La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence prononcée aux directions décoles de la Fédération des Établissements dEnseignement privés Le 8 avril 2003 PROBLÉMATIQUE DU TDA/H ET ÉDUCATION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence prononcée aux directions décoles de la Fédération des Établissements dEnseignement privés Le 8 avril 2003 PROBLÉMATIQUE DU TDA/H ET ÉDUCATION."— Transcription de la présentation:

1 Conférence prononcée aux directions décoles de la Fédération des Établissements dEnseignement privés Le 8 avril 2003 PROBLÉMATIQUE DU TDA/H ET ÉDUCATION AU CONTRÔLE DE LATTENTION PAR NICOLE CHEVALIER, Ph.D. Professeur - Chercheur UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Collaborations présentes: Commission scolaire Marie-Victorin Commission scolaire Seigneurie des Mille-Iles Regroupement de parents PANDA Lasalle Fédération des Établissements dEnseignement privés

2 OBJECTIFS DE LÉQUIPE DE RECHERCHE ET DE FORMATION Implanter en milieu scolaire, un programme multidimensionnel de remédiation cognitive. Participer activement à la formation des enseignants des milieux préscolaire et primaire. Recueillir les observations des enseignants et des parents et mesurer linfluence de ce programme au plan des habiletés cognitives (attention, représentation, mémoire), métacognitives et comportementales de lélève TDA/H.

3 Définition du trouble déficitaire de lattention/hyperactivité Le Trouble Déficitaire de lAttention/Hyperactivité (TDA/H) est un syndrome neurobiologique caractérisé par de linattention, de lhyperactivité et de limpulsivité (traduction libre de Sattler, 2002) La caractéristique essentielle du TDAH est un mode persistant dinattention et/ou dhyperactivité- impulsivité plus fréquent et plus sévère que ce que lon observe habituellement chez des enfants de niveau de développement similaire (DSM, 1994)

4 Le DSM-IV: Les symptômes du déficit de lattention/hyperactivité: Type inattentif Type hyperactif/impulsif Type mixte Symptômes du DSM-IV et test de dépistage pour enseignants (DuPaul, et al. 1998)

5 TROUBLES ASSOCIÉS Troubles oppositionnels Agressivité Troubles anxieux

6 POUR OU CONTRE LE RITALIN ? Présentation dun tableau darguments POUR ou CONTRE et discussion

7 Le déficit dattention/hyperactivité présenté par: Dr. Geoffroy, médecin Monique Nadon, psychologueVIDÉO

8 ÉTIOLOGIE DU TDA/H Facteurs génétiques : Lhérédité: prédicteur Conditions biochimiques : neurotransmetteurs Facteurs environnementaux : Statut socio-économique: milieux défavorisés Familles monoparentales Sexe: garçons

9 ÉPIDÉMIOLOGIE TDA/H: Le plus diagnostiqué de tous les troubles durant lenfance 3 à 10% de la clientèle scolaire en Amérique du Nord 3 fois plus de garçons que de filles symptômes cliniques apparaissent vers 3-4 ans le TDA/H perdure dans 50 à 80% des cas à ladolescence et dans 30 à 50% à lâge adulte facteur de risque élevé des troubles dapprentissage.

10 MANIFESTATIONS COURANTES Déficit de la concentration ou perte dintérêt? Difficulté de persistance dans leffort (attention soutenue) Difficulté à inhiber la réponse (contrôle de limpulsion) Mémoire de travail limitée (encodage) Faible autorégulation (contrôle et gestion du processus de réflexion avant laction) Difficultés dorganisation et de planification du comportement (prévoir avant dagir) Hypersensibilité aux distracteurs Faibles habiletés sociales.

11 Les difficultés de lenfant TDA/H on en parle abondamment!!! Voyons maintenant quelles en sont ses caractéristiques positives…

12 Se pourrait-il que lenfant TDA/H soit un enfant créatif? Rêveur Change dintérêt et doccupation Haut niveau dactivité Spontané Risques Attention simultanée et globale Les caractéristiques propres à lenfant créatif et à lenfant TDA/H:

13 Se pourrait-il que lenfant TDA/H soit un enfant imaginatif? Nous posons les hypothèses suivantes : Limagerie mentale est un mode privilégié dorganisation de la pensée pour ces enfants; Ces enfants possèdent des habiletés appréciables pour limagerie mentale; Cette stratégie peut favoriser leurs apprentissages (Hypothèse appuyée récemment par Armstrong, 2002)

14 Lenfant TDA/H : kinesthésique et moteur? Selon Armstrong (2002) : Ces enfants sont évolués sur le plan corporel- kinesthésique (sensations du mouvement) Ils apprennent en bougeant, en manipulant, en touchant, en expérimentant. THÉORIE DES INTELLIGENCES MULTIPLES: INTELLIGENCE SPATIALE ET CORPORELLE

15 RECOMMANDATIONS POUR LINTERVENTION AUPRÈS DES TDA/H (Chevalier, 2003) Donner des responsabilités à lélève Assurer un placement préférentiel dans la classe Mettre en place un système de renforcement positif Convenir dun espace daction Permettre la manipulation digitale Insérer des moments de détente et dactivités Procurer un environnement calme Encourager lactivité physique Apprendre à lenfant des stratégies (exploration, visualisation, anticipation) Demander à lenfant de vous regarder avant de lui parler Encourager lenfant à sexprimer Encourager sa participation où il démontre des talents.

16 APPRENDRE AUTREMENT… QUEL MODÈLE ?

17 STYLE COGNITIF ET TDA/H « Les enfants en déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité privilégient le plus souvent la modalité simultanée non-verbale » (Flessas & Lussier, 1995) Les « simultanés non verbaux » Créatifs, ingénieux, imaginatifs, émotifs Recherchent limage, le mouvement, lexpérience vécue.

18 SENSATIONS - Kinesthésiques - Visuelles - Auditives COGNITION - Kinesthésiques - Visuelles - Auditives REPRÉSENTATION VISUO-MOTRICE ATTENTION CONCENTRATION MÉMOIRE DE TRAVAIL TRAITEMENT DE LINFORMATION ET P.E.A.

19 Quest-ce que lattention? La porte dentrée des perceptions (prise de conscience de stimuli) Un mécanisme de contrôle du traitement de linformation (direction de lattention) Un filtre des messages multisensoriels (kinesthésiques, visuels, auditifs)

20 Quest-ce quéduquer lattention? Éduquer lattention de lenfant cest lamener progressivement à orienter ses ressources mentales dans la réalisation complète dune tâche.

21 Éduquer lattention: par limagerie mentale Limagerie mentale consiste à explorer mentalement les caractéristiques dun objet, dune situation, dun événement Limagerie mentale est issue de nos expériences sensorielles: motrices, visuelles, auditives, etc. Limagerie mentale suscite la concentration, la mémorisation, la planification dans la réalisations des actions.

22 Lélève est comme lathlète… Il peut se préparer mentalement pour se concentrer à la réalisation de sa tâche.

23 « ACTIVITÉ DIMAGERIE VISUELLE »

24

25 Peux-tu me dire ce que tu as vu dans ta tête? Lenfant peut décrire les oreilles, le nez, les moustaches, la bouche, la forme du visage, les couleurs, etc…

26 « ACTIVITÉ DIMAGERIE VISUO-SPATIALE »

27 Exercice 1.Écouter le texte et essayer den retenir le maximum pour faire ensuite le dessin; 2. Comparer notre dessin au modèle présenté; 3. Expliquer notre stratégie.

28 Repères et trajet

29 Processus dactualisation de laction Percept ImageActualisation de laction

30 TYPES DIMAGERIE DU MOUVEMENT IMAGERIE VISUELLE DU MOUVEMENT: Voir mentalement les mouvements et les déplacements IMAGERIE KINESTHÉSIQUE: Ressentir les mouvements corporels

31 Les habiletés dimagerie que lon peut développer chez lenfant sont: Apprendre à évoquer ou à générer des images (clarté) Apprendre à maintenir des images (durée) Apprendre à explorer des images (exactitude des caractéristiques: dimension, couleur) Apprendre à manipuler mentalement des images. Habiletés dimagerie

32 Quest-ce qui caractérise lattention de lexpert? Leur attention est totalement focalisée sur lactivité (direction, concentration) Leur attention est coupée de tout élément distracteur (mobilisation) Leur concentration est intense et constante (intensité, maintien des ressources cognitives).

33 Théories symboliques Limagerie mentale tirerait son efficacité de la possibilité quelle offre à la personne dexaminer mentalement et de construire une représentation de la situation ou de la tâche. Hypothèse des facteurs de concentration Elle favoriserait la concentration sur la tâche et la diminution des interférences qui détournent lattention. Hypothèses explicatives des effets bénéfiques de limagerie mentale

34 Le cahier de lenseignant (15$): Chevalier, N. et Girard-Lajoie, A. (2000). La gestion de lattention: Un programme déducation de lattention à lusage des enseignants-es du primaire. U.Q.A.M., Service aux collectivités. Commander le cahier : (514) poste 3177 ou Demander une formation :

35 Le programme déducation de lattention: matériel complémentaire (150$) Pour se procurer le matériel à afficher en classe: (514) poste 3742 ou uqam.ca

36 CARACTÉRISTIQUES DU PROGRAMME DÉDUCATION AU CONTRÔLE DE LATTENTION MULTISENSORIEL Sensations kinesthésiques, visuelles et auditives COGNITIVO-MOTEUR Action-représentation action représentation exécution

37 Le programme sappuie sur lhypothèse que la pratique de stratégies de contrôle et de stratégies cognitives est susceptible daméliorer : Les comportements Les habiletés cognitives. HYPOTHÈSE DU PROGRAMME DE RECHERCHE

38 LE PROGRAMME MULTIDIMENSIONNEL DE REMÉDIATION COGNITIVE P.E.A. Le programme déducation de lattention G de C Le gymnase de concentration RÉÉDUC Logiciels dentraînement cognitif

39 LES HABILETÉS COGNITIVES DU P.E.A. ATTENTION- Vigilance - Attention soutenue - Attention sélective/inhibition - Attention partagée REPRÉSENTATION MENTALE - Visualisation spatiale MÉMOIRE FIGURATIVE - Visuo-spatiale COORDINATION - Visuo-motrice RÉSOLUTION DE PROBLÈMES - Stratégies

40 PROGRAMME DÉDUCATION DE LATTENTION Description du P.E.A. Programme de 25 activités en classe (10 suggérées au préscolaire) Programme visant à développer des habiletés cognitives et comportementales Programme dentraînement visuo-moteur et multisensoriel Programme favorisant le contrôle de lattention par des stratégies de contrôle Réinvestissement suggéré dans la semaine.

41 DIMENSIONS DE LÉDUCATION DE LATTENTION LA VIGILANCE: Capacité dêtre prêt à recevoir des stimulations LATTENTION SOUTENUE: Attention active qui requiert un effort cognitif LA CENTRATION : Attention sélective en éliminant les messages non pertinents LATTENTION PARTAGÉE: Capacité à diviser adéquatement ses ressources mentales (Goldstein & Goldstein, 1990; Laporte, 2003)

42 TAXONOMIE DÉDUCATION DE LATTENTION 1.Amener lenfant en état de vigilance Prise de conscience des sensations kinesthésiques, visuelles, auditives 2.Habiliter lenfant à soutenir son attention Maintien de lattention sur les sensations kinesthésiques, visuelles, auditives 3.Habiliter lenfant à centrer son attention Impliquer lenfant dans des activités dexploration, de sélection, dinhibition et dinférences 4.Habiliter lenfant à partager adéquatement son attention entre plusieurs stimulations Partage de lattention entre des stimulations de même source et de sources sensorielles différentes

43 Lactivité dintégration du P.E.A. Les images visuelles et lactivité dimagerie permettent à lenfant de prendre conscience de son corps et de sa posture. On insiste sur les chemins par lesquels le petit neurone livre ses messages sensoriels. Le petit neurone devient le contrôle de lattention de lenfant.. « Le petit neurone »

44

45 Le contrôle de son attention est multisensoriel. Le petit neurone devient le contrôle de lattention de lenfant

46 Illustration de lactivité: « Le pantin de bois et la poupée de guenille » VIDÉO

47 Stratégies de contrôle de lattention: la vigilance La vigilance est la capacité à être prêt à recevoir des stimulations. Activité 1. « Le pantin de bois et la poupée de guenille » (le petit neurone contrôle le corps tendu et détendu) Activité 2. « Boucle dOr et son choix » (le petit neurone aide lenfant à observer des changements de postures et à adopter une position dattention) Activité 3. « Le langage des chats » (le petit neurone aide lenfant à observer des positions de chats – discriminer des postures) Activité 4. « Les masques » (le petit neurone aide lenfant à observer des changements de physionomies et ainsi à prévoir les coups avant quils arrivent et à exprimer des sentiments) Activité 5. « La ronde corporelle » (le petit neurone aide lenfant à attendre la fin du message avant dagir) Activité 6. « Le triangle de la vigilance » (le petit neurone aide lenfant à adopter sa propre position qui favorise lattention)

48 Boucle dOr et son choix: Lenfant trouve lui- même sa position dattention.

49 Le langage des chats: Lenfant observe des positions et discrimine des postures.

50 Stratégies de contrôle de lattention: lattention soutenue Lattention soutenue est une attention active qui requiert un effort cognitif. Activité 7 : « Le rondo corporel » (Avec son petit neurone lenfant apprend à ressentir et à maintenir son attention sur des parties du corps en mouvement – il apprend à écouter une séquence et à mémoriser en bougeant) Activité 8 : « La marche dans les hautes herbes » (le petit neurone laide à contrôler et à ressentir des mouvements de transfert du poids) Activité 9 : « Le chat et la souris » (lenfant fixe son attention sur la personne qui parle comme le chat qui fixe la souris, en imaginant un couloir de concentration) Activité 10 : « Le jeu du détective » (le petit neurone laide à se contrôler pour bien suivre la méthode dexploration visuelle appliquée à des visages de chats) Activité 11 : « Les chats vigilants » (lenfant apprend à maintenir son attention auditive pour réagir et à respecter les règles du jeu) Activité 12 : « Les prédateurs et leurs proies » (le petit neurone laide à mémoriser la séquence des proies)

51 La marche dans les hautes herbes: Lenfant ressent le contrôle du corps.

52 Stratégies de contrôle de lattention: la centration La centration est une attention sélective en éliminant les messages non pertinents (sélection/inhibition). Activité 13 : « Les bizarreries de Jeannot Lapin » (le petit neurone amène lenfant à être attentif à une seule chose à la fois, il laide à surveiller les objets bizarres pour les sélectionner selon une méthode dexploration séquentielle ; simaginer dans un corridor de concentration) Activité 14 : « Donald reste de glace » (le petit neurone permet dobserver de façon méthodique, un à la fois, des indices visuels et auditifs selon la méthode dexploration séquentielle pour découvrir une histoire en images) Activité 15 : « Les petits points » (le petit neurone aide à planifier mentalement lexécution avant de reproduire un modèle à la perfection) Activité 16 : « Je vole ou je nage » (le petit neurone aide lenfant à écouter attentivement pour faire les bons gestes selon les noms danimaux)

53 JE VOLE OU JE NAGE !

54 Le corridor de concentration: Lenfant apprend à fixer son attention comme le chat qui fixe sa proie.

55 Les petits points: Lenfant planifie mentalement lexécution.

56 Stratégies de contrôle de lattention: la centration (suite) La centration est une attention sélective en éliminant les messages non pertinents Activité 17 : « Je colorie les formes » (le petit neurone aide à éliminer les formes géométriques non pertinentes pour ensuite choisir les formes à colorier sur le dessin) Activité 18 : « Quest-ce qui ne va pas » (Le petit neurone aide lenfant à rechercher auditivement ce qui ne convient pas dans lhistoire et à la corriger mentalement). Activité 19 : « Laccident dauto » (Le petit neurone guide lenfant dans son exploration dindices visuels, ses interprétations et ses inférences pour prendre le temps de réfléchir avant dagir) Activité 20 : « Lobjet mystérieux » (Le petit neurone aide lenfant à écouter, retenir et imaginer le maximum dindices pour faire des inférences, comme un détective, et trouver lobjet mystérieux)

57 Je colorie les formes: Lenfant élimine (non-pertinent) et choisit (pertinent).

58 JE COLORIE LES FORMES

59 Stratégies de contrôle de lattention: le partage adéquat de lattention Stratégies de contrôle du partage de lattention Le partage de lattention est la capacité à diviser adéquatement ses ressources mentales. Les enfants seront conscientisés que le partage de lattention nuit à la concentration. Activité 21 : « La rencontre de Boucle dOr et de Pinocchio » (les petits neurones se partagent pour observer deux images simultanées et compléter lhistoire en image) Activité 22 : « Le chat, le perroquet et lhorloge » (les petits neurones se partagent pour écouter une histoire et pouvoir la raconter, et écouter les coucous dune horloge et savoir combien de fois elle a sonné ses coucous) Activité 23 : « La lecture des marionnettes » (les petits neurones se partagent pour écouter un mot, imaginer les lettres et ressentir lespace des mots en se déplaçant sur une feuille ou avec les pieds) Activité 24 : « Le grand petit chapeau rose et vert » (Les petits neurones se partagent pour tenir compte de ce qui est entendu (comptine), de ce qui est vu (chapeaux et couleurs) et de ce qui est fait (gestes).

60 LA LECTURE DES MARIONNETTES

61

62 SCHÉMA EXPÉRIMENTAL (8) CLASSES EXPÉRIMENTALES (n=25) Pré-tests Programme déducation de lattention Post-tests (8) CLASSES CONTRÔLES (n=31) Pré-tests Post-tests

63 ÉVALUATION DES HABILETÉS COGNITIVES ET DES COMPORTEMENTS Par lélève: Attention soutenue (TEA- Ch -score) Attention sélective (Wisc- III – coding) Représentation visuo- spatiale et mémoire de travail, coordination visuo- motrice (REY copie et dictée) Métacognition (Jeu de cartes, adapté par Poissant ) Par lenseignant: Comportements de lélève (Strength & difficulties questionnaire, SDQ) (Échelles troubles émotionnels, troubles comportementaux, hyperactivité, troubles relationnels avec les pairs, échelle prosocial) Entrevues de groupe (enseignantes)

64 Résultats Étude antérieure (Chevalier et al., 2003): Amélioration de lattention mesurée par le Continuous Performance Test (CPT), pour les élèves Hyperactifs: VIGILANCE ATTENTION SOUTENUE Le P.E.A avait été échelonné sur toute lannée scolaire.

65 RÉSULTATS DES HABILETÉS COGNITIVES ET DES COMPORTEMENTS Nous avons obtenu des changements significatifs pour la sous-échelle « Hyperactivité » du SDQ, soit une réduction de symptômes dhyperactivité du TDA/H après le traitement expérimental, comparativement au groupe contrôle. Nous navons pas obtenu de résultats statistiquement significatif pour lamélioration des habiletés cognitives ou métacognitives sur cette courte période dimplantation (Le P.E.A. a été échelonné sur 2 mois). Que nous apprend la recherche ? Recherche implantée en 2003 à la CS Marie-Victorin

66 Que nous apprend la recherche? Entrevues de groupe avec les enseignantes Le P.E.A. a été principalement utilisé dans le but de contrôler les comportements « Je prends ma position dattention », « Je fais exprès pour faire attention », « mon petit neurone (grand SNC) me permet de contrôler mon corps, ce que je vois, ce que jentend » Le P.E.A. a permis de proposer des stratégies cognitives (ex: stratégies dexploration séquentielle) et des stratégies de contrôle du comportement. Les enseignantes suggèrent une activité aux 2 semaines durant toute lannée scolaire avec 2 activités et plus de réinvestissement dans la semaine.

67 Le P.E.A. permet délever le niveau de motivation (les stratégies permettent de garder lintérêt des élèves, de les motiver à essayer de faire des efforts) Il fournit des repères pour élever le niveau dattention/concentration (pictogrammes) « le chat qui fixe sa proie », « le détective qui explore les indices pour trouver lobjet » Que nous apprend la recherche? Entrevues de groupe avec les enseignantes

68 RECOMMANDATIONS Pour augmenter les bénéfices sur les plans comportementaux, motivationnels et cognitifs: Permettre un réinvestissement de chacune des activités pour une durée de deux semaines Répartir le programme sur toute lannée scolaire.

69 LÉQUIPE DE RECHERCHE Nicole Chevalier – psychomotricité/éducation de lattention/TDAH Hélène Poissant – métacognition/mesures des fonctions exécutives/TDAH André Achim – neurosciences /mesures EEG/TDAH Marie-Claude Guay – psychologie clinique/Clinique des troubles de lattention Philippe Lageix – pédopsychiatrie/Clinique des troubles de lattention Étudiants-es au doctorat et à la maîtrise - TDAH

70 Référence du P.E.A. Chevalier, N. et Girard-Lajoie, A. (2000). La gestion de lattention: Un programme déducation de lattention à lusage des enseignants-es du primaire. Université du Québec à Montréal, Service aux collectivités. Commander le manuel: (514) poste 3177 ou Se procurer le matériel complémentaire: (514) poste 3742 ou

71 Nous faire connaître vos intérêts ? Veuillez nous faire connaître vos intérêts : 1- Pour une formation de vos enseignants-es à la problématique du TDA/H et léducation de lattention; 2- Pour participer comme établissement scolaire à nos recherches pour améliorer la concentration des élèves. Veuillez pour cela contacter Nicole Chevalier, Ph.D., professeure et chercheure, Université du Québec à Montréal: (514) poste 3742 ou


Télécharger ppt "Conférence prononcée aux directions décoles de la Fédération des Établissements dEnseignement privés Le 8 avril 2003 PROBLÉMATIQUE DU TDA/H ET ÉDUCATION."

Présentations similaires


Annonces Google