La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les phénomènes dapprentissage moteur. Chapitre 3.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les phénomènes dapprentissage moteur. Chapitre 3."— Transcription de la présentation:

1 Les phénomènes dapprentissage moteur. Chapitre 3

2 Définition de lapprentissage moteur. A quel moment peut-on soupçonner un apprentissage ? On soupçonne un apprentissage moteur quand il se produit chez un individu un comportement qui nexistait pas auparavant.

3 Définition de lapprentissage moteur. M.REUCHLIN ("Psychologie«, 1977) : « Il y a apprentissage lorsqu'un organisme placé plusieurs fois dans la même situation, modifie sa conduite de façon systématique et relativement durable ».

4 Définition de lapprentissage moteur. R.M.GAGNE ("The condition of learning". 1970) : « L'apprentissage est un changement dans les dispositions ou les aptitudes pouvant être une acquisition définitive et n'étant pas uniquement attribuable au processus de croissance ».

5 Définition de lapprentissage moteur. R.A.SCHMIDT ("Apprentissage moteur et performance". 1993) : « L'apprentissage moteur est un ensemble de processus associés à la pratique ou l'expérience et conduisant à des modifications relativement permanentes du comportement habile ».

6 Caractéristiques de lapprentissage moteur. 1) Processus interne : Lapprentissage est un processus qui se déroule à lintérieur du corps et plus précisément au niveau du cerveau. Il sagit donc dune activité psychologique. Un apprentissage peut mettre en jeu différentes activités corporelles.

7 Caractéristiques de lapprentissage moteur. Exemple : Apprendre à renvoyer en coup droit au tennis de table nécessite autant lapprentissage du geste moteur que lapprentissage des tâches danticipation coïncidence, c'est-à- dire la rencontre de la balle et de la raquette.

8 Caractéristiques de lapprentissage moteur. 2) Lapprentissage moteur nest pas directement observable. Dans la mesure où il sagit dun processus interne, on ne peut pas « voir » lapprentissage réellement, on ne peut que voir les manifestations de cet apprentissage, c'est-à-dire la manifestation dun nouveau comportement.

9 Caractéristiques de lapprentissage moteur. 3) Lapprentissage moteur est le fruit de la pratique : Lapprentissage moteur est dû exclusivement à la pratique. Cela signifie quune modification du comportement qui proviendrait de la croissance ou de la maturation du système nerveux ne peut pas être considéré comme un apprentissage.

10 Caractéristiques de lapprentissage moteur. 4) Lapprentissage moteur est relativement permanent. Une modification éphémère du comportement ne pas être considérée comme un apprentissage. Celui-ci doit être relativement permanent.

11 Les structures nerveuses intervenant dans lacte moteur. Pour bien comprendre lacquisition dun nouveau geste, il faut connaître les phénomènes nerveux permettant lexécution dun geste.

12 Les 3 types de mouvement. Le mouvement réflexe. Ces mouvements sont des mouvements réflexes qui sont directement commandés par la moelle épinière. Leur délai dintervention est très rapide, de lordre de 40 ms. Ces mouvements ne sont pas issus dun apprentissage. Ceux sont des mouvements archaïques qui sont génétiquement précablés.

13 Le mouvement réflexe. Exemple : quelquun qui se brûle agit selon un mouvement réflexe, génétiquement programmé, afin de se protéger. Les 3 types de mouvement.

14 Le mouvement automatique : caractéristiques. - La régulation du mouvement automatique est assuré par les structures sous-corticales. - Ces mouvements mettent en jeu les programmes moteurs construits et stabilisés grâce à lapprentissage. - Programme moteur : « série de commandes musculaires structurées avant le début dune séquence motrice et qui permet à la séquence tout entière dêtre exécutée » Keele, 1968 Les 3 types de mouvement.

15 Le mouvement automatique : caractéristiques. - Le programme moteur est donc une suite dinstructions ordonnées, stipulant toutes les commandes à effectuer et qui permet le déclenchement et le contrôle dune suite dopérations motrices définies et ordonnées en vue de lobtention dun résultat particulier. - Ces programmes sont stockés dans la mémoire à long terme. Keele parle de la théorie du « One to One », à chaque mouvement correspond un programme moteur. Les 3 types de mouvement.

16 Le mouvement automatique : caractéristiques. Exemple : un pongiste qui a acquis le programme moteur de la frappe coup droit peut le déclencher à tout instant pour pour réaliser ce mouvement.

17 Le mouvement automatique : le programme moteur en tant que système en boucle ouverte. Boucle ouverte : tout est prévu à lavance et pas de possibilité de modifications. Ce genre de système correspond à des mouvement durant lesquels lindividu ne peut pas exercer de rétro-contrôle sur son action. Une fois le mouvement déclencher, on compare la différence entre le résultat attendu et le résultat obtenu à la fin du mouvement et pas pendant. Les 3 types de mouvement. Entrée (Objectif) Système exécutif (Syst Traitement Info) Système effecteurSortie (Réponse) Résultats Feed-Back

18 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : le programme moteur en tant que système en boucle ouverte. Ceux sont des mouvements rapides et puissants, on les appelle aussi les mouvements balistiques. Durant ce type de geste, les athlètes nont pas le temps de traiter les informations relatives aux erreurs sur le mouvement. La correction du mouvement seffectue sur le mouvement ultérieur. Exemple : au tennis, le travail au panier de balle permet de corriger ses erreurs au fur et à mesure des balles jouées. Ce travail se justifie car les frappes sont des mouvements balistiques.

19 Entrées Environnement Niveau effecteur Moelle épinière Muscles Mouvement PROGRAMME MOTEUR Contrôle dun programme moteur fonctionnant en boucle ouverte Niveau cognitif Identification du stimulus Sélection de la réponse Programmation de la réponse

20 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : le programme moteur en tant que système en boucle fermée. Boucle fermée : Ces mouvements se caractérisent par le fait quils puissent être modifiés pendant lexécution du mouvement. Le temps est suffisant pour modifier lexécution durant laction. Il sagit dans la plupart des cas de gestes sériels, ou de mouvements continus.

21 Le mouvement automatique : le programme moteur en tant que système en boucle fermée. Exemple : lors dun match de tennis, un attaquant monte au filet. Si son adversaire, essaie de le lober, il va modifier son déplacement pour éviter le lob. Les 3 types de mouvement.

22 Niveau cognitif I S S R P R Environnement Niveau effecteur M Ep Muscles Mvt PROGRAMME MOTEUR Contrôle dun programme moteur fonctionnant en boucle fermée Comparateur Référence Correction Feed-Back (vision, toucher, audition) Détection de lerreur et correction Feed-Back (force, longueur musculaire) Feed-Back (position articulaire, position du corps)

23 Remarque : Dans la majorité des gestes sportifs, il existe les deux phases : - La phase de préparation qui fonctionne en boucle fermée. - La phase dexécution qui fonctionne en boucle ouverte. Les 3 types de mouvement.

24 Ces théories du programme moteur, en boucle ouverte et en boucle fermée nous permette de mieux comprendre le fonctionnement des gestes sportifs. Cependant selon la théorie du « One to One » élaborée par Keele (1968), chaque action motrice spécifique renvoie à un programme moteur spécialisé. Les deux problèmes de cette théorie : - Elle est fausse car le répertoire daction humain est tel quil serait impossible de stocker tous ces programmes dans le cerveau. - Elle ne permet pas dexpliquer la réussite dans des actions nouvelles, sans essai préalable. Les 3 types de mouvement.

25 Le mouvement automatique : la notion de programme moteur généralisé. En 1975, Schmidt a décrit les programmes moteurs généralisés (PMG). Cette nouvelle théorie tient compte des critiques précédentes. Elle se caractérise comme une structure mnémonique abstraite permettant la réalisation dun mouvement quand elle est activée. Cest un ensemble de mouvements assez proches les uns des autres, c'est-à-dire des mouvements possédants une identité de structures. Les 3 types de mouvement.

26 Le mouvement automatique : la notion de programme moteur généralisé. Exemple : PMG de lancer à bras cassé. Lancer de javelotLancer vortexTir Hand

27 Id. Stimulus Sélec. Réponse Prog. réponse Niveau cognitif Niveau effecteur M Ep Muscles Mvt Environnement Le programme moteur généralisé Comparateur Référence Correction Feed-Back (vision, toucher, audition) Spécifications du PMG Conditions initiales PROGRAMME MOTEUR GENERALISE Détection de lerreur et correction Résultat désiré Feed-Back (force, longueur musculaire) Feed-Back (position articulaire, position du corps)

28 Le mouvement automatique : la notion de programme moteur généralisé. Ces schémas généraux ne retiendraient que : - les invariants à partir desquels on peut générer une infinité de mouvements. - les traits généraux du geste. Pour obtenir ces mouvements, une spécification doit être réalisée sur certains paramètres du PMG. On peut dailleurs y voir une explication au transfert. Les 3 types de mouvement.

29 Le mouvement automatique : la notion de programme moteur généralisé. Ces deux skieurs utilisent un même programme moteur généralisé :le virage skis parallèles. Cependant, ils ont adaptés ce PMG aux caractéristiques de lenvironnement: - Vitesse initiale. - Etat de la neige. - Rayon de courbure. -Etc…

30 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : apprentissage, programmes moteurs et automatisation. Lapprentissage a pour conséquence lacquisition de programmes moteurs : -P-Plus stables. -P-Plus précis. -P-Plus adaptables. -M-Mieux coordonnés.

31 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : apprentissage, programmes moteurs et automatisation. - Au début, les programmes moteurs ne contrôlent quun court enchaînement dactions. Au fur et à mesures des répétitions, ils deviennent plus fins, contrôlent des actions plus complexes. - Ces programment moteurs sont stockés dans la mémoire à long terme. - Au fur et à mesure des répétitions, les programmes moteurs demandent moins dattention.

32 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : mouvements automatiques et stéréotypes. Cest une classe particulière de mouvement automatiques. Ils ne sont pas adaptables et échappe au contrôle du sportif, ils sont souvent inappropriés. Il résulte souvent dun défaut acquis au moment de lapprentissage. Plus ce stéréotype est ancien, plus il est difficile à corriger.

33 Les 3 types de mouvement. Le mouvement automatique : mouvements automatiques et stéréotypes. En natation, un nageur qui prend un défaut lors du retour bras en dos aura beaucoup de mal à le corriger surtout sil lautomatise.

34 Le mouvement volontaire : caractéristiques. Ils sagit des mouvements contrôlés de façon consciente. Contrairement au mouvement automatique qui est aussi déclenché de façon consciente, le mouvement volontaire est CONTRÔLE de façon consciente. Il permet donc de lutter contre certains réflexes. Les 3 types de mouvement.

35 Le mouvement volontaire : caractéristiques. Ces mouvements volontaires sont caractéristiques du début de lapprentissage. Avant quun programme moteur soit constitué, le sportif cherche à contrôler toutes les facettes du mouvement. Au fur et à mesure de lautomatisation dun geste, le sportif passe dun mouvement volontaire à un mouvement automatique. Les 3 types de mouvement.

36 Les 3 types de mouvement. SYNTHESE LES 3 TYPES DE MOUVEMENT Mouvements réflexes -Initié par la moelle épinière. - Régulé par la moelle épinière. - Peu modifiable. Mouvements automatiques. -Initié par le cortex. - Régulé par les structures sous- corticales. Mouvements réflexes -Initié par le cortex. - Régulé par le cortex. - Modifiable en permanence. Fonctionnement en boucle fermée. Modifiable en cours dexécution. Fonctionnement en boucle ouverte. Non modifiable en cours dexécution.

37 Les processus dacquisitions des programmes moteurs : les étapes de lapprentissage. Pour Fitts (1964), il y a trois stades : Le stade cognitif ou verbal-moteur. Le stade associatif. Le stade dautomatisation.

38 Le stade cognitif ou verbal-moteur : Intense activité cognitive. Nouveauté de la tâche. Grande quantité dinformations à gérer. Identifier lobjectif et les procédures à employer. Choix dun « plan daction ». Mouvements saccadés et fragmentés. (Problèmes affectifs). Cette phase est généralement courte mais cela dépend de la complexité du geste à réaliser. Les processus dacquisitions des programmes moteurs : les étapes de lapprentissage.

39 Le stade cognitif ou verbal-moteur : A ce stade, le débutant doit gérer une multitude dinformations : - Quelle course délan ? - Quel est mon pied dimpulsion ? - Où prendre mon impulsion ? - Comment être en lair ? - Ne pas se faire mal avec la barre. - Etc …

40 Le stade moteur ou associatif : La plupart des problèmes cognitifs ont été résolus. Affinement progressif du programme moteur. Établissement des règles de paramétrisation. Amélioration de lanticipation du mouvement et traitement des feed-backs. Amélioration de la régularité des réponses et diminution du coût énergétique. Ce stade dure plus longtemps que le premier. Les processus dacquisitions des programmes moteurs : les étapes de lapprentissage.

41 Le stade moteur ou associatif : A ce stade, le confirmé a construit un programme moteur généralisé. Cependant, il a un programme moteur difficilement adaptable aux conditions de lenvironnement. Il reste de petit défauts à corriger. Par exemple, ici le secteur dimpulsion balayé à lappui est faible, et lénergie produite à limpulsion ne sera pas optimale. A présent, le sportif doit se concentrer sur des points précis du mouvement.

42 Le stade moteur ou associatif : le perfectionnement du geste au cours du stade moteur. La demande attentionnelle est plus faible. Le coût énergétique est plus faible car le geste devient plus efficient. Le geste est stabilisé, cest-à-dire que les sportifs réalisent un geste correct de façon moins aléatoire. Le sportif peut adapter son geste à des conditions plus diverses. Les processus dacquisitions des programmes moteurs : les étapes de lapprentissage.

43 Stade autonome : Automatisation des processus Libération du contrôle attentionnel Accroissement de lefficience énergétique de lhabileté Persistance de progrès Augmentation de la confiance en soi et des capacités dauto-analyse Les processus dacquisitions des programmes moteurs : les étapes de lapprentissage.

44 Stade autonome : Ici Stefan Holm, avec sa taille de 1m81 a su optimiser sa technique pour passer 2m36. Sa technique tient compte de ses qualités physiques. Grace à sa persévérance à lentraînement il a su par compenser son manque de taille par une technique quasi parfaite.

45 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. Lamélioration de la stabilité et de ladaptabilité du geste. Une des preuves de lapprentissage est une augmentation de la stabilité du geste. Exemple : en Basket, le pourcentage de réussite au lancer franc.

46 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. Lamélioration de la fluidité du geste. Lapprentissage rend les gestes mieux coordonnés, les mouvements parasites disparaissent. Il existe davantage dharmonie entre les mouvements.

47 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. Enchaînement à deux diabolos : - Suicide 1 diabolo. - Lancer 1 diabolo. - Jongle 2 diabolos. Lamélioration de la fluidité du geste.

48 Laugmentation de la précision et de la vitesse dexécution du geste. La mémorisation de programme moteur entraînent une meilleur coordination des fuseaux neuro-musculaires : ceci a pour conséquence une plus grande vitesse dexécution et une meilleure précision. Lidentification des progrès dûs à lapprentissage.

49 La modification des modes de contrôle du geste. Les débutants contrôlent leur mouvement par la vision. Au fur et à mesure de lapprentissage, le contrôle des gestes se fait par la proprioception. Celui-ci est moins coûteux sur le plan attentionnel. Lidentification des progrès dûs à lapprentissage.

50 La centration sur les aspects stratégiques de la situation. La baisse du coût attentionnel permet aux sportifs de se centrer sur les aspects stratégiques dune situation. Exemple : Lalternance du groupé pénétrant et du jeu déployé en rugby

51 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. La modification des prises dinformations visuelles (les stratégies dexploration visuelle). Lexpert prend une information visuelle sur les aspects pertinents de la situation dans laquelle il est plongé. Il va donc plus vite pour prendre de linformation. Il prend une information plus pertinente, et est moins sujet aux feintes.

52 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. En escrime, les expert prenne des infos sur le corps, les appuis de leur adversaire. La pointe de larme est trop peu fiable. La modification des prises dinformations visuelles (les stratégies dexploration visuelle).

53 Lidentification des progrès dûs à lapprentissage. SYNTHESE LES PROGRES Lamélioration de la stabilité et de ladaptabilité du geste. Laugmentation de la précision et de la vitesse dexécution du geste. Lamélioration de la fluidité du geste. La centration sur les aspects stratégiques de la situation. La modification des prises dinformations visuelles (les stratégies dexploration visuelle). La modification des modes de contrôle du geste.

54 Les courbes dapprentissage. Temps Performance (apprentissage). Pallier dapprentissage (=phase de maturation) Phénomène de régression (=phase de restructuration gestuelle)

55 Les courbes dapprentissage. B. Knapp (1968) a mis en évidence lexistence de plateaux et de régressions dans les progrès dus à lapprentissage. On napprend pas de façon continu. Il existe : Des temps de maturation durant lesquels lindividu stabilise ses progrès. Il existe même des temps de régression durant lesquels lacquisition ou la stabilisation dune nouvelle habileté entraîne une diminution des habiletés acquises qui sont similaires.

56 Tony Parker a récemment travaillé avec Chip Engelland (grand manitou du shoot). Durant les matchs, le pourcentage de réussite de TP a dans un premier temps baissé (sur plusieurs mois) pour finalement devenir meilleur quavant. Les courbes dapprentissage.

57 Le transfert dapprentissage Tout apprentissage repose sur la croyance que ce qui est appris peut être réutilisé dans des contextes différents. Lidée est la suivante, il est parfois utile de réinvestir ce que lon a appris dans une autre situation pour apprendre plus vite. Malgré la variabilité des contextes, nos activités quotidiennes présentent une remarquable stabilité. Ceci suppose de nombreux transferts, dune situation à une autre.

58 Le transfert dapprentissage Clarification : certains ont pu affirmer par le passé que les athlètes de haut niveau étaient tels des robots, des « machines » qui reproduisaient toujours la même tâche. Des études ont monté quun tennisman ne joue deux fois la même balle au cours de sa carrière, en effet, elles nont jamais la même vitesse, le même effet, la même direction, la même hauteur, … Il existe tellement de variables que chaque balle est unique. On en a donc déduit que le joueur devait adapter son geste aux caractéristiques de chaque balle. Cette adaptation suppose le transfert de son savoir faire aux caractéristiques unique de la situation dans laquelle le joueur est plongé.

59 Le transfert dapprentissage « Le transfert dapprentissage est le processus par lequel la participation dune personne à une activité, influence de façon favorable ou défavorable la pratique par cette même personne dune activité ultérieure (et, par extension, les résultats ou les effets de ce processus). » Parlebas, Dugas, « Transfert dapprentissage et domaines daction motrice », Revue EPS n°270.

60 Le transfert dapprentissage Le transfert peut être proactif ou rétroactif. Le transfert est dit proactif sil modifie un apprentissage ultérieur. Le transfert est dit rétroactif sil modifie en effaçant ou en consolidant un apprentissage antérieur. Le transfert peut être positif ou négatif. Si le transfert dun apprentissage à un autre permet de faciliter lacquisition dun nouvel apprentissage, on parle alors de transfert positif. Au contraire si un nouvel apprentissage a un effet dobstacle et diminue la capacité de la performance dun individu on parle alors dun transfert négatif.

61 Apprentissage initial. Exemple de transfert

62 Le transfert dapprentissage Le transfert peut être horizontal ou vertical. Lancer avec 3 pas délan Tir en AppuiTir en Suspension Lancer de javelot Handball LANCER A BRAS CASSE Transfert Horizontal Transfert vertical

63 Le transfert dapprentissage Mécanismes psychologiques du transfert. Beaucoup dauteurs se sont attachés à décrire les mécanismes du transfert. Beaucoup sy sont cassés les dents… On peut néanmoins lexpliquer ou tout du moins léclairer grâce à certaines théories. La théorie des PMG de Schmidt, nous aide à comprendre ce transfert au niveau cérébral.

64 Le transfert dapprentissage Mécanismes psychologiques du transfert. Les sportifs construisent, au cours de la pratique, une représentation abstraite du mouvement qui intègre les invariants du mouvement et son image. La variabilité des conditions dapprentissage permet la création des PMG qui prennent en charge une classe de mouvements semblables. Daprès ce modèle, le transfert est possible lintérieur dune classe de mouvements commandés par le même PMG. Si lapprentissage dun mouvement A ne permet pas la performance du mouvement B, cest quil nont pas les mêmes schémas moteurs.

65 Le transfert dapprentissage Mécanismes psychologiques du transfert. Ce modèle permet aussi de mieux connaître les phénomènes de transfert négatif. Nous pouvons penser que lapprentissage dun mouvement présentant de nombreuses spécifications nuies à la performance dun mouvement proche.

66 Le transfert dapprentissage Exemple de transfert négatif. Le revers en Tennis et en TT utilisent le même PMG. Cependant les spécifications de force, vitesse, rotation, appuis pédestres ne sont pas les mêmes. Par conséquent, lapprentissage du revers en tennis de table pour un tennisman sera difficile (dans un premier temps) car il devra apprendre à reparamétrer un PMG quil utilise fréquemment et quil a automatisé.

67 Le transfert dapprentissage

68 Que transfère t-on ? Les qualités physiques et psychomotrices. La préparation physique généralisée (PPG) reprend cette idée de transfert des qualités physiques et psychomotrices. On cherche à travailler lensemble des qualités physiques pour les réinvestir dans sa spécialité.

69 Le transfert dapprentissage Que transfère t-on ? Les compétences tactiques. Un expert identifie et transfère des principes tactiques dune situation à une autre. CADRAGE DEBORDEMENT EN RUGBY DEF ATT DEF ATT DEF ATT 2 contre 1 3 contre 2 ATT

70 Le transfert dapprentissage Que transfère t-on ? Les stratégies de prise et de traitement de linformation. Les sportifs qui pratiquent des sports de glisse ont des facilités pour progresser dans un autre sport de glisses car ils ont appris à coupler sensations kinesthésiques podales avec une prise de décision.

71 Le transfert dapprentissage Que transfère t-on ? Les attitudes psychologiques. La pratique intensive dun sport renforce chez lindividu certains traits de caractères. Ces attitudes psychologiques se retrouvent quand un athlète pratique un autre sport que le sien. Par exemple, Sébastien Loeb, ancien gymnaste de haut niveau a gardé sa rigueur et son sérieux acquis par la gymnastique dans sa préparation des rallyes.

72 Le transfert dapprentissage. SYNTHESE Que transfère t-on ? Les stratégies de prise et de traitement de linformation. Les attitudes psychologiques. Les compétences tactiques. Les qualités physiques et psychomotrices.

73 Les entraîneurs et les phénomènes de transfert, une stratégie dentraînement basée sur le transfert. Tout entraîneur, de façon consciente ou non à une stratégie dentraînement basée sur le transfert. Ils recherchent, le transfert des acquis de lentraînement en compétition. Sans transfert, les entraînement ne seraient que des situations de compétitions, de matchs. Le transfert dapprentissage

74 Les entraîneurs et les phénomènes de transfert, les limites du phénomène de transfert. Des explications scientifiques difficiles. La première limite est sa difficile explication scientifique. En effet, on peut interpréter les phénomènes de transfert grâce à des théories comme de Schmidt. Mais en fonction des protocoles mis en place, les chercheurs trouvent des résultats très différents pour expliquer le transfert. Cependant, pour nous entraîneurs, limportant est son existence sur le terrain, peut importe son explication scientifique. Le transfert dapprentissage

75 Les entraîneurs et les phénomènes de transfert, les limites du phénomène de transfert. Des apprentissages contextualisés. Dans différents domaines dactivité, il est établi que les actes, y compris les plus habituels, ne sont pas la réplique identique dun mouvement, il existe toujours des adaptations à faire : chaque action est contextualisée. Lidée est la suivante il existerait des connaissances génériques dont lindividus disposerait et ajusterait aux caractéristiques des situations dans laquelle il se trouve. On retrouve là, selon la théorie dans laquelle on se place, les Programmes Moteur Généralisés. Le transfert dapprentissage

76 Les entraîneurs et les phénomènes de transfert, les limites du phénomène de transfert. Des apprentissages contextualisés. Il est difficile de savoir ce qui est transférable dune situation à lautre pour un apprenant. Pour faciliter lapprentissage, lenseignant doit construire des ponts qui permettront aux apprenants de percevoir les similitudes entre plusieurs situations afin quils réinvestissent ce quils ont déjà appris. Le transfert dapprentissage

77 Quel que soit le sport collectif pratiqué, la conservation du ballon est favorisée par trois types de connaissances génériques : - Éloigner le ballon de ladversaire pour quil ne puisse pas le toucher ; - Placer son corps en opposition, comme obstacle entre ladversaire et le ballon ; - Repousser ladversaire pour le tenir à distance du ballon. Exemple de généralisation en sports collectifs : Le problème posé est la conservation individuelle du ballon lorsquun joueur est attaqué par son adversaire direct.

78 Le transfert dapprentissage La contextualisation de ces connaissances implique de les ajuster à la particularité de chaque sport collectif (selon la forme et la taille du ballon, les règles de chaque sport, …). Les principes restent communs mais les gestes sont spécifiques à chaque activité physique, par exemple, le « raffut » en rugby.

79 Les entraîneurs et les phénomènes de transfert, les limites du phénomène de transfert. Des apprentissages contextualisés. « On apprend toujours une chose et son contexte. » Par conséquent, lentraîneur doit veiller à respecter certaines règles pour faciliter le transfert de lentraînement vers la compétition. Le transfert dapprentissage

80 Les règles à respecter pour faciliter le transfert de lentraînement vers la compétition : passer progressivement dexercices décontextualisés (sans défenseurs, sans marque, vitesse de course,…) à des situations proches de la compétition. Le dribble en basket

81 Les règles à respecter pour faciliter le transfert de lentraînement vers la compétition : mettre en valeur ce qui est transférable dune situation à une autre, cela revient à sappuyer sur ce qui a déjà été appris. Le transfert dapprentissage CADRAGE DEBORDEMENT EN RUGBY DEF ATT DEF ATT DEF ATT 2 contre 1 3 contre 2 ATT

82 Le transfert dapprentissage Les règles à respecter pour faciliter le transfert de lentraînement vers la compétition : proposer des exercices avec une multitude de contextes différents pour pouvoir transférer ses acquis dun contexte à lautre.

83 Les règles à respecter pour faciliter le transfert de lentraînement vers la compétition : mettre en place des situations proches de la compétition à lentraînement. Le transfert dapprentissage Exemple de Medhi Baala qui a du mal à gérer les grandes compétitions. Avant les championnats dEurope en Allemagne de 2002 quil a gagné au sprint de 1/100e de seconde devant lespagnol Reyes Esteves, il a cherché à recréer les conditions de la compétitions à lentraînement pour quil ne soit pas désemparer le jour J. Cela passe par des entraînements avec : - Opposition. - Dossard. - Maillot National. - Chambre dappel. - Attente. - Stress provoqué par le coach. -Simulation de courses avec des sparings parteners qui avaient des consignes de course.

84 Vérifier vos connaissances Quelle est la différence entre un mouvement réflexe, un mouvement automatique et un mouvement volontaire ? Illustrez à laide dexemple. Quappelle t-on un programme moteur généralisé ? Comment peut-il donner naissance à un mouvement ? Quelles sont les 3 étapes de lapprentissage ? Caractérisez-les en prenant lexemple de lapprentissage dun geste sportif de votre choix.

85 Vérifier vos connaissances Quelles sont les différences entre un programme moteur en boucle fermé et un programme moteur en boucle ouverte ? Trouvez dans votre discipline un exemple de chaque. En vous appuyant sur un exemple dacte sportif de votre discipline, identifiez les progrès dus à lapprentissage. Quappelle t-on le phénomène de transfert ? Que peut- on transférer ?


Télécharger ppt "Les phénomènes dapprentissage moteur. Chapitre 3."

Présentations similaires


Annonces Google