La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale L.Sparrow 2007/2008 : suite Troubles visuels & lecture : les Alexies ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale L.Sparrow 2007/2008 : suite Troubles visuels & lecture : les Alexies ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow."— Transcription de la présentation:

1

2 Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale L.Sparrow 2007/2008 : suite Troubles visuels & lecture : les Alexies ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale L.Sparrow 2007/2008 : suite Troubles visuels & lecture : les Alexies ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow

3 A – Spécificités du traitement visuel des mots quest-ce quun mot ? comment sont-ils perçus ? B- Etapes de la perception des mots combien de temps faut-il pour reconnaître un mot ? combinaison dindices physiologiques et comportementaux C- modèles de la perception modèles à « gabarit » modèles à traits visuels perception global vs analytique ? D- Localisation cérébrale visual word form area E- Troubles visuels & lecture alexies les différents niveaux danalyse perceptive

4 perte sélective des capacités de lecture, mais plus particulièrement, de la reconnaissance des lettres décrit par DEJERINE Joseph Jules en 1891 alexie-agraphie (1891, Dejerine) : perte de lexpression écrite alexie pure : le sujet peut écrire, mais est incapable de se relire : cécité verbale pure capable de reconnaître les mots épelés oralement, capable dépeler lui-même. absence de difficulté pour identifier les stimuli visuels complexes autres que les mots, comme les chiffres ou les images perte sélective des capacités de lecture, mais plus particulièrement, de la reconnaissance des lettres décrit par DEJERINE Joseph Jules en 1891 alexie-agraphie (1891, Dejerine) : perte de lexpression écrite alexie pure : le sujet peut écrire, mais est incapable de se relire : cécité verbale pure capable de reconnaître les mots épelés oralement, capable dépeler lui-même. absence de difficulté pour identifier les stimuli visuels complexes autres que les mots, comme les chiffres ou les images Alexie :

5 Lalexie pure est aussi appelée : dyslexie lettre par lettre alexie sans agraphie dyslexie orthographique dyslexie verbale cécité verbale etc… Lalexie pure est aussi appelée : dyslexie lettre par lettre alexie sans agraphie dyslexie orthographique dyslexie verbale cécité verbale etc… trouble acquis lésion cérébrale unilatérale (hémisphère gauche) souvent accompagnée dune perte dans le champ visuel controlatéral (sans conséquence sur la lecture) autres compétences cognitives préservées (y compris, en ce qui concerne le langage : écriture, parole, compréhension…) trouble acquis lésion cérébrale unilatérale (hémisphère gauche) souvent accompagnée dune perte dans le champ visuel controlatéral (sans conséquence sur la lecture) autres compétences cognitives préservées (y compris, en ce qui concerne le langage : écriture, parole, compréhension…)

6 Absence dactivation des représentations graphémiques à cause dun déficit périphérique de bas niveau : Déficit qui apparait précocement, au niveau de de lextraction des traits visuels primaires, plutôt quun déficit associé à un plus haut niveau de traitement cognitif (lexical ou sémantique). Chez de nombreux patients, le déficit touche même lidentification des lettres présentées isolément. Erreur la plus fréquente : substitution de lettres (a pour o, b pour d, m pour n …) Les latences de prononciation sont plus longues si le mot contient des lettres substituables (Fiset 2005) Absence dactivation des représentations graphémiques à cause dun déficit périphérique de bas niveau : Déficit qui apparait précocement, au niveau de de lextraction des traits visuels primaires, plutôt quun déficit associé à un plus haut niveau de traitement cognitif (lexical ou sémantique). Chez de nombreux patients, le déficit touche même lidentification des lettres présentées isolément. Erreur la plus fréquente : substitution de lettres (a pour o, b pour d, m pour n …) Les latences de prononciation sont plus longues si le mot contient des lettres substituables (Fiset 2005)

7 Effet le plus marquant : effet de longueur du mot chez le normo-lecteur, la longueur des mots influence les refixations : les mots longs sont fixés plus longtemps mais on observe plutôt une relation de type « tout ou rien » : les durées sont stables jusquà une certaine longueur puis elles augmentent en cas dalexie, chaque lettre ajoutée entraine une augmentation très importante, de lordre de 800 ms !

8 Behrmann et al., > augmentation denviron 800 ms par lettre

9 o lecture lente et difficile o chaque lettre est fixée o possibilité damélioration en utilisant une stratégie qui consiste à suivre sa lecture du doigt o lecture lente et difficile o chaque lettre est fixée o possibilité damélioration en utilisant une stratégie qui consiste à suivre sa lecture du doigt

10 Traitement dirigé par nos connaissances => top-down Traitement dirigé par les données => bottom-up Identification du mot Mais 2 processus peuvent être impliqués dans la lecture :

11 Effets lexicaux : o fréquence o prédictibilité Effets lexicaux : o fréquence o prédictibilité Effets perceptifs o longueur o lettres Effets perceptifs o longueur o lettres

12 Régression multiple : fréquence et longueur Temps de fixation = *ln(longueur)-0.15*ln(fréquence) ( Johnson & Rayner, 2007)

13 Même relation pour la prédictibilité :

14 Compensation top-down Traitement gravement perturbé

15 Lencodage des lettres est perturbé, ce qui rend difficile lactivation des représentations orthographiques La lésion semble toucher plus particulièrement notre capacité à analyser les bandes de fréquences moyennes permettant lidentification des lettres Simulation dune alexie pure chez le sujet sain en altérant, grâce à des filtres, laspect des mots présentés

16 Les confusions entre lettres ambigües (p/q) apparaissent même chez le sujet sain dans ces conditions

17 l'alexie pure, sans déficit du langage associé, semble concerner les systèmes d'écritures alphabétiques. Les patients alexiques qui pratiquent à la fois une écriture logographique et une écriture alphabétique (kanji et kana dans le système japonais), conservent généralement leur capacité à lire des logographes Régions occipitales Lobe temporal

18 Cohen et al : une lésion localisée au niveau du gyrus fusiforme entraîne une alexie pure. Cest la Visual Word Form Area = zone de la perception des mots.

19 Problème de la spécificité: Cas dalexie pure de Damasio & Damasio (1983) : implication de zones occipitales en plus du gyrus fusiforme On rapporte souvent des déficits associés dans la perception des couleurs, ou dans lanalyse de scènes visuelles.

20 Interprétation classique de lalexie : syndrome de déconnexion. Les aires visuelles occipitales et les aires du langage situées dans les régions temporales et pariétales de lhémisphère gauche, ne sont plus liées (substance blanche). Suivant la localisation et la taille de la lésion, dautres troubles liés à la perception visuelle peuvent apparaître. Ce qui est en accord avec les observations. Les troubles en lecture sont la manifestation dun problème visuel plus général, ayant parfois peu de conséquence, mais critique pour la lecture. Alternative à la VWFA : => Analyse des fréquences spatiales correspondantes aux lettres

21

22

23

24

25

26 Et au delà des aires occipitales ? 2 systèmes différents : Where (projections dorsales) & What (projections ventrales) Lanalyse visuelle débute en V1 par une extraction de traits élémentaires puis codage spatial, couleurs, assemblage interprétation

27 Analyse des traits élémentaires Des lettres Des mots Spécialisation hémisphérique : Pour les objets, sil manque quelques traits, limage peut être reconnue par inférence, déduction : impossible pour les mots !

28 l'alexie pure : donc, plusieurs sources possibles… Régions occipitales Lobe temporal

29 La lecture repose sur des processus rapides de traitement en parallèle des lettres. Lanalyse et linterprétation de scènes visuelles complexes reposent sur des processus sériels et plus lents. Par conséquent, la lecture est plus « fragile » et plus sensible aux déficits perceptuels mineurs. Cas dalexie pure reporté par Warrington & Shallice (1980) : aucun autre déficit que la reconnaissance des mots. Mais les lésions ne se situent pas au niveau du gyrus fusiforme ! Les lésions dans cette région sont rares car cest une zone bien irriguée (double irrigation par lartère postérieure et moyenne) Exigences perceptuelles très fortes pour la lecture :


Télécharger ppt "Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale L.Sparrow 2007/2008 : suite Troubles visuels & lecture : les Alexies ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow."

Présentations similaires


Annonces Google