et remontrances continuelles de son enseignante, il ne change pas de comportement. Ne sachant plus que faire, lenseignante se tourne vers les services offerts à son école et rencontre un travailleur social qui lui indique que cet élève provient dune famille profondément perturbée et raciste qui exerce sur lui de très mauvaises influences. Cet élève est-il responsables ? Cet élève mérite-t-il des sanctions et pourquoi ? © Yves Lenoir – CRCIE

15 © Yves Lenoir – CRCIE Conceptions de sens commun Conceptions internalistes Conceptions exernalistes (fortes) du moi profond Conceptions externalistes faibles -Individualisme -Perspective psychologisante -Indépendance -Autodétermination de sens commun: -décider à sa guise -singularité individua- liste -Instance de reddition de comptes inexistante ou exclusivement indivi- duelle -Évacuation de toute contrainte de contenu surtout dordre moral -Individualisme -Les kleptomanes, les victimes dun lavage du cerveau, etc., ou encore les élèves qui se ver- raient imposer certains comportements non en- dossés, ne seraient pas responsables de leurs actes sils nont pas le contrôle effectif sur leurs comportements -Exclusion des troubles mentaux -Théorie du moi profond sain requiert la condition dune santé mentale sai- ne et qui renvoie au con- texte et aux conditions sociales -Ex.: enfants provenant des milieux socio-écono- miquement défavorisés ou vivant dans des famil- les profondément pertur- bées, dans des familles racistes, etc., sont inap- tes à distinguer le bien du mal. -Nécessité dune sanction, mais inopérante si pas accompagnée dactions centrées sur le contexte social dans lequel ces comportements se sont développés et dun tra- vail visant à la fois lauto- correction et lautotrans- formation dans un con- texte intersubjectif -Conditions intersubjec- tives (sociales) au cœur de la question de la res- ponsabilité et de lauto­ nomie, nétant pas neu­ tre face au contenu -Suppression de la con- fusion entre autonomie et responsabilité, mais disjonction entre les deux notions, car il est alors admis que lêtre humain peut se gouverner lui-même, sautodéterminer sans pour autant pouvoir évaluer et apprécier les raisons et la portée dune action, tout en en étant responsable.

16 Cartactéristiques des conceptions de lautonomie © Yves Lenoir – CRCIE

17 CRCIE ©

18 Quatre critères pour définir lautonomie (Renault, 2009) 1ºdévelopper ses capacités à réfléchir sur ses raisons dagir, sur ses besoins, sur ses désirs et sur ses affects ; 2ºdévelopper ses capacités à transformer ses compétences critiques, son image de soi, ses propres structures affectives ; 3ºdévelopper ses capacités à modifier ses connaissances vis-à-vis du contexte social et des institutions dans lesquelles nous vivons, afin danalyser des rapports de domination existants ; 4ºréévaluer limportance des institutions dans la socialisation et les interactions, et tenir compte des conditions matérielles comme des implications affectives de la domination. © Yves Lenoir – CRCIE

19 Être responsable et autonome : Un engagement lucide (réfléchi), effectif (interactif), cognitif (appel aux savoirs), social (intersubjectif), moral (respectueux dautrui) et politique (participatif et collaboratif), sous- tend la responsabilité. Interactions sociales, rapports intersubjectifs. Développement dune pensée critique et réflexive. Centration sur la reconnaissance de légale valeur humaine de TOUS. © Yves Lenoir – CRCIE

20 Mettre en place les conditions jugées les plus appropriées pour favoriser et soutenir chez ses élèves le processus dapprentis- sage quils établissent avec les objets de savoir Situation denseignement-apprentissage « Comment suis-je devenu un être humain ? Car on nest pas un homme du seul fait dêtre né. Il faut le devenir à nouveau à chaque instant » (Kokoschka, 1986) © Yves Lenoir – CRCIE

21 © Yves Lenoir – CRCIE (Journal de rue de Sherbrooke, mars 2013)

22 © Yves Lenoir – CRCIE


Télécharger ppt "Lenseignant du XXI e siècle, un instrument ou un sujet responsable et autonome ? Yves Lenoir, D. sociologie titulaire de la Chaire de recherche du Canada."

Présentations similaires


Annonces Google