La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance Année académique 2004-2005 Prof. Ariane Chapelle - Plan du cours.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance Année académique 2004-2005 Prof. Ariane Chapelle - Plan du cours."— Transcription de la présentation:

1 1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance Année académique Prof. Ariane Chapelle - Plan du cours

2 2 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 2 Plan du cours (1/2) Introduction Partie 1 : La demande –Théorie du consommateur –Aversion au risque et courbes d utilité –Aspects économiques de l assurance Partie 2 : Introduction à la finance –Choix intertemporels de consommation –Coût d opportunité et valorisation de projets

3 3 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 3 Plan du cours (2/2) Partie 3 : Equilibres –Equilibre partiel –Avantages des échanges : boîte d Edgeworth –Equilibre général : efficience et équité –Interventions publiques sur des marchés concurrentiels Partie 4 : Le marché –Optimisation en concurrence –Monopole et monopsone –Concurrence oligopolistique –Introduction à la théorie des jeux Livre de référence : Microeconomics, Pindyck & Rubinfeld, Prentice Hall, 5 th ed.,

4 4 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 4 Introduction Les Thèmes de la Microéconomie Théories et Modèles Quest-ce quun marché? Pourquoi étudier la Microéconomie?

5 5 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 5 La Microéconomie traite du: –Comportement des agents économiques Consommation –Comment choisir ce quon achète Production –Comment choisir ce quon produit –Marché: linteraction entre consommateurs et producteurs –Echanges : détermination dun équilibre partiel, ou général, après échanges entre agents économiques –Est la base de lanalyse macroéconomique Les Thèmes de la Microéconomie

6 6 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 6 Théories and Modèles Analyse Microéconomique –La Théorie tente dexpliquer les phénomènes observés en termes de règles de fondamentales et dhypothèses. –Exemples Théorie de la firme Théorie du comportement du consommateur –Les Modèles sont une représentation mathématique de la théorie, en vue de faire des prévisions.

7 7 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 7 Théories and Modèles Analyse Microéconomique –Valider une théorie La validité dune théorie sévalue à la qualité de ses prévisions, étant donné les hypothèses faites. –Améliorer une théorie Tester et redéfinir les théories en cours est un processus clé dans le développement de la science économique.

8 8 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 8 Pourquoi étudier la Microéconomie? Concept utilisé par tous comme aide à la décision en production et en consommation Exemples : –pour une firme : Perception et demande des consommateurs pour un nouveau produit Coût de production Stratégie de pricing Décisions organisationnelles –pour un gouvernement: Définition de normes anti-pollution Evaluation des impacts sur les producteurs et les consommateurs Evaluation du bénéfice global

9 9 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 9 Théorie du consommateur Points à aborder –Préférences des consommateurs –Contraintes de budget –Choix des consommateurs –Préférences révélées –Utilité marginale et choix des consommateurs

10 10 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 10 Théorie du consommateur L'étude du comportement du consommateur implique trois étapes principales. –Préférences Décrit comment et pourquoi les gens préfèrent tel bien plutôt quun autre. –Contraintes de budget Les gens ont des ressources limitées. –La Combinaison des préférences et des contraintes de budget détermine les choix de consommation. Quel combinaison des biens choisiront les gens pour maximiser leur utilité?

11 11 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 11 Préférences des consommateurs Trois hypothèses de base: 1) Les préférences sont complètes : définies pour tous les biens / paniers 2) Les préférences sont transitives : si A est préféré à B et B préféré à C, alors A est toujours préféré à C. 3) Non-satiété : les consommateurs préfèrent toujours plus que moins, quelque soit le bien.

12 12 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 12 Préférences des consommateurs Un panier de consommation est un ensemble dun ou plusieurs biens. Il peut être préféré à un autre panier de consommation contenant une autre combinaison de biens. A2030 B1050 D4020 E3040 G1020 H1040 Panier Nourriture Vêtements

13 13 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 13 Préférences des consommateurs Les courbes dindifférence représentent toutes les combinaisons de paniers de consommation apportant le même niveau de satisfaction à un consommateur donné. Les courbes dindifférences: –Ont une pente décroissante vers la droite –Ne peuvent pas se croiser (violerait lhypothèse de non-satiété) –Tout panier situé à droite dune courbe dindifférence est préféré à tout autre panier situé sur cette courbe.

14 14 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 14 U1U1 Les combinaisons B,A, & D procurent la même satisfaction E est préférée à U 1 U 1 est préférée à H & G Préférences des consommateurs Nourriture (unités par mois) Vêtements (unités par mois) 50 G D A E H B

15 15 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 15 U1U1 U2U2 Préférences des consommateurs A D B Le consommateur doit être indifférent entre A, B and D. Toutefois B contient plus des 2 biens que D. Les courbes dindifférence ne peuvent pas se croiser. Vêtements (unités par mois) Nourriture (unités par mois)

16 16 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 16 Préférences des consommateurs Le taux marginal de substitution (TMS) détermine la quantité dun bien que le consommateur est prêt à abandonner pour obtenir une unité supplémentaire de lautre bien. –Se mesure par la pente de la courbe dindifférence. 4ème hypothèse quant aux préférences des consommateurs: –Le long dune courbe dindifférence le taux marginal de substitution est décroissant. Question –Quelles étaient les 3 premières hypothèses?

17 17 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 17 Préférences des consommateurs A B D E G TMS = 6 TMS = 2 Nourriture Vêtements TMS = - y/ x

18 18 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 18 Préférences des consommateurs Les courbes d'indifférence sont convexes car, plus un bien est consommé, moins le consommateur est prêt à abandonner de l'autre bien pour consommer plus du premier (csq directe de lutilité marginale décroissante) Les consommateurs préfèrent un panier de consommation équilibré. Parfaits substituts et parfaits compléments –Deux biens sont de parfaits substituts quand le taux marginal de substitution de lun pour lautre est constant. –Deux biens sont de parfaits compléments quand les courbes dindifférence de leurs combinaisons forment des angles droits. –Question : que vaut alors le TMS?

19 19 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 19 Préférences - Exemple Design de voitures neuves Quels critères de décisions lors de la conception de nouveaux modèles? Lanalyse des préférences des consommateurs peut aider à déterminer quand et comment changer le style des voitures.

20 20 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 20 Préférences - Exemple Prêts à abandonner beaucoup en style pour gagner performance Style Performance Conducteurs A: Grand TMS Conducteurs A: Grand TMS

21 21 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 21 Préférences - Exemple Sont prêts à abandonner beaucoup en performance pour gagner en style. Styling Performance Conducteurs B: Faible TMS Conducteurs B: Faible TMS

22 22 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 22 Préférences - Exemple Quen pensez-vous? –Comment peut-on déterminer les préférences des consommateurs? Enquêtes Analyses des ventes précédentes Analyse de la concurrence / Tendances des nouveaux modèles

23 23 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 23 Utilité des consommateurs Utilité –Utilité: Score numérique représentant la satisfaction dun consommateur pour un panier donné. –Fonction dutilité : formule assignant un niveau dutilité à chaque panier de produits. –Si acheter 4 tickets de cinéma vous rend plus heureux que dacheter un pull, alors le cinéma vous apporte une plus grande utilité que le pull.

24 24 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 24 Contraintes de budget Les préférences nexpliquent pas tout du comportement des consommateurs. Les contraintes de budget limitent également la capacité dun individu à consommer, en fonction de ce quil doit payer pour les différents biens et services. La droite de budget –Indique toutes les combinaisons de deux biens lorsque tout le revenu est dépensé.

25 25 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 25 Contraintes de budget Bien B (unités) Bien A (unités) Droite de budget

26 26 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 26 Contraintes de budget Exemple –Soit F la quantité de nourriture (food) achetée, et C la quantité de vêtements (clothes) –P f = prix de la nourriture et P c = prix des vêtements –Alors P f F est le budget dépensé en nourriture et P c C est le budget dépensé en vêtements. –La droite de budget sécrit :

27 27 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 27 Droite de Budget F + 2C = $ (W/P C ) = 40 Contraintes de budget Nourriture (unités par mois) = (W/P F ) A B D E G Vêtements (unités par mois ) Pc = $2 P f = $1 W = $80

28 28 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 28 Contraintes de budget La droite de budget - consommation –Lorsque la consommation se déplace le long de la droite de budget, le consommateur dépense plus pour un bien et moins pour un autre. –Lordonnée à lorigine (W/P C ), indique le montant maximum qui peut être dépensé en C avec le revenu W. –Labscisse à lorigine (W/P F ), indique le montant maximum qui peut être dépensé en F avec le revenu W.

29 29 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 29 Contraintes de budget La droite de budget - pente –La pente de la droite mesure les coûts relatifs des 2 biens considérés. –La pente égale la négative du ratio de prix entre les 2 biens. –Elle indique le taux auquel les 2 biens peuvent être substitués sans changer la dépense globale.

30 30 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 30 Contraintes de budget Effets des changements en revenus et en prix –Modifications de revenus Une hausse du revenu déplace la droite de budget vers la droite, parallèlement à loriginale (sans changement de prix) Une baisse de revenu déplace la droite de budget vers la gauche, parallèlement à loriginale (sans changement de prix)

31 31 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 31 Contraintes de budget (W= $80) L1L1 Hausse de revenu: déplacement vers la droite (W = $160) L2L2 L3L3 (W =$40) Baisse de revenu: déplacement vers la gauche Nourriture (unités par mois) Vêtements (unités par mois )

32 32 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 32 Contraintes de budget Effets des changements en revenus et en prix –Modifications de prix Si le prix dun des 2 biens augmente, la droite de budget pivote vers lintérieur, changeant lintersection de laxe du bien concerné. Si le prix dun des 2 biens diminue, la droite de budget pivote vers lextérieur, changeant lintersection de laxe du bien concerné. Si les prix des 2 biens augmentent, mais le rapport de leur prix reste inchangé, alors la pente de la droite de budget ne changera pas. Elle se déplacera toutefois, parallèlement, vers la gauche (comme sous leffet dune baisse de revenu).

33 33 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 33 Contraintes de budget (P F = 1) L1L1 Hausse de 2$ du prix de la nourriture L3L3 (P F = 2) (P F = 1/2) L2L2 Baisse de 0.50$ du prix de la nourriture Nourriture (unités par mois) Vêtements (unités par mois )

34 34 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 34 Choix du consommateur Les consommateurs choisissent donc la combinaison des biens qui maximise leur satisfaction, dans la limite de leur budget disponible. –Un panier optimal satisfait les conditions suivantes: Il doit se situer sur la droite de budget. Il doit fournir au consommateur sa combinaison préférée de biens et services.

35 35 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 35 La pente dune courbe dindifférence sécrit : Choix du consommateur F C TMS C F P P Pente La pente dune droite de budget sécrit : Ainsi, lutilité est maximisée à : C F P P TMS

36 36 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 36 U2U2 Choix du consommateur Pc = $2 P f = $1 W= $80 A Au panier A, la droite de budget est tangente à la courbe dindifférence. Aucun niveau supérieur dutilité ne peut être atteint. Au point A: TMS =P f /P c = Nourriture (unités par mois) Vêtements (unités par mois ) U1U1 U3U3

37 37 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 37 Contrainte de budget - Exemple Décision de politique économique Différents objectifs dun gouvernement local : –accroître les dépenses déducation –transférer des revenus vers des états plus pauvres –assurer un minimum de services publics Quelle formule daide est la mieux adaptée?

38 38 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 38 V T U3U3 U1U1 Après laide publique: Droite de budget : TV B: nouveau panier optimal Dépenses OU: Privées OZ: Publique B U Z R Contrainte de budget - Exemple Aide générale P Dépenses publiques ($) Dépenses Privées ($) OSQ A

39 39 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 39 P R U2U2 T U1U1 Contrainte de budget - Exemple OQS R Après laide C: nouveau point optimum Dépenses OW: Privées OX: Publique C X WA Dépenses publiques ($) Dépenses Privées ($) Aide spécifique

40 40 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 40 T U3U3 U1U1 Aidé générale Point B Aide spécifique Point C W X Contrainte de budget - Exemple Comparaison des 2 types daide P OQ A U2U2 C R B U Z Dépenses publiques ($) Dépenses Privées ($)

41 41 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 41 Préférences révélées Si on connaît les choix quont fait les consommateurs dans le passé, Si on dispose dune information suffisante sur les choix fait en cas de variation du revenu et des prix, Alors on peut déterminer les préférences des consommateurs observés. Les préférences révélées permettent aussi: –de mieux connaître la forme des courbes dindifférence du marché auquel on fait face –de tester le réalisme des hypothèses de théories de consommations, et la cohérence des consommateurs dans leurs choix.

42 42 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 42 Tous les paniers de la zone rose sont préférés à A W1W1 W2W2 W3W3 W4W4 A: préféré à tous les paniers de la zone verte E B A G W 3 : E révélé comme préféré A W 4 : G révélé comme préféré à A Nourriture Vêtements Préférences révélées

43 43 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 43 Séances de gym (heures) Préférences révélées - Exemple Autres activités de loisirs ($) l1l1 C l2l2 U2U2 B Le prix change à $1/hr + $30/semaine Nouvelle droite de budget W 2 & optimum B Préférence révélée de B sur A U1U1 A Scenario Budget de Roberta = $100/semaine Prix de la séance = $4/hr/semaine Exercices 10 hrs/sem en A étant donné U 1 & W 1 Est-ce que le Club fera plus de profits? Club de Gym

44 44 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 44 Utilité marginale et choix de consommation Lutilité marginale (UM) mesure la satisfaction additionnelle obtenue en par la consommation dune unité supplémentaire dun bien. –Exemple LUM de consommer une unité de nourriture de 0 à 1 peut être 9 Accroître la consommation de 1 à 2 apporte 7 Laccroître de 6 à 7 apporte 1 LUM est décroissante : plus un bien est consommé, moins chaque unité additionnelle apporte dutilité supplémentaire.

45 45 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 45 Utilité Marginale et courbes dindifference –Si la consommation se déplace le long de la courbe dindifférence, lUM dérivée de laugmentation de la consommation dun bien (ex. F), doit compenser la perte dutilité due à la diminution de la consommation de lautre bien (ex. C). –Formellement : –En réarrangeant : Utilité marginale et choix de consommation

46 46 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 46 Or on sait que : Donc : Les consommateurs maximisent leur satisfaction par: Comme le TMS est aussi égal au rapport des utilités marginales de F et de C, il sensuit que: Utilité marginale et choix de consommation

47 47 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 47 Ce qui donne léquation suivante de maximisation de lutilité: Lutilité totale est maximisée quand le budget est alloué de sorte à égaliser les UM des dépenses en chaque bien. Ceci est le principe dégalisation des utilités marginales. Utilité marginale et choix de consommation


Télécharger ppt "1 Solvay Business School – Université Libre de Bruxelles 1 Microéconomie et Finance Année académique 2004-2005 Prof. Ariane Chapelle - Plan du cours."

Présentations similaires


Annonces Google